FONDtr2

dimanche 19 mai 2019
  • Route_71. BRANCIONjpg.jpg
  • ART NAIF MACON 2019 PORT.jpg

TGI_MACON.jpg

Y. est le genre de client qui n'aide pas son avocat : 35 ans, la silhouette élancée mais nerveuse, sapé genre classieux, tout de noir dans des tissus très légèrement satinés, du genre prétendument à l'aise dans les prétoires, trop à l'aise.

 

Maître Guérin l'assiste et veille sur sa tenue à la barre. Discrètement elle lui demande de ne pas s'y appuyer des deux mains, discrètement, elle lui fait sortir une main de la poche de son pantalon. Plus tard elle lui lancera à voix forte des « taisez-vous ! » à répétition, alors que Y. prend la parole et la garde, sans y être invité. Elle passe sa main pas loin de sa bouche : baillon symbolique inutile, il faudra que le président lui enjoigne de se calmer.

C'est pourtant pas faute de connaître les règles des audiences : 14 mentions au casier, ça informe.

 

« Le bâtard, la pédale, la pute »

 

Y. se dit très calme alors que tout en lui trahit la nervosité et la colère : « Je veux voir mon fils, c'est tout. Elle, elle fait ce qu'elle veut, je m'en fiche puissance dix. »

Elle : son ancienne compagne, la mère de son fils (10 ans), elle fut victime en 2009 de la violence de Y. Séparation, juge aux affaires familiales, droit de visite organisé.

Mais voilà qu'Y. perd ce droit de visite. Voilà que son ex forme un nouveau couple. Et Y. n'en peut plus.« Le bâtard, la pédale, la pute » : voilà le compagnon habillé lui aussi, mais pas classieux du tout.

 

« Menace de crime contre les personnes avec ordre de remplir une condition »

 

Y. est poursuivi pour « menace de mort réitérée », « menace de crime contre les personnes avec ordre de remplir une condition », « appels téléphoniques malveillants réitérés ».

Le couple victime est présent, et ils vont s'exprimer à tour de rôle. Autant le prévenu fait mine de porter beau, autant madame a les traits tirés. Son compagnon vient dire à quel point il prend sur lui, il se contient : « Je n'ai pas peur de lui, mais ma femme, si, et le petit aussi, depuis qu'il a débarqué un soir et l'a réveillé. Il a presque réussi à nous séparer, c'est sans doute ce qu'il veut. »

 

Et Y. donne à fond, dans le harcèlement, celui qui mène à l'épuisement, fait perdre le sommeil, la quiétude : « Si ce soir je ne mange pas avec mon fils, je vous crâme tous. », « Je te prendrai tout, mari, père et mère, comme tu as pris mon enfant. », « Je vais vous exploser », « Ecoute-moi sale pute », « Les yeux de mon fils, vous allez tous brûler. ». Les 15 et 16 avril 2016, il envoie plus de 50 sms de cet acabit. Sur messenger il s'adresse directement au mari et signe « le père du gamin ».

 

« Je suis le père »

 

Il fut alcoolique mais assure ne plus l'être. Il prétend aussi ne plus être en colère. Personne n'y croit, les juges le rappellent à l'ordre une paire de fois.

« Vous savez ce que vous risquez, avec votre casier ?
-Oui.
-Vous ne feriez pas une fixation sur le nouveau conjoint ?
-Non. Je voulais le rencontrer, il n'a pas voulu.
-Il en a le droit, monsieur, il n'a aucune obligation de vous rencontrer.
-Mais c'est lui qui s'occupe de mon fils, je suis le père, je veux savoir qui s'occupe de lui. »

Face à une opposition de droit, avec la rage déchaînée d'une forme d'impuissance, il remit le couvert : « Tu es mort. » , « Je suis là, tu es mort. », « Je te trouverai même si tu retournes dans le ventre de ta mère. »

 

Alors que le président engage les victimes à « ne pas hésiter à saisir le commissariat », Y. se marre, et la juge-assesseur monte le ton :
« Monsieur, ça vous fait rire ? S'il y a ce procès, c'est pour mettre un terme. Alors quand vous rigolez on se demande si ça va finir.

-Oh ça s'est arrêté, il y a très longtemps, il y a …3 mois. »

 

« Séducteur, manipulateur, violent »

 

Maître Fravre-Taylaz intervient pour les victimes et synthétise ce qu'il a perçu de ce jeune père « bien légitime dans sa demande de voir son fils », mais « séducteur, manipulateur, violent », et qui est déjà allé très loin, trop loin. L'avocat demande « a minima » un sursis mise à l'épreuve avec interdiction de contact avec les victimes, et des soins.
Le parquet va le réquérir, ainsi que 8 mois de prison avec sursis.
La défense fera son office devant un tribunal échaudé par le comportement de Y. qui semble démentir toutes ses déclarations d'intention.

 

« Attention à vous, monsieur ! »

 

Y. est condamné à 6 mois de prison avec sursis, assortis d'une mise à l'épreuve de deux ans, obligation de soins et de travailler, interdiction de contact avec les victimes, obligation de les indemniser à hauteur de 800 euros pour elle, 500 euros pour lui.

« Attention à vous, monsieur ! Plus aucun contact pour qu'il n'y ait pas d'incident à la mise à l'épreuve. » Un nouvel SMS enverrait Y. en prison : les 6 mois de sursis sont là pour ça.

Florence Saint-Arroman

MÂCON : bizarre et surprenant... le fait du nettoyeur de la Saône

VELO SAONE MACON 222.jpg
ACTUALISÉ - Le fin mot de l'histoire, une histoire qui met au jour une chose que sans doute peu de gens savent : la Saône est considérée par quelques uns.es comme une poubelle !...

MÂCON : MacDonald's Nord (à Sancé) ravagé par les flammes cette nuit

MACDO MACON SANCE - 5.jpg
ACTUALISÉ : La police scientifique se rend sur place cet après-midi pour tenter de déterminer la cause de cet incendie dévastateur. Le gérant de l'établissement annonce d'ores et déjà la reconstruction du Mac Donald's d'ici 6 à 9 mois maximum.

THOISSEY : Collision frontale au niveau du port

COLLISION FRONTALE PORT THOISSEY - 1.jpg
Un des blessés, gravement touché, a été héliporté.

MÂCON : Un quadragénaire profère des menaces de mort de chez lui vers l'extérieur

1541352411_police-afp.jpg
Les faits se sont produits hier soir rue de Bourgogne à Mâcon. Il était à peu près 20h30 quand un homme de 45 ans, alcoolisé, a proféré des menaces de mort vers l'extérieur, envers les pompiers notamment. Il était chez lui dans son appartement.

MÂCON-LOCHÉ : Suicide sur les voies du TGV

L'accident est survenu ce début d'après-midi sur les voies de la ligne TGV, allant de Mâcon à Lyon.

TRIBUNAL DE MÂCON : Contrôlé deux fois en une semaine au volant alors qu’il n’avait pas le permis

TGI_MACON.jpg
A 64 ans, Patrick est bien connu des services de police : 24 mentions au casier judiciaire !

TRIBUNAL DE MÂCON : Fou de jalousie, il frappe, insulte et crache sur tout ce qui passe

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg
Kevin C., 31 ans, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel pour des faits de violences commis le 10 décembre à Mâcon.