dimanche 22 octobre 2017
  • OCTOBRE_ROSE_2017 PAYS_SUD_BOURGOGNE2_-_1.jpg
  • WE_GOURMAND_TERRES_SECRETES.jpg
  • FAUDA_MOINARD_NOTAIRES.jpg
  • Monsieur-Meuble-Chaintre-Jeu-Annniversaire-jusqu_au-12-novembre-2017.jpg
  • ORGUE_CONSERVATOIRE_MACON_MBA_1.jpg
  • CAVE_CHARNAY_POUILLYFUISSE9.jpg

REGION_PAYS_SUD_BOURGOGNE_-_2.jpg

Un sacré pari annoncé ce jeudi par le vice-président de la Région en charge du Tourisme, Patrick Ayache, venu en terre Mâconnaise reconnaître le territoire après la récente signature du contrat de ruralité avec le Pays.

Un vice-président de Région en reconnaissance, accompagné de la présidente du Pays, Christine Robin, du maire de Cluny Henri Boniau, du président de la Mâconnais-Beaujolais Agglomération Jean-Patrick Courtois, du président du Grand Site de Solutré, maire du village et vice-président en charge du Tourisme à la MBA Jean-Claude Lapierre, ainsi que du sénateur Jérôme Durain. 

Des élus unanimes pour vanter les beautés et les ressources de ce petit coin de Bourgogne, et insister sur l’oenotourisme comme facteur de développement économique. S’il fallait convaincre le vice-président régional, la chose est acquise. Mieux, Patrick Ayache a donc annoncé ce qui est un des défis majeurs que souhaite relever la Région : passer devant la Nouvelle aquitaine en matière d’oenotourisme. Autrement dit, faire de la Bourgogne-Franche-Comté la région numéro 1 française en la matière. 

 

A l’appui de cette grande ambition régionale, Patrick Ayache avançait un chiffre : « le secteur de la métallurgie, c’est 32 000 emplois en Bourgogne-Franche-Comté, le tourisme 42 000. Notre faiblesse tient essentiellement à notre capacité d’hébergement. » C’est donc là, entre autres, que la Région compte mettre le paquet, en soutenant les investisseurs qui voudront bien créer de la capacité, ouvrir des hôtels. Nous soutiendrons aussi les chambres d’hôtes. Nous devons globalement amplifier le mouvement qui a commencé. » Et de rappeler encore quelques chiffres éloquents : « En 1980, 50 millions de touristes étrangers venaient visiter la France. Ils étaient 85 millions en 2015. Ils seront 100 millions en 2020. Nous devons capter cette tendance dans notre région. »

 

Un 2ème grand défi à relever est celui de l’accueil des touristes chinois, « qui représentent », argumentait Jean-Patrick Courtois, « une manne exceptionnelle dont nous n’avons pas encore pris la pleine mesure. Je l’ai moi-même réalisé en suivant une conférence sur le sujet lorsque je siégeais au Sénat. Même si l’on prend seulement les plus riches des Chinois pour fréquenter nos hôtels 5 étoiles, sachez que cela représente des milliers de personnes compte tenu de la masse de la population chinoise. » Or, le défi est d’attirer dans les années à venir et dans notre région, la classe moyenne chinoise. « Elle représente quelque 600 millions de personnes ! Notre 2ème défi est donc de faire de notre région la 1ère - hors Île de France - en matière d’accueil des touristes chinois. »

 

Voilà donc les choses posées sur la table. A tous les acteurs de se saisir de cette ambition au plan local. La future cité des vins à Mâcon y contribuera de toute évidence. Patrick Ayache a d’ailleurs rappelé son soutien plein et entier à ce projet. La Région devrait  le subventionner à hauteur de 20%. « Ce projet est indispensable » a-t-il déclaré. 

de son côté, Christine Robin soulignait les quelques tours Eiffel - selon l’expression désormais consacrée - du territoire qui va de Tournus à Romanèche-Thorins, en passant par Cluny. « Nous avons 9 des 13 restaurants étoilés de Saône-et-Loire sur le territoire du Pays, ainsi qu’un patrimoine d’églises romanes unique. L'action du Pays est de structurer une destination touristique. »

Un Schéma régional du tourisme sera adopté à l’automne. En avant toute !      

Rodolphe Bretin

REGION_PAYS_SUD_BOURGOGNE_-_3.jpg

Patrick Ayache

REGION_PAYS_SUD_BOURGOGNE_-_1.jpg

Jérôme Durain, Jean-Patrick Courtois, Henri Boniau, Patrick Ayache, Christine Robin,

Marie-Paule Cervos, adjointe au maire de Mâcon en charge des relations internationnales, et

Jean-Claude Lapierre accueillis à la Maison du Grand Site de Solutré, dirigée par Valérie Guy