vendredi 24 janvier 2020
  • JPO2020 LYCEE LAMARTINE MACON.jpg
  • COLLECTE SAPINS 2020 MBA 225 - 1.jpg
  • MACON HABITAT LOCAUX COMMERCIAUX 20NOV2019.jpg
  • DECATHLON MACON TROCATHLON 2019223 - 1.jpg

Le 26 janvier dernier, un « renseignement anonyme » annonce à la police, dans un langage « typique de celui des quartiers » qu’une « livraison » est imminente à Tournus. Le pourvoyeur serait Mr Y., de Mâcon, son associé serait Mr K., de Chalon...

Le 27 janvier, la police met en place des surveillances et commence les investigations.

Ce même jour en fin d’après midi la police judiciaire de Besançon prend en filature une Peugeot 308. Le conducteur sort de l’autoroute à Chalon-sud et va se garer sur le parking du Géant Casino. Il est rejoint par une Volkswagen, celle de Mr Y.. Les deux hommes restent environ 10 minutes ensemble, puis Mr Y. se rend directement rue de Belfort, où celui qui est désigné comme son « associé » possède un restaurant.

Les deux hommes se connaissent donc bien.

 

Ce lundi 6 avril, c’était le jour de la fameuse livraison : la police déclenche une procédure de géo localisation du véhicule de Mr Y. qui a pris l’A36 et approche de Besançon. Le même jour il revient en Saône et Loire. Les policiers l’interpellent au péage : le passager est Mr K., et les deux déclarent avoir une grande quantité de drogue avec eux. 62 kg de cannabis en plaques rangées dans deux sacs de sport.

 

L’instruction est précise, le juge est vif et tranchant, et les prévenus, bien que respectant la règle du silence (qui prévaut, sauf pour les coups de fils anonymes), parlent peut-être un peu plus qu’ils ne l’auraient voulu.

Le plus âgé, Mr Y., perçoit le RSA. Il a 44 ans, et fut déjà condamné, en 2006, à 5 ans de prison pour le même motif. Son « associé » du jour avait à l’époque prêté son véhicule (5 mois avec sursis). Il est plus jeune, 37 ans, il vit toujours chez ses parents, et travaille donc dans son restaurant, mais il a besoin d’argent, et dit avoir mis personnellement 10 000 € pour participer à l’achat de la drogue : « J’ai travaillé toute ma vie, je ne vais pas donner mes économies pour payer le RSI. » Sic. Le juge lui rappelle le principe d’unicité du patrimoine et l’existence du Code du Commerce, mais on en n’est plus là.

Quant à Mr Y., il se prend les pieds dans le tapis, pressé de questions et sommé d’être précis : avec quoi, percevant le RSA, pouvait-il financer son premier achat à Besançon, de 10 kg, avant de se lancer dans l’achat des 62 kg saisis lundi ?

« Je vendais des parfums.

- Ah bon ? Madame la Greffière, veuillez noter que Mr se livrait à une activité dissimulée, et déclare avoir fait du trafic de parfums. »

 

Dans la salle, comme toujours, des « collègues », et de la famille. Un jeune homme très décontracté filmait les débats avec un Smartphone. La police saisit l’objet et l’emmène pour audition, il est alors nettement moins décontracté.

L’ambiance est un peu tendue, la BAC est là en renfort, et les journalistes présents sont sollicités par la famille et des « collègues » sur la question des identités et la question des réputations des prévenus… Mais en sommes-nous encore là ?

Les kilos de cannabis sont évalués par les douanes pour un montant de 120 000 €, c’est donc le minimum d’une somme pour une part investie, et pour une part perdue pour le vendeur de Besançon, qui paraît-il avait consenti un crédit partiel. Les douanes du reste réclament 120 000 € d’amende douanière pour contrebande de marchandise prohibée… Pas le moindre gramme n’a pu être revendu. Le trafic s’annonçait évidemment lucratif puisque pour un kilo acheté environ 2 500 €, Mr Y. songeait en tirer 4 000 €.

 

Dans ce contexte, et puisque les faits ne sont pas contestables, les plaidoiries des avocats pèseront peu.

« Vous encourez jusqu’à 10 ans de prison, et en état de récidive légale, le double. Ce sont de graves atteintes à la santé publique, les produits actuels sont très concentrés et hautement nocifs. C’est notre jeunesse que vous intoxiquez. Vous faites partie d’un réseau qui en fait le business. » Aucun des prévenus ne se drogue.

Le Tribunal suit les réquisitions du Parquet : 7 ans de prison pour Mr Y., 5 ans pour Mr K., maintien en détention.

Florence Saint-Arroman

SAÔNE-ET-LOIRE : Un chasseur de 60 ans tué dans un accident de chasse

Le drame a eu lieu ce samedi à Saint-Léger-sous-Beuvray.

MÂCON : Deux policiers se jettent dans la Saône pour sauver une femme de la noyade

POLICIERS MACON SAUVETAGE SAONE - 1.jpg
Incroyable façon de terminer l'année pour ces deux policiers de Mâcon, Olivier et Virginie...

MÂCON : Des coups de rouleau à pâtisserie sur sa femme, jusqu'à le casser...

VIOLENCES CONJUGALES MACON OCT2019.gif
Accusé par son épouse de faits de violence, avec incapacité supérieure à huit jours, survenus à Mâcon le 13 octobre dernier, un Mâconnais de 33 ans était présenté mercredi après-midi au tribunal en comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Deux quartiers privés de chauffage en raison de fuites sur le réseau de chauffage urbain

Fuite_chauffage_urbain_221220190001.jpg
Actualisé à 20h40 : La réaction de Gérard Colon, 2ème adjoint au maire de Mâcon, en charge de la modernisation du chauffage urbain

MÂCON : Embardées dangereuses, insultes racistes, menaces de mort et exhibition sexuelle…

TGI_MACON.jpg
Avec ça, T.G. a fini en prison le 2 novembre dernier. Les faits ont été commis le 1er novembre à Mâcon, après minuit, sur le quai Lamartine, dans un bar et au commissariat.

PERONNE : Elle quitte Intermarché en courant, par la sortie sans achat, chargée de 3 400€ de marchandise

TGI_MACON.jpg
Interpellée le 24 novembre suite à avis de recherche, une Roumaine de 32 ans, mariée, deux enfants, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel de Mâcon pour vol en réunion commis le 19 septembre à Péronne.

MÂCON : Coups, crachats et injures à l'encontre d'agents SNCF

Mardi soir, vers 21 h, les policiers sont intervenus à la gare de Mâcon Ville. ACTUALISÉ avec le verdict du tribunal.

MÂCON : Au volant sans permis, shooté de la veille, dans une voiture qui ne lui appartenait pas

TGI_MACON.jpg
Un homme de 43 ans, qui se rendait mercredi matin à son stage chez un viticulteur, a été contrôlé par la police. L'affaire a été réglée au tribunal ce jeudi dans le cadre d'une comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Un train a percuté une personne, la ligne TER Paris-Marseille fermée dans les 2 sens

TRAIN SANCE 9OCT.jpg
Actualisé à 12:31 - La thèse de l'homicide a été envisagée.

MÂCON : Deux mineurs revendaient des iPhone XS achetés "une bouchée de pain" sur internet

Deux affaires de vente de produits contrefaits ont été mises à jour en deux jours par les policiers de la brigade anti-criminalité de Mâcon. La seconde a concerné un individu majeur revendant des contrefaçons de chaussures et de sacs de marque.