vendredi 24 janvier 2020
  • JPO2020 LYCEE LAMARTINE MACON.jpg
  • COLLECTE SAPINS 2020 MBA 225 - 1.jpg
  • MACON HABITAT LOCAUX COMMERCIAUX 20NOV2019.jpg
  • DECATHLON MACON TROCATHLON 2019223 - 1.jpg

TGI_MACON.jpg

« Cet homme est devenu un produit de la prison », dit Maître Sauvayre avant l'audience. Il reprendra devant le tribunal :

« J'ai pu, au cours de ma carrière, vérifier, et les juges d'application des peines le disent : quand la privation de liberté est trop longue, on rate le but recherché. Après 18 ans de réclusion, l'équilibre est précaire », et l'aptitude à se positionner sereinement quand on se sent lesé est restée au stade pré-embryonnaire, mais Samir avait-il la moindre chance de la développer à la centrale de Clairvaux ?

On a découvert Samir le 7 juin dernier, dans l'urgence de la procédure de comparution immédiate (lire ici). Sa famille n'était alors même pas au courant. Samir demandait un délai pour préparer sa défense, le tribunal ordonnait une expertise psychiatrique. Hier le prévenu (menaces de morts, de délit, de dégradation contre le personnel d'une boutique Orange, et outrages, rébellion et menaces de morts contre des gendarmes de Charolles) se présentait devant les juges avec une escorte raisonnable, sa mère et sa belle-soeur étaient là, son avocat habituel aussi, tout était ramené à d'autres proportions, plus justes, sans doute.

L'expertise psychiatrique

« Discours très auto centré », « reconnaît qu'il était très agité chez Orange », « plusieurs tentative de suicides auparavant », « personnalité borderline, hostilité chronique », « décompense dans certaines situations », « peut être dangereux s'il mélange alcool, stupéfiants, et médicaments », « difficilement réadaptable », « discernement très altéré au moment des faits », « il faudrait des soins psychiatriques, mais il n'est pas sûr qu'il soit coopérant en milieu carcéral ».

Samir est encore sous suivi mise à l'épreuve et il est notable, à son crédit, qu'il en a satisfait toutes les obligations, il est donc bien dans l'effort de respecter un cadre, et de se soigner. Il avait même préparé, avant que tout explose chez Orange, une entrée à la clinique Val Dracy.

« J'ai fumé du cannabis en prison pendant 20 ans, ça m'apaisait, mais je veux vraiment m'en débarrasser. »

« Agité chez Orange »

En mai dernier, Samir est victime d'une tentative de meurtre à Lyon, au sortir d'une discothèque. Il est laissé pour mort, et s'en est sorti, « miraculé » lui a-t-on dit à l'hopital. On l'a dépouillé de tout, et donc de son téléphone, or l'abonnement mensuel court toujours. Il se rend à la boutique Orange de Paray-le-Monial pour « réclamer son dû », mais Orange a aussi ses propres procédures, Orange a aussi ses structures internes : il y a du possible mais rien n'est simple. On lui demande la copie de sa plainte, Samir ne l'a pas, « la police ne me l'a pas donnée ».

Tout est alors bloqué, et c'est incompréhensible pour ce client, qui « est resté en 93 » dit sa belle-soeur, qui, de centrale en centrale, n'a pas vu la société évoluer, ni le durcissement des « procédures » diverses et variées qui grèvent les vies de tous, et requièrent un sacré niveau d'élaboration, de dialogue, et de compréhension. « Quand il se sent persécuté, le contact est difficile », explique Maître Sauvayre. « Difficile » est le moins qu'on puisse dire. « Qu'est-ce que tu veux, toi ? Je vais t'en mettre une », il menace de brûler la boutique et son personnel avec, annonce l'arrivée imminente de son frère qui leur « mettra la misère ». Bref, degré zéro.

S'ajoutent, et pour une bonne louche, les insultes et menaces aux gendarmes. La rébellion ? Samir relève son pull, montre ses pansements : « J'ai des côtes cassées, j'ai perdu 10 kg, vous m'imaginez me débattre dangereusement ? »

Un beau réquisitoire

Le procureur, hier, était un auditeur de justice, c'est-à-dire un élève de l'école nationale de la magitrature qui fait ses débuts, et s'essaie aux différentes fonctions des magistrats, sous le contrôle, soit d'un juge, soit d'un parquetier. Il est face au prévenu et lui explique, sans la moindre agressivité, sans le moindre mépris, sans le moindre ressentiment, comment, de sa place à lui, il se représente les choses. Et Samir l'écoute, et Samir est calme.

« Pour savoir quelle est la meilleure réponse à apporter à cette infraction, je reviens sur le suivi mise à l'épreuve en cours. Nous n'avons pas de rapport à ce jour, mais toutes les obligations sont respectées, cela indique qu'il trouve un intérêt à le faire, dans un cadre à la fois de soutien et de contrôle. Monsieur X a obtenu l'allocation pour adulte handicapé. Le médecin psychiatre parle d'un vécu victimaire : le monde est dangereux pour lui. »

Puis le procureur s'adresse plus particulièrement à Samir : « Il faut être capable de dialoguer. Je veux bien reconnaître l'agression dont vous avez été victime, je ne dis pas qu'elle n'a pas eu lieu, mais je précise que Cassiopée* n'en fait pas mention. » Le magistrat prend des précautions, et cela l'honore, car le pouvoir et la force sont de son côté : qu'il n'en use pas dans ses propos, face à un homme démenotté, mais privé de sa liberté, est l'expression de sa fonction bien comprise.

« Compte-tenu des difficultés, il apparaît indispensable, vu les troubles à l'ordre public, que vous soyez condamné. Je requiers 24 mois de prison dont 12 mois avec sursis, un suivi mise à l'épreuve de 2 ans, obligation de soin et interdiction de paraître à la boutique Orange. Cela met de l'apaisement pour les victimes et permettra à Monsieur X de préparer la suite et les soins. Je demande son maintien en détention. »

La sanction demandée fait choc. Samir ouvre grand la bouche comme s'il cherchait de l'air, et sa tête tombe entre ses bras. Quand son avocat prend la parole, il pleure.

Réglages de la défense

Maître Sauvayre semble lui aussi sensible à la qualité des réquisitions, il en sera moins offensif.  Il revient sur Cassiopée* qui souffre de retard de saisies partout en France, puis : « 18 ans de réclusion, ça n'apprend pas à dialoguer. C'est un garçon fragile, devant un vendeur de chez Orange, rompu au commerce, il ne fait pas le poids. L'agression dont il a été victime renforce son sentiment d'injustice. Pendant sa très longue incarcération il n'a eu que l'autorité pénitentiaire face à lui. On ne guérit pas de son enfance, dit-on. Son père était alcoolique et violent. Je ne veux pas le déresponsabiliser, mais je ne veux pas non plus qu'on le déshumanise. Le suivi, dehors, se passe bien. La prison a montré ses limites, et je vous rappelle, ce que vous n'avez pas dit, qu'au moment des faits son discernement était très altéré. Tenez-en compte, sinon c'est pas la peine de faire des expertises. Et puis je m'occuperai de sa résiliation chez Orange. »

Samir s'excuse, il pleure.

Verdict

12 mois de prison dont 6 mois assorti d'un sursis avec mise à l'épreuve pendant 2 ans. Obligations de travailler ou de se former, de se soigner, d'indemniser les victimes, et interdiction de paraître à la boutique Orange de Paray.

Samir voudrait « être comme tout le monde ».

Florence Saint-Arroman

 

*CASSIOPEE, Chaine Applicative Supportant le Système d’Information Oriente Procédure pénale Et Enfants : un fichier spécifique aux TGI, sous la responsabilité du ministère de la justice. Fichier dont la bonne marche exige des saisies, saisies mises à mal par les conditions désastreuses de travail exposées (une fois de plus) récemment par la Conférence nationale des procureurs de la République dans le Livre noir de la justice. Il n'est donc pas étonnant que ce fichier ne soit pas à jour, comme Maître Sauvayre, confronté régulièrement à cette difficulté, le dira.

SAÔNE-ET-LOIRE : Un chasseur de 60 ans tué dans un accident de chasse

Le drame a eu lieu ce samedi à Saint-Léger-sous-Beuvray.

MÂCON : Deux policiers se jettent dans la Saône pour sauver une femme de la noyade

POLICIERS MACON SAUVETAGE SAONE - 1.jpg
Incroyable façon de terminer l'année pour ces deux policiers de Mâcon, Olivier et Virginie...

MÂCON : Des coups de rouleau à pâtisserie sur sa femme, jusqu'à le casser...

VIOLENCES CONJUGALES MACON OCT2019.gif
Accusé par son épouse de faits de violence, avec incapacité supérieure à huit jours, survenus à Mâcon le 13 octobre dernier, un Mâconnais de 33 ans était présenté mercredi après-midi au tribunal en comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Deux quartiers privés de chauffage en raison de fuites sur le réseau de chauffage urbain

Fuite_chauffage_urbain_221220190001.jpg
Actualisé à 20h40 : La réaction de Gérard Colon, 2ème adjoint au maire de Mâcon, en charge de la modernisation du chauffage urbain

MÂCON : Embardées dangereuses, insultes racistes, menaces de mort et exhibition sexuelle…

TGI_MACON.jpg
Avec ça, T.G. a fini en prison le 2 novembre dernier. Les faits ont été commis le 1er novembre à Mâcon, après minuit, sur le quai Lamartine, dans un bar et au commissariat.

PERONNE : Elle quitte Intermarché en courant, par la sortie sans achat, chargée de 3 400€ de marchandise

TGI_MACON.jpg
Interpellée le 24 novembre suite à avis de recherche, une Roumaine de 32 ans, mariée, deux enfants, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel de Mâcon pour vol en réunion commis le 19 septembre à Péronne.

MÂCON : Coups, crachats et injures à l'encontre d'agents SNCF

Mardi soir, vers 21 h, les policiers sont intervenus à la gare de Mâcon Ville. ACTUALISÉ avec le verdict du tribunal.

MÂCON : Au volant sans permis, shooté de la veille, dans une voiture qui ne lui appartenait pas

TGI_MACON.jpg
Un homme de 43 ans, qui se rendait mercredi matin à son stage chez un viticulteur, a été contrôlé par la police. L'affaire a été réglée au tribunal ce jeudi dans le cadre d'une comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Un train a percuté une personne, la ligne TER Paris-Marseille fermée dans les 2 sens

TRAIN SANCE 9OCT.jpg
Actualisé à 12:31 - La thèse de l'homicide a été envisagée.

MÂCON : Deux mineurs revendaient des iPhone XS achetés "une bouchée de pain" sur internet

Deux affaires de vente de produits contrefaits ont été mises à jour en deux jours par les policiers de la brigade anti-criminalité de Mâcon. La seconde a concerné un individu majeur revendant des contrefaçons de chaussures et de sacs de marque.