mardi 24 octobre 2017
  • OCTOBRE_ROSE_2017 PAYS_SUD_BOURGOGNE2_-_1.jpg
  • WE_GOURMAND_TERRES_SECRETES.jpg
  • FAUDA_MOINARD_NOTAIRES.jpg
  • Monsieur-Meuble-Chaintre-Jeu-Annniversaire-jusqu_au-12-novembre-2017.jpg
  • ORGUE_CONSERVATOIRE_MACON_MBA_1.jpg
  • CAVE_CHARNAY_POUILLYFUISSE9.jpg

dirx-assembee-question-gouvernement.jpg

Lors de sa première prise de parole à l'Assemblée depuis son élection en juin, Benjamin Dirx, député de la 1ère circonscription de Saône-et-Loire, a interrogé le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire sur les impôts et taxes acquittés par les plateformes collaboratives de location d'hébergement touristique tel qu'Airbnb.

 

Lors de son discours, il a déploré de « graves distorsions de concurrence » entre les acteurs professionnels du tourisme, obligés de répercuter la taxe de séjour aux clients, et les utilisateurs des plateformes collaboratives qui en sont exonérés. Cette « situation particulièrement intolérable » serait encore accentuée par « l'impôt ridiculement bas » payé par les plateformes telles qu'Airbnb dont l’impôt payé au fisc français en 2016 s'élevait seulement à 92 944 €.

 

Bruno Le Maire a ensuite avoué que les entreprises mentionnées ne payaient actuellement qu'une « dizaine de milliers d'euros d'impôts » pour des dizaines de millions d'euros de chiffre d'affaires réalisés. « Nous comptons mettre fin à cette situation inacceptable » a-t-il ensuite assuré. Des initiatives seraient actuellement en cours, notamment au sein de l'Union Européenne.

 

Pour s'attaquer à la racine du problème, il a annoncé le dépôt d'une proposition franco-allemande visant une taxation de toutes les plateformes numériques, allant de Google à Amazon, en passant par Facebook, au prochain conseil des ministres européens à Tallin en Estonie.

 

Suite au débat, Benjamin Dirx s'est dit satisfait de la réponse du ministre : « L'essentiel est que le problème soit posé et que nous suivions l'évolution rapide de ce dossier avec le ministre. »

 

« Ce qui est important, c'est que cette question fait suite à mon engagement de campagne sur le tourisme » poursuit-il. En effet, lors de sa campagne il avait, entre autres, promis de valoriser le Mâconnais Clunisois Beaujolais en aidant les structures chargées du développement du tourisme culturel, œnologique et fluvial.

 

« Grâce à cette prise de parole j'ai fait le lien entre le local, c'est-à-dire les préoccupations des professionnels du tourisme que j'ai pu rencontrer dans ma circonscription, et le national, voire l'international en ce qui concerne les impôts payés par les géants du web. Les problématiques de notre territoire local sont liés aux enjeux nationaux, c'est là tout le travail du député que de faire évoluer le national pour que le local en bénéficie. »

 

Delphine Noelke