mardi 19 mars 2019

tir-propulseur-roche-de-solutre-initiation - 14.jpg

Ce lundi après-midi, les Mâconnais ont pu découvrir la technique du tir au propulseur au pied de la Roche de Solutré.

 

Il fut un temps où les vignes ne couvraient guère notre région mâconnaise, où les routes n'existaient pas, où les hommes nomades ne cessaient de sillonner les vastes paysages, où le climat, extrêmement froid et sec, était bien moins clément et, surtout, où les hommes devaient chasser pour survivre.

 

Nous nous situons alors au Solutréen supérieur il y a - 17 500 ans quand soudainement, une invention humaine va révolutionner les pratiques de chasse : le propulseur est né. Véritable arme de jet, il permettra aux hommes de projeter à une trentaine de mètres des lances ou des sagaies. L'homme peut dorénavant chasser à distance de l'animal tout en gardant une force de projection et une précision comparable à celles obtenues à seulement deux ou trois mètres de la proie.

 

Cette technique que l'on appelle le tir au propulseur, les Mâconnais ont pu la découvrir lors d'une après-midi d'initiation au pied de la Roche de Solutré, organisée par le Grand Site de France Solutré Pouilly Vergisson ce lundi. Une soixantaine d'adultes et d'enfants se sont familiarisés dans une atmosphère conviviale avec cet outil révolutionnaire qui améliore à la fois précision au tir et puissance d'impact.

tir-propulseur-roche-de-solutre-initiation - 18.jpg

 

Les Aborigènes australiens aideront à percer le secret

 

Pourtant, ce petit bout de bois ne paie pas de mine. Son manche d'une trentaine de centimètres est orné d'un crochet qui peut être en bois, en os ou alors en silex. Ces crochets en os et en silex ont été retrouvés en grand nombre par des archéologues qui ont mis longtemps pour dévoiler leur secret. « C'est quand ils ont observé les Aborigènes en Australie, qui sur l'autre côté du globe utilisent le même outil, qu'ils ont compris l'utilité de ces petits objets »  explique Solenne Dordet, titulaire d'un master en anthropologie qui a animé ensemble avec Myriam Margerin cette après-midi découverte. Hasard ? Pour l'instant, personne n'a encore une explication concluante quand il s'agit de savoir de comment deux peuples différents dans deux coins très éloignés de la terre ont pu développer le même outil.

 

La Roche de Solutré, un site de chasse

 

Inventé donc au cours du Solutréen qui tire son nom à partir du site préhistorique situé au pied de la Roche de Solutré, quel endroit aurait été plus convenable pour se familiariser avec l'outil emblématique de cette période ?

En effet, il y a 20 000 ans, Solutré est un grand site de chasse bien que - contrairement au mythe populaire de « la chasse à l'abîme » - personne ne pourchassait les chevaux pour les pousser à se précipiter du haut de la Roche. « Les hommes chassaient au pied de la Roche sur un terrain très calcaire sur lequel il y avait de nombreux éboulis qui faisaient ralentir les chevaux » nous fait savoir Solenne Dordet. Les animaux venaient se réfugier dans les hauteurs loin de la vallée car celle-ci était régulièrement inondée au printemps, quand les glaciers qui s'avançaient alors jusqu'à Bourg-en-Bresse fondaient.

 

Un objet simple et pourtant difficile à utiliser

 

Un essai suffit pour se rendre compte que la chasse préhistorique n'est pas si simple que ça, bien que la cible - contrairement aux animaux que visaient nos ancêtres - ne bougeait pas. Certains des participants y avaient pris goût et après une dizaine d'essais, la flèche commençait effectivement de s'approcher de la cible. D'autres étaient moins doués et se satisfaisent de voir la flèche partir dans la bonne direction. Après deux heures d'entraînement, seulement trois tirs ont atterris au milieu de la cible. Un véritable exploit pour lequel les animatrices avaient prévu un lot gagnant avec un livre sur le site de Solutré.

Cette deuxième après-midi d'initiation a malheureusement été la dernière de cette année, ceux qui voudront également essayer de chasser comme nos ancêtres devront attendre l'été prochain.

Delphine Noelke

 

 

Les deux animatrices Solenne Dordet et Myriam Margerin

tir-propulseur-roche-de-solutre-initiation - 1.jpg

Solenne Dordet explique la bonne technique

tir-propulseur-roche-de-solutre-initiation - 2.jpg

tir-propulseur-roche-de-solutre-initiation - 11.jpg

tir-propulseur-roche-de-solutre-initiation - 12.jpg

tir-propulseur-roche-de-solutre-initiation - 7.jpg

La plupart des tirs rataient la cible

tir-propulseur-roche-de-solutre-initiation - 15.jpg

Rare sont les sagaies qui atterissent sur la cible

tir-propulseur-roche-de-solutre-initiation - 9.jpg

tir-propulseur-roche-de-solutre-initiation - 19.jpg

Le propulseur est fixé dans un trou au bout de la sagaie

tir-propulseur-roche-de-solutre-initiation - 20.jpg

Des enfants se sont également entraînés