mardi 19 juin 2018
  • BANQUE_POP_MACON_ENOVAGENCE_JUIN2.jpg
  • CUO_MACON_AFFICHE_2018.jpg
  • SEQUANE_SENIOR_MACON_JUIN.jpg
  • INAUG AGRIEZMANN MACON.jpg

Une manifestation pro-palestinienne aura lieu samedi à Mâcon

 

Communiqué


Jérusalem, Force doit rester au droit !

Appel à manifestation à Mâcon,

samedi 16 décembre à 15 heures,

rassemblement square de la Paix

 

Il y a 70 ans, Israël s’est emparé de la partie Ouest de la ville, en violation du plan de partage décidé par l’ONU. Il y a 50 ans, il occupait Jérusalem-Est pour l’annexer et ensuite « l’unifier » pour la décréter « sa capitale éternelle, une et indivisible ». Le président américain vient de cautionner la politique israélienne du fait accompli en reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël.

C’est faire peu de cas des accords internationaux et des résolutions de l’ONU, qui définissent la ligne d’armistice de 1949 (la « ligne verte ») comme la frontière entre l’État d’Israël et le futur État palestinien : tout ce qui est à l’Est de la ligne verte, et notamment Jérusalem-Est, est internationalement défini comme la partie palestinienne de Jérusalem, destinée à devenir la capitale du futur État de Palestine.

 

Aucune ambassade n’est installée à Jérusalem, justement parce que la communauté internationale ne l’a jamais reconnue comme capitale d’Israël tant qu’un accord n’aura pas été trouvé avec les Palestiniens. Donald Trump n’en a cure et, contre vents et marées, entend appliquer sa promesse de campagne de déménager l’ambassade des États-Unis à Jérusalem.

Ce transfert de l’ambassade a pour objet la reconnaissance de facto de l’annexion de Jérusalem et son « unification ». Ce serait un acte irréparable, bien au-delà de la colère du peuple palestinien pour qui ce serait la énième dépossession depuis 100 ans. En reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël, les Etats-Unis ont choisi la violence de l’occupation, la colonisation, les démolitions, les arrestations, les transferts forcés de population, l’annexion de territoires, le maintien de la population de Gaza sous un blocus inhumain contre le droit, contre le droit du peuple palestinien à l’autodétermination, contre la recherche de la paix.

 

Les condamnations de cette décision ont été quasi unanimes à l’exception du gouvernement israélien et de ses relais aux États-Unis ou en France ; ce gouvernement est ainsi conforté dans ses politiques extrémistes de violation du droit international et des droits humains.

Pour nous comme pour beaucoup de citoyens français, l’attitude de la France ne peut se limiter à déplorer et à regretter la décision américaine. Notre pays doit rappeler de manière ferme et publique la condamnation des violations quotidiennes et permanentes du droit international par le pouvoir israélien. La France doit reconnaître l’État de Palestine et faire savoir que les violations du droit seront sanctionnées. Force doit revenir au droit.

C’est pour dénoncer les violations du droit international par les Etats-Unis et Israël ainsi que pour appeler fermement la France à prendre ses responsabilités que le collectif de soutien au peuple palestinien appelle à manifester samedi 16 décembre à 15 heures, square de la Paix.

 

Organismes signataires du communiqué pro-palestinien

de la manifestation du 16 décembre 2017

à Mâcon :

AIAPEC

Association pour la Culture, la Science et l’Education

Association Culturelle Turque de Mâcon

ATTAC Mâcon

CGT Mâcon

Collectif Chalon-Palestine

Collectif mâconnais de soutien au peuple palestinien

Comité Caladois Action Solidarité

EELV

Ensemble 71

Fédération Syndicale Unitaire

Femmes solidaires

Groupe libertaire de Saône-et-Loire

La France Insoumise

Le Parti de Gauche

Mouvement Citoyen Républicain (MRC)

Parti Communiste Français (PCF)

 

MÂCON : « La Fête à Macron » en chansons

FETE A MACRON (18).jpg
150 à 200 personnes se sont retrouvées place Saint-Pierre samedi après-midi pour manifester contre la politique d'Emmanuel Macron, « Président des riches » depuis un an. Retour en images et en chansons.

POLITIQUE LOCALE : L'ancien Premier adjoint de la Ville de Mâcon aimerait un débat sur la fusion de Mâcon et Charnay

Bernard Chevallier a envoyé une lettre au maire de Charnay en début de mois pour demander l'ouverture du débat. macon-infos vous en propose la lecture.