AG_2018_UPVM-Macon.jpg

Jeudi 12 avril à Mâcon, l’Union des producteurs des vins Mâcon (UPVM) tenait son assemblée générale. Cet organisme défend et gère (ODG) l’appellation régionale et ses 27 noms de commune.

 

« L’appellation se porte bien et jour après jour, tous les producteurs de vins Mâcon contribuent à sa réussite », remerciait Jérôme Chevalier, le président de l’UPVM, à la fin de l’assemblée générale. Et ce, grâce à une « équipe soudée et généreuse » que constitue son conseil d’administration.

 

Pour autant, tout n’a pas été facile durant la dernière campagne. Vice-président de l’UPVM, Michel Barraud faisait le bilan de la récolte 2017.  Cette dernière avoisine 194.330 hectolitres récoltés sur 4.079 hectares (ha) par plus de 850 producteurs déclarants les appellations Mâcon. Un chiffre certes conséquent mais « déficitaire d’environ -10 % (-22.800 Hl) ». « Ce qui est relativement important » car derrière se cache la « libération » de volumes 2016 (VCI) qui sont une sorte « d’assurance récolte » en vins, permise par l’INAO. Sans oublier que l’appellation croit en surface. 

 

Respect du bien vivre ensemble

 

Responsable de commission technique, Marc Sangoy rappelait que l’appellation a demandé et autorisé la plantation de 50 nouveaux ha, comme chaque année. Un débat s’engageait avec la cinquantaine de viticulteurs dans la salle pour essayer de comprendre d’où vient cette baisse des rendements. Changement climatique, aléas climatique (grêle, gel…), dépérissement du vignoble en raison de maladies des bois (Esca…)… sont les principales causes, probablement toutes combinées. Pour essayer de sauver leurs vignobles et productions, Jérôme Chevalier appelait néanmoins tous les vignerons a « bien respecter les règles » en terme de traitements dans le cadre du « bien vivre ensemble » avec la population. Depuis de nombreuses années, la profession s’est engagée dans des démarches de progrès, pour respecter son environnement, avec notamment la signature et l’application de Chartes sur les bonnes pratiques viticoles. 

 

Grande scène au Mâcon Wine Note ?

 

Des messages responsables à la vigne qui accompagnent ceux sur une consommation raisonnable. Pour déguster les vins Mâcon, l’UPVM va à nouveau organiser les 25 et 26 mai, son événement phare sur la place Lamartine, les « Mâcon Wine Note ? ». L’an dernier, 4.500 entrées avaient été comptabilisées sur les deux soirées. La configuration va changer cette année, annonçait Dany Grandjean, vice-président de l’UPVM en charge de la Communication. Le bar à vins à ciel ouvert où se sont fait 17.000 dégustation l’an dernier sera en arc de cercle cette année mais surtout, la Mairie de Mâcon va mettre à disposition la « grande scène musicale » pour les huit groupes musicaux qui se relaieront durant les deux soirées (17h à 2h du matin). Tout est calé et « on attend le beau temps ». 

 

Promotion en France et à l’international

 

Il s’agit là de l’opération la plus locale qui fait la promotion du nom Mâcon. Mais l’UPVM s’évertue à le faire également dans le monde entier. Après Londres l’an passé, deux nouvelles Masterclass (association mets-vins, dégustation des vins distingués…) auprès de sommeliers, journalistes, restaurateurs… seront organisées à Bruxelles (Belgique) et Hambourg (Allemagne) avec l’aide de l’Interprofession des vins de Bourgogne (BIVB).

L’UPVM réalise toutes ces opérations de promotion grâce à une bonne gestion des cotisations des producteurs, comme le rappelait Isabelle Meunier, la trésorière.

 

Directeur du pôle Marchés au BIVB, Philippe Longepierre intervenait sur l’export des vins Mâcon qui « surperforment » même par rapport aux autres appellations de Bourgogne, pourtant déjà très dynamiques. L’appellation Mâcon pèse pour 16 % des volumes totaux produits dans notre région viticole.

 

Le président de l’UPVM, Jérôme Chevalier concluait sur des dossiers qui lui tient à cœur, « pour être plus performant » en matière d’oenotourisme. Le projet de Cité des vins à Mâcon est d’ores-et-déjà acté et un peu plus tôt dans la journée, le conseil Départemental a présenté aux ODG, un projet de « future route des vins ». Il est vrai que le Mâconnais a de nombreux atouts à mettre en avant. Et ce au bénéfice de tous les habitants…

 

 

Cédric Michelin

L’Exploitant Agricole de Saône-et-Loire