FONDtr2

dimanche 19 mai 2019
  • Route_71. BRANCIONjpg.jpg
  • ART NAIF MACON 2019 PORT.jpg

 

Le Procureur de la République Karine Malara a fait le point sur l’enquête ce mardi au cours d'une conférence de presse.

Le Parquet a sollicité tous les moyens de la police technique pour diligenter une enquête efficace : "dans un contexte actuellement hyper-sensible, le fait ne pouvait qu’être interprété comme une manifestation au minimum d’islamophobie par les citoyens, et il fallait savoir à quoi s’en tenir au plus vite."

Les images des caméras de vidéosurveillance de la mosquée ont été traitées à Lyon, par l’Institut National de la Police Scientifique (INPS), qui a pu en extraire le numéro de la plaque d’immatriculation du véhicule utilisé par les jeunes gens.
Le Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques a retrouvé, lui, l’ADN d’un des auteurs, ADN prélevé sur du papier toilette, à l’origine utilisé pour mettre le feu, et dont le surplus avait été négligemment jeté alentour. Le jeune homme avait commis des dégradations alors qu’il était mineur, et même s’il n’a pas eu de sanction pénale, on avait relevé ses empreintes.

Identifiés, l’un par son ADN, l’autre par la plaque d’immatriculation de son véhicule, les deux jeunes gens ont donc reconnu les faits, mais il manque un morceau au puzzle : pourquoi ?

 

Leurs casiers judiciaires sont vierges, ils n’ont que 18 et 19 ans, ils travaillent tous deux, n’ont aucune revendication politique, aucune revendication religieuse, et le supplément d’enquête vise à examiner d’autres éléments de leurs vies, pour tâcher de comprendre leur mobile.

Le Parquet a ordonné des perquisitions, l’examen de leurs téléphones portables et de leurs ordinateurs, et la collecte de tous les éléments d’environnement connus qui aideront à comprendre dans quel contexte l’idée de l’incendie a surgi, et comment ils en ont organisé l’exécution. Le mode opératoire n’est pas sophistiqué : ils n’ont pas pu imaginer détruire l’édifice ainsi, mais tout de même, ils avaient un peu de matériel pour démarrer un feu.

Les deux suspects auraient fait état de tensions avec des turcs, et c’est en ce sens que l’enquête se poursuit. Donc, à moins de faits radicalement nouveaux qui nécessiteraient l’ouverture d’une information judiciaire, les jeunes gens seront jugés ce mercredi, en comparution immédiate.

Le préjudice est limité sur le plan matériel, et il n’y a aucune victime, mais ils seront poursuivis pour « dégradations volontaires en réunion » aggravées par le fait qu’elles portent « sur un lieu affecté à un culte ». La peine encourue est de 10 ans de prison.

 

F. Saint-Arroman

MÂCON : bizarre et surprenant... le fait du nettoyeur de la Saône

VELO SAONE MACON 222.jpg
ACTUALISÉ - Le fin mot de l'histoire, une histoire qui met au jour une chose que sans doute peu de gens savent : la Saône est considérée par quelques uns.es comme une poubelle !...

MÂCON : MacDonald's Nord (à Sancé) ravagé par les flammes cette nuit

MACDO MACON SANCE - 5.jpg
ACTUALISÉ : La police scientifique se rend sur place cet après-midi pour tenter de déterminer la cause de cet incendie dévastateur. Le gérant de l'établissement annonce d'ores et déjà la reconstruction du Mac Donald's d'ici 6 à 9 mois maximum.

THOISSEY : Collision frontale au niveau du port

COLLISION FRONTALE PORT THOISSEY - 1.jpg
Un des blessés, gravement touché, a été héliporté.

MÂCON : Un quadragénaire profère des menaces de mort de chez lui vers l'extérieur

1541352411_police-afp.jpg
Les faits se sont produits hier soir rue de Bourgogne à Mâcon. Il était à peu près 20h30 quand un homme de 45 ans, alcoolisé, a proféré des menaces de mort vers l'extérieur, envers les pompiers notamment. Il était chez lui dans son appartement.

MÂCON-LOCHÉ : Suicide sur les voies du TGV

L'accident est survenu ce début d'après-midi sur les voies de la ligne TGV, allant de Mâcon à Lyon.

TRIBUNAL DE MÂCON : Contrôlé deux fois en une semaine au volant alors qu’il n’avait pas le permis

TGI_MACON.jpg
A 64 ans, Patrick est bien connu des services de police : 24 mentions au casier judiciaire !

TRIBUNAL DE MÂCON : Fou de jalousie, il frappe, insulte et crache sur tout ce qui passe

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg
Kevin C., 31 ans, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel pour des faits de violences commis le 10 décembre à Mâcon.