KEIRON18 (9).JPG

Le cinémarivaux proposait jeudi soir dans le cadre du troisième Festival Effervescence l'avant première de "Mauvaises herbes " en présence de son réalisateur Kheiron et de Leila, son épouse, Sarah dans le film. À l'issue de la projection, Kheiron a pu échanger avec le public.

Kheiron qui interprète le rôle de Waël, ancien enfant des rues au Maroc, aborde le thème de la jeunesse dans les cités. Les six jeunes exclus du système scolaire dont il a la responsabilité sont-ils vraiment "des mauvaises herbes" ? C'est toute la problématique de ce long métrage. Kheiron qui a lui même travaillé durant quatre ans avec des enfants en difficulté, pose ainsi un autre regard sur ces jeunes en marge de la société. 

Le titre de son film est né d'une citation de Victor Hugo : "Il n'y a pas de mauvaises herbes, il n'y a que de mauvais cultivateurs". 

"Mauvaises herbes", une charmante fiction qui invite à la réflexion.

 

M.A.

 

 

 KEIRON18 (1).JPG

Gaêl Labanti directeur artistique du festival & Guillaume Fourrier

KEIRON18 (2).JPG

KEIRON18 (3).JPG

KEIRON18 (4).JPG

KEIRON18 (5).JPG

KEIRON18 (7).JPG

 KEIRON18 (11).JPG

KEIRON18 (12).JPG

 KEIRON18 (14).JPG