J'ai avec plaisir assisté mercredi 16 juillet à 8h30 à l'Assemblée Nationale, en tant que membre du "Haut Conseil de l'UMP", à la première réunion de cette instance qui remplace le Bureau Politique de l'UMP.

 

 

 

Avec Jean-Paul Emorine, Sénateur de Saône et Loire, nous étions les deux seuls représentants de notre département.
Les trois membres du Triumvirat, Juppé, Raffarin et Fillon étaient présents à la tribune, ainsi que le nouveau Secrétaire Général du parti, Luc Chatel. L'ordre du jour a porté sur les dettes de l'UMP, dues essentiellement à l'achat du siège de la rue de Vaugirard, et s'élevant à 74 millions d'euros après audit.
Des décisions sont prises pour réduire les couts de fonctionnement du siège pour 20%, la renégociation des emprunts, ainsi qu'une meilleure rentrée des cotisations des élus et des adhérents.

Le Congrès se tiendrait le 29 novembre 2014 ainsi que les votes à cette date avec un deuxième tour le 6 décembre en cas de nécessité. Le corps électoral est arrêté sur les adhérents à jour de cotisation en 2013 et jusqu'au 30 juin 2014. La cotisation des élus étant payable pour régularisation, beaucoup n'étant pas à jour, jusque en aout...
Cette réunion s'est tenu sous la présidence d'Alain Juppé qui a redit que les phrases assassines et les règlements de comptes en internes étaient du passé et devaient impérativement cesser.

Il a été débattu de la "réforme territoriale" et de ses immenses difficultés par les choix incompréhensibles de Mr Hollande et du Gouvernement. Commenté également le discours du Président de la République pour le 14 juillet, insipide et peu porteur d'espoir pour une France en grand danger social, économique et politique.
Il a été question des choix de Mr Hollande qui reviennent pour le vote des étrangers, ou bien encore de la proportionnelle pour les prochaines élections législatives, afin de favoriser ses chances de faire un deuxième mandat en tablant sur le haut score du Front National pour réduire une forte arrivée de Députés de la droite et du centre.

Alain Juppé a fortement rappelé qu'après les turbulences, l'audit étant fait, il est prioritairement nécessaire de remettre le parti en ordre de marche, en s'appuyant évidemment sur le Congrès, avec une élection du Président totalement transparente.
Donc pas de "chasse aux sorcières", refaire de la politique nationale avec une opposition totale et forte contre l'incroyable gestion de Monsieur Hollande.
Pour obtenir de bons résultats, il est impératif de crédibiliser cette démarche :
1/Par une éthique forte et la transparence
2/Vivre un Congrès d'une impeccable qualité, un président incontestable, éviter les clivages, sinon l'explosion de l'UMP serait définitive.
Incontestablement, nous avons pour le moment échappé au pire, mais il faudra une grande discipline pour qu'enfin au niveau national tout soit clair et que dans les départements les fédérations se remettent au travail comme il en est besoin par exemple en Saône et Loire. Les échéances sont là, pour tout le monde...

Gérard Voisin
Membre du "Haut Conseil de l'UMP", 

ancien maire de Charnay, ancien député de Saône-et-Loire