EMBOBGNAWA06.jpg

Un documentaire sur la musique marocaine gnawa et ses rituels chamaniques, suivi par le concert live d’un groupe qui pratique ces rites ont rythmé une soirée cinéphile presque irréelle organisée par l’Embobiné.

D’abord, le documentaire pour télévision « Gnawa Music - Corps et âme » de Frank Cassenti a ouvert une fenêtre vers un monde soumis encore à des croyances qui mélangent l’Islam et les pratiques magiques (la transe, le culte d’adorcisme) dans différentes régions du Maroc contemporain.

Puis, comme descendus directement de l’écran parmi les spectateurs, les musiciens et danseurs marocains de gnawa (ou gnaouas) du maître Saïd Tahlaoui ont présenté quelques-unes de leurs pratiques musicales de guérison qui les rendus célèbres partout dans le monde.

Le quartet français à vent acoustique, « Les Bampots » les a rejoints pour un mini concert où les sonorités free punk et gnawa ont fusionné d’une manière naturelle. Car ces musiciens du monde voyagent désormais depuis des années dans le nord de l’Afrique pour travailler avec des musiciens marocains et pour s’inspirer de leur héritage ancestral (ils sont les descendants des esclaves noirs de l’Afrique centrale déportés par les arabes au Maghreb).

Leur présence en France est due au projet commun qu’ils ont avec les musiciens Patrick Charbonnier, Olivier Bost, Radoslaw Klukowski et Eric Vagnon autour de ce qu’ils appellent l’orchestre « Les Mâalem Bampots ». Ensemble, ils participeront les 23 et 24 mai au Festival international de Cirque et Fanfares à Dole.

A la fin du concert, suivi par des discussions avec les musiciens, le public n’a pas caché la satisfaction. Marie Claude : « Je les avais découvert samedi, au festival Pépète Lumière. J’aime surtout quand ils jouent avec les Bampots en fait. Je trouve qu’ils se complètent vraiment bien. » - Dominique : « J’adore le mélange des deux. Je n’écouterais toute une soirée la gnawa mais les deux ensemble j’aime beaucoup.» - Laetitia : « C’était très bien, tellement puissant. On connaissait cette musique mais on ne l’avait jamais écouté en live. On est un peu frustrés de n’avoir pas pu danser. »

La soirée ciné–musicale organisée au Cinémarivaux fait partie des événements qui célèbrent les 30 ans d’existence de l’association de cinéphiles de Mâcon, l’Embobiné.

Cristian Todea

EMBOBGNAWA01.jpg

Les Mâalem Bampots

EMBOBGNAWA02.jpg

Maître Saïd Tahlaoui et son fils

EMBOBGNAWA03.jpg

Patrick Charbonnier

EMBOBGNAWA07.jpg

EMBOBGNAWA08.jpg

EMBOBGNAWA09.jpg

EMBOBGNAWA10.jpg

EMBOBGNAWA11.jpg 

EMBOBGNAWA05.jpg