mardi 26 mars 2019

Communiqué

Il faut mettre fin à la "vénerie sous terre", autrement dit à la destruction par déterrage des blaireaux.

Le Ministère de la Transition Écologique et solidaire vient de publier un projet d'arrêté modifiant l’arrêté du 18 mars 1982 concernant l’exercice de la vénerie sous terre... Ce projet est actuellement soumis à la consultation du public et vise en résumé à ne plus autoriser que l'animal capturé soit donné en pâture aux chiens. Avec quelques mots ajoutés et d'autres supprimés au texte de loi initial, ce projet d'arrêté ministériel clairement "proposé par les chasseurs-déterreurs"... vise à rendre un peu plus acceptable (ou un peu moins condamnable) une pratique archaïque. Personne ne s'y trompera !

Nous pouvons parvenir à cohabiter avec le blaireau !

Ailleurs, d’autres parviennent à vivre avec les grands fauves … Le blaireau est un animal social paisible et discret mais qui disparaît peu à peu de nos paysages. Il est protégé dans la plupart des pays européens : Espagne, Grande-Bretagne, Luxembourg, Italie, Belgique, Pays-Bas, Danemark, Grèce, Irlande, Portugal... En France, il est classé parmi les chassables. Chaque année à partir de la mi-mai et cela jusqu'à huit mois par an une chasse impitoyable lui est faite. Selon l'ASPAS, au moins 165 000 blaireaux seraient impitoyablement exterminés chaque année par ce seul mode de chasse en France. C'est une espèce fragile qui se reproduit lentement et l’espèce autorégule ses populations en fonction des ressources de nourriture.

Pratique cruelle d’un autre âge, le déterrage doit cesser

Pour France Nature Environnement Bourgogne Franche-Comté, il faut être clair : « cette prétendue avancée sur le plan éthique est totalement insuffisante en regard de l'extrême violence que constitue la pratique du déterrage. Ce n'est pas une modification des conditions d'exercice de la vénerie sous terre qui est nécessaire mais l'abolition et l'interdiction complète de ce mode de chasse ». Celle-ci est demandée par 83% des Français (Sondage IPSOS pour l'association One Voice). Les recommandations du Conseil de l’Europe relatives à cette pratique vont d'ailleurs dans ce sens : « Le creusage des terriers, à structure souvent très complexe et ancienne, a non seulement des effets néfastes pour les blaireaux, mais aussi pour diverses espèces cohabitantes, et doit être interdit. »

FNE invite chacun à donner son avis sur ce projet d'arrêté ministériel

Les naissances des petits blaireautins ont lieu en ce moment. La période de quiétude sera de courte durée pour le petit ours de nos campagnes puisque la reprise du déterrage sera autorisée à partir du 15 mai dans de très nombreux départements. Cet animal ne doit pas disparaître : France Nature Environnement invite chacun à dénoncer l’hypocrisie du projet d’arrêté ministériel, à se prononcer contre en demandant la suppression de la "vénerie sous terre" et pour que le blaireau obtienne le statut d'espèce protégée. Cette consultation du public se terminera le 4 mars.

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?page=article&id_article=1923

 

POLITIQUE : Jérôme Durain, sénateur socialiste de Saône-et-Loire, s'oppose à la proposition de loi «Anti casseurs»

Il était chef de file du texte pour le groupe socialiste et républicain au Sénat.

FRANCE : L'Eglise catholique ouvre une "opération-vérité" suite aux témoignages de victimes d''abus sexuels

Monseigneur Benoît Rivière, évêque d'Autun, vient de signer, avec les autres membres du Conseil Permanent de la Conférence des évêques de France, un message adressé aux fidèles catholiques. Ce message évoque aussi le Carême et la conversion.

EXPRESSION CITOYENNE : "Le Vallon de la honte"...

Vallon_de_la_honte_260219 (1).jpg
macon-infos republie ici l'effaremment de deux lecteurs sur la situation inhumaine que vivent certains migrants. Un journaliste de macon-infos confirme la véracité de la situation ce samedi 9 mars. Article à venir.

MÂCON : Un débat citoyen, en marge du Grand débat

DSC00727 _ DEBAT CITOYEN.jpg
Une cinquantaine de personnes est venue participer ce vendredi 1er mars, en soirée, à un débat organisé par un "collectif de citoyens", salle Pavillon.

EXPRESSION CITOYENNE – Grand débat national : Un citoyen présente son programme pour « un changement profond de notre société »

Face à « la mafia ENArchique qui tient les rênes » et au « lobbying qui sera là encore demain », Régis C., « citoyen lambda » comme il se qualifie, souhaite apporter sa contribution à un grand débat national « plein d’idées fausses et de rancoeurs » dont « il risque de n’en rien ressortir ».

MUNICIPALES À MÂCON : Un collectif de gauche lance un appel pour une campagne participative avec Eve Comtet-Sorabella

MUNICIPALES 2020 MACON GAUCHE ECOLOGISTES.jpg
Ce mercredi 13 février, des citoyennes et citoyens, organisations, mouvements et associations de gauche, unis par des valeurs communes, ont lancé un appel aux Mâconnaises et Mâconnais afin de construire et de porter ensemble un véritable projet écologique et solidaire pour Mâcon.

GRAND DEBAT NATIONAL : La CFDT appelle à un "Grenelle du pouvoir de vivre"

Les militants CFDT du département se sont réunis mardi 12 février à Chalon pour apporter leur contribution au grand Débat.

EXPRESSION POLITIQUE : "Où est la cohérence du gouvernement ?" s’insurge FNE BFC

L'association gouvernementale ne comprend pas que "le gouvernement prône la transition écologique, encourage le débat… mais supprime les enquêtes publiques environnementales". Elle précise sa position dans un communiqué.

GILETS JAUNES - Thierry Lichet : « Justice fiscale et réappropriation démocratique sont les 2 grands axes de revendications »

Thierry-Lichet_Consultation_GJ_100219.jpg
Docteur en Sociologie et ancien responsable associatif étudiant, ce Mâconnais a soutenu les gilets jaunes dès le début du mouvement. Il a surtout travaillé en back-office sur des travaux réflexifs visant à comprendre ce phénomène inédit. Il livre à macon-infos sa vision des politiques et les résultats de sa grande consultation.

EXPRESSION POLITIQUE : Les enseignants de collège crient leur ras le bol au Président Macron

Suite à la mobilisation de jeudi soir au collège de Vonnas, les enseignants de plusieurs collèges de Bresse et du Val de Saône expriment leur désespoir dans une lettre ouverte.