lundi 6 juillet 2020
  • Route_71_290x400 (2).jpg
  • EDENWALL STAGES ETE2020 - 1 (2).jpg
  • JVEUXDULOCAL MACON2105 (2).jpg
  • EGC BOURG CHALON - 1.jpg

ARMEE TERRE CIRFA MACON GENERAL CHAVANAT.jpg

Le général en charge du recrutement dans l'Armée de terre à l'échelle de la France est passé par le CIRFA de Mâcon ce jeudi. Il a répondu aux questions de macon-infos. Entretien exclusif.

 

Parlez-nous de votre mission. En quoi consiste-t'elle exactement ?

Cette mission très particulière dure deux ans, pendant lesquels je visite les cent cinq CIRFA de France pour reconnaître le travail effectué sur le terrain, voir comment les sous-officiers s'y prennent avec leurs équipes, identifier les difficultés et les points forts, recueillir les avis et les encourager dans leur mission en partageant une vision.

Comme vous le savez, l'Armée de Terre recrute 15 000 personnes cette année encore.

Cet après-midi, je me rends au lycée militaire l'Autun pour visiter l'établissement. Le terrain est un pan essentiel de notre action.

 

Parlons des 15 000 postes. La campagne de communication a commencé par la mise en valeur des femmes. Quels sont vos objectifs ?

Nous n'avons pas d'objectif quantitatif. Aujourd'hui, l'Armée de Terre compte environ 12% de femmes. Si nous avons décidé de mettre les femmes en valeurs en début de campagne de recrutement, c'est pour leur dire qu'elles ont toute leur place dans l'Armée de Terre. Leur présence augmente dans les rangs, lentement mais régulièrement. Et comme dans le civil, leur nombre varie en fonction des métiers. L'idée est donc de les encourager à nous rejoindre, car nous avons un devoir d'équité.

 

Un passage dans l'Armée, comment le définiriez-vous pour donner envie aux jeunes de s'engager ?

Etre soldat, c'est vivre une aventure, une expérience de vie collective très enrichissante ; une expérience professionnelle aussi, au service d'une cause, qui donne donc des compétences et du savoir-être exploitables pour une seconde vie professionnelle.

Par ailleurs, les évolutions y sont possibles. 50% des officiers ont été sous-officiers. Et tous les officiers sont passés par la vie en section. Il ne s'agit pas de sortir de l'école et de se retrouver dans un bureau sans avoir éprouvé la vie de soldat. Nous sommes tous soldats avant tout. L'Armée reste au coeur du brassage social. Nous recrutons de sans diplôme à bac +5.

 

Une seconde vie professionnelle... que voulez-vous dire ?

Je veux dire que les militaires ne sont plus des militaires de carrière au sens ancien du terme. L'âge moyen dans l'Armée de Terre est de 32 ans. L'Armée est donc jeune. Elle est aussi contractuelle, à 75%. Il y a une vie après l'Armée, qui est de plus en plus un primo-employeur. Les compétences acquises sont de très hautes valeurs, recherchées par le privé.

 

Comment évoluera le recrutement dans les prochaines années ?

Comme tout le monde, nous prenons le virage du numérique. S'engager.fr est maintenant bien connu. Mais nous poursuivons la modernisation des outils avec l'arrivée prochaine d'une application et le développement du traitement des données, qui va se faire plus en amont. Ainsi, nous allons pouvoir anticiper encore plus et accompagner et orienter encore mieux. C'est une révolution dans le recrutement.

 

L'objectif des 15 000 recrues a été atteint l'année dernière ? En Saône-et-Loire, cela représente combien de recrues ?

Oui, objectif atteint. Pour la Saône-et-Loire, qui est un département plutôt rural, mais avec une forte attraction lyonnaise, ce sont une centaine de jeunes qui ont signé l'année dernière. Il faut savoir que votre département est intégré dans le secteur du GRSNE, à savoir le Groupement de recrutement et de sélection du Nord-Est, qui va, du Nord au Sud, de Mâcon à Dunkerque, et d'Est en Ouest de Strasbourg à Compiègne, ce qui représente vingt-deux CIRFA.

 

Pour terminer, les soldats de l'Armée de terre en renfort sur les manifestations de Gilets jaune, qu'est-ce que cela signifie ?

Cela signifie que nous répondons sans état d'âme aux ordres du chef des armées, le chef de l'Etat. Mais je vous rassure, les unités sentinelles n'étaient pas sur des missions de maintien de l'ordre, absolument pas. Elles ont sécurisé les établissements publics, les institutions, pour libérer des gendarmes et des policiers qui ont pu, eux, assurer cette mission, qui est la leur, en renfort de leur collègues mobiles.

 

Propos recueillis par Rodolphe Bretin

 

 

CIRFA MACON GLE.jpg

 

VINS DE BOURGOGNE - Millésime 2020 : bien parti pour être (très) précoce

Après la fleur, le millésime 2020 reste très en avance. Ce sera peut-être l’un des plus précoces de Bourgogne.

DIJON : Plus d’un millier de personnes rassemblées « contre le racisme et les violences policières »

8446_1_full.jpg
La manifestation de ce mardi 9 juin 2020 à Dijon s’est déroulée en deux temps peut-on dire, le temps du rassemblement et des messages forts contre le racisme sur la place de la Libération, puis un temps davantage tourné contre les forces de l’ordre.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : 100% des sièges des TER et des TGV seront disponibles à compter du 5 juin

Mi-juin, le service des TER atteindra son niveau normal d'été avec 480 trains en circulation. Pour les TGV, le trafic régional sera à 60% de la normale jusqu'au 3 juillet.

COVID EN BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : Rester prudents dans la durée pour éviter la reprise de l’épidémie

Capture d’écran 2019-11-10 à 15.11.56.png
2 638 tests ont été réalisés cette semaine en Saône-et-Loire. 26 se sont révélés positifs.

DÉCONFINEMENT : Un 1er grand ouf !

CARTE DECONF.jpg
La Saône-et-Loire est en vert ! Plus de limitation de circulation de 100 kilomètres à partir du 2 juin. Les plages, les musées, les salles de spectacles, seront rouverts, ainsi que les piscines et les salles de sport. Les cinémas rouvriront fin juin. Toutes les mesures annoncées par le Premier ministre.

La Bourgogne-Franche-Comté repasse en vert : « Une décision majeure pour l’économie régionale »

Le Premier ministre a annoncé que la région Bourgogne-Franche-Comté sera classée parmi les zones “vertes” à partir du 2 juin.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ - Covid-19 : L'ARS accompagne la reprise d'activité dans les piscines

Capture d’écran 2019-05-17 à 22.59.02.png
1.001 décès sont à déplorer en milieu hospitalier depuis le début de l'épidémie de Covid-19. Le dépistage a permis de détecter 18 nouveaux cas en une journée.

EXPRESSION CITOYENNE : « Vraiment, on en est là ??? » (suite)

Actualisé - Une adhérente handicapée de l'A.M.i habitant à Mâcon mais confinée à Dijon s'était vue refusée l'octroi d'un masque par la Ville de Dijon. La municipalité s'est excusée après de l'A.M.i

BOURGOGNE : Très grosse saisie de cannabis et de médicaments sur l'A31

Les douaniers ont reçu les félicitations du minsitre Gérald Darmanin.

CORONAVIRUS - Covid-19 : Dix décès de patients en une journée en Bourgogne-Franche-Comté

La nouvelle stratégie de tests de l'ARS a détecté dix nouveaux cas en une journée dont un en Saône-et-Loire et un en Côte-d'Or.

CORONAVIRUS : Plus de 1 500 tests réalisés en une journée en Bourgogne-Franche-Comté

Capture d’écran 2019-11-10 à 15.11.56.png
En Bourgogne-Franche-Comté, 959 décès sont à déplorer en milieu hospitalier depuis le début de l'épidémie de Covid-19. La nouvelle stratégie de tests de l'ARS a détecté 13 nouveaux cas en une journée dont un en Saône-et-Loire et deux en Côte-d'Or.