LYCEE LAMARTINE _ EXPO ELEVES PREMIERE _ 02.jpg

La cohésion d’une classe, c’est comme la motivation : il s’agit d’une construction, entre différences et ressemblances. En travaillant autrement certains points particuliers du programme d’histoire de Première, deux classes du lycée Lamartine ont déroulé le fil conducteur qui lui a permis d’élaborer un projet commun.

Sous la direction de Mme Laforêt, les élèves ont pu additionner leurs qualités, leurs personnalités, leurs passés et leurs capacités de travailler en commun, dans une construction collective réussie.

La classe de Première STMG 3, après avoir visionné le film écrit par Evelyne Berruezo, réalisé par Patrice Robin et sorti en 2005, fondé sur les souvenirs de ceux qui n’étaient que des enfants en Juin 1940, Le Tata, paysage de pierres, du nom de la nécropole de Chasselay construite au Nord de Lyon, a élaboré autour des témoignages sur le massacre des Tirailleurs Sénégalais des 19 et 20 Juin 1940, une exposition consacrée au rôle de ces soldats venus de si loin, et dont certains ont laissé leur vie pour la France.

La classe de Première L1, à partir du même film, a collecté des souvenirs familiaux, des témoignages, des photos, et le ressenti de témoins parfois très âgés, qui leur ont permis de mieux appréhender une époque à la fois ancienne et très présente encore dans les familles, celle de 1939-1945, autour du thème de la vie quotidienne par ceux qui l’ont vécue : exode, bombardements, faim, et cheminements à travers l’Europe en guerre. Sur le plan de la démarche, ils ont utilisé celle de l’auteure du film, qu’ils ont pu rencontrer et interviewer jeudi 11 Avril au lycée.

Cette perméabilité et cette tolérance à l’histoire des autres, puisqu’il s’agit de travaux collectifs, poignantes par moments, ont permis à chacun de participer à une œuvre au spectre extrêmement large, à l’image de la diversité des récits.

La démarche archivistique de ces élèves de Première leur a montré la nécessité de croiser leurs sources, de faire fi de leurs préjugés, et leur a permis de comprendre que chaque souvenir, quel qu’il soit, participe à son échelle et peu importe sa dimension, à la construction de la mémoire.

 

LYCEE LAMARTINE _ EXPO ELEVES PREMIERE.jpg