• OCTOBRE ROSE 2019 MACONNAIS SUD BOURGOGNE 2019 PGM.jpg

GROOPAL MACON INAUG - 1.jpg

C'est dans un environnement hyper-concurrentiel que les groupes Salesky, Pashumar et Denjean ont opéré un mariage, une alliance, une mutualisation des moyens pour s'assurer une longue vie de transporteurs du froid.

 

Il aura fallu 18 mois de préparation pour définir les termes du contrat de mariage. « C'est le marché qui nous a conduit à cette union, une union qui se fait entre professionnels qui se connaissent très bien, qui ont la même génétique » précisaient les trois patrons Jérôme Hervé (Salesky Transports), Christophe Baby (Denjean Transports) et Pascal Masse (Dispam Pashumar).

 

« Nous sommes sur un marché décroissant en terme de consommation, avec une concurrence très forte. Si l'on ne s'unie pas, on ne tient pas. En nous alliant, cela fait plus que 1+1+1 mais 4. Notre tâche quotidienne est de calibrer les moyens pour faire du sur-mesure. Nos volumes sont connus en tout début d'après-midi seulement pour des livraisons le lendemain matin. Nous résolvons tous les jours une équation à plusieurs inconnues. C'est beaucoup plus facile de le faire à trois » ajoutaient-ils.

 

Les problèmes de recrutements sont criants. « Personne ne veut faire ça. Le 1er diplôme dans ce métier de transporteur, c'est le courage. Et pourtant, les conducteurs gagnent bien leur vie. La fourchette se situe entre 2 200€ et 2 600€ net par mois pour un transporteur en jour à 190h. Quand il y a découchage, cela monte à 2 900€ voire 3 200€ net par mois. Les temps d'attente sont nombreux et payés. »

 

Il faut savoir que le métier se féminise : « Ce n'est plus en métier de force, le muscle n'a plus d'importance. Aujourd'hui, c'est la rigueur qui prime, car nous sommes dans de la gestion de flux hyper-tendus. Côté cadres, nous avons 60% de femmes. Notre coeur de métier c'est le froid positif, entre 0 et 4°C. Ce que nous cherchons avant tout, ce sont des gestionnaires de flux. »

 

Les groupes ont créé un GEIQ (Groupement d'employeurs pour l'insertion et la qualification) pour assurer la formation interne des personnes qu'ils recrutent. « Nous recrutons sans qualification et nous formons. Sachez que 22 jeunes vont devenir conducteurs dans notre GEIQ Bourgogne. »

 

« Mâcon, une pépite logistique »

 

A la croisée de voies, Mâcon s'est présentée comme une opportunité idéale. La ville est un noeud au milieu des route et autoroutes A6, A406 et RCEA. La plate forme est située sur l'espace entreprise Mâcon-Loché, à l'entrée de la RCEA. Les entrées d'autoroute sont également très proches. « Nous sommes au centre de l'axe Paris-Avignon, ce qui est parfait. Mâcon est une pépite logistique. » Jérôme Hervé (Salesky Transports)

Le développement du transport rail-route est prévu.

 

En chiffres

Groopal, ce sont 700 camions, 230 millions de chiffre d'affaires, 20 plate-formes en France

A Mâcon, ce sont 50 à 60 camions/jour pour un global de 400 tonnes/jour. La capacité est double, ce qui va permettre un développement continu sur 3 à 5 ans.

 

Rodolphe Bretin

Photos Rodolphe Bretin et Ugo Maillard

 

 

GROOPAL MACON INAUG - 5.jpg

GROOPAL MACON INAUG - 4.jpg

GROOPAL MACON INAUG - 3.jpg

GROOPAL MACON INAUG - 2.jpg

Richard Piccini, Christophe Baby, Pascal Masse et Jérôme Hervé

GROOPAL MACON INAUG3 - 4.jpg

GROOPAL MACON INAUG3 - 3.jpg

GROOPAL MACON INAUG3 - 2.jpg

GROOPAL MACON INAUG3 - 1.jpg

GROOPAL MACON INAUG2 - 5.jpg

GROOPAL MACON INAUG2 - 4.jpg

GROOPAL MACON INAUG2 - 3.jpg

GROOPAL MACON INAUG2 - 2.jpg

GROOPAL MACON INAUG2 - 1.jpg