Ajustement (3).JPG

Fabien Ben, Inspecteur d'académie, directeur académique des services de l'Éducation nationale a dévoilé à la presse, ce vendredi, dans les locaux de la direction des services départementaux, les mesures d'ajustement pour la prochaine rentrée dans le 1er degré, en présence de, Jean-Louis Leroy, inspecteur de l'Education nationale-information-orientation, de Colette Jehanno, Secrétaire générale et de Jean-Claude Eyraud, chargé de communication.

 

Les points fondamentaux de la rentrée 2019

Les priorités sur les apprentissages fondamentaux que sont lire, écrire, compter et respecter autrui sont réaffirmées. Les décisions prises concernant notamment les classes à effectif réduits, l'adaptation des rythmes scolaires, le renforcement de la formation des maîtres, le programme « devoirs faits » sont poursuivies.

La politique éducative, appuyée sur un projet académique «  vers une académie apprenante », est tournée sur l'acquisition solide de compétences fondamentales dès les premiers cycles de l'école primaire et en particulier en éducation prioritaire. Les écoles en REP sont ainsi le creuset d'expérimentations fortes pour améliorer les organisations pédagogiques et offrir aux enseignants des formations didactiques et pédagogiques ciblées sur la maîtrise de la langue, les mathématiques et la construction du respect citoyen.

Une attention particulière sera portée au soutien de la ruralité.

 

La politique départementale de répartition des moyens

La répartition des emplois tient compte de l'enveloppe dont bénéficie le Département, modifiée chaque année en fonction des évolutions des effectifs et des décisions prises aux niveaux ministériels et académiques. Cet exercice complexe s'appuie sur un travail de concertation entre les acteurs qui instruisent le dossier sur le terrain.

 

Le contexte de la rentrée 2019

À la rentrée 2019, le ministère de l'Éducation nationale poursuit son action en faveur du 1er degré pour assurer la maîtrise des savoirs fondamentaux, maintenant strictement la dotation d'emplois pour l'académie de Dijon, malgré une perte régionale évaluée à 2084 élèves, l'année prochaine.

La Saône-et-Loire compte 700 élèves en moins mais aucun poste ne sera rendu. La préparation de la carte scolaire s'est organisée autour de deux principes et de quatre axes.

 

Principe 1 : La priorisation des emplois devant élèves

Aucun emploi supplémentaire n' a été attribué au sein des brigades de remplacement.

 

Principe 2 : La limitation des situations de retraits ou attributions conditionnels

Il a été décidé de limiter ces mesures à 3 attributions et 3 retraits.


Axe 1 : Le soutien au déploiement des classes dédoublées au CE1 situées en éducation prioritaire

À l'issue de ces opérations de dédoublements, l'ensemble des écoles situées en EP présenteront des classes à effectifs réduits.

Axe 2 : le soutien à la ruralité

Le soutien à la ruralité et l'allocation proportionnelle des moyens aux besoins sociaux et environnementaux constituent un cadre de référence dans le département. Il est prévu un effectif maximum de 23 élèves par classe en milieu rural.

Axe 3 : la scolarisation des élèves à besoins particuliers

Une attention particulière continue d'être portée sur le soutien à une école inclusive. Cette dernière constitue la thématique première de la rentrée.

Axe 4 : La scolarisation obligatoire des élèves à partir de 3 ans

Dans la perspective de l'obligation d'instruction dès 3 ans, les moyens nécessaires pour l'accueil des élèves ont été mis en place. À noter également que 9 communes, 10 écoles, soit 494 élèves passeront à la semaine de 4 jours et demi dès la prochaine rentrée. Le bilan à l'issue de la première phase de préparation de la rentrée est positif en termes d'emplois, avec 43 attributions pour 34 retraits et pour l'ensemble, 13 emplois en plus.

 

Photo d'accueil : Jean-Louis Leroy, Colette Jehanno, Fabien Ben et Jean-Claude Eyraud

M.A.