samedi 11 juillet 2020
  • Route_71_290x400 (2).jpg
  • EDENWALL STAGES ETE2020 - 1 (2).jpg
  • JVEUXDULOCAL MACON2105 (2).jpg
  • EGC BOURG CHALON - 1.jpg

 

Communiqué

 

Le 21 septembre,

soyons nombreux à Paris pour dire
« Stop à la casse de nos conditions sociales » !


Le projet de réforme des retraites : une inquiétude pour beaucoup ! Chaque Hospitalier, chaque citoyen peut se reconnaitre dans l’action syndicale, tant les sujets d’une contestation sociale peuvent être nombreux dans le pays. Après son projet de loi pour la transformation de la Fonction Publique, qui prévoit notamment la suppression peu à peu du statut de fonctionnaire, ou la mise en œuvre de la rupture « conventionnelle » pour les contractuels, le gouvernement va s’attaquer maintenant aux conditions de départ à la retraite.

Il s’agit d’un projet de réforme du système des retraites qui est particulièrement défavorable pour les fonctionnaires. Selon nos premières lectures du projet, les propositions du gouvernement se traduiront fatalement par une baisse importante des pensions pour les fonctionnaires hospitaliers. Tel qu’il nous est vanté, on veut nous faire croire qu’il est question d’un souci d’équité entre les salariés, et pourtant, il faut souligner que déjà les fonctionnaires hospitaliers n’ont pas droit, comme les salariés du privé dans certaines branches, à une aide de leur employeur pour financer une retraite complémentaire afin de faire face à une perte de leurs ressources d’environ 35 % en moyenne au moment du départ à la retraite.

Aussi, autre point non négligeable, le recul de l’âge de départ ! Aujourd’hui le gouvernement joue sur les mots. Même si, officiellement, l'âge minimum de départ à la retraite serait de 62 ans, le système de malus qui sera instauré impose, de fait, un départ à la retraite à 64 ans. Dans un premier temps ! Puis à 65, à 66, à 67 en fonction d’une soi- disant évolution de l'espérance de vie (selon la dernière étude du service de statistiques du ministère de la Santé (Drees), l'espérance de vie en bonne santé est de 64,9 ans pour les femmes et 62,6 ans pour les hommes).

Une situation qui sera d’autant plus cruciale pour les personnels soignants à l’hôpital qui perdront la catégorie active avec la possibilité actuelle de partir à 57 ou 60 ans ! Comment imaginer une aide- soignante, une infirmière à 64 ans dans un service de soins avec un rythme de travail effréné, pour assurer la productivité imposée, et calé dans une organisation H24 ?

Depuis 2003, cette idée de faire travailler toujours plus longtemps pour gagner toujours moins devient intenable !! Les fins de carrières deviennent de plus en plus difficiles, les fins de mois deviennent de plus en plus compliquées et pourtant l’âge de départ à la retraite ne cesse de reculer et le niveau des pensions continue de baisser. Ce projet de réforme nous présente toujours la même logique d’une certitude économique qui depuis 40 ans produit les mêmes effets : précarité, réduction des services publics, compression des salaires, des retraites, des minima sociaux, privatisations, etc. Bref, une attaque au droit à vivre dignement !

Au nom d’une soi-disant pérennisation du système des retraites par répartition, mais surtout au nom de critères économiques, ce projet est posé sur la table sans ménager les conditions humaines au sein de notre pays, alors que dans le même temps les dividendes versés aux actionnaires au deuxième trimestre 2019 affichent un nouveau record.

Avec près de 46 milliards d’euros de dividendes, la France conforte sa place de meilleur rémunérateur d'actionnaires en Europe. C’est pourquoi Force Ouvrière organise une journée nationale d’action et de grève le samedi 21 septembre à Paris.

Des déplacements en TGV sont organisés par Force Ouvrière dans le département de Saône-et-Loire.

Vous pouvez vous inscrire auprès du syndicat, le plus tôt sera le mieux. 

 

FO71

 

CONSEIL MUNICIPAL DE CHARNAY : Serge Gaulias démissionne

Il s'en est expliqué ce soir au téléphone à macon-infos.

MUNICIPALES À ST-LAURENT - Jacques Doussot : « Nos adversaires animent une ambiance délétère en avançant des propos erronés »

AIMER STLAURENT 24JUIN  - 1.jpg
Jacques Doussot, qui conduit la liste « Aimer St-Laurent », fait usage de son droit de réponse suite à l’article « Saint-Laurent Autrement » une nouvelle dynamique paru sur macon-infos le 23 juin.

SAINT-LAURENT-SUR-SAÔNE : La liste « Saint-Laurent Autrement », une nouvelle dynamique

SAINT LAURENT election 2e tour.JPG
La liste « Saint Laurent Autrement » arrivée en seconde position au premier tour des élections municipales en mars dernier avec seulement neuf voix d'écart par rapport à la liste du maire en place, se positionne aujourd'hui, comme l'alternative réformatrice et constructive.

André Accary : "Confions aux Départements la gestion unique et entière des Ehpad, et supprimons les ARS"

ACCARY ANDRE ARS.jpg
Le Président du conseil départemental de Saône-et-Loire s'exprime dans une tribune à l'occasion du Ségur de la Santé.

POLITIQUE : Jérôme Durain pose au Gouvernement la question de la responsabilité des élus locaux

Le Sénateur de Saône-et-Loire estime que « L'Etat qui décide de tout ne peut pas reporter sa responsabilité sur les élus locaux »

EXPRESSION POLITIQUE : « Les masques, où est la vérité ? » demande instamment Marie Mercier

La sénatrice de Saône-et-Loire fait part de la consternation, voire du dégoût des professions médicales et para-médicales...