Piscine (20).JPG

Le chantier prend encore du retard. Le vice-président de la MBA en charge du dossier et le directeur du centre aquatique le déplorent et le dénoncent.

Une visite de chantier s'est déroulée ce mardi, en présence de Jean-Pierre Pagneux, vice-président en charge des bassins aquatiques à la MBA (Maconnais Beaujolais agglomération), accompagné de Patrice Plagniard, directeur du centre aquatique, d'Alexandre Plociniak, responsable du suivi des travaux à la MBA et Jean-Christophe Malpeyre, directeur général adjoint de la MBA en charge des services à la population.

Les travaux d'extension du bassin extérieurs avaient débuté en septembre dernier et devaient se terminer le 31 mai !

 

« L'objectif du projet était de répondre à de nombreuses demandes d'animations à l'intérieur de la piscine. Nous avons donc décidé d'agrandir les bassins. Malheureusement, cela ne se passe pas très bien. Nous rencontrons de très gros problèmes de finition. Nous sommes sur le pied de guerre depuis le 1er juin. Nous avons rencontré le P.-D.G. le 24 juillet dernier, un papier a été signé certifiant que tout serait fini le 31 juillet et, à ce jour, rien n'est fini !

Nous ne pouvons pas ouvrir au public dans cet état. Nous sommes désabusés devant une entreprise qui n'a aucune réaction et nous lâche complètement. Un constat d'huissier a été établi tout à l'heure. L'affaire va donc se poursuivre devant le tribunal. Nous allons demander des dommages et intérêts. Nous avons quand même perdu de l'exploitation. L'ouverture était normalement prévue le 9 septembre avec une configuration différente. On va perdre de l'argent et surtout mécontenter la population. C'est surtout ça le problème. » Jean-Pierre Pagneux.

 

« Pour l'instant, on est à 3 mois de retard », a précisé Patrice Plagniard. « On a déjà subi des préjudices sur la période estivale puisque le bassin qui devait être utilisé en mode ouvert n'a pas pu ouvrir. Cela ternit l'image de l'établissement. Le 9 septembre, de nouvelles activités devaient démarrer dans ce bassin de 375 m2, de faible profondeur prévue pour les activités aquatiques. Nous allons faire de notre mieux pour assurer le maximum de services et satisfaire nos usagers qui représentent 1 400 adultes, 5 à 600 enfants. La sécurité étant en jeu, nous allons revenir sur les deux bassins actuellement disponibles, avec un confort moindre et certaines activités qui ne pourront être assurées. L'établissement va donc subir un préjudice au niveau de son image et de sa fréquentation. »

 

À l'heure actuelle le nouveau bassin n'est pas opérationnel.

 

« Sur les séparations inter modules, des balais devraient permettre un minimum d'isolation. Actuellement, nous avons des trous béants à la place » a expliqué Alexandre Plociniak.

« Les 6 vérins qui ouvrent la partie du fond pour permettre la rétractation des modules ne sont toujours pas arrivés. On ne peut donc pas ouvrir le bâtiment. Des caillebotis près des rails ne sont pas calés. Il y a eu plusieurs préjudices avec notamment une grosse erreur de chantier, où l'entreprise a travaillé au dessus du bassin en eau sans le protéger, ce qui a oxydé le fond du bassin.

Il existe aussi des problèmes de sécurité à droite à gauche, avec des parties saillantes ou tranchantes. Nous avons eu une grosse fuite sur la canalisation du bassin à la suite de passages d'engins lourds qui ont fait éclater les canalisations. Il a fallu les remplacer. »

M.A.

Photo d'accueil : JC Malpeyre, P Plagniard, JP Pagneux & A Plociniak

 

 

Piscine (1).JPG

Photos M.A.

Piscine (5).JPG

Piscine (3).JPG

Piscine (7).JPG

Piscine (12).JPG

Piscine (11).JPG

Problème d'évacuation des goulets non raccordés, risque d'infiltration d'eau chlorée

Piscine (8).JPG

Piscine (13).JPG

Piscine (16).JPG

Piscine (18).JPG

Piscine (19).JPG

 Piscine (15).JPG

Piscine (17).JPG

L'inox utilisé ne résiste pas au milieu chloré

Piscine (21).JPG

Le bois utilisé est humide