FOOTBALL ufm gambardella 1.JPG

Dimanche à 14 h 30, les jeunes joueurs mâconnais recevront Saint-Étienne au stade Pierre Guérin. Un match que tout un club attend et qui met en avant la qualité de la formation mâconnaise. Rencontre avec Kévin Amorin, l’entraîneur.

 

Dans quel état d’esprit est votre groupe avant ce match ?

Je le sens un peu anxieux parce qu’il y a quand même une certaine pression. Après c’est une bonne pression et le club nous met dans les meilleures conditions pour aborder ce match. Les joueurs sont vraiment motivés. Je l’ai encore vu tout au long de cette semaine, qui a été tout sauf une semaine normale. Maintenant, on n’a pas non plus trop changé les habitudes. On est sur une dynamique qui marche bien, alors autant surfer dessus.

Votre première réaction à l’annonce du tirage ?

On a rigolé parce que c’est le tenant du titre et parce que dans les parents et les joueurs il y a beaucoup de supporters de Lyon et de Saint-Étienne. La saison dernière, on en parlait ensemble en se disant « Tiens l’année prochaine, on tombera contre Saint-Étienne au Stade de France en finale ». C’était notre petite boutade. Au final, c’est chez nous en 64èmes de finale et c’est pas mal aussi. C’est un bon tirage, c’est sympa de recevoir les tenants du titre !

Ça fait trois ans que vous suivez ces jeunes, c’est une belle génération…

Ce groupe représente vraiment la formation mâconnaise. Je les ai suivis en U16 avec Romain Treffot, U17 et U18. C’est une belle génération avec des garçons qui progressent bien. Il faut savoir que certains garçons jouaient encore en district il y a trois ans ! Aujourd’hui, ils sont en Gambardella contre Saint-Étienne et on joue le haut du tableau en R1. C’est une satisfaction personnelle et à la fois pour ces jeunes qui le méritent parce qu’ils travaillent beaucoup.

Quels sont les points forts de ce groupe ?

La solidarité et l’entente. Ils se connaissent aussi, la base est là et joue ensemble depuis quelques années. Ils sont contents de se retrouver que ce soit au foot ou en dehors. Et ils aiment le foot. Quand il y a tous ces ingrédients, tout est réuni pour faire une bonne saison.

Et vous en tant que coach, vous insistez sur quels points ?

La rigueur et la tolérance à l’erreur ! On a le droit de perdre le ballon, de faire une mauvaise passe ou autre, mais après il faut travailler pour l’équipe et tout faire pour rattraper son erreur. En ce qui concerne le jeu, je veux que les joueurs soient capables de voir et de décider par eux-mêmes, qu’ils aient cette intelligence de jeu. Mon but premier, c’est que le joueur puisse continuer à s’épanouir et à progresser, sinon on lui met des limites.

Vous savez déjà quel sera votre discours avant le coup d’envoi ?

J’ai déjà commencé à leur parler tout au long de la semaine. Après ce qui sera important, c’est de faire redescendre la pression dès le coup de sifflet, qu’ils se relâchent pour prendre du plaisir, ça reste la base de notre sport. Ce match, il faut qu’ils le jouent, pas qu’ils le regardent. Qu’ils le vivent pour ne pas avoir de regret.

Un mot pour le public et vos supporters ?

On a gagné à Louhans et tiré Saint-Étienne pour ce tour, on va réussir à faire venir le public au stade. Maintenant l’important c’est de savoir si on va les faire revenir ! Après, je peux leur dire que ces jeunes sont issus de la formation mâconnaise et veulent vraiment le rendre au club, ils travaillent et s’investissent pour cela. Ils font vraiment le maximum pour réussir. On l’a vu au moment des grèves, tout le monde s’est débrouillé pour être présent aux entraînements, même ceux qui viennent de plus loin.

 

Propos recueillis par Delphine Cresson

 

Rendez-vous dimanche 15 décembre à 14 h 30 au stade Pierre Guérin pour les encourager. Entrée gratuite pour tout le monde. Tribune couverte.

 

 

FOOTBALL ufm gambardella 2.JPG

Kevin Amorim, le coach des U18, est au club depuis treize ans (Photos : Communication UFM)