SPEAKER CBBS - 1.jpg

Le match vu par le speaker - la chronique de Rémy Mathuriau. A dévorer d'un bloc !

Bonjour za toutes zé ta tous pour cette première rubrique du match vu du speaker de cette nouvelle année. Et comme le disait si bien Marcel Pagnol, il y a Marius, César et pis Fanny.

Et en ce début 2020, c’est l’Epiphanie. Moment convivial et chaleureux de l’année pendant lequel tout le monde se souhaite des bons vœux et de la bonne santé et patati et patata… En parlant de santé, hier au Cosec, avec toutes les poignées de mains et les embrassades des 900 personnes présentes, le nombre de gastros en Saône-et-Loire a dû augmenter grandement le temps d’un après-midi.

La couleur des cartes a dû aussi virer du rose clair au rouge grenat. Je ne serais pas surpris d’un absentéisme professionnel important ce matin, d’une recrudescence de vente de cuvette, et de rouleaux de Moltonel. Bref, les virus sont faits pour être échangés entre nous, sinon on se fait traiter d’égoïste.

Donc, du coup, le Cbbs et moi-même adressons tous nos vœux aux lecteurs de macon-infos. Vœux de bonne année, de bananier, de pommes sautées, de bonne santé, de qualité, de satiété, de chasteté, et de tous les mots se terminant en Té (comme les châteaux).

Bon ! Qui c’est qui qu’on reçoit déjà ?

Mais qui c’est donc qui sonne à la porte pour ce premier match de la phase retour, et également premier match à domicile de 2020 pour nos Pinkies. Ah oui !! Le BL3M pour Basket Lattes Montpellier Méditerranée Métropole.

Oui, Montpellier, petite commune du sud de la France, avec combien d’habitants ? Oui, d’accord un p’tit 300 000, dont quelques-uns contaminés par la gastro charnaysienne depuis hier. Equipe de haut de tableau qui colle aux fesses des lyonnaises de l’Asvel au classement. Club qui évolue également en Euroligue. Et c’est la raison pour laquelle, le match s’est déroulé le dimanche après-midi, en lieu et place du samedi soir. Et aussi équipe contre laquelle les Pinkies avaient perdu de 8 petits points lors du match aller, lors de l’Open LFB à Paris.

Bon ! Qui c’est qui veut être dans le kop ?

Sous l’impulsion d’un partenaire du Cbbs, un vrai kop devrait se mettre en place lors des matchs à domicile. On le voit dans les autres clubs. 12 personnes, 2 tambours et ça encourage à donf. Alors, essayons de fédérer tout ça autour de Stéphane, Mika et Patrick, qui ont donné de la voix hier. Vous voulez être plus que spectateur, vous avez des airs connus et entrainants en tête. Bingo ! Vous êtes la bonne personne. Le Cbbs compte sur vous. Rejoignez le kop.

Bon ! Qui c’est qui qu’on a dans le public ?

Bon là, je ne déconne plus. Jean-Pierre Siutat en personne était présent. Jean-Pierre (vous permettez que je vous appelle Jean-Pierre) est le Président de la FFBB. Merci de votre présence, ça fait toujours plaisir.

Et puis, avec l’opération ‘’Do you speak Basket-Ball’ coordonnée par le Conseil Départemental de Saône-et Loire, le collège de Matour était présent. Du coup, le club de basket matourin était présent également. Celui de Buxy était aussi venu en nombre. Toute cette jeunesse bruyante a donné de la voix et du tap-tap pendant tout le match. Merci à eux, sans oublier leurs présidents, leurs profs, et leurs accompagnateurs. Chapeau !

Bon ! Qui c’est qui donne le coup d’envoi ?

Après la présentation des deux équipes, c’est la charmante Florence Battard, Vice-Présidente du Conseil Départemental 71 qui donne le coup d’envoi du match. Le Domaine de la Denante de Davayé, ainsi que la Cave des Orfèvres du Vin de Charnay, se tenaient en embuscade, avec tire-bouchons à la main, pour l’après-match. Merci à tous.

Bon ! Qui c’est qui est à l’infirmerie ?

Ce n’est plus un secret pour personne. L’équipe des Pinkies est amoindrie par les blessures et autres aléas (jacta est pour les chauds latins) du haut niveau. Romane se remet doucement, Téa a toujours son entorse, et Jordan, souffrante du genou, est en arrêt jusqu'en février.

Du coup, les dirigeants du Cbbs sont retournés encore une fois à la chasse à la joueuse. Et leur choix s’est porté sur Mikaéla Ruef, joueuse américaine de 30 ans pour 1.91 m. Trop juste pour être qualifiée ce week-end, elle le sera certainement samedi prochain à Saint-Amand. Bienvenue à Mikaéla. Victorine Thiaw et Constance Ruedin du Centre de Formation sont sur la feuille de match. Sympa. De l’autre côté, Montpellier vient sans sa joueuse fétiche, Stéphanie Mavunga, meilleure marqueuse et meilleure rebondeuse du championnat, mais blessée. Ouf ! C’est toujours ça de moins. Si ça peut aider nos Pinkies.

Bon ! Qui c’est qui dit que c’est parti pour quarante minutes de basket de haute voltige comme on dit chez Pinder ?

Pif Paf, ça démarre sur les chapeaux de roues pour les Héraultaises qui prennent les devants, et marquent les six premiers points en trois minutes. Laetitia loupe ou rate (qui se dilate) son premier lancer-franc, mais enquille le second. Diandra Tchatchouang augmente le score de deux points, et il faut attendre l’entrée de Sixtine Macquet (meilleure marqueuse du match avec 22 pts), et ses quatre points d’affilée (d’oranges) pour réduire le score (5-8).

Vexée de la tournure, Laetitia Kamba propulse le premier 3 points de Montpellier. Ornella Bankolé en remet deux de suite. La Pinkie Prescillia Lezin leur répond du tac au tac, et marque un 3 points. Sixtine, toujours présente remet un 2 points. Mais Gabby Williams (Oh Gaby, tu n’devrais pas m’laisser la nuit) attend les deux dernières secondes pour marquer son 3 points bien à elle (12-22). Bon l’évier ne déborde pas, mais il va falloir surveiller le niveau.

Bon ! Qui c’est qui démarre le second ¼ temps ?

Ben du coup, Montpellier démarre comme il a terminé. Avec un 3 points. Puis quatre de plus, avant que Laetitia Guapo n’en mette un (14-29). Samantha Whitcomb, la buveuse de Picpoul, augmente le score de trois points. Sixtine ne s’en laisse pas conter (comme le fromage), revient à la charge, et marque 2 points (16-32). Pauline Lithard met 2+1 de suite. Mais Samantha Whitcomb balance un 3 points.

Du coté charnaysien, il faut attendre près de trois minutes pour voir Promise marquer (de la gare). Les Montpelliéraines excitées comme Emile Zola et son frère Gorgon au salon du fromage, font un festival à 3 points. Promise, à qui il ne faut rien promettre, balance enfin un 3 points. Et les Latteuses terminent ce ¼ temps comme elles ont débuté. Avec un 3 points d’Ornella Bankolé (28-55). Mon évier se remplit toujours, mais j’ai la main sur la bonde (comme James).

Bon ! Qui c’est qui fait quoi lors de la mi-temps ?

Rien de spécial sauf d’aller acheter des sucettes à mes deux chicoufs (chic ils arrivent, ouf ils repartent), qui pour faire râler leur grand-mère, faisaient exprès d’encourager l’équipe adverse. Pff !!

Bon ! Qui c’est qui entame la seconde mi-temps ?

En moins de temps qu’il n’en faut à une personne végane pour se viander en vélo, Gabby Williams (Saurin) prend les commandes de ces vingt dernières minutes. Mais Sixtine, puis Laetitia, puis Sixtine, puis encore Laetitia par deux fois entretiennent le suspens en enquillant du point. Avant que Promise ne balance un exocet qui vaut 3 points.

Bon faut souligner que pendant ce temps-là, les Gazelles du sud ne sont restées ni les bras croisées, ni la bouche bée (44-67). Sixtine en profite pour marquer 5 points d’affilée. Mais les paniers à 3 points titillent les Héraultaises, et elles en remettent deux de suite (51-77). La fin du troisième ¼ temps buzze. Mon évier déborde, j’ouvre la bonde en grand, pour faire de la place.

Bon ! Qui c’est qui va remporter le dernier ¼ temps ?

Montpellier met deux fois 3 points, alors que Kristen Mann ne marque que 2 points. Les mangeuses de chicoumeille font chou blanc pendant deux minutes. Les Pinkies en profitent pour remonter au score de 5 points. Mais, il en faudrait un peu plus. Pendant que les joueuses de Lattes blablatent, les grandes girls en rose font ce qu’elles peuvent pour tenir la tête haute (fluctuat nec mergitur). Manuela Hatchi y va de son panier à 2 points.

Matthieu fait entrer Victorine pour les quatre dernières minutes. Avant que les Euroliguiennes marquent les deux derniers 3 points (sur 18) de cette rencontre. Score final 62-95.

Dites Jean-Pierre (vous permettez que je vous appelle Jean-Pierre), serait-il possible de faire en sorte que les équipes évoluant en Euroligue ne puissent pas marquer à 3 points, lorsqu’elles jouent contre Charnay. Je vous laisse réfléchir là-dessus. Merci d’avance Jean-Pierre (je me suis permis de vous appeler Jean-Pierre).

Finalité, les Gazelles ont dévoré les Panthères. La nature n’est plus ce qu’elle était. S… de changement climatique.

Bon ! Qui c’est qui va se passer ensuite ?

Je ne vais pas vous bourrer le mou. L’Asvel et Montpellier de suite, faut quand même y digérer. Les Pinkies emportent tout de même le troisième ¼ temps. Sixtine sort un gros match. Il en reste dix à jouer. Matthieu, Lucas et leurs joueuses vont trouver des solutions pour les échéances à venir. C’est sûr. Et puis Mikaéla est là. Elle va forcément apporter sa pierre à l’édifice. Ne lâchez rien !

Rappel à tous : pensez déjà à réserver votre samedi 8 février. En effet, la soirée Saucisson Beaujolais revient. Elle se déroulera après le match des NF2. Une seule adresse pour les réservations : veterans@cbbs-basket.fr

Direction Saint Amand les Eaux le week-end prochain. Ensuite, réception de la Roche Vendée le samedi 22 février à 20h00 au Cosec de Charnay.

 

Duel des scoreuses : Sixtine 22 pts  et Promise 17 pts pour le Cbbs

Ornella Bankolé 15 pts – Diandra Tchatchouang 14 pts pour Montpellier

Rémy MATHURIAU

 

BASKET CBBS MONTPELLIER 1901 - 2.jpg

 

BASKET CBBS MONTPELLIER 1901 - 20.jpg

BASKET CBBS MONTPELLIER 1901 - 10.jpg