jeudi 28 mai 2020
  • TREMA MACON NOUVELLES REGLES (2).jpg
  • VOTRE ANNONCE ICI.jpg
  • CREMANTS VIGNERONS IGE MAIJUIN20202 - 1.jpg

CORONAVIRUS ARS BFC2 - 1.jpg

Actualisé − 795 décès sont à déplorer en milieu hospitalier et 552 dans les établissements médico-sociaux depuis le début de l'épidémie de Covid-19. Plus de 2.200 patients sont sortis d'hospitalisation.

 

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 26 avril :

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté

Grâce au respect du confinement et des gestes barrières,

de nombreux indicateurs confirment une lente décrue de l’épidémie

 

Le nombre de patients en réanimation passe pour la première fois depuis le 28 mars sous la barre des 200.

D’autres paramètres publiés par Santé Publique France cette semaine, comme l’évolution du taux de positivité des tests, témoignent d’une lente décrue de l’épidémie. Les personnes présentant des facteurs de risques et les personnes âgées demeurent des publics particulièrement vulnérables à ce virus.

Les données journalières de suivi de l’épidémie de coronavirus dans la région font état de 1218 hospitalisations ce dimanche, dont 194 en service de réanimation, 795 décès à l’hôpital depuis le début de l’épidémie et 2 237 patients sortis d’hospitalisation. A noter que depuis la fin du mois de mars, c’est la première fois que le nombre de patients en réanimation est inférieur à 200 (193 le 28 mars).

Au-delà de ces données hospitalières, Santé Publique France* met en évidence d’autres indicateurs qui témoignent de la décrue de l’épidémie dans la région :

- 939 actes de SOS Médecin sur 10 000 ont concerné une suspicion de COVID contre 1573 la semaine précédente)

- Le taux de positivité des tests SARS-Cov-2 de trois laboratoires de ville (Eurofins, Biomnis et Cerba) s’établit à 12% contre 20% la semaine précédente. Dans le même temps, le taux de positivité des tests effectués par les deux CHU de la région, s’établit à 15 % contre 23% la semaine précédente.

Pour encourager cette tendance, le respect des gestes barrière et la distanciation physique sont impératifs.

Vigilance pour les personnes âgées et les personnes présentant des facteurs de risques


Santé publique France confirme que la grande majorité des personnes hospitalisées, y compris en service de réanimation, avait 60 ans ou plus (89,4 % et 79,9 % en réanimation).

Les caractéristiques des personnes admises en réanimation varient peu, avec une majorité d’hommes (67,6 %), un tiers des patients âgés de 45 à 64 ans, plus de 60 % des patients âgés de 65 ans et plus. Quatre patients sur cinq présentaient au moins un facteur de risque (majoritairement un diabète, une hypertension artérielle, une pathologie cardiaque ou pulmonaire). D’après les certificats électroniques avec mention covid-19 dans les causes médicales de décès, 75 % des personnes décédées avaient une comorbidité connue.

*Point épidémiologique régional spécial COVID-19, 23 avril 2020.
https://www.santepubliquefrance.fr/regions/bourgog...


 

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 22 avril :

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté

Dans l’attente du décrochage de l’épidémie


Si le cap des 2 000 sorties d’hospitalisation est atteint, l’épidémie de coronavirus n’a pas encore entamé son repli en Bourgogne-Franche-Comté. 721 personnes sont décédées en établissements de santé et toujours plus de 1 300 patients sont pris en charge pour des formes graves, dont 234 en réanimation. 22 patients transférés hors région ont été rapatriés.

Le nombre des hospitalisations pour formes graves de COVID-19 reste toujours supérieur à 1 300 dans la région (1 334 ce 22 avril, 1 319 hier), signe d’un haut et long « plateau » de l’épidémie.

Responsable de 721 décès en milieu hospitalier, le coronavirus maintient un fort niveau d’activité pour les services de réanimation qui prennent en charge 234 personnes aujourd’hui, un niveau quasiment stable depuis plusieurs jours. C’est dire la nécessaire discipline collective pour respecter les règles du confinement, ne pas oublier les gestes barrières et  appliquer systématiquement les mesures de distanciation sociale.

Onze retours à domicile


Sur un total de 56 patients admis en réanimation transférés hors région (hôpitaux de Suisse, Auvergne-Rhône-Alpes, PACA), 22 ont été rapatriés.

Onze personnes ont pu regagner leur domicile, 11 sont encore hospitalisées (dont 2 en réanimation).

Vingt-neuf personnes restent hospitalisées à l’extérieur de la Bourgogne-Franche-Comté.

Cinq personnes concernées par les transferts sont malheureusement décédées.

L’Agence Régionale de Santé renouvelle ses remerciements aux opérateurs des transferts et aux hôpitaux d’accueil des patients.


 

 

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 21 avril :

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté

Plus de 10 millions de masques de protection distribués aux soignants


COVID-19 reste responsable de plus de 1 300 hospitalisations en Bourgogne-Franche-Comté, dont environ 230 en réanimation. 705 décès sont désormais enregistrés en établissements de santé. L’effort logistique nécessaire pour faire face à la crise sanitaire se poursuit, notamment par la distribution des masques de protection aux soignants.

La décrue de l’épidémie de coronavirus se poursuit très lentement en Bourgogne-Franche-Comté, où se maintient une forte tension sur l’hôpital (1 319 personnes hospitalisées) et ses services de réanimation (229 patients). 705 décès sont aujourd’hui à déplorer en établissements de santé.

1 941 patients sont recensés par Santé publique France dans les retours à domicile.

Les exigences en termes de mobilisation humaine et logistique restent donc très fortes.

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté souligne que plus de 10 millions de masques de protection ont été distribués aux soignants depuis le début de la crise sanitaire.

Près de 8, 8 millions de ces masques sont répartis suivant deux circuits (voir aussi le schéma ci-dessous) :
-un circuit de distribution dit hospitalier, organisé à l’échelle des groupements hospitaliers de territoire (GHT), et qui alimente notamment les établissements de santé et les EHPAD ;
- un circuit officinal reposant sur la très grande implication des pharmaciens, pour fournir des masques aux professionnels de santé de ville ;

L’ARS a reçu par ailleurs 1,3 million de masques, dont la répartition est assurée par ses délégations territoriales, avec l’appui des préfectures de département.

L’Agence remercie l’ensemble des donateurs, entreprises, institutions, administrations… qui par cet élan de solidarité, prennent toute leur part à la lutte active contre le coronavirus.


Le 19 avril — C'est moins qu'hier. Le nombre de malades en réa baisse aussi. « Il semble que l'épidémie aurait atteint un plateau » indique l'ARS dans son communiqué du jour. En revanche, on déplore toujours plus de morts. 

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 19 avril :

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté

La mobilisation de tous porte ses fruits :

redoublons d’efforts et restons confinés !

Tous ensemble, les habitants de notre région s’attachent à freiner la diffusion du virus en respectant le confinement, les gestes barrières et les mesures de distanciation sociale. Dans un contexte hospitalier qui demeure tendu, le respect de ces consignes doit permettre de voir se confirmer dans les jours à venir la tendance positive qui se dessine.

Ce 19 avril, 1 327 personnes sont prises en charge pour COVID-19 dans les établissements de santé de la région. La tension que fait peser l’épidémie sur notre système de santé reste très forte, en particulier sur les services de réanimation où 239 malades sont pris en charge.

657 décès sont enregistrés en milieu hospitalier et 1 839 retours à domicile sont recensés à l’échelle régionale. Ces données confirment toutefois la tendance observée depuis plusieurs jours : avec une légère diminution du nombre de personnes hospitalisées et du nombre de personnes placées en réanimation, il semble que l’épidémie ait atteint un plateau. En respectant le confinement, chacun contribue à cette lente décrue qui s’amorce et qui doit se confirmer dans les prochains jours.

L’impact majeur de l’épidémie sur la population régionale


Le dernier point épidémiologique de Santé publique France (du 16 avril) confirme que l’épidémie touche durement la population de notre région, en particulier les personnes vulnérables, notamment les personnes âgées.

La tendance est à la baisse depuis fin mars pour plusieurs indicateurs de recours aux soins pour suspicion de covid-19, en ville comme à l’hôpital. A noter que la majorité des passages aux urgences (réseau Oscour®) concerne les 15-44 ans (34,4 %) et les 65 ans et plus (33 %) alors que les associations SOS Médecins sont sollicitées par une population adulte jeune (15-64 ans).

Même s’il demeure à un niveau très élevé, le nombre de patients hospitalisés en réanimation est en légère baisse, en lien avec une diminution du nombre de nouvelles admissions depuis fin mars. Ce sont les hôpitaux de Côte-d’Or, du Doubs, de la Saône et Loire et du Territoire-de-Belfort (l’Hôpital Nord Franche-Comté desservant le territoire du pôle métropolitain NFC), qui accueillent le plus de malades.

L’étude pointe également les caractéristiques des cas admis en réanimation : au 15 avril, 114 hommes pour 53 femmes, avec un âge moyen de 65 ans, identique selon le sexe. Un patient sur cinq ne présentait pas de facteur de risque. Les autres patients présentaient des facteurs tels qu’une hypertension artérielle, du diabète, des pathologies cardiaques ou pulmonaires. Plus de trois personnes décédées en réanimation sur quatre présentaient une comorbidité, ce qui est aussiobservé sur l’ensemble des décès certifiés par voie électronique avec mention covid-19 (Inserm- CépiDC).

Les personnes âgées sont particulièrement impactées par l’épidémie. Au 15 avril, la majorité des personnes hospitalisées (72,6 %), y compris en réanimation, avaient 70 ans ou plus. Du 1er mars au 14 avril, 2 614 cas de Covid confirmés ou possibles parmi les résidents ont été signalés dans les Ehpad.


Actualisé : Plus de 1 700 personnes sont sorties d'hospitalisation. 

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 18 avril :

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté

Les premiers effets positifs du confinement incitent à ne pas relâcher l’effort.



En vigueur depuis un mois, le confinement commence à produire ses premiers effets dans notre région. L’épidémie reste toutefois très active sur notre territoire, avec des besoins hospitaliers importants. Le respect des consignes de confinement est plus que jamais de mise particulièrement à l’occasion des week-ends printaniers.

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté appelle à rester vigilants, mobilisés et prudents alors que ce 18 avril, 1351 patients sont pris en charge pour COVID-19 dans les établissements de santé de la région.

Parmi ces patients, 255 nécessitent des soins lourds dans les services de réanimation. 644 personnes sont décédées en milieu hospitalier depuis le début de l’épidémie et 1788 personnes sont sorties d’hospitalisation.

La tension est donc toujours importante sur notre système de santé. Toutefois, ces données confirment la tendance observée depuis plusieurs jours : avec une légère diminution du nombre de personnes hospitalisées et du nombre de personnes placées en réanimation, il semble que l’épidémie ait atteint un plateau.

Dans ce contexte qui demeure tendu, il convient donc de maintenir l’effort collectif et de respecter les consignes de confinement, les gestes barrière et les mesures de distanciation sociale, pour que cette tendance se confirme dans les jours à venir.

Le total se porte à plus de 600 morts dans les hôpitaux de la région depuis le 12 mars. Une note d'espoir néanmoins avec 1 659 retours à domicile, soit 65 personnes de plus en 24h contre 29 hospitalisations. Le nombre de personnes placées en réanimation augmente encore. 


Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 16 avril :

 

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté

Multiplier les tests, identifier et isoler les malades

 

Avec 1 370 cas de COVID-19 hospitalisés, dont 279 en réanimation, 607 décès à l’hôpital et 1 659 retours à domicile enregistrés, l’épidémie reste intense dans la région, où la montée en charge des tests de dépistage s’organise, dans la perspective de la sortie du confinement.

Tester, à compter de la sortie du confinement, toute personne présentant des symptômes du coronavirus, pour identifier et isoler les malades : l’ARS Bourgogne-Franche-Comté est pleinement engagée pour atteindre cet objectif fixé par le Président de la République.
La stratégie de tests repose actuellement sur les tests diagnostiques virologiques dits « PCR », qui détectent si la personne est porteuse du virus au moment où ils sont pratiqués. Des tests sérologiques fiables, permettant pour leur part d’établir si la personne a rencontré le virus et est immunisée, ne sont pas encore disponibles.

Jusqu’alors, les tests pratiqués visaient les malades graves hospitalisés, pour les prendre en charge dans les bons services, les personnels soignants présentant des symptômes, en vue de les isoler des patients, les 3 premiers résidents symptomatiques des établissements médico- sociaux, ainsi que les patients fragiles, malades chroniques, femmes enceintes, pour surveiller leur évolution.

Dans les structures médico-sociales et les EHPAD en particulier, la stratégie de tests est désormais élargie :

  • à tout le personnel soignant, même sans symptôme, là où le virus fait son apparition chez les soignants,

  • et seulement s’il est possible d’aménager des unités dédiées aux seuls malades, à tous les résidents dans les établissements dans lesquels de premiers cas ont été confirmés.

    Augmenter la capacité de tests

    Pour atteindre les objectifs nationaux au terme du confinement, la capacité de tests doit augmenter en s’appuyant sur :

    - tous les centres hospitaliers de la région,
    - tous les laboratoires de biologie médicale privés,
    - tous les laboratoires qui ne pratiquent pas la biologie humaine d’habitude (laboratoires de recherche, vétérinaires et départementaux) mais sont prêts à mettre leur capacité de test à disposition d’un laboratoire de biologie médicale public ou privé.

Cette montée en charge repose aussi sur le déploiement de capacités de tests à haut débit pour renforcer les laboratoires existants.

Dans le secteur médico-social, près de 65 établissements, en très grande majorité des EHPAD, d’ores et déjà été identifiés comme prioritaires en accord avec les préfectures et les conseils départementaux, ont engagé le processus de dépistage des soignants et/ou des résidents.

A ce stade, en moins de trois semaines, plus de 3 600 tests ont été réalisés dans les établissements médico-sociaux de Bourgogne-Franche-Comté.

 

 

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 15 avril :

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté
Air, eau, alimentation, activité physique :

Recommandations-clés pendant le confinement

La tension que maintient l’épidémie de coronavirus sur le système de santé régional témoigne de l’importance d’un strict respect du confinement. Quelques rappels utiles pour une hygiène générale de vie au quotidien, chez soi.

La prolongation du confinement reste essentielle pour que la tension sur le système hospitalier puisse se réduire en Bourgogne-Franche-Comté qui recense ce 15 avril, 1 341 patients atteints par le coronavirus hospitalisés, dont 274 en réanimation.
581 décès sont à déplorer en établissements de santé ; 1 594 retours à domicile étant répertoriés par ailleurs.

S’agissant des décès en établissements médico-sociaux, une exploitation nationale par Santé publique France des signalements des établissements est en cours, afin de fiabiliser le suivi épidémiologique au niveau national. La diffusion des données régionales interviendra dans les prochains jours. Ce délai n’a évidemment aucun impact sur l’appui opérationnel quotidien que l’Agence apporte aux établissements confrontés à des difficultés.

Pour le grand public, les gestes barrières et la distanciation sociale demeurent des impératifs d’actualité .
L’Agence Régionale de Santé tient aussi à rappeler quelques règles d’hygiène de vie générale, à mettre en œuvre au quotidien.

Aérer son logement chaque jour

Les environnements clos peuvent exposer à des polluants divers. Il est donc important d’aérer son logement au moins 10 minutes par jour et davantage pendant les activités de bricolage, ménage, cuisine... Autre précaution : ne pas gêner le fonctionnement des systèmes d’aération et veiller à leur entretien régulier.

Boire de l’eau du robinet

Alliée indispensable dans la lutte contre la contamination, l’eau permet un lavage régulier des mains en toute sécurité, mais aussi une bonne hydratation.
Produit alimentaire le plus contrôlé, elle fait l’objet de toute l’attention des services d’eau potable qui poursuivent leur mission en assurant le bon fonctionnement des installations de production, de traitement et en veillant à sa qualité.

Des analyses d’autocontrôle complètent celles réalisées par l’ARS aux points de production et sur le réseau de distribution. L’ensemble de ce processus garantit une eau de qualité au robinet. Privilégier l’eau du robinet plutôt que l’eau en bouteille permet aussi de limiter les déplacements et de respecter au mieux les mesures de confinement.

Adapter et équilibrer son alimentation

Pourquoi est-il important de se réunir autour de repas réguliers ? Comment varier son alimentation ? L’adapter à tout âge (enfants, adolescents, futures mamans, adultes, séniors...) Le site Manger Bouger donne toutes les clés de la nutrition-santé adaptées à cette période de confinement. En montrant que la créativité et le plaisir ne sont pas incompatibles avec l’équilibre alimentaire.

Pratiquer une activité physique minimale

Une pratique minimale d’activités physiques dynamiques est recommandée, correspondant à 1 heure par jour pour les enfants et les adolescents, 30 minutes par jour pour les adultes. En complément, il est également conseillé de réaliser plusieurs fois par semaine des activités variées renforçant les muscles et améliorant souplesse et équilibre.

En parallèle, penser à réduire son temps passé en position assise ou allongée, à rompre les périodes prolongées passées en position assise par quelques minutes de marche et d’étirements, au minimum toutes les 2 heures.

Le ministère des Sports accompagne le grand public pour maintenir une activité physique régulière : site du ministère des Sports



Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 14 avril :

 

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté

L’opération « Prêter main forte » pour venir en aide aux établissements

 

Alors que l’épidémie de coronavirus continue de toucher durement la région, le site prêtermainforte s’ajoute à #Renforts-Covid. Des interfaces digitales simples pour permettre aux soignants comme aux non-soignants de mettre leurs compétences au service des hôpitaux et établissements médico-sociaux.


« Rester vigilants, mobilisés, prudents ». L’ARS Bourgogne-Franche-Comté relaie ce message du ministère des Solidarités et de la Santé alors que ce 14 avril, plus de 1 300 personnes (1 361) sont prises en charge pour COVID-19 dans les établissements de santé de la région. Parmi ces patients, 285 nécessitent des soins lourds dans les services de réanimation.

551 personnes sont décédées en milieu hospitalier depuis le débit de l’épidémie. Santé publique France ne recense pas de nouveau décès signalé en établissement médico-social.

Par ailleurs, 1 488 personnes sont sorties d’hospitalisation.

La solidarité qui prévaut à l’échelle régionale dans l’organisation de la réponse sanitaire à l’épidémie, se manifeste aussi pleinement en écho aux appels à des renforts pour les établissements mobilisés.

200 bénévoles en Bourgogne-Franche-Comté


Lancée ce week-end dans toute la France, la nouvelle plateforme prêter main forte rencontre déjà un franc succès : 1 500 bénévoles déclarés à l’échelle nationale en trois jours, dont 200 pour la Bourgogne-Franche-Comté.

Objectif de ce dispositif co-construit dans la région avec l’ARS Bourgogne Franche-Comté et le soutien de beta.gouv.fr : faire correspondre une offre de bénévoles disposant de compétences hors du champ du soin, avec les besoins de renforts ponctuels des établissements de santé et médico-sociaux.

Que ces besoins concernent l’accueil, l’administratif, la communication, l’informatique, la logistique ou la restauration…

Toute personne dont le profil métier permet de prêter main-forte quelques heures ou quelques jours peut se porter candidat sur le site : https://www.pretermainforte.fr/ prêter main forte a été conçu par des citoyennes et citoyens bénévoles sur le modèle des startup d’État.

Ce nouveau service complète le dispositif #Renforts-Covid qui permet quant à lui la rencontre entre les besoins urgents des établissements de santé et médico-sociaux et les compétences de soignants (étudiants, actifs, retraités...).

Plus de 2 440 volontaires se sont déclarés sur le site https://www.renfort-covid.fr/ sur lequel 470 établissements se sont inscrits.

1 200 demandes de renforts ont été formulées, essentiellement pour des compétences d’aides soignants et d’infirmiers. Plus de 440 besoins ont déjà été pourvus.


Le 13 avril - 12 décès supplémentaires dus au covid ces dernières 24h dans les hôpitaux de la région. Aucun décès dans les EHPAD. 284 personnes en réanimation, soit 6 personnes de plus en 24h. Les sorties d'hôpital progressent aussi.

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé Bourgogne-Franche-Comté du 13 avril 2020 :

 

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté
Toujours un haut niveau d’activité dans les services de réanimation

 

Les établissements de santé de la région restent fortement mobilisés pour prendre en charge près de 1 300 personnes atteintes par des formes graves du coronavirus et 512 décès sont désormais imputables au COVID-19.

Le nombre de patients hospitalisés dans la région pour des formes graves de COVID-19 oscille toujours autour de 1 300 patients (1 309 ce 13 avril). La tension que fait peser l’épidémie sur le système de santé de Bourgogne-Franche-Comté reste très forte, en particulier sur les services de réanimation, où 284 malades sont pris en charge, un chiffre qui peine à se stabiliser.

512 décès sont enregistrés en milieu hospitalier, aucun nouveau décès n’ayant été signalé entre hier et aujourd’hui concernant les établissements médico-sociaux accueillant des personnes fragiles.
1 463 retours à domicile sont recensés à l’échelle régionale.

Vigilance nécessaire pour toutes les tranches d’âges

D’après le dernier point épidémiologique de Santé publique France *, qui apporte son expertise à l’ARS pour l’aide à la décision, au 8 avril, près des trois quarts (74%) des patients hospitalisés en Bourgogne-Franche-Comté étaient âgés de plus de 60 ans, la tranche d’âge la plus représentée étant celle des 80-89 ans (environ 30%).

Dans les services de réanimation, la proportion des plus de 60 ans est semblable, à 75 %.
Plus d’une personne sur cinq admise en réanimation ne présentait pas de facteur de risque comme une obésité, un diabète ou de l’hypertension artérielle.

Si le taux d’hospitalisation diminue avec la classe d’âge et tombe à moins de 10% pour les 50-59 ans, ces personnes représentent toutefois 16% des admissions en réanimation.

La grande majorité des décès surviennent chez des personnes âgées de plus de 70 ans (87%).

Mais les sorties d’hospitalisation concernent aussi toutes les tranches d’âge avec 38% pour les plus de 70 ans.

 


Le 12 avril - Ces dernières 24h, les hospitalisations continuent d'augmenter et la tension ne faiblit pas, avec 278 malades pris en charge par les services de réanimation. En revanche, 1 441 personnes sont sorties d’hospitalisation. L'ARS rappelle qu'il ne faut pas renoncer aux soins indispensables. 

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé Bourgogne-Franche-Comté du 12 avril 2020 :

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté

Ne pas renoncer aux soins indispensables !

 

L’épidémie de COVID-19 est désormais responsable de 500 décès en milieu hospitalier en Bourgogne-Franche-Comté. Respecter sans relâche les règles du confinement ne signifie en aucun cas devoir renoncer aux soins indispensables.

Près de 1 300 patients (1 294) sont soignés dans les hôpitaux de la région pour des formes graves du coronavirus, un chiffre qui augmente toujours et continue d’exiger un très haut niveau de réponse sanitaire. La tension ne faiblit pas, en particulier sur les services de réanimation, où 278 malades sont pris en charge.

Le COVID-19 est responsable de 500 décès en établissements de santé. Au sein des établissements médico-sociaux de la région, aucun nouveau décès lié au COVID-19 n’a été signalé depuis hier. 1 441 personnes sont par ailleurs sorties d’hospitalisation.

Ces données montrent qu’il demeure absolument indispensable de rester chez soi, dans un but de protection individuelle et collective.

Le confinement ne doit pas être un obstacle à la continuité des soins essentiels dont l’Agence Régionale de Santé souligne l’importance, pour ne pas retarder indûment une prise en charge et risquer une perte de chance.

La continuité doit être assurée tout particulièrement pour les patients atteints d’une maladie chronique ou de troubles psychiatriques, les femmes enceintes et les jeunes enfants, les personnes nécessitant une intervention chirurgicale urgente, mais également des prises en charge médicales ne pouvant être différées, comme la cancérologie.

Ces soins et examens indispensables sont maintenus et accessibles, en ville comme à l’hôpital. Grâce à tous les acteurs, une organisation territoriale cohérente est effective en Bourgogne-Franche-Comté. Toutes les précautions sont prises pour que l’accueil des patients non-porteurs du virus se fasse dans les meilleures conditions et que le risque de contamination soit évité.

Dans leurs cabinets, en maisons de santé… les professionnels libéraux se sont organisés pour recevoir les patients en toute sécurité.

Hôpitaux et cliniques de la région proposent aussi des circuits de prise en charge distincts pour les patients porteurs du COVID et des secteurs hospitaliers hors COVID.

L’ARS rappelle enfin que face à toute urgence courante, les centres 15 sont mobilisés pour orienter les patients en fonction de leur situation médicale.


 

Le 11 avril - C'est 43 personnes de moins. Mais 4 personnes de plus sont décédées dans les hôpitaux de la région ces dernières 24h. L'ARS appelle à la vigilance quant aux accidents domestiques, intoxications et automédication.

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 11 avril 2020 :

 

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté
Accidents domestiques, intoxications, automédication : attention !

 

L’épidémie de COVID-19 maintient une forte pression sur le système de santé régional avec plus de 1 200 personnes hospitalisées. 478 décès sont à déplorer en établissements de santé et 4 de plus qu’hier dans les établissements médico-sociaux de Bourgogne-Franche- Comté. Mot d’ordre collectif : rester chez soi, en étant attentif aux risques d’accidents et d’intoxications, en particulier des plus jeunes.

Alors que 1 411 personnes sont de retour à domicile en voie de guérison, 1 239 patients sont soignés dans les hôpitaux de la région pour des formes graves de COVID-19. Parmi ces malades, 278 sont pris en charge dans les services de réanimation.
478 décès sont à déplorer en milieu hospitalier, 4 de plus qu’hier dans les établissements médico-sociaux de Bourgogne-Franche-Comté.

L’indispensable confinement peut favoriser la survenue d’accidents domestiques impliquant en particulier les enfants, comme l’observe l’Association française des centres anti-poison et de toxico-vigilance, qui rappelle quelques gestes simples pour les éviter :

Des gestes simples pour éviter les accidents domestiques

-Ranger les produits ménagers ou professionnels dans un placard fermé ou en hauteur,
-Placer les flacons de solutions hydro-alcooliques hors de portée des jeunes enfants après leur utilisation,
-Ranger tous les médicaments en hauteur ou dans une armoire à pharmacie fermée,
-Ne pas transvaser de produits en dehors de leur récipient d’origine,
-Ne pas mélanger les produits entre eux, surtout s’ils contiennent de la javel,
-Porter des protections adaptées (notamment des yeux) pour la fabrication/utilisation des produits, -Surveiller les jeunes enfants pour qu’ils n’ingèrent pas des objets (piles bouton, billes métalliques ou billes / perles d’eau).

Les centres anti-poison assurent des téléconsultations médicales gratuites, en urgence, 24 heures sur 24. Pour la Bourgogne-Franche-Comté, le numéro à composer est celui du centre de Nancy : 03 83 22 50 50.

Vigilance sur les produits du quotidien

L’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) alerte également sur les intoxications liées à la désinfection et aux situations à risque. L’ANSES émet en particulier des recommandations concernant les nettoyants et désinfectants, les solutions hydro-alcooliques, l’usage des huiles essentielles...

L’ARS et le Réseau Régional de Vigilance et d’Appui (RREVA) Bourgogne-Franche-Comté insistent encore sur les dangers de l’automédication en rappelant aussi qu’il est fondamental de garder à l’esprit qu’aucune prescription n’est sans risque.

Il est impératif de signaler tout effet indésirable lié à la prise des traitements au centre régional de pharmacovigilance territorialement compétent et/ou sur le portail national du signalement des événements sanitaires indésirables : https://signalement.social-sante.gouv.fr/


Depuis hier, c'est un peu moins que les sorties d'hôpital. Avec 290 malades admis en réanimation, « la tension est toujours forte sur le système de soin » précise de le communiqué de l'ARS.

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 9 avril 2020 :

 

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté

Allier sécurité et humanité dans l’accompagnement des défunts

 

459 décès pour COVID-19 sont à déplorer en milieu hospitalier en Bourgogne-Franche- Comté ; 275 dans les établissements médico-sociaux. Des dispositions funéraires spécifiques s’appliquent, qui concilient au mieux sécurité sanitaire, dignité du défunt, deuil des proches.

Les hospitalisations pour formes sévères de COVID-19 dans la région (1 282) sont depuis hier légèrement inférieures aux sorties de personnes en voie de guérison (1 309). 290 patients sont pris en charge en réanimation pour des formes graves. Ces chiffres montrent une pression toujours forte sur le système de soins, et la stabilité relative observée depuis trois jours doit inciter plus que jamais à maintenir et respecter les mesures de protection générale : gestes barrière et distanciation physique.

Concernant les décès, le bilan s’établit ce 10 avril à 459 en milieu hospitalier et 275 dans les établissements médico-sociaux de la région.

L’épidémie de coronavirus n’est pas sans conséquence sur la prise en charge des défunts, qui s’est organisée dans le respect des consignes sanitaires et des valeurs d’éthique et d’humanité animant les équipes de professionnels du soin et de l’accompagnement, lorsque ces décès surviennent en établissements de santé ou en structures médico-sociales.

Accompagnement des fins de vie

L’interdiction des visites extérieures applicable en établissements accueillant des personnes âgées dépendantes connaît en particulier une exception pour les proches, dans l’accompagnement des fins de vie. Par ailleurs, les ministres des cultes ont le droit de se rendre au chevet des personnes malades ou en fin de vie.

En cas de COVID-19, des précautions particulières s’appliquent à la mise en bière et à la conservation des effets personnels du défunt. Ces précautions sont rappelées aux familles par les professionnels concernés. S’agissant des opérateurs funéraires de Bourgogne-Franche-Comté, ils sont équipés de masques chirurgicaux par l’ARS.

Un circuit d’approvisionnement a été organisé à l’échelle des huit départements de la région par les délégations territoriales de l’Agence, avec le concours des préfectures.


 

Le 09 avril - 427 décès sont à déplorer dans les hôpitaux de la région et 249 dans les établissements médico-sociaux depuis le début de l'épidémie de Covid-19. Plus de 1 200 patients sont sortis d'hospitalisation.


Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 9 avril 2020 :

 

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté

Ne pas relâcher les efforts : Ensemble faisons bloc !

 

Ce 9 avril, le nombre de retours à domicile (1 237) enregistrés par Santé publique France en Bourgogne-Franche-Comté devient supérieur à celui des personnes hospitalisées pour des formes sévères de COVID-19 (1 211). Mais 427 décès sont désormais à déplorer en milieu  hospitalier ;  249  dans  les  établissements  médico-sociaux.  L’ARS  en  appelle  au respect strict des règles du confinement pour faire reculer l’épidémie de manière décisive.


Les données recueillies par Santé publique France montrent une stabilisation des hospitalisations pour COVID-19 dans la région : 1 211 personnes prises en charge, dont 283 dans des services de réanimation (contre respectivement 1 227 et 292 hier). 

Ces chiffres restent cependant très élevés et exigent une réponse sanitaire qui mobilise fortement les équipes des établissements de santé de Bourgogne-Franche-Comté.

Concernant les décès, le bilan s’établit à 427 en milieu hospitalier et 249 dans les établissements médico-sociaux de la région.

Signe encourageant, le nombre d’hospitalisations est désormais devancé par celui des sorties de l’hôpital qui concernent 1 237 personnes en voie de guérison.

Limiter ses sorties aux besoins essentiels


Les  premiers  effets  bénéfiques  du  confinement  se  mesurent  donc  dans  la  région  et  il  est maintenant primordial de les conforter en respectant strictement la consigne de rester chez soi. A l’approche du long week-end pascal, l’ARS Bourgogne-Franche-Comté relaye le message du ministère des Solidarités et de la Santé : « Le COVID-19 ne prend pas de vacances. Restez chez vous et limitez vos sorties aux besoins essentiels. » 

Les gestes barrières et la distance physique doivent être systématiques au quotidien : ensemble faisons bloc contre le coronavirus.

C’est la réplique collective à l’épidémie.


 

Le 8 avril - En Bourgogne-Franche-Comté, 412 décès sont à déplorer en milieu hospitalier et 248 dans les établissements médico-sociaux depuis le début de l'épidémie de Covid-19. Plus de 1.100 patients sont sortis d'hospitalisation.

 

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 8 avril 2020 :

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté

Personnes âgées dépendantes en établissement :

Des actions multiples, un accompagnement quotidien

Pour soutenir les établissements de la région qui accueillent des personnes âgées dépendantes (EHPAD), l’ARS Bourgogne-Franche-Comté a lancé, dès le début de l’épidémie, un ensemble d’actions visant à protéger les résidents et les personnels, renforcer les équipes, accompagner les décisions.


La hausse des hospitalisations liées aux formes sévères de COVID-19 reste continue en Bourgogne-Franche-Comté (1 227 hospitalisations), même si le nombre de patients admis en réanimation se stabilise (292). 412 décès sont recensés en milieu hospitalier ; 248 en établissements médico-sociaux. 1 160 personnes sont sorties d’hospitalisation.

La protection des EHPAD contre le risque de contamination constitue une priorité de l’ARS Bourgogne-Franche-Comté depuis l’apparition des premiers cas de COVID-19 sur le territoire.

Toutes les recommandations visant à mettre en place les mesures de protection des résidents et du personnel sont régulièrement diffusées aux 420 établissements de la région qui accueillent près de 33 000 personnes âgées : interdiction des visites extérieures hormis pour accompagner une fin de vie ; application renforcée des mesures d’hygiène et des gestes barrières ; organisation d’unités ou d’équipes dédiées en cas de suspicion de contamination au virus ; nouvelles admissions soumises à des conditions précises...

Des livraisons de masques chirurgicaux sont assurées chaque semaine pour permettre aux EHPAD de protéger personnels et résidents. Ce sont aujourd’hui près de 440 000 masques qui ont été distribués dans les EHPAD de la région depuis le début de l’épidémie.

Sur le dépistage des cas de COVID, la stratégie vient d'évoluer dans le sens d'un élargissement des tests, pour mettre en oeuvre des mesures de gestion renforcées de l'épidémie dans les établissements (identification des soignants porteurs du virus, mise en place des unités dédiées aux résidents atteints de COVID-19) et l’ARS travaille à sa mise en oeuvre concrète sur le terrain.

Structurer un dispositif d'appui territorial permanent


Un accompagnement spécifique des établissements les plus en tension, est organisé au quotidien, par des équipes médicales et administratives de l’Agence, en lien avec les conseils départementaux. Objectifs : adapter les réponses aux besoins qui peuvent relever de renfort de personnels, d’approvisionnement matériel, d’expertise gériatrique ou de soins palliatifs, ou encore de l’intervention des équipes d’hygiène.

Après un signalement initial obligatoire sur la plateforme nationale dédiée, c’est un bilan quotidien qui est réalisé avec les établissements médico-sociaux. L’Agence et les conseils départementaux assurent un suivi au plus près de la situation de chaque structure afin de mobiliser les réponses appropriées.

Des infirmières spécialisées en hygiène appartenant aux équipes mobiles d’hygiène de territoire et appuyées par des médecins hygiénistes interviennent au sein des établissements ayant signalé une infection parmi les résidents ou les personnels, pour apporter leur expertise en vue de limiter la propagation des cas.

Les EHPAD s’appuient également sur les dispositifs d’astreinte gériatrique territoriale organisée par les établissements hospitaliers. Un numéro téléphonique est ainsi accessible tous les jours, voire les nuits et week-end, dans certains groupements hospitaliers de territoires (GHT).

Ce recours peut faciliter une décision collégiale de procéder à une hospitalisation dans les situations qui le justifient, en évitant autant que possible un passage par les urgences. Des solutions de télémédecine peuvent être proposées. Des hotlines téléphoniques fonctionnent aussi pour répondre aux questions et besoins de prise en charge en soins palliatifs.

Les structures d’hospitalisation à domicile (HAD) sont par ailleurs mobilisées pour renforcer les équipes et assurer des prises en charge en EHPAD.

Enfin, de nombreux dispositifs de soutien psychologique sont proposés pour les professionnels, les résidents et leurs familles.

Assurer des renforts massifs et immédiats


Les ressources de soignants du dispositif #Renforts-Covid, 230 renforts déjà pourvus à ce jour, sont pleinement engagées pour intervenir en EHPAD.

Des personnels médicaux et soignants de l’Education nationale sont aussi venus en aide aux établissements qui accueillent des personnes âgées dépendantes.


ACTUALISÉ - « Ne pas renoncer aux soins essentiels pendant l'épidémie rappelle l'ARS »

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 7 avril :

 

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté

Ne pas renoncer aux soins essentiels pendant l’épidémie

 

Plus de 1 200 personnes sont aujourd’hui hospitalisées en Bourgogne-Franche-Comté pour COVID-19. La crise sanitaire ne doit pas être synonyme de renoncement aux soins.

Les hôpitaux de Bourgogne-Franche-Comté prennent en charge 1 212 personnes atteintes par le coronavirus COVID-19, dont 295 en réanimation. Le nombre de retours à domicile dépasse désormais le millier (1 077). Il n’empêche que les décès attribuables à l’épidémie continuent d’augmenter : 396 patients décédés en milieu hospitalier ; 240 personnes décédées dans les établissements médico-sociaux de la région.

Dans ce contexte, l’Agence Régionale de Santé rappelle l’importance de la continuité des soins essentiels pour ne pas retarder indûment une prise en charge dont le report pourrait entraîner une perte de chance.

Les patients concernés pas des pathologies chroniques en particulier, comme le diabète, l’hypertension, l’insuffisance cardiaque...doivent continuer de consulter leur médecin généraliste et/ou leur médecin spécialiste.

Dépistages, vaccination...

Les dépistages du cancer colorectal, du cancer du sein ou encore la vaccination de l’enfant doivent être assurés selon les calendriers prévus, sans attendre.
L’ARS Bourgogne-Franche-Comté s’est jointe au message porté ce jour par l’Union Régionale des Professionnels de Santé (URPS)/ Médecin Libéral en Bourgogne-Franche-Comté, en partenariat avec l’Assurance maladie et France Assos Santé : « se protéger ne doit pas signifier renoncer aux soins ».

En cette période d’épidémie, l’ensemble des médecins sont à l’écoute de leurs patients et se sont organisés pour maintenir une offre de soins dans des conditions de sécurité optimale.
Ils peuvent conseiller par téléphone, proposer la téléconsultation, recevoir les patients suivant des modalités horaires et des conditions permettant de réduire au maximum le risque de contamination.

L’attestation de déplacement dérogatoire précise d’ailleurs le droit de consulter un médecin, notamment pour les personnes suivies dans le cadre d’affections de longue durée.


 

Le 5 avril - L'ARS annonce dans son communiqué du jour 341 décès à l’hôpital depuis le 12 mars et 224 en établissements médico-sociaux depuis le 19 mars. C'est deux morts de moins ces dernières 24h en milieu hospitalier.

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 5 avril :

 

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté

Ne pas relâcher l’effort de confinement

Les personnes âgées particulièrement vulnérables

mais toutes les classes d’âge concernées par la maladie

Le Covid-19 est responsable à ce jour de 1120 hospitalisations dans notre région, dont 275 admissions en réanimation. On compte 341 décès à l’hôpital et 224 en établissements médico-sociaux. 942 patients sont sortis d’hospitalisation. Une étude de la cellule régionale de Santé Publique France détaille l’incidence de la maladie par classe d’âge dans notre région.

Les données chiffrées du jour sur l’incidence de la maladie montrent que le nombre de patients admis à l’hôpital continue d’augmenter mais que le nombre de patients admis en réanimation augmente plus faiblement que les jours précédents. Le nombre de patients pris en charge en réanimation s’établit toutefois à un niveau sans précédent qui exerce une tension considérable sur les établissements de santé de la région. L’infléchissement de son augmentation est le résultat du confinement qui commence à avoir un impact positif sur le système hospitalier. Il importe donc de ne pas relâcher l’effort en la matière.

Une étude de Santé Publique France précise la répartition par classe d’âge des personnes hospitalisées, placées en réanimation et décédées du coronavirus dans notre région.

Au 2 avril, l’âge des personnes hospitalisées dans notre région varie entre 9 et 101 ans, avec une médiane à 73 ans. 20 % des hospitalisations concernent des personnes âgées de moins de 60 ans et 60 % concernent des personnes de 70 ans et plus.

L’âge des personnes hospitalisées en réanimation varie entre 13 et 97 ans avec une médiane à 68 ans. 75 % des hospitalisations en réanimation concernent des personnes âgées de 60 ans et plus.

Les personnes décédées ont entre 38 et 98 ans (médiane : 82,5 ans). 87 % des décès concernent des personnes âgées de plus de 70 ans. Et 4 % des personnes décédées ont moins de 60 ans.

Pour autant, les sorties d’hospitalisation concernent toutes les classes d’âge. 35 % concernent des personnes âgées de 70 ans et plus et 45 % des personnes de moins de 60 ans. Une prise en charge assurée pour chacun quel que soit son âge.

L’organisation et l’anticipation du système de santé dans notre région permettent d’éviter la saturation de l’accueil en réanimation et garantissent à chaque patient, qu’il soit jeune ou âgé, une prise en charge de qualité selon les critères médicaux en vigueur habituellement.


 

Le 04 avril - « On observe les premiers signes de ralentissement de la croissance des cas de covid-19 en réanimation en Bourgogne-Franche-Comté » indique le communiqué du jour de l'ARS. 274 personnes sont toujours dans un état grave et en réanimation. Bilan du jour.

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 04 avril :

 

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté :

Solidarité et mobilisation sans faille

pour la protection des professionnels de santé.

On observe les premiers signes de ralentissement de la croissance des cas de covid-19 en réanimation en Bourgogne-Franche-Comté, qui compte désormais 1075 patients hospitalisés dont 274 en réanimation. L’épidémie nécessite une mobilisation sans précédent, en particulier pour assurer la protection des professionnels de santé ainsi que de tous ceux qui prennent en charge des malades.

Dans la région, la réalité du covid-19 se mesure ce 4 avril avec désormais 1075 personnes hospitalisées, dont 274 patients en état grave pris en charge en réanimation. Le bilan des décès se porte à 323 en milieu hospitalier. 911 personnes sont à ce jour sorties de l’hôpital.

Dans ce contexte qui pèse fortement sur le système de santé, l’ARS veille tout particulièrement à assurer la protection des professionnels de santé, qui ont été équipés de plus de 6 millions de masques : 4,8 millions attribués par l’Etat, dont 3,9 millions principalement destinés aux établissements de santé et aux EHPAD ainsi qu’aux professionnels du secteur médico-social, et 0,9 million par le biais des officines pharmaceutiques, à destination des professionnels de santé de ville. Cette dotation se complète des dons (1,2 million), recueillis auprès des entreprises, administrations et particuliers, qui permettent de constituer des stocks de secours et ainsi de compléter dans la mesure du possible les dotations initiales pour des professionnels ou des établissements en fonction de leur activité.

Un partenariat de grande qualité au service de la protection des soignants

Les acteurs du circuit d’approvisionnement sont pleinement mobilisés : les Groupements Hospitaliers de Territoire, les pharmaciens grossistes qui constituent des plateformes logistiques de distribution, les 50 officines relais identifiées pour approvisionner les EHPAD indépendants et les structures d’accueil des personnes handicapées, les pharmacies qui distribuent en proximité aux professionnels de santé libéraux.

L’ARS remercie les partenaires institutionnels qui participent à cette mobilisation: les Préfectures qui apportent leur aide logistique à la collecte des dons, les Conseils Départementaux qui assurent la redistribution des masques pour les services d’aide et de soins à domicile, et les Unions des professionnels de santé (médecins, infirmiers, masseurs- kinésithérapeutes, sages-femmes, chirurgiens-dentistes) qui acheminent également des masques auprès des professionnels de santé.


Le 03 avril - Plus de 300 personnes sont décédées en milieu hospitalier en Bourgogne - Franche-Comté des suites du covid-19 depuis le 12 mars. 265 personnes sont en réanimation. Tous les chiffres de ces dernières 24h dans le communiqué de l'ARS.

 

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 03 avril :

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté

Point de situation incluant des données médico-sociales

Si l’épidémie de COVID-19 est désormais responsable de plus de 300 décès en milieu hospitalier en Bourgogne-Franche-Comté, de premières estimations, en cours de consolidation, indiquent 217 décès en établissements médico-sociaux.

Les hôpitaux de la région accueillent 1 028 personnes atteintes de COVID-19, dont 265 en réanimation. La croissance de l’épidémie se poursuit, même si 835 patients sont retournés à domicile. En milieu hospitalier, 303 personnes sont décédées.
De premières indications sur les décès enregistrés dans le secteur médico-social sont désormais disponibles, ces chiffres restant à consolider sous l’expertise des épidémiologistes de Santé publique France.

285 signalements

Dans la région, qui compte près d’un millier d’établissements médico-sociaux, 285 structures ont signalé au moins un cas d’infection au COVID-19, dont 173 accueillant des personnes âgées dépendantes (EHPAD).
Près de 2 680 cas confirmés ou suspects ont été recensés chez les résidents et les personnels des établissements médico-sociaux ; 217 personnes sont décédées.

La situation des personnes âgées vivant en établissement en particulier, nécessite l’appui de tous les professionnels de santé, qu’ils soient libéraux, salariés et en établissements de santé.
Il s’agit d’assurer la continuité des prises en charge, mais également la qualité et la sécurité de l’accompagnement en soutien des professionnels.

Un suivi quotidien

L’ARS Bourgogne-Franche-Comte a mis en place une cellule régionale dédiée aux personnes vulnérables, qui se décline dans chaque département, en lien avec les conseils départementaux. Cette organisation facilite au quotidien le suivi, mais surtout l’accompagnement des situations, en priorité dans les établissements signalant des difficultés.

L’effort de coordination permet de mobiliser en temps réel les ressources et expertises adaptées mises à la disposition des EHPAD par les hôpitaux : qu’il s’agisse d’une expertise gériatrique, d’une intervention renforcée de l’hospitalisation à domicile (HAD), d’un appui méthodologique et logistique à la protection des professionnels, à l’hygiène et à la prévention du risque infectieux, à l’accompagnement en soins palliatifs etc.

Le soutien psychologique des professionnels, l’aide à la décision, l’éthique, font partie de la palette des compétences que l’Agence mobilise aussi, en tant que de besoin, dans cette crise sans précédent.

Les établissements médico-sociaux de la région sont également bénéficiaires de l’appui des soignants volontaires qui se sont portés candidats dans le cadre du dispositif #Renforts-COVID : plus de 1 500 volontaires inscrits à ce jour et 110 renforts sont déjà opérationnels en Bourgogne- Franche-Comté.


 

271 morts depuis le 12 mars en milieu hospitalier. La téléconsultation est désormais ouverte aux sages-femmes. Les détails de la situation avec le communiqué de l'ARS.

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 02 avril :

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté

Futures mères, parents, nouveau-nés :

Un parcours sécurisé dans un contexte de crise

Avec plus d’un millier de personnes hospitalisées dans les établissements de santé de Bourgogne-Franche-Comté, l’épidémie de COVID-19 nécessite une mobilisation sans précédent. Dans le contexte de cette crise sanitaire, le parcours des futures mères, des parents et des nouveau-nés est sécurisé sur chaque territoire.

La réalité du COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté se mesure ce 2 avril avec désormais plus de 1 000 personnes hospitalisées (1 017 précisément), dont 250 patients dans un état grave pris en charge dans les services de réanimation. Le bilan des décès se porte à 271 en milieu hospitalier. 746 personnes sont de retour à domicile.

Dans ce contexte, qui pèse fortement sur le système de santé et les équipes de professionnels, l’ARS Bourgogne-Franche-Comté a veillé tout particulièrement à la sécurité du parcours de périnatalité, pour répondre aux besoins des futures mères, des parents et des nouveau-nés, en chaque point du territoire.

L’ensemble des professionnels de santé hospitaliers ou libéraux ont adapté leurs organisations, en s’appuyant sur les recommandations des sociétés savantes, pour assurer une prise en charge médicale garantissant le maximum de sécurité.
L’effort de coordination et de partenariat de tous est remarquable : gynécologues-obstétriciens, sages-femmes, pédiatres, médecins généralistes, intervenants auprès des futures mères, des parents et des nouveau-nés.

La téléconsultation est désormais ouverte aux sages-femmes qui ont accès dans la région à la plateforme TELMI, mise en place par l’ARS et le GRADeS (groupement régional d’appui au développement de la e-santé). Plus de 800 web-consultations ont déjà été assurées de cette manière. Les séances de préparation à la naissance et l’entretien prénatal précoce sont également possibles dans ces conditions.

Les futurs parents sont invités à contacter une sage-femme libérale en proximité, afin de préparer au mieux la naissance de leur nouveau-né et le retour à domicile.
Au moment de la naissance, toutes les maternités de la région Bourgogne-Franche-Comté acceptent les pères en fin de travail et jusqu’à 2 heures après l’accouchement, à condition qu’ils respectent les mesures strictes de sécurité mises en place. Ils retrouveront ensuite les mamans et les nouveau-nés à leur sortie de la maternité.


Le 1er avril - 12 morts de plus ces dernières 24h. 1,2 millions de masques ont été donnés aux hopitaux de la région.

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 1er avril :

 

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté
Merci aux nombreux donateurs qui participent à la protection des soignants !

 

La croissance du nombre de personnes hospitalisées en Bourgogne-Franche-Comté du fait de l’épidémie COVID-19 reste continue, avec aujourd’hui 976 patients pris en charge, dont 229 en réanimation. 232 décès sont à déplorer en établissements de santé. Le confinement et les gestes barrières demeurent les meilleurs remparts collectifs.

Alors que la Bourgogne-Franche-Comté déplore désormais 232 décès en milieu hospitalier de l’infection à coronavirus, l’ARS Bourgogne-Franche-Comté rappelle l’importance des mesures de distanciation sociale et l’efficacité des gestes barrières : se laver les mains régulièrement, tousser dans son coude, utiliser des mouchoirs à usage unique, ne pas se serrer les mains ; arrêter les embrassades.

Le port du masque chirurgical en particulier, n’est pas recommandé sans présence de symptôme. Le masque chirurgical n’est pas la bonne réponse pour le grand public car il ne peut être porté en permanence et surtout n’a pas d’indication sans contact rapproché et prolongé avec un malade. Depuis le début de la crise, les masques sont livrés en priorité :

- aux professionnels de santé amenés à prendre en charge des patients COVID-19 en ville comme à l’hôpital ;
- aux personnes qui interviennent auprès des personnes âgées malades en EHPAD, pour limiter au maximum la transmission du virus.

1, 2 million de masques

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté salue le formidable élan de solidarité lui permettant de comptabiliser, en complément de l’approvisionnement régulier issu des circuits logistiques nationaux, des dons à hauteur de 1,2 million d’unités pour les masques de protection (d’autres équipements comme des blouses ou du gel hydro-alcoolique font aussi l’objet de dons).

L’Agence Régionale de Santé remercie les entreprises, établissements scolaires, institutions, collectivités, qui se sont manifestés et continuent à le faire en nombre. La répartition de ces matériels est assurée au bénéfice des soignants et des aides à domicile dans les 8 départements de Bourgogne-Franche-Comté, avec l’appui logistique des préfectures.


 

Actualisé - Ce sont 33 morts de plus en 24h. L'appel aux volontaires a été entendu ! titre l'ARS dans son communiqué

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 31 mars :

 

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté

#Renforts-Covid : L’appel aux volontaires entendu !

Etudiants et soignants, actifs et retraités, ont répondu à l’appel de l’opération #Renforts- Covid. Ils sont déjà 850 volontaires pour prêter main forte aux établissements de Bourgogne-Franche-Comté face à la crise sanitaire dont le bilan s’établit aujourd’hui à 220 décès en établissements de santé. 675 sorties d’hospitalisation sont recensées.

Avec 220 décès observés en milieu hospitalier et 915 patients hospitalisés en Bourgogne- Franche-Comté, l’épidémie de COVID-19 exige toujours un haut niveau de réponse sanitaire qui passe par la capacité des établissements à accueillir les patients les plus graves en réanimation. Tout au long du week-end et hier encore, les transferts de 50 malades se sont déroulés conformément à la programmation, vers des hôpitaux d’Auvergne-Rhône-Alpes et de PACA.

A ce jour, 212 personnes sont prises en charge dans les services de réanimation de la région.

Dans ce contexte, qui requiert un très fort engagement des équipes, dont certaines comptent des malades dans leurs rangs, les appels à la solidarité fonctionnent.
L’ARS Bourgogne-Franche-Comté salue cet élan solidaire avec près de 850 volontaires, qui se sont ainsi d’ores et déjà manifestés dans le cadre de l’opération #Renforts-Covid.

Le dispositif, lancé la semaine dernière, repose sur la plateforme en ligne https://www.renfort-covid.fr/ sur laquelle établissements de santé ou médico-sociaux postent leurs besoins urgents en soignants, tandis que les volontaires proposent leurs compétences pour y répondre, qu’ils soient étudiants ou diplômés, actifs ou retraités.

En trois jours 170 établissements se sont inscrits ; 23 d’entre eux ayant déclaré des besoins immédiats à hauteur de 65 postes, essentiellement d’aides-soignants, infirmiers, médecins. 13 postes sont d’ores et déjà pourvus sur l’ensemble du territoire de la région. Ces chiffres sont rapidement évolutifs, preuve du succès de cette mobilisation.

Parallèlement, d’autres professionnels de santé-agents publics (Education nationale en particulier) viennent en appui de certains établissements.


 

Le 30 mars - Ce sont 23 morts de plus en 24h dans les hôpitaux de la région. Plus de 5 300 web consultations ont été réalisées par les médecins et les sages-femmes en une semaine.

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 30 mars :

 

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté

3ème jour de transferts de patients vers d’autres régions

 

Pour prévenir la saturation des services de réanimation des établissements de Bourgogne- Franche-Comté, les transferts de patients vers d’autres régions se sont poursuivis aujourd’hui. 842 personnes sont hospitalisées pour COVID-19, dont 213 en réanimation. 187 décès en établissements de santé sont à déplorer. 605 personnes sont sorties d’hospitalisation.

Le coronavirus est responsable à ce stade de 187 décès en établissements de santé en Bourgogne-Franche-Comté, soit 23 de plus qu’hier.

Les transferts de 50 patients organisés depuis samedi se sont poursuivis aujourd’hui vers des hôpitaux d’Auvergne-Rhône-Alpes et de PACA.
Objectif : anticiper la saturation des services de réanimation de la région dans une stratégie hospitalière qui repose notamment sur des solidarités interrégionales.

Les hôpitaux prennent actuellement en charge 842 malades du COVID-19, dont 213 en réanimation.

Trente-huit malades dans un état grave jusqu’alors soignés dans les établissements de première et deuxième ligne du Doubs, du Territoire de Belfort, de Haute-Saône, de Côte-d’Or et de Saône- et-Loire, ont été évacués ce week-end ; 12 nouveaux transferts étaient programmés ce lundi, tout au long de la journée, sous la conduite d’une cellule de régulation régionale, et en articulation avec le centre de crise du ministère des Solidarités et de la Santé.

Plus de 5 300 webs consultations

La médecine de ville est également pleinement mobilisée pour faire face à l’épidémie, comme en témoigne en particulier le succès des téléconsultations.
Entre le 21 et le 28 mars, plus de 5 300 web consultations via la plateforme régionale TELMI ont pu être assurées par près de 570 médecins et sages-femmes de la région.

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté se félicite de ce recours aux outils de la e-santé pour permettre à tous d’accéder aux soins courants dont il est primordial d’assurer la continuité en cette période de crise.

 



Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 29 mars :

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté

Les transferts de patients se poursuivent

 

Les opérations de transferts de malades graves vers d’autres régions ont continué ce dimanche 29 mars, pour prévenir toute saturation des services de réanimation des établissements de Bourgogne-Franche-Comté. Plus de 800 patients sont hospitalisés et 164 décès sont à déplorer.

Les établissements de santé de la région prennent actuellement en charge 801 malades du COVID-19, responsable de 164 décès en établissements de santé depuis le début de l’épidémie en Bourgogne-Franche-Comté. Si plus de 550 sorties d’hospitalisation sont enregistrées, la tension reste forte sur le système régional. La stratégie hospitalière vise à optimiser les moyens à l’échelle régionale comme nationale, et à augmenter les capacités en réanimation. Une cellule de régulation régionale

Dans ce contexte, les transferts de 50 patients de Bourgogne-Franche-Comté sont organisés depuis ce samedi et jusqu’à demain, en lien étroit avec les ARS Auvergne-Rhône-Alpes et PACA. 216 patients sont admis en réanimation, dont 17 ont pu être transférés hier. Une vingtaine de transferts sont programmés ce jour.

Les patients jusqu’alors hospitalisés dans les établissements de première et deuxième ligne du Doubs, du Territoire de Belfort, de Haute-Saône, de Côte-d’Or et de Saône-et-Loire, sont transportés par différents moyens définis suivant les destinations (avion, hélicoptères sanitaires, de l’armée, ou de la sécurité civile, moyens terrestres).

Ces mouvements sont supervisés par une cellule de régulation régionale, fruit d’une étroite collaboration entre les CHU de Besançon et de Dijon avec l’ARS et l’ensemble des établissements de première et deuxième lignes, et en articulation avec le centre de crise national du Ministère des Solidarités et de la Santé.

L’ARS tient à remercier les équipes des établissements de santé d’Auvergne-Rhône-Alpes et de Provence-Alpes-Côte-d’Azur pour leur soutien et la continuité de la prise en charge des patients transférés.


Le 28 mars - Ce sont 14 décès de plus ces dernières 24h. Le transfert des patients vers d'autres régions a commencé.

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 27 mars :

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté

Solidarité interrégionale et appel aux renforts entendu !

Des opérations de transferts de malades graves vers d’autres régions sont en cours, pour soulager la tension de certains établissements de santé de Bourgogne-Franche-Comté. Plus de 700 patients sont hospitalisés et 153 décès sont à déplorer.

Les transferts de 50 patients se déroulent à partir d’aujourd’hui et jusqu’à lundi vers les hôpitaux d’autres régions. Ces mouvements ont été organisés avec une cellule de régulation régionale, fruit d’une étroite collaboration entre les CHU de Besançon et de Dijon avec l’ARS et l’ensemble des établissements de première et deuxième lignes, en articulation avec le centre de crise national.

En lien avec l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes, 40 patients sont ainsi transférés vers les hôpitaux du Puy-de-Dôme, de l’Allier et de l’Isère.
Une opération du même type est enclenchée pour 10 autres patients conduits dans les hôpitaux de Provence-Alpes-Côte-d’Azur (Bouches du Rhône, Var, Alpes Maritimes), en partenariat avec l’ARS PACA.

Ce jour, 16 premiers patients ont ainsi pu être transférés en direction des régions ARA et PACA.

Les patients jusqu’alors hospitalisés dans les établissements de première et deuxième ligne du Doubs, du Territoire de Belfort, de Haute-Saône, de Côte-d’Or et de Saône-et-Loire, sont évacués par différents moyens de transport définis suivant les destinations (avion, hélicoptères, moyens terrestres).

Déjà plus de 600 soignants volontaires

Avec 717 malades hospitalisés, dont 193 en réanimation, la tension est forte sur le système de santé régional. Par ailleurs, près de 500 patients sont désormais sortis d’hospitalisation.

Si la solidarité prévaut à l’échelle interrégionale dans l’organisation de la réponse sanitaire, elle se manifeste aussi pleinement en écho de l’appel à la mobilisation #Renforts-Covid.

Lancée hier par l’Agence Régionale de Santé, la plateforme en ligne, qui permet la rencontre entre les besoins urgents des établissements de santé et les compétences de soignants (étudiants, actifs, retraités...) est déjà un succès : plus de 600 volontaires se sont déclarés sur le site https://www.renfort-covid.fr/

L’ARS salue leur engagement, qui va permettre d’apporter un soutien aux équipes parfois en difficulté du fait de soignants eux-mêmes malades ou soumis à une forte augmentation de la charge de travail liée aux précautions indispensables pour la protection des malades et des soignants.


Le 27 mars - 185 personnes sont en réanimation ; L'ARS lance un appel aux volontaires

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 27 mars :

 

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté

#Renforts-Covid :

Appel aux volontaires !

 

Etudiants et soignants, actifs et retraités, sont appelés à prêter main forte aux établissements de santé de Bourgogne-Franche-Comté mobilisés pour faire face à la crise sanitaire. L’ARS Bourgogne-Franche-Comté rejoint l’opération #Renforts-Covid.

A ce jour, 139 décès sont à déplorer en Bourgogne-Franche-Comté dans le contexte de l’épidémie de COVID-19.
La région compte 690 patients hospitalisés, dont 185 en réanimation ; 431 personnes sont sorties d’hospitalisation.

Devant l’ampleur de la crise sanitaire et pour faire face aux tensions de personnels que la gestion de cette épidémie entraîne, l’Agence Régionale de Santé Bourgogne-Franche-Comté met en place un dispositif d’appel à volontaires, pour renforcer les équipes des établissements de santé.

L’Agence rejoint l’opération #Renforts-Covid, « tous mobilisés pour le système de santé », lancée par l’ARS Ile-de-France et d’ores et déjà élargie à plusieurs agences (Hauts-de-France, Bretagne, Occitanie, Rhône-Alpes...)

Une plateforme web

Le principe de la plateforme en ligne https://www.renfort-covid.fr/ : permettre aux établissements de santé de poster leurs besoins urgents en soignants et inviter dans le même temps les volontaires à proposer leurs compétences pour y répondre, qu’ils soient étudiants ou diplômés, actifs ou retraités, aides-soignants, brancardiers, infirmiers, ou bien médecins...

Les candidats se déclarent en un clic, les établissements annoncent leurs besoins en personnels soignants et c’est l’application MedGo qui fait le lien et les met en relation directe.

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté se mobilise pour la promotion le plus large possible de ce dispositif innovant d’ores et déjà opérationnel et appelé à monter très rapidement en puissance.


 

Le 26 mars - L'ANSM insiste sur l'absence de justification à la prescription de l'hydroxychloroquine pour le traitement du COVID-19 et demande aux pharmaciens d'officine de ne pas honorer de prescriptions autres que celles initiées par certains médecins spécialistes et figurant dans son autorisation de mise sur le marché. Les perspectives s’ouvrent avec la réponse scientifique à la propagation du virus.

 

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 26 mars :

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté :
Les CHU de Besançon et Dijon engagés dans la recherche clinique

COVID-19 est responsable de 123 décès en établissements de santé en Bourgogne- Franche-Comté. Près de 400 personnes sont sorties d’hospitalisation et retournées à domicile. Les CHU de Besançon et Dijon participent à la recherche clinique autour du virus.

Le suivi en temps réel des capacités hospitalières, de la logistique des équipements ou des difficultés que peuvent rencontrer les établissements médico-sociaux, est le quotidien de l’Agence Régionale de Santé et de l’ensemble des acteurs engagés dans la lutte contre la propagation du COVID-19 depuis le début de la crise sanitaire.

123 décès sont désormais à déplorer en Bourgogne-Franche-Comté, 619 personnes sont hospitalisées, dont 166 avec des formes graves nécessitant une prise en charge en réanimation.

La gravité de la situation ne doit pas faire oublier qu’à ce jour, près de 400 personnes sont sorties d’hospitalisation et retournées à domicile.

La réponse scientifique

Les perspectives s’ouvrent également avec la réponse scientifique à la propagation du virus.

L’infection à coronavirus bénéficie aujourd’hui de traitements symptomatiques. Cinq essais interventionnels thérapeutiques étudient actuellement la sécurité et l’efficacité de différentes molécules. Parmi ces essais, l’étude Discovery, dans laquelle sont d’ores et déjà engagés les deux CHU de la région, Besançon et Dijon. L’étude, qui prévoit d’inclure 800 patients en France, porte sur différentes molécules, dont l’hydroxychloroquine.

L’ARS salue les équipes de Besançon et Dijon pleinement mobilisées dans le soin, mais aussi dans cette recherche scientifique.

De nombreuses pistes thérapeutiques potentielles sont donc explorées, mais dont l’efficacité et l’innocuité doivent être démontrées.

C’est pourquoi le Ministère des Solidarités et de la Santé rappelle qu’aucune n’est favorisée et aucun traitement spécifique n’est validé.

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté souligne à cet égard que les patients bénéficiant d'un traitement chronique par hydroxychloroquine éprouvent des difficultés d'accès à leur traitement alors que cette molécule n’est pas recommandée à ce jour pour le traitement du COVID-19 en ville.

L'ANSM (agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) insiste sur l'absence de justification à sa prescription dans cette indication et demande aux pharmaciens d'officine de ne pas honorer de prescriptions autres que celles initiées par certains médecins spécialistes et figurant dans son autorisation de mise sur le marché.

 


 

Le 25 mars - 149 personnes sont en réanimation.

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 25 mars :

 

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté :

Une attention particulière portée à la situation en EHPAD

 

COVID-19 est responsable de 102 décès en établissements de santé en Bourgogne-Franche-Comté. Près de 340 personnes sont sorties d’hospitalisation et retournées à domicile. Les établissements médico-sociaux, et spécialement les EHPAD, font l’objet d’une attention particulière.

Si l’organisation de la réponse sanitaire, l’état des capacités hospitalières et notamment en réanimation, font l’objet d’un suivi en temps réel de l’Agence Régionale de Santé de Bourgogne- Franche-Comté (591 personnes hospitalisées ce jour, dont 149 dans les services de réanimation), une attention toute particulière est portée aux établissements médico-sociaux en raison de la vulnérabilité du public qui y est accueilli, personnes âgées ou en situation de handicap.

Les différents services de l’Agence assurent notamment ce suivi et cet accompagnement auprès des quelque 400 EHPAD de la région. A ce stade, environ 80 établissements, de tous les départements à l’exception de la Nièvre (faiblement touchée par l’épidémie à ce stade), ont signalé des difficultés en lien avec la gestion du COVID-19.

Des décisions médicales

Toutes les décisions concernant la prise en charge des résidents sont des décisions médicales prises à l’issue de discussions collégiales avec les équipes hospitalières.

L’Agence Régionale de Santé met en œuvre plusieurs types d’actions, en mobilisant le réseau de partenaires qui interviennent sur le terrain et apportent leur expertise aux professionnels des établissements : l’HAD (hospitalisation à domicile), le CPIAS (centre d’appui pour la prévention des affections liées aux soins), les équipes mobiles d’hygiène hospitalière, de gériatrie et de soins palliatifs.

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté salue le travail remarquable des professionnels de ces établissements, pleinement mobilisés auprès des résidents et de leurs familles, et regrette que cet investissement soit occulté au profit de la quête frénétique et intrusive d’un décompte de malades ou de décès.


Le 24 mars - Le confinement et les gestes barrières restent fondamentaux pour faire reculer l’épidémie de COVID-19 déjà responsable de 86 décès en établissements de santé en Bourgogne-Franche-Comté.

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 24 mars :

 

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté :

Respecter les consignes, protéger les soignants

Avec 86 décès en établissements de santé à déplorer désormais en Bourgogne-Franche-Comté, plus de 120 patients en réanimation et de 480 personnes hospitalisées, l’épidémie COVID-19 nous oblige à un respect strict des consignes de confinement et de l’interdiction des déplacements.

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté rappelle que les déplacements dérogatoires autorisés pour raison de santé, à condition d’être muni d'une attestation, sont limités aux consultations et aux soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés.

Dans la région, plus de 2 000 web téléconsultations ont d’ores et déjà été assurées (800 pour la seule journée d’hier) par 200 médecins généralistes de la région qui ont à ce jour mis en place la solution de e-santé proposée par l’ARS et ses partenaires.

Masques de protection

Une première livraison de plus de 750 000 masques de protection pour les soignants a été opérée dès la fin de la semaine dernière au profit des établissements de santé et des établissements médico-sociaux de la région.
Concernant les établissements médico-sociaux (pour personnes âgées et personnes en situation de handicap adultes et enfants), la distribution de ces masques organisée sous la conduite de l’Agence Régionale de Santé sera terminée cette fin de journée en des points de livraisons mis en place par département.

S’agissant des professionnels de santé de ville et des services de soins à domicile, la distribution repose sur les officines, particulièrement impliquées dans la gestion de cette crise.

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté tient à remercier également les entreprises, établissements scolaires, institutions, collectivités, médias ...qui se mobilisent dans un élan solidaire et ont effectué des dons en nombre, de masques et autres équipements de protection, à destination des professionnels de santé. L’ARS assure la répartition régionale de ces dons avec le soutien logistique des préfectures dans chaque département.

Tout particulier qui dispose de masques est également invité à les mettre à la disposition des soignants, en les déposant à l’établissement de santé ou médico-social le plus proche, à un médecin ou un infirmier libéral ou bien encore dans une officine de pharmacie.

Protéger les soignants est la priorité.
Protéger les soignants, c’est protéger les malades, et sauver des vies.

 


Ce 23 mars – 410 personnes hospitalisées. C'est 51 personnes de plus que dimanche. Les détails de la situation présentés par l'ARS.

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 23 mars :
 

Coronavirus-COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté :

Mobilisation, coopération, innovation

Les efforts de tous les acteurs du soin pour faire face à l’épidémie sont sans relâche. Les cartes de la coopération et de l’innovation constituent des atouts encourageants.

Le COVID-19 est responsable de 62 décès en établissements de santé enregistrés dans la région ce 23 mars, alors que plus de 410 patients sont hospitalisés, dont 115 en réanimation.

Ce sont 15 malades graves de plus qu’hier, d’où les enjeux de la coopération engagée activement à l’échelle de chaque groupement hospitalier de territoire (GHT), entre cliniques et hôpitaux qui se prêtent main forte dans l’objectif de mutualiser les compétences et les moyens matériels pour maximiser les capacités de prise en charge.

A l’heure où le virus circule activement dans l’ensemble des territoires de la région, à l’exception de la Nièvre où l’évolution de l’épidémie est moins rapide, la médecine de ville se mobilise également pleinement.

Plus de 1 200 téléconsultations

La médecine de ville relève en particulier assez massivement le défi de la web téléconsultation puisque depuis le 19 mars et le lancement du dispositif, plus de 850 médecins se sont d’ores et déjà portés volontaires pour proposer à leurs patients cette modalité de prise en charge.
Plus de 1 200 téléconsultations ont été assurées entre jeudi dernier et ce dimanche, dont 500 pour ce seul week-end.

Concrètement, l’outil (plateforme TELMI), offre au patient la possibilité de consulter via un smartphone, une tablette ou un ordinateur, sans installation particulière ni chez lui ni chez le médecin, le seul pré-requis étant la création par le médecin d’un compte nominatif. Le patient quant à lui doit juste contacter son médecin au préalable par téléphone.

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté souligne par ailleurs que la distribution des masques aux professionnels de santé est en cours, l’ensemble des acteurs de cette chaîne logistique travaillant pour optimiser cette répartition, la protection des soignants impliqués dans la prise en charge des patients demeurant la priorité.

Le rôle de chacun est crucial dans la course de fond engagée contre le COVID-19.

 


L’épidémie poursuit sa progression dans notre région, avec aujourd’hui 359 patients hospitalisés. Le département de l’Yonne passe en situation épidémique.

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 22 mars :

COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté

Les établissements hospitaliers font face à une augmentation
rapide des hospitalisations en déployant des capacités
supplémentaires.

On déplore 51 décès au total.

La montée en puissance des établissements de santé publics et privés en matière de capacité d’hospitalisation et en particulier de réanimation se poursuit. Grâce à leur préparation et à leur anticipation les 359 patients désormais hospitalisés, dont 100 sont placés en réanimation, sont accueillis sans saturation des capacités.

Au cours de la semaine à venir, l’objectif de 300 places de réanimation dédiées à la prise en charge des patients atteints du Covid-19 devrait être atteint, en prévision de l’augmentation du nombre de malades graves attendue dans les prochains jours.

Le département de l’Yonne rejoint les territoires en situation épidémique

Le département de l’Yonne rejoint les 6 autres départements de la région déjà identifiés comme des territoires où le virus circule activement.

Seule la Nièvre reste à ce jour en deçà des seuils épidémiques déterminés par Santé Publique France.

 


Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 21 mars :

COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté :

L’adaptation du système de santé

se poursuit pour anticiper la prise en charge des patients,

notamment en réanimation

L’anticipation du système de prise en charge se poursuit, avec une mobilisation totale des équipes hospitalières et des professionnels de santé du premier recours.

Le secteur hospitalier poursuit sa préparation pour prendre en charge de plus en plus de cas graves. Les établissements de santé ont d’ores et déjà mobilisé une capacité supplémentaire de près de 250 lits de réanimation dédiés aux patients atteints du Covid-19, en prévision de l’augmentation du nombre de malades graves attendue dans les prochains jours.

Un renfort apporté par les établissements privés

L’ARS salue la coopération qui se met en place entre les établissements publics et privés. Les équipes médicales et soignantes des établissements privés se rapprochent des équipes des établissements hospitaliers publics pour travailler ensemble à la prise en charge des patients au sein des établissements de première et deuxième lignes en particulier. Dès lundi, des équipes seront ainsi opérationnelles dans plusieurs établissements, intégrant des professionnels du secteur privé.

La téléconsultation en médecine de ville : un accès facile pour le patient

Une plateforme de télémédecine est désormais accessible gratuitement à tous les médecins, pour réaliser des téléconsultations web au domicile des patients. Les modalités d’accès sont très simples pour le patient : celui-ci appelle son médecin traitant, qui décide de lui proposer la téléconsultation, s’il la juge médicalement adaptée à sa situation.

 


Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 20 mars 2020 :

COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté

Les masques sont pour les professionnels de santé !

Alors que l’épidémie poursuit sa progression dans la région, l’ARS  Bourgogne-Franche-Comté  en  appelle  au  civisme  et  à  la  responsabilité individuelle  dans  la  mise  en  œuvre d’une   gestion   maîtrisée   des   masques   de   protection. Ces   masques   sont   pour   les professionnels de santé, dans les zones où le virus circule activement.


« Protéger notre système de santé et ses professionnels, pour maintenir la prise en charge des patients et la continuité des soins » : telle est la priorité énoncée par le ministère des Solidarités et  de  la  Santé  concernant  les  masques  de  protection,  dont  les  approvisionnements  se poursuivent. 

Alors  que  l’épidémie  progresse  encore  en  Bourgogne-Franche-Comté,  avec  ce  20  mars,  240 patients hospitalisés dont 73 en réanimation, et 28 décès au total, soit 5 personnes décédées de plus  qu’hier,  l’Agence  Régionale  de  Santé  rappelle qu’il  est  fondamental  de  respecter  la stratégie de gestion et d’utilisation maîtrisée des masques, définie à l’échelle nationale.

Six départements, zones de circulation active du virus


L’usage des masques est réservé d’abord aux zones où le virus circule activement, c'est-à-dire  pour  la région :  en  Côte-d’Or,  en  Saône-et-Loire,  dans le  Doubs,  sur  le  Territoire  de Belfort, en Haute-Saône et depuis hier, dans le Jura. Les seuls départements qui n’ont pas encore franchi le seuil épidémique établi par Santé publique France sont l’Yonne et la Nièvre.

Les   publics   auxquels   les   masques   doivent   être   réservés   sont prioritairement   les professionnels  de  santé  amenés  à  prendre  en  charge des  patients  COVID-19,  en  ville,  à l’hôpital et dans les structures médico-sociales accueillant des personnes fragiles, ainsi que les services  d’aide  à  domicile,  pour  garantir  la  continuité  de  l’accompagnement  à  domicile des personnes âgées fragiles et en situation de handicap.

Ces publics concernés, et les consignes d’utilisation, seront progressivement adaptés pour tenir compte  de  l’évolution  de  la  situation  épidémiologique  et  des  ressources  disponibles  dans  le contexte   d’une   pandémie   qui,   par   définition,   implique   des   besoins   d’une   ampleur   sans précédent.

Pour le grand public, il est absolument inutile de se doter d’un masque pour accomplir les gestes de la vie courante, y compris dans les déplacements dérogatoires autorisés dans le cadre du confinement.

La  mise  en  œuvre  systématique  par  tous  des  gestes  barrières  demeure  la mesure  la  plus efficace  pour  freiner  la  diffusion  du  virus,  en  respectant  la  consigne  de rester  chez  soi, pour sauver des vies.

Elan de solidarité


L’ARS  Bourgogne-Franche-Comté  rend  hommage  à  la  solidarité  de  nombreux  particuliers  et entreprises  de  la  région  qui  se  sont  d’ores  et  déjà  fait  connaître  de  ses  services,  de professionnels de santé ou d’établissements, pour faire don des masques dont ils disposent.

 

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ - Covid-19 : L'ARS accompagne la reprise d'activité dans les piscines

Capture d’écran 2019-05-17 à 22.59.02.png
1.001 décès sont à déplorer en milieu hospitalier depuis le début de l'épidémie de Covid-19. Le dépistage a permis de détecter 18 nouveaux cas en une journée.

EXPRESSION CITOYENNE : « Vraiment, on en est là ??? » (suite)

Actualisé - Une adhérente handicapée de l'A.M.i habitant à Mâcon mais confinée à Dijon s'était vue refusée l'octroi d'un masque par la Ville de Dijon. La municipalité s'est excusée après de l'A.M.i

BOURGOGNE : Très grosse saisie de cannabis et de médicaments sur l'A31

Les douaniers ont reçu les félicitations du minsitre Gérald Darmanin.

CORONAVIRUS - Covid-19 : Dix décès de patients en une journée en Bourgogne-Franche-Comté

La nouvelle stratégie de tests de l'ARS a détecté dix nouveaux cas en une journée dont un en Saône-et-Loire et un en Côte-d'Or.

CORONAVIRUS : Plus de 1 500 tests réalisés en une journée en Bourgogne-Franche-Comté

Capture d’écran 2019-11-10 à 15.11.56.png
En Bourgogne-Franche-Comté, 959 décès sont à déplorer en milieu hospitalier depuis le début de l'épidémie de Covid-19. La nouvelle stratégie de tests de l'ARS a détecté 13 nouveaux cas en une journée dont un en Saône-et-Loire et deux en Côte-d'Or.

COVID-19 EN BFC - Personnes à risque de développer une forme grave de la maladie : limiter les contacts en sortie de confinement

Capture d’écran 2019-05-17 à 22.59.02.png
Le dépistage et la prise en charge précoces des personnes symptômatiques, soutenus par un respect permanent des gestes barrière et de la distance physique, doivent permettre de contenir l’épidémie. Les personnes à risque de développer une forme grave doivent être particulièrement attentives, en sortie de confinement, à respecter scrupuleusement les mesures barrière et à limiter les contacts.

DÉCONFINEMENT : Le masque, complément de protection ou 1ère des protections ?...

MASQUES COVID - 1.jpg
L'infographie qui met le doute sur l'un des gestes barrières et recommande le masque comme meilleure des protections...

Coronavirus - Covid-19 : La diminution du nombre de patients admis en réanimation marque le pas en BFC

La baisse du nombre d'hospitalisations pour covid se confirme, mais plus de 1 500 morts sont désormais à déplorer depuis le début de l'épidémie en Bourgogne-Franche-Comté.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ - Coronavirus - Covid-19 : Tests virologiques massifs à partir du 11 mai

TESTS VIRO 71 - 1.jpg
Près de 4 700 tests par jour pourraient être faits sur toute la région. 99% des habitants.es de Saône-et-Loire seront à moins de 30 minutes d'un laboratoire.

CORONAVIRUS : L’épidémie de covid poursuit sa décrue mais maintient la pression

Capture d’écran 2019-05-17 à 22.59.02.png
Actualisé - En Bourgogne-Franche-Comté, 869 décès sont à déplorer en milieu hospitalier et 575 dans les établissements médico-sociaux depuis le début de l'épidémie de Covid-19. Plus de 2.500 patients sont sortis d'hospitalisation.

EMPLOI : Le chômage en forte hausse en mars du fait de la crise sanitaire

Capture d’écran 2019-11-10 à 15.11.56.png
Si l'emploi a globalement progressé au 1er trimestre, l'épidémie a néanmoins changé la donne en mars. La DIRECCTE fait le point : le nombre de demandeurs d'emploi en activité réduite bondit de 32% en Saône-et-Loire.

CORONAVIRUS - Covid-19 : Moins de 200 patients en réanimation en Bourgogne-Franche-Comté

CORONAVIRUS ARS BFC2 - 1.jpg
Actualisé − 795 décès sont à déplorer en milieu hospitalier et 552 dans les établissements médico-sociaux depuis le début de l'épidémie de Covid-19. Plus de 2.200 patients sont sortis d'hospitalisation.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ - Conditions de vie : 99 900 personnes vivent dans un logement sur-occupé

Capture d’écran 2019-05-17 à 22.59.02.png
Les mesures de confinement mises en place depuis le 17 mars touchent de façon différenciée la population, selon le type de logement qu’elle occupe ou la composition de leur ménage. Certaines personnes peuvent être davantage fragilisées et les conditions de logement impactent plus que jamais la qualité de vie du quotidien.

BOURGNOGNE-FRANCHE-COMTÉ : Continuité et renforcement du Numéro Vert Sexualités Contraception IVG pendant l’état d’urgence sanitaire

Communiqué de presse NVN confinement-1.jpg
Le Planning Familial 71 a lancé en 2020 sa campagne de communication régionale sur le Numéro Vert National « Sexualités Contraception IVG ». Elle a pour objectif de donner davantage de visibilité à ce dispositif.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : L'acitivté des médecins généralistes et des spécialistes en forte baisse

L’Union Régionale des Professionnels de Santé Médecin Libéral en Bourgogne Franche-Comté rappelle qu'il ne faut pas renoncer au soin quand son état justifie un suivi régulier.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : 222 305 foyers vont recevoir un chèque pour aider au paiment des factures d'énergie

Il va arriver dans votre boite aux lettres dans les jours qui viennent, si vous êtes éligible. Vérifiez votre éligilité.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Les 2 millions de masques commandés par la Région n'arriveront pas !

MASQUES BFC 5AVRIL.jpg
Ils ont été réquisitionnés par l'Etat. Un communiqué de la Région est tombé 22h14... Marie-Guite Dufay, sa présidente, demande à l'Etat «une répartition des masques plus équitables» et parle de «confiscation» !... Elle va saisir le ministre de la Santé.

CORONAVIRUS - Covid-19 : Les Régions Grand-Est et BFC allient leur force pour commander 4 millions de masques

2 millions de masques devraient être livrés lundi pour la Bourgogne - Franche-Comté.