vendredi 30 octobre 2020
  • SORTEZ DE CHEZ VOUS_350x550.jpg
  • Effilogis MACON INFOS -280x410-mc.jpg
  • Connectons-nous-2020 MACON VIGNETTE.jpg

CHANTIER BATIMENT COVID19.jpg

Rien n'est moins sûr. La Fédération nationale des salariés de la construction, du bois et de l'ameublement-CGT a émis des réserves quant au guide de reprise rédigé par l'organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP). A lire aussi, les points de vue d'un salarié d'OXXO, représentant syndical, et d'un chef d'entreprise à Mâcon. 

POURQUOI LA FNSCBA-CGT NE CAUTIONNE PAS LE DOCUMENT DE L’OPPBTP ?

La Fédération Nationale des Salariés de la Construction, du Bois et de l’Ameublement tient à émettre des réserves sur l’objectif et la genèse de ce document.

Il convient de rappeler que la décision de travailler sur ce guide n’est pas le fruit d’une décision paritaire, comme cela aurait dû être le cas. Elle émane d’une demande des organisations patronales de nos secteurs d’activité auprès de l’OPPBTP suite à l’injonction de la ministre du travail à reprendre le travail.

Cette décision a fait l’objet d’un communiqué de presse commun, le 21 mars, entre le gouvernement, les organisations patronales et l’OPPBTP.

A ce stade, les organisations syndicales n’étaient pas parties prenantes et n’avaient même pas été informées de cette démarche.

Suite à aux différentes interpellations des organisations professionnelles, sur les dangers mortels encourus et sur l’irresponsabilité dont nous ferions preuve en reprenant une activité « normale » sur les chantiers, elles ont déclarées, à l’unanimité ne pas être favorable à une reprise hors interventions urgentes et essentielles au bon fonctionnement de notre pays.

Les organisations syndicales ont été interpellées par l’OPPBTP, pour avis et modifications potentielles le 23 mars à 12 heures par l’envoi d’une version 6 de ce document. Les observations devaient être finalisées le soir même à 18h00.

Malgré ces conditions plus que défavorables à la conclusion d’un texte partagé, nous avons fait remonter nos remarques, notamment sur le fait que ce document ne spécifiait pas qu’il était destiné à n’être mis en œuvre que pour les interventions urgentes et essentielles.

Au contraire, son titre et plusieurs éléments de sa rédaction sous-entendent clairement qu’il a vocation à servir pour une « continuité de l’activité » dans le BTP et à participer à « reprendre une activité » sur les chantiers.

Ce seul point suffirait à lui seul pour nous interdire d’adhérer à ce document en rappelant qu’en matière de prévention, la priorité doit être donnée à l’élimination du risque et que la mise en place de mesures de protection ne doit intervenir qu’en dernier lieu.

En l’espèce, aujourd’hui, cette élimination du risque est assez simple à mettre en œuvre par l’arrêt des chantiers non urgents ou essentiel au bon fonctionnement de notre pays.

Ce qui parait être, une évidence incontournable, pour nous ne doit pas l’être pour tout le monde.

Il nous a, en effet, été refusé de faire figurer ce B-A-BA de la prévention en préliminaire du document en sous-entendant que ce serait une position sans lien avec ladite prévention.

Au-delà de ce point qui, nous le répétons, suffit à lui seul à nous interdire d’adhérer à ce document, les préconisations faites se contentent trop souvent de reprendre simplement les gestes barrières définis par le gouvernement, connus de tous, en les étoffant un peu.

Les mesures préconisées sont d’ordre général et ne tiennent pas forcément compte des disparités d’activité et de taille de chantier qui demanderaient donc des mises en œuvre de moyens adaptés à chaque cas et il n’est pas précisé qui doit faire quoi dans la mise en place de ces mesures.

De plus, elles restent particulièrement floues sur les dispositions indispensables dans les circonstances où la distanciation sociale est difficile, voire impossible, comme le transport et les locaux de chantier.

Enfin, ce guide n’est pas suffisamment coercitif vis-à-vis des employeurs pour la mise en place de ses préconisations, au contraire puisqu’il permet d’être, en même temps, le décideur des moyens engagés et le contrôleur de ces moyens, tout en étant lui-même le réfèrent COVID 19 de son chantier.

En conclusion, il nous apparait que ce document a été élaboré dans la précipitation dans le seul but de servir de délégation de responsabilité pour les employeurs qui ont décidés, au-delà de tout raison, de faire reprendre le travail à leurs salariés, certains leur expliquant même qu’après tout, il y avait 97% des malades pour qui le COVID 19 était sans gravité.

Au vu de ces éléments, et malgré les efforts déployés, sans succès pour modifier la nature de ce texte, la FNSCBA CGT a décidé que le fait de cautionner un tel texte était contraire à son histoire et à ses valeurs.

Le secteur du BTP doit à ces salariés un document beaucoup plus ambitieux sur les protections à assurer et, dans tous les cas, que ce document soit à la hauteur des risques encourus.

La FNSCBA tient à rappeler que la seule priorité aujourd’hui, et de faire en sorte que seuls, les salariés qui doivent être exposés au risque mortel que représente le COVID 19 sont ceux qui interviennent sur des activités urgentes et essentielles au bon fonctionnement de notre pays.

Les autres salariés doivent être maintenus en confinement strict dans leur intérêt, celui de leur famille et celui du corps médical (seul en premier ligne face à ce désastre) dans l’intérêt de notre société.

Si le droit de retrait est l’unique moyen que nous ayons pour ne pas mourir du CORONAVIRUS alors nous déclarons un droit de retrait général.

Bruno BOTHUA

Secrétaire General

 


macon-infos a demandé l’éclairage d’un salarié d’une entreprise du bâtiment, Alain Gaillard, secrétaire de l’UD CGT, salarié d’OXXO à Cluny, qui a lui-même transmis les réserves de la FNSCBA-CGT, et celui de Pierre Bost, patron de Alpes Bourgogne constructions à Mâcon, qui avait réagi fortement aux propos récents de la ministre du travail Muriel Pénicaud à l’encontre des chefs d’entreprise du bâtiment.

Les entretiens ont été réalisés jeudi 26 mars. 

Pour Alain Gaillard, non, les conditions d’une reprises ne sont pas réunies : « 90% des chantiers sont arrêtés. L’usine OXXO est à l’arrêt total. Nous sommes arrêtés jusqu’au 6 avril. Le ministère joue sur les mots en parlant d’ "activités essentielles" pour nous inciter à reprendre le travail. Nous considérons que notre activité n’en fait pas partie. Nous distinguons nous les activités essentielles et les activités urgentes. L’urgence est aujourd’hui au fait de se soigner et de se nourrir. Pour le reste, cela peut attendre, d’autant que nous n’avons aucune assurance que les équipements de protection soient en nombre suffisant pour garantir la sécurité des salariés du bâtiment. Ces équipements doivent d’abord aller aux salariés qui assurent les besoins vitaux et qui en manquent. 

Par ailleurs, nous souhaitons une vraie discussion avec le préfet, que les conditions de la reprise soient discuter avec tout le monde, élaborer ensemble. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Ce gouvernement a réussi à mettre d’accord l’organisation syndicale que nous sommes et les organisations patronales, ce qui est assez révélateur… » 

Même teneur du propos chez Pierre Bost : « 95% des chantiers sont arrêtés. Nous travaillons beaucoup avec les collectivités et les institutions publiques, qui ont tout stoppé. Le chef du service de réanimation de l’hôpital de Mâcon m’a appelé un matin cette semaine pour me demander si j’avais encore des équipements de protection, preuve qu’ils manquent encore. Ce n’est pas rassurant, nos salariés ont peur. La question est "combien de temps on va tenir". Nous avons soldé les congés dans un premier temps avant d’envisager les mesures de chômage partiel. Quoi qu’il en soit, je ne souhaite pas faire reprendre mes équipes avant qu’un cadre juridique clair et précis soit aussi validé par la médecine du travail, qui a émis des réserves sur certains points, notamment les conditions des déplacements vers les chantiers en véhicules professionnels. Pas question de forcer les barrières ! »

Recueillis par Rodolphe Bretin

 

Photo banquedesterritoires.fr

COTISATIONS : Mesures pour les entreprises nouvellement soumises à des restrictions sanitaires

15048_1_full.jpg
L'Urssaf Bourgogne précise les mesures exceptionnelles concernant les entreprises et les travailleurs indépendants touchés par les restrictions du couvre-feu.

COMMERCE : Les Laines Plassard s'ouvrent aux particuliers et pourraient s’implanter durablement à Mâcon

LAINES PLASSARD MACON - 6.jpg
Pour l'heure et pour 4 mois, elles sont installées dans la boutique éphémère de la rue Franche, mise à disposition par la Ville. Le P.D.-G. Grégory Fournier espère être à Mâcon pour bien plus longtemps.

ECONOMIE DU VIN : Canada - Après le record de 2019, 2020 reste très positive pour les Bourgogne, malgré le covid

Tous les importateurs en Amérique ne se valent pas... le Canada est un marché privilégié pour les vins de Bourgogne, porté par le Québec qui couvre près de 70% des importations du pays !

ECONOMIE DU VIN : Etats-Unis - Les vins de Bourgogne souffrent de la taxe Trump

Une taxe et une pandémie mettent fin au développement continu des vins de Bourgogne aux Etats-Unis depuis 2015.

CHARNAY - Les Coulisses du bâtiment : La Coffratech, 250 000 m2 de plancher béton posés par an !

COFFRATECH COULISSES BATIMENT CHARNAY - 12.jpg
L'entreprise a ouvert ses portes à l'occasion des Coulisses du bâtiment ce vendredi, proposées par la Fédération française du bâtiment.

MÂCON - Les coulisses du bâtiment : C'est bien reparti pour la SAM (Serrurerie, Aluminium du Mâconnais)

COULISSES BATIMENT SAM MACON OCT202022 - 1 (3).jpg
Le patron Dominique Carette ouvrait les portes de son entreprise ce vendredi à tous les élèves du département ainsi qu'au grand public, sur l'initiative de la Fédération française du bâtiment. Retour sur les coulisses du bâtiment à la SAM. A voir aussi : 2 postes à pourvoir.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Ubitransport (Mâcon) s’engage dans l’économie circulaire avec la Région

À l’occasion des Journées Agir et à l'heure où les démarches des collectivités sont invitées à être plus responsables, Ubitransport lance un plan d’action RSE pour prolonger la durée de vie utile de ses produits - notamment de ses smartphones - par la réparation, la reprise, la vente et le don de produits d’occasion. Une première dans le domaine du transport public !

MÂCON : Les professionnels de l’événementiel à l'agonie et en colère

rassemblement professionnels événimentiel (11).JPG
Plusieurs membres de l’Union des professionnels solidaires de l’événementiel étaient ce mardi matin devant la préfecture de Mâcon pour attirer l’attention sur les effets destructeurs des restrictions sanitaires sur leur activité.

COMMERCE : Une boutique « Mathilde M » en centre-ville de Mâcon

boutique Mathilde M Mâcon (24).JPG
L’entreprise de décoration d’intérieur « Mathilde M » occupera pendant les 6 prochains mois une boutique éphémère mise à disposition par la municipalité rue Carnot.

MACON : Le Kwartz, un futur immeuble de bureaux à Marbé

immeuble bureaux Kwartz.jpg
Le projet immobilier, qui verra le jour à Marbé, boulevard du Général de Gaulle, a été présenté ce jeudi à la Maison des Vins de Mâcon en présence de nombreux élus, dont le maire de Mâcon.

MÂCON : bébé 9 va grandir encore !

BEBE9 MACON 23092020.jpg
A voir : Grosse affluence ce matin au magasin. A lire aussi : Le gérant a dévoilé son projet d'agrandissement à macon-infos.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : La Région vise à encourager et renforcer l'économie sociale et solidaire

REGION BFC ESS.jpg
La collectivité a organisé récemment la conférence régionale de l'ESS à Dole, dans le Jura. En 2020, le Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté consacre 8,6 millions d'euros au secteur de l'ESS.

MÂCON : La boutique éphémère accueille « Elo’Création »

boutique éphémère Elo'Créations.jpg
Élodie Briday inaugurait ce midi sa boutique dans l’espace proposé par la Ville, rue Franche.

MACON : Thierry Valdor se prépare à ouvrir un centre d'affaires au sein de Locow - coworking

Locow bureaux Mâcon.jpg
L’entreprise implantée depuis deux ans près de la gare, en centre ville de Mâcon, va franchir un nouveau cap dans son développement en janvier avec la création d’un espace de bureaux.

ECONOMIE - Michel Suchaut : « Un redressement de l’activité en Bourgogne Franche-Comté est à noter sur le mois de juillet »

SUCHAUD CCI CD1809.jpg
A l'invitation d'André Accary à l'assemblée départementale, le Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Saône-et-Loire a donné une photographie de la situation économique en Saône-et-Loire et en région avec les derniers chiffres dont il dispose. Redressement, oui, mais...

MÂCON : AUM BIOSYNC remporte le concours « 10 000 Startups pour changer le monde »

AUM BIOSYNC MACON STARTUP - 1.jpg
Et donne son prix d’une valeur de 50 000€ aux orphelins de sapeurs-pompiers

Pandémie de covid-19 : 100 milliards d'€ pour la relance de l'économie française

Capture d’écran 2019-11-10 à 15.11.56.png
Le plan de relance présenté aux députés jeudi a reçu l'accueil favorable du député Benjamin Dirx et du MEDEF 71. À voir, toutes les mesures du plan. À lire aussi, la réaction de la CAPEB 71 en matière de soutien à la rénovation énergétique des bâtiments.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMERATION : Le village d’entreprises Activity va s’implanter à Charnay

CHARNAY village entreprises  15.jpg
Ce concept qui verra le jour sur la zone Europarc Sud Bourgogne va permettre de répondre facilement aux besoins des TPE/PME/PMI en proposant des locaux à la vente et à la location…

VITICULTURE - Vignerons des Terres Secrètes : La diversité fait la bonne santé de la cave coopérative

AG2020 VIGNERONS TERRES SECRETES - 8.jpg
Les Vignerons des Terres Secrètes on tenu leur assemblée générale vendredi, un mois avant le ban des vendanges. Le Président Michel Barraud accueillait exceptionnellement les adhérents de la coopérative à la salle des fêtes municipale du fait des conditions sanitaires particulières. 139 coopérateurs étaient présents ou représentés, sur les 266 membres du groupement.

MÂCON - Cave à Musique : « la réouverture sera t-elle possible au 1er septembre ? Besoin de réponses »

« Conseil de défense du 10 juillet : le secteur de la Culture n'a même pas été mentionné » s'inquiète l'équipe de direction de la Cave dans un communiqué transmis cet après-midi, et dans lequel elle alerte sur une situation très préoccupante.

MACON : Deux jeunes créatrices mâconnaises s’installent dans la boutique éphémère

boutique éphémère juin.jpg
Célia Boudali, créatrice de bijoux, et Chloé De Barros, créatrice de prêt-à-porter, se sont rencontrées sur les réseaux sociaux et sont les premières de la période post-confinement à louer, pour une semaine, l'espace dédié de la rue Franche.

Mesures en faveur de l’apprentissage : l’ESMP vous accompagne dans le recrutement de vos futurs talents

Les entreprises qui recruteront un apprenti entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021 bénéficieront d’une aide exceptionnelle de l’Etat de 8.000 € pour l’embauche d’un majeur !

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMERATION : Trois nouveaux dispositifs d'aide aux commerçants et artisans, et un appel à la consommation

COURTOIS ROBIN MBA - 2.jpg
Jean-Patrick Courtois, président de MBA, et Christine Robin, vice-présidente en charge de l'Economie, ont présenté ce matin en conférence de presse les trois nouveaux dispositifs d'aide financière en cours de création à destination des commerçants de centres villes et de centres bourgs.

Déconfinement : l’enquête CPME auprès de 3000 entreprises fait clairement apparaitre les difficultés de la reprise d’activité

Dans une entreprise sur deux (52%), l’ensemble des salariés a réintégré physiquement l’entreprise tandis que 41% maintiennent encore une partie, ou la totalité, de leurs effectifs en chômage partiel.

AUTOMOBILE - Marie-Guite Dufay : « Un plan de relance qui concilie compétitivité, transition écologique et souveraineté industrielle de la filière »

Le site de Sochaux est directement concerné, la Région Bourgogne - Franche-Comté y a investi plus de 7 millions d'€.

MÂCON-CHARNAY : L'Entretien surmonte la crise en investissant

LENTRETIEN CHARNAY 1905 - 7.jpg
Voilà une entreprise qui intervient dans un domaine incontournable : la propreté.