samedi 4 juillet 2020
  • Route_71_290x400 (2).jpg
  • EDENWALL STAGES ETE2020 - 1 (2).jpg
  • JVEUXDULOCAL MACON2105 (2).jpg
  • EGC BOURG CHALON - 1.jpg

Les trois syndicats signataires d'un communiqué évoquent également les conditions du retour des écoliers à partir du 11 mai.

 

Communiqué de la FSU71, FO et Se-UNSA à la suite du Conseil départemental de l'Education nationale

 

Carte scolaire : +10 dans le 71... mais avec de sérieuses contraintes

Suite aux annonces du ministre, la création des quelques 1248 postes au niveau national ruisselle à peine sur la Saône-et-Loire. Nous devions perdre 6 postes et en gagnons finalement 10.

Doit-on s'en réjouir ? Certes... plus de postes, c'est mieux que moins... Mais globalement, une fois de plus, au regard de notre ambition pour l'école passant par une baisse massive du nombre d'élèves pr classe, nous sommes très loin des besoins du département.

Si l'on y regarde de près qu'en est-il ? Les contraintes : interdiction de fermer dans les communes de moins de 5 000 habitants sans l’accord du maire et préservation du même taux d’encadrement dans toutes les autres...impliquent que ce sont les postes de Plus de Maîtres que de Classes (PDMQDC), les postes de Réseaux d’Aide Spécialisée aux Elèves en Difficulté (RASED), les postes re remplaçant.es qui sont sacrifiés.

Or, le contexte actuel a rendu plus visibles que jamais les inégalités sociales et scolaires au sein de notre système éducatif. Les RASED comme les PDMQDC seront des réponses indispensables à la sortie du confinement pour accompagner une difficulté scolaire accrue par une longue période de confinement. Ces dispositifs auraient dû être abondés ! Et c'est justement le contraire qui vient de se produire avec la suppression annoncée dans le 71 de 5,5 postes de RASED (1 poste de plus est en sursis) et 11 postes de PDMQDC, plus 4,5 postes de brigades....

De ce coup de com' du ministère, naît l'improbable bouleversement de la carte scolaire, impliquant des fermetures qui n'étaient pas envisagées il y a encore quelques semaines. De ce coup de com' naîtra également une difficulté supplémentaire à réduire les déterminismes sociaux que notre école peine déjà à résorber du fait des politiques éducatives récentes.

Sortie du confinement à partir du 11 mai...

Avec l’annonce de la réouverture des écoles à partir du 11 mai, le Président de la République a créé la surprise et surtout l’incompréhension du monde enseignant. Si nos organisations, FSU 71, FNEC-FP-FO 71 et SE-UNSA 71, sont convaincues de la nécessité de rouvrir les écoles dès que possible, les enseignant.es en reprendront le chemin seulement si les conditions sanitaires y sont alors optimales afin de ne faire prendre de risques à personne, ni enseignant.es, ni élèves, ni leurs familles.

Annoncer une reprisedes cours dans un mois alors qu’on laisse les cinémas et les restaurants fermés interroge sur les raisons qui ont mené à cette décision. Tout le monde s’accorde à dire que les écoles sont des lieux de haute transmission du COVID-19 : elles sont actuellement sanitairement sous équipées. Depuis le début du confinement, l’accueil des enfants des soignant.es au sein des écoles a mis en évidence les manques de gel hydroalcoolique, l’absence de masques, la difficulté des jeunes élèves à respecter les gestes barrière et le problème pour les mairies d’organiser la désinfection régulière des locaux.

Qui peut croire que dans de telles conditions, une reprise des cours est envisageable ? En rouvrant prématurément une École mal préparée, le gouvernement prend le risque de relancer la pandémie. Devant les réactions des enseignant.es et des familles, le Ministre de l’Éducation Nationale a nuancé les conditions de reprise en parlant de petits groupes d’élèves, de retours liés à un éventuel accord des familles... Il est évident que des inégalités se creusent entre les élèves, que des familles souffrent de cette privation d’école mais utiliser l’argument de la fracture sociale pour justifier une reprise dans de mauvaises conditions est inacceptable. Il est intolérable de sacrifier les enseignant.es, les élèves et leurs familles sur l’autel de l’économie.

Nous ne voulons pas d’une reprise improvisée, mal préparée, et qui ne pourrait se dérouler que dans de mauvaises conditions. Nous prendrons toute notre place dans les négociations avec le ministère de l’Éducation Nationale, l’Etat et leurs représentants locaux pour qu’au moment de la reprise les conditions sanitaires les meilleures soient réunies. Une vraie stratégie sanitaire est encore à construire.

Pour reprendre la classe, nous exigeons que toutes les garanties soient données aux enseignant.es, aux élèves et à leurs familles. Cela passe à minima par un dépistage massif des élèves et des personnels, des désinfections des locaux, une mise à disposition de masques et de gel hydroalcoolique et un accueil limité, organisé au plus près des réalités sociales et géographiques.

SOLOGNY : Le caveau des Terres secrètes a ré-ouvert ses portes !

CAVEAU SOLOGNY VIGNERONS TERRES SECRETES ROSE - 12.jpg
Il manquait à la vie de ce joli petit coin de France, à la croisée des communes de Berzé-la-Ville, Sologny et Milly-Lamartine.

SAÔNE-ET-LOIRE - Covid-19 et gestes barrières : La préfecture très préoccupée par le relâchement des comportements

COVID19 71.jpg
Actualisé ce 03 juillet. Elle déplore les nombreuses « attitudes irresponsables ». 24 personnes sont toujours hospitalisées pour covid dans les hôpitaux et cliniques de Saône-et-Loire.

CONSEIL MUNICIPAL DE MÂCON : La baisse de subventions allouées aux écoles sur la table

C'est par une question diverse posée par Delphine Mermet (opposition) en fin de conseil que le sujet a été mis sur la table. Catherine Carle-Viguier a expliqué sa décision. Sa réponse en intégralité.

MACON : 150 personnes à la manifestation pour l'hôpital

manifestation santé Mâcon.jpg
Actualisé - La manifestation a vu la participation de Jacques Asdrubal, médecin-chef des urgences.

SAÔNE-ET-LOIRE - Covid : Un foyer de contamination détecté à Chauffailles

C'est à la suite d'une réunion de famille que des membres ont été testés positifs.

CONSEIL MUNICIPAL DE MÂCON : Plus de 59 millions d'investissements au budget primitif 2020

MACON VUE AERIENNE.jpg
Jean-Patrick Courtois s'est dit heureux de trouver un excédent « pour continuer à investir sans emprunter ». Les élus de gauche ont voté contre le budget.

MÂCON : « Le vélo est mon geste barrière » avec Mâcon Vélo en Ville

MACON MVV geste barriere.JPG
L'association organise une nouvelle action de sensibilisation routière à destination des cyclistes et des automobilistes mâconnais le samedi 4 juillet après-midi

MÂCON : Repas convivial de fin d'année à la MJC des Blanchettes

RepasBlanchet.jpg
La MJC a clos le dernier cours de l'atelier poterie-mosaïque contemporaine par un repas partagé.

SAÔNE-ET-LOIRE : Bénédicte Kiehl-Redon, nouvelle commissaire divisionnaire, directrice départementale de la Sécurité publique

BENEDICTE KHIEL REDON2 - 1.jpg
Elle annonce la création d'un centre d'information et de commandement à vocation départemental dans les locaux du commissariat de Mâcon. Rencontre.

CONSEIL MUNICIPAL DE MÂCON : Jean-Patrick Courtois annonce une enveloppe de 500 000€ pour la relance économique

Le premier conseil municipal de la nouvelle mandature est réuni ce soir. Au cours de son propos liminaire, en ouverture, le maire a évoqué l’effet coronavirus sur la collectivité et annoncer l’adhésion de la collectivité au Comité National d’Actions Sociales. Retrouvez l’intégralité de son discours.

MUNICIPALES 2020 - 2ème tour : La participation s'effondre en Saône-et-Loire par rapport à 2014

Actualisé à 17h. Elle est à peine plus élevée qu'au 1er tour.

MÂCON : Deux jeunes lui foncent dessus en scooter et reviennent lui casser la figure. Il s'en remet au procureur…

AGRESSION MACON - 2.jpg
Le récit de cette agression a été fait à partir du témoignage de la victime, qui a pris contact avec macon-infos.

SAÔNE-ET-LOIRE - État d'urgence sanitaire : « Les patrons de discothèques à l'agonie »...

L'UMIH 71, organisation patronale du secteur, alerte préfet et parlementaires dans un courrier adressé au préfet ce vendredi.