mardi 27 octobre 2020
  • SORTEZ DE CHEZ VOUS_350x550.jpg
  • Effilogis MACON INFOS -280x410-mc.jpg
  • Connectons-nous-2020 MACON VIGNETTE.jpg

Les trois organisations ont signé une déclaration commune

 

Communiqué

Le MEDEF, la CFDT et la CFTC signent une déclaration commune

affirmant que la vie économique et sociale doit être progressivement restaurée,

dans des conditions de sécurité optimales pour les salariés

La pandémie qui affecte l’ensemble de la planète a des conséquences tout à fait exceptionnelles. Le Gouvernement français a pris des mesures pour limiter au maximum la progression de l’épidémie et atténuer ses conséquences économiques et sociales.

Malgré cela, l’activité économique s’est dégradée de façon très rapide et très préoccupante. Nombre d’activités sont en effet limitées voire interdites. Afin qu’un drame économique et social ne vienne pas s’ajouter à un drame sanitaire, les signataires de cette déclaration considèrent qu’il est essentiel que la vie économique et sociale de la Nation soit progressivement restaurée, dans des conditions de sécurité optimales pour les salariés qui l’exercent.

Sur le plan sanitaire, il revient aux entreprises d’adapter leur environnement de travail en mettant en place les mesures organisationnelles, collectives, et individuelles qui permettent d’assurer la sécurité sanitaire de tous. Ces mesures sont nécessaires pour structurer les plans de sortie de confinement et donc créer les conditions d’un retour progressif à l’activité. En fonction des retours d’expérience partagés au sein des entreprises, et de l’évolution de la situation, ces mesures feront l’objet d’une adaptation. La reprise doit également être coordonnée sur la chaine de valeur.

Les solutions à engager doivent être trouvées au plus près du terrain et par des actions concrètes, en concertation avec les salariés et les représentants du personnel quand ils existent. En période de crise plus que jamais, le dialogue social est un levier essentiel pour traiter les sujets au plus près des besoins et trouver les bonnes solutions pour tous. Il joue un rôle prépondérant dans la mise au point des décisions prises par les entreprises pour maintenir ou reprendre leurs activités.

Les signataires sont convaincus que la qualité des actions engagées et le partage de ces principes sont déterminants pour la pérennité économique et sociale du pays, l’avenir de certains secteurs d’activité et donc pour la sauvegarde de l’emploi.

 


DECLARATION COMMUNE

Paris, le 30 avril

POUR LE MAINTIEN OU LA REPRISE DES ACTIVITES ECONOMIQUES

DANS DES CONDITIONS SANITAIRES OPTIMALES

Notre pays traverse actuellement une crise sanitaire sans précédent, en raison de la pandémie de Covid-19. Afin d’endiguer cette pandémie sur le territoire français, le Gouvernement a pris des mesures exceptionnelles, concernant notamment les règles de santé et de sécurité applicables à l’ensemble de la population et, par conséquent, aux acteurs économiques.

Ces mesures ont un impact majeur sur la vie économique et sociale de notre pays. Le recours au nouveau dispositif d’activités partielles et les aides publiques sont actuellement indispensables, voire vitales pour certaines entreprises qui ont dû ralentir sensiblement ou cesser totalement leurs activités, ainsi que pour certains secteurs d’activité ou bassins d’emplois. Par ailleurs, afin de respecter les consignes des autorités sanitaires, les entreprises ont dû, dans l’urgence, organisé un recours massif au télétravail. Ce n’est pourtant qu’en assurant une reprise progressive des activités, intégrant des mesures sanitaires irréprochables, que la Nation sortira durablement de cette crise.

Fondamentalement attachés au droit pour chaque salarié de travailler en sécurité et de préserver sa santé, les organisations signataires considèrent qu’il est essentiel que la vie économique et sociale de la Nation, durement impactée par cette crise sanitaire, puisse être progressivement restaurée. Il en va de l’avenir de notre pays, de ses emplois et de la qualité de ces derniers.

Face au risque de propagation du Covid-19, les règles dépendent en premier lieu des pouvoirs publics.

Mais le dialogue social et professionnel en période de crise est un levier essentiel pour traiter les sujets au plus près des besoins et trouver les bonnes solutions pour tous.

Dans le cadre général ainsi défini, branches et entreprises peuvent développer des solutions adaptées à leurs réalités de terrain (par exemple des guides de bonnes pratiques). En concertation avec les salariés et leurs représentants, les entreprises adaptent ainsi leur environnement de travail en mettant en place les mesures organisationnelles, collectives et individuelles qui permettent d’assurer la sécurité sanitaire de tous, et de retrouver ainsi la confiance et la sérénité nécessaires pour travailler. Ces mesures sont nécessaires pour structurer les plans de sortie de confinement et donc créer les conditions d’un retour progressif à l’activité.

Pour relancer la vie économique et sociale du pays dans le respect des conditions d’hygiène et de sécurité indispensables pour tous, certains principes fondamentaux doivent prévaloir. Ils ne sont bien évidemment pas exhaustifs et doivent être adaptés à chaque situation. Nous sommes convaincus que la qualité et le partage de ces principes sont déterminants pour la pérennité économique et sociale de l’entreprise, l’avenir de certains secteurs d’activité, et donc pour la sauvegarde de l’emploi. En fonctiondes retours d’expérience partagés au sein des entreprises, et de l’évolution de la situation, ils feront l’objet d’adaptations.

Ces principes sont les suivants :


1) La prise en compte de l’environnement économique, sanitaire et social :

Les conséquences du confinement ont été très violentes au plan économique. Elles se sont traduites par une baisse très sensible des activités de la très grande majorité des entreprises dans presque tous les secteurs, voire de fermeture d’entreprises.

Pour assurer une continuité ou un retour progressif à l’activité dans le cadre des consignes gouvernementales liées au déconfinement, les entreprises devront identifier en priorité les activités nécessaires à leur fonctionnement et à celui de la filière à laquelle elles appartiennent, en veillant à préserver la qualité de la relation entre donneur d’ordre et sous-traitant, et/ou clients-fournisseurs.

Il revient aussi à chaque entreprise d’identifier les compétences nécessaires à ses besoins, en tenant compte des contraintes individuelles recensées par elle.

Pour répondre au mieux à l’évolution des consignes sanitaires, il revient à l’entreprise de procéder à une adaptation de l’environnement de travail et des modalités d’organisation du travail.

En concertation avec les salariés et leurs représentants quand ils existent, il est rappelé l’importance d’une communication détaillant les consignes à appliquer et toutes les dispositions prises pour éviter la propagation du Covid-19 à destination de l’ensemble des parties prenantes. Des actions de sensibilisation des salariés pourront le cas échéant être organisées dans ce sens. Pendant toute la phase de retour à une activité normale, il est recommandé de mettre en place dans chaque entreprise une « cellule de crise » et/ou, lorsque cela est possible, un « correspondant Covid-19 », placé sous l’autorité de la direction ou du management de l’entreprise, pour aider à suivre l’évolution de la situation sanitaire, centraliser les informations, et le cas échéant coordonner les actions.

En concertation avec les salariés et leurs représentants quand ils existent, un programme de maintien ou de reprise de l’activité peut utilement être élaboré par chaque entreprise et communiqué aux salariés, aux fournisseurs, aux clients et aux sous-traitants. Il peut intégrer les mesures de prévention et de protection définies conformément à l’analyse des risques déterminées par l’entreprise. Les

entreprises peuvent solliciter, si elles le souhaitent, le service de santé au travail ou d’autres « ressources » internes ou externes (ex : préventeurs, ...) pour être accompagnées dans cette démarche.

2) Les conditions sanitaires de la reprise :

La reprise de l’activité dans des conditions sanitaires optimales tient compte de la mise en œuvre par les entreprises des mesures évolutives de prévention générales et spécifiques définies par les autorités sanitaires et par leur bonne application par chaque salarié.

Ces mesures peuvent notamment porter sur :

• Les gestes barrières applicables dans l’entreprise :
o Comportementsdeconvivialitéetd’hygiène
o Lavagedesmains:accèsàl’eau,savon,essuie-mainsjetable,gelhydroalcoolique,

...
• La pratique de distanciation sociale et la fourniture des moyens de protection :

o Distanciation sociale dans les locaux et sur les postes de travail (1 mètre d’écart minimum)

o Individualisationautantquepossibledesoutilsdetravail

  • Fourniture des moyens de protection liés au Covid-19 (masques, ...) et explicitation de leur

    utilisation.

  • L’articulation des mesures de prévention Covid19 avec les risques professionnels identifiés

    par l’entreprise (actualisation du document unique de l’évaluation des risques)

  • Le nettoyage adapté et régulier des lieux et postes de travail, des véhicules de travail mis

    à disposition par l’entreprise

  • L’aération régulière des locaux, si possible

    Les fiches métiers élaborés par le ministère du Travail et les brochures INRS pourront être consultées, ainsi que les guides pratiques élaborés par certaines branches.

    Le retour des salariés fait l’objet d’une attention particulière :

    • Préparation en amont par la direction et l’équipe managériale

    • Echanges avec les salariés et/ou leurs représentants du personnel ou IRP quand ils

      existent.

    • Information préalable des salariés afin qu’ils s’organisent au regard de leurs propres

      contraintes et de leurs obligations familiales ainsi que des modalités de déconfinement mises en œuvre hors l’entreprise (scolarisation, accueil de la petite enfance, personnes vulnérables, ...)

    • Rappel des consignes de santé-sécurité inhérentes aux postes de travail, avec si besoin le renouvellement des formations

    • Accueil permettant d’expliquer l’organisation transitoire du travail

a) Les déplacements entre le domicile et le lieu de travail.

Les modes individuels de déplacement sont privilégiés, dans la mesure du possible.

S’agissant de l’utilisation des transports en commun, il convient de respecter les préconisations des pouvoirs publics. L’entreprise facilite, si possible, le décalage des horaires d’arrivées au travail et de départ.

Sur une même zone d’activité, il peut être envisagé un plan de transport interentreprises pour séquencer les horaires de prise et de fin de poste.

Les mesures de prévention appliquées dans les transports sont des facteurs déterminants pour faciliter le maintien ou la reprise de l’activité de l’entreprise.

b) L’entrée, la sortie et la vie dans l’entreprise :

L’entreprise a pour mission d’organiser les flux de circulation dès l’entrée sur les lieux de travail ainsi que le lavage des mains dès l’arrivée des salariés dans l’entreprise. Dans la mesure du possible, et conformément aux consignes arrêtées dans l’entreprise, elle peut par exemple permettre un accès facilité des salariés aux différents espaces et lieux de travail par l’ouverture des portes.

L’entreprise organise aussi l’accès au site pour les fournisseurs, clients, usagers et prestataires en imposant le respect des consignes sanitaires arrêtées par elle (ex : lavage de mains ou l’utilisation d’un gel hydroalcoolique à l’arrivée sur le site...).

c) L’organisation du travail

En concertation avec les salariés et leurs représentants, la direction de l’entreprise a la responsabilité de la mise en œuvre d’une organisation du travail adaptée aux objectifs économiques poursuivis et à l’environnement sanitaire préconisé par les autorités. Pour entretenir un bon niveau de sécurité et de sérénité de tous face au risque sanitaire, il lui revient d’étudier, et le cas échéant, de prendre en compte les propositions d’évolutions pratiques de cette organisation. Il veille à intégrer également les exigences liées à l’accueil des clients ainsi que les contraintes liées à l’activité des entreprises extérieures et des prestataires travaillant sur son site.

Dans le cadre de l’élaboration de son programme de maintien ou de reprise d’activité, l’entreprise peut faire réaliser certaines de ses missions à distance au moyen des nouvelles techniques de l’information et de la communication (télétravail, audio et visioconférences...). L’entreprise est attentive au risque d’isolement qui pourrait en découler et peut, sauf situations particulières, mettre en place un programme de roulement entre les salariés concernés. Ce programme a vocation à privilégier une communication directe entre collaborateurs tout en veillant à la bonne application des mesures sanitaires. Par ailleurs, le recours au télétravail dans la période de déconfinement appelle des modalités d’organisation, de management et d’évaluation particulières qui doivent être approfondies dans le cadre d’une concertation régulière.

Pour faciliter la reprise progressive de son activité, l’entreprise peut enfin continuer à activer des dispositifs d’indemnisation au titre de l’activité partielle.

d) La restauration

La prise du repas doit également faire l’objet d’un traitement particulier adapté à la crise sanitaire traversée par tous.

 

ECONOMIE DU VIN : Canada - Après le record de 2019, 2020 reste très positive pour les Bourgogne, malgré le covid

Tous les importateurs en Amérique ne se valent pas... le Canada est un marché privilégié pour les vins de Bourgogne, porté par le Québec qui couvre près de 70% des importations du pays !

ECONOMIE DU VIN : Etats-Unis - Les vins de Bourgogne souffrent de la taxe Trump

Une taxe et une pandémie mettent fin au développement continu des vins de Bourgogne aux Etats-Unis depuis 2015.

CHARNAY - Les Coulisses du bâtiment : La Coffratech, 250 000 m2 de plancher béton posés par an !

COFFRATECH COULISSES BATIMENT CHARNAY - 12.jpg
L'entreprise a ouvert ses portes à l'occasion des Coulisses du bâtiment ce vendredi, proposées par la Fédération française du bâtiment.

MÂCON - Les coulisses du bâtiment : C'est bien reparti pour la SAM (Serrurerie, Aluminium du Mâconnais)

COULISSES BATIMENT SAM MACON OCT202022 - 1 (3).jpg
Le patron Dominique Carette ouvrait les portes de son entreprise ce vendredi à tous les élèves du département ainsi qu'au grand public, sur l'initiative de la Fédération française du bâtiment. Retour sur les coulisses du bâtiment à la SAM. A voir aussi : 2 postes à pourvoir.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Ubitransport (Mâcon) s’engage dans l’économie circulaire avec la Région

À l’occasion des Journées Agir et à l'heure où les démarches des collectivités sont invitées à être plus responsables, Ubitransport lance un plan d’action RSE pour prolonger la durée de vie utile de ses produits - notamment de ses smartphones - par la réparation, la reprise, la vente et le don de produits d’occasion. Une première dans le domaine du transport public !

MÂCON : Les professionnels de l’événementiel à l'agonie et en colère

rassemblement professionnels événimentiel (11).JPG
Plusieurs membres de l’Union des professionnels solidaires de l’événementiel étaient ce mardi matin devant la préfecture de Mâcon pour attirer l’attention sur les effets destructeurs des restrictions sanitaires sur leur activité.

COMMERCE : Une boutique « Mathilde M » en centre-ville de Mâcon

boutique Mathilde M Mâcon (24).JPG
L’entreprise de décoration d’intérieur « Mathilde M » occupera pendant les 6 prochains mois une boutique éphémère mise à disposition par la municipalité rue Carnot.

MACON : Le Kwartz, un futur immeuble de bureaux à Marbé

immeuble bureaux Kwartz.jpg
Le projet immobilier, qui verra le jour à Marbé, boulevard du Général de Gaulle, a été présenté ce jeudi à la Maison des Vins de Mâcon en présence de nombreux élus, dont le maire de Mâcon.

MÂCON : bébé 9 va grandir encore !

BEBE9 MACON 23092020.jpg
A voir : Grosse affluence ce matin au magasin. A lire aussi : Le gérant a dévoilé son projet d'agrandissement à macon-infos.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : La Région vise à encourager et renforcer l'économie sociale et solidaire

REGION BFC ESS.jpg
La collectivité a organisé récemment la conférence régionale de l'ESS à Dole, dans le Jura. En 2020, le Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté consacre 8,6 millions d'euros au secteur de l'ESS.

MÂCON : La boutique éphémère accueille « Elo’Création »

boutique éphémère Elo'Créations.jpg
Élodie Briday inaugurait ce midi sa boutique dans l’espace proposé par la Ville, rue Franche.

MACON : Thierry Valdor se prépare à ouvrir un centre d'affaires au sein de Locow - coworking

Locow bureaux Mâcon.jpg
L’entreprise implantée depuis deux ans près de la gare, en centre ville de Mâcon, va franchir un nouveau cap dans son développement en janvier avec la création d’un espace de bureaux.

ECONOMIE - Michel Suchaut : « Un redressement de l’activité en Bourgogne Franche-Comté est à noter sur le mois de juillet »

SUCHAUD CCI CD1809.jpg
A l'invitation d'André Accary à l'assemblée départementale, le Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Saône-et-Loire a donné une photographie de la situation économique en Saône-et-Loire et en région avec les derniers chiffres dont il dispose. Redressement, oui, mais...

MÂCON : AUM BIOSYNC remporte le concours « 10 000 Startups pour changer le monde »

AUM BIOSYNC MACON STARTUP - 1.jpg
Et donne son prix d’une valeur de 50 000€ aux orphelins de sapeurs-pompiers

Pandémie de covid-19 : 100 milliards d'€ pour la relance de l'économie française

Capture d’écran 2019-11-10 à 15.11.56.png
Le plan de relance présenté aux députés jeudi a reçu l'accueil favorable du député Benjamin Dirx et du MEDEF 71. À voir, toutes les mesures du plan. À lire aussi, la réaction de la CAPEB 71 en matière de soutien à la rénovation énergétique des bâtiments.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMERATION : Le village d’entreprises Activity va s’implanter à Charnay

CHARNAY village entreprises  15.jpg
Ce concept qui verra le jour sur la zone Europarc Sud Bourgogne va permettre de répondre facilement aux besoins des TPE/PME/PMI en proposant des locaux à la vente et à la location…

VITICULTURE - Vignerons des Terres Secrètes : La diversité fait la bonne santé de la cave coopérative

AG2020 VIGNERONS TERRES SECRETES - 8.jpg
Les Vignerons des Terres Secrètes on tenu leur assemblée générale vendredi, un mois avant le ban des vendanges. Le Président Michel Barraud accueillait exceptionnellement les adhérents de la coopérative à la salle des fêtes municipale du fait des conditions sanitaires particulières. 139 coopérateurs étaient présents ou représentés, sur les 266 membres du groupement.

MÂCON - Cave à Musique : « la réouverture sera t-elle possible au 1er septembre ? Besoin de réponses »

« Conseil de défense du 10 juillet : le secteur de la Culture n'a même pas été mentionné » s'inquiète l'équipe de direction de la Cave dans un communiqué transmis cet après-midi, et dans lequel elle alerte sur une situation très préoccupante.

MACON : Deux jeunes créatrices mâconnaises s’installent dans la boutique éphémère

boutique éphémère juin.jpg
Célia Boudali, créatrice de bijoux, et Chloé De Barros, créatrice de prêt-à-porter, se sont rencontrées sur les réseaux sociaux et sont les premières de la période post-confinement à louer, pour une semaine, l'espace dédié de la rue Franche.

Mesures en faveur de l’apprentissage : l’ESMP vous accompagne dans le recrutement de vos futurs talents

Les entreprises qui recruteront un apprenti entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021 bénéficieront d’une aide exceptionnelle de l’Etat de 8.000 € pour l’embauche d’un majeur !

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMERATION : Trois nouveaux dispositifs d'aide aux commerçants et artisans, et un appel à la consommation

COURTOIS ROBIN MBA - 2.jpg
Jean-Patrick Courtois, président de MBA, et Christine Robin, vice-présidente en charge de l'Economie, ont présenté ce matin en conférence de presse les trois nouveaux dispositifs d'aide financière en cours de création à destination des commerçants de centres villes et de centres bourgs.

Déconfinement : l’enquête CPME auprès de 3000 entreprises fait clairement apparaitre les difficultés de la reprise d’activité

Dans une entreprise sur deux (52%), l’ensemble des salariés a réintégré physiquement l’entreprise tandis que 41% maintiennent encore une partie, ou la totalité, de leurs effectifs en chômage partiel.

AUTOMOBILE - Marie-Guite Dufay : « Un plan de relance qui concilie compétitivité, transition écologique et souveraineté industrielle de la filière »

Le site de Sochaux est directement concerné, la Région Bourgogne - Franche-Comté y a investi plus de 7 millions d'€.

MÂCON-CHARNAY : L'Entretien surmonte la crise en investissant

LENTRETIEN CHARNAY 1905 - 7.jpg
Voilà une entreprise qui intervient dans un domaine incontournable : la propreté.