vendredi 3 juillet 2020
  • Route_71_290x400 (2).jpg
  • EDENWALL STAGES ETE2020 - 1 (2).jpg
  • JVEUXDULOCAL MACON2105 (2).jpg
  • EGC BOURG CHALON - 1.jpg

Communiqué

Déconfinement :

 

La CAPEB estime les surcoûts liés aux mesures sanitaires

 

entre 10% et 20% du coût journalier

 

 

La Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB) constate que le déconfinement permet à une partie de l’activité de l’artisanat du bâtiment de repartir sur tout le territoire. Les enquêtes-flash réalisées chaque semaine par le GIE CERC auprès de 1416 entreprises du bâtiment confirment ce redémarrage. Cependant, même si la part des chantiers en activité « normale » est également en hausse en mai, cette activité n’est pas effective sur la totalité des chantiers.

 

Pour autant, il ne faudrait pas occulter un point important qui risque de compromettre la reprise et met en péril nombre d’entreprises. Il s’agit de l’absorption des surcoûts car de nombreuses entreprises travaillent à perte aujourd’hui compte tenu du refus de nombre de clients, notamment particuliers, d’en tenir compte.

 

Après deux mois d’arrêt ou de confinement, comment prendre le risque de perdre sa clientèle ? Cette problématique est particulièrement préoccupante pour les entreprises artisanales. Dans l’attente de son étude exhaustive sur le sujet, la CAPEB dévoile l’estimation des trois principaux postes de surcoûts : la coactivité, la désinfection et les équipements de protection.

 

Patrick Liébus : « Depuis le déconfinement, nous constatons une hausse du redémarrage de l’activité du BTP estimée entre 50% et 60% par rapport à la situation d’avant crise sanitaire. Et nous nous en réjouissons. Mais les retours terrain dont la CAPEB dispose vont tous dans le même sens : les surcoûts de la sécurité sanitaire. Les situations sont très différentes dans le neuf ou en rénovation, ce qui explique la fourchette de notre estimation.

 

Les 3 grands postes de surcoûts sont : la coactivité qui est le plus important et qui peut atteindre dans certains cas 50% du surcoût total, la désinfection et dans une moindre mesure les équipements individuels et/ou collectif de protection. La « coactivité », englobant le transport, est le surcoût de production le plus lourd à supporter.

 

La distanciation sanitaire oblige les équipes, les salariés et les métiers à intervenir successivement sur un chantier, ce qui allonge, de surcroit en site occupé, les délais de réalisation. Perdre des heures, perdre du temps, protéger efficacement ses salariés et ses clients augmentent les charges. Alors bien sûr, pour le moment les entreprises font face, mais pour combien de temps ? A ce titre, la désinfection est un enjeu essentiel pour rassurer les clients et notamment les particuliers en entretien-rénovation en site occupé.

 

Ce surcoût est incompressible pour redonner la confiance. A la nécessaire réorganisation sanitaire des chantiers pour mettre en œuvre les gestes barrières, s’additionnent les difficultés d’approvisionnement et une charge administrative en hause liée au Covid-19.

 

A ce stade, il est encore difficile de connaître avec certitude le montant exact de tous ces surcoûts mais nous pouvons d’ores et déjà affirmer que le retour de l’activité sur certains chantiers se fait à perte. Nous restons donc très attentifs à l’évolution de ces surcoûts qui, selon notre première estimation, varierait entre les différents types de marchés : entre 10 et 20% en entretien / rénovation et 10% dans le neuf. Cette situation est évidemment extrêmement préoccupante et pourrait conduire à de nombreuses défaillances d’entreprise si rien n’est fait. A moyen terme, l’expérience me dit que de nouvelles méthodes de travail, d’organisation, de phasage des chantiers seront à inventer ». 

 

 

Estimation des surcoûts

 

  • La coactivité/productivité (allongement des délais, coordination, phasage complexe à organiser, location de nouveau moyen de transport ….) va engendrer un surcoût entre 4 et 10% du coût journalier. Ce poste peut représenter jusqu’à 50 % du surcout sanaitaire total.
  • Les équipements (gants, masques, gel…) vont représenter entre 2 et 4% du coût journalier
  • La désinfection (décontamination, nettoyage du matériel, outillage supplémentaire…) entre 4 et 8% du coût journalier.
  • Les surcoûts sont plus élevés en rénovation notamment en site occupé. On estime ainsi le surcoût moyen entre 10 et 20% en entretien-rénovation contre 10% dans le neuf.

 

 

Reprise des chantiers : une montée en puissance de l’activité inégale en fonction des régions

 

La publication des recommandations sanitaires élaborées par l’OPPBTP ainsi que le déconfinement ont permis aux entreprises du bâtiment de reprendre sensiblement leur activité. Les résultats de l’enquête-flash GIE-CERC montrent qu’au 14 mai, ce sont 72% des chantiers qui étaient ouverts contre 53% au 5 mai. Au 14 mai, 37% des chantiers affichaient un niveau d’activité normale alors qu’ils n’étaient que 22% avant le déconfinement. Une montée en puissance qui permet de maintenir l’activité de 76% des salariés du BTP et intérimaires ETP (en équivalant temps plein) contre 57% au 5 mai.

 

Cette hausse de l’activité connaît cependant de fortes disparités entre les régions. Ainsi, la part des chantiers en activité normale dans le Sud-Est de la France (36%) et le Nord-Est (48%) est plus importante qu’en Ile-de-France (22%). A noter que certaines activités peinent à reprendre. C’est le cas de l’activité commerciale dont les carnets de commandes se sont drastiquement réduits pendant le confinement et qui mettront plusieurs semaines avant de se remplir à nouveau. Une situation également délicate dans le secteur des marchés publics qui n’ont pas encore tous réouvert. Les entreprises artisanales attendent pourtant un soutien fort de la part de la commande publique.

 

En tout, ce sont donc encore 15% des chantiers qui sont fortement ralentis et 28% des chantiers qui sont toujours à l'arrêt. Une situation qui devrait s’améliorer dans les jours à venir. Ainsi, 33% des chantiers qui étaient à l’arrêt au 14 mai devraient reprendre d’ici le 18 mai. Les artisans renouent également avec la confiance : 67% des chefs d’entreprises déclarent avoir confiance en la reprise de leur activité contre 58% le 5 mai.

 

Malgré la reprise de l’activité, le contexte sanitaire particulier dans lequel les entreprises artisanales du bâtiment travaillent comporte son lot de difficultés qui continuent de ralentir les chantiers.

 

 

Des difficultés toujours présentes et recensées par la CAPEB, qui ralentissent fortement les chantiers

 

  • Des difficultés d’approvisionnement : les artisans continuent d’être confrontés à un ralentissement d’approvisionnement des matériaux et matériels, notamment en provenance d’Espagne et d’Italie
  • Des contraintes administratives en hausse : les charges administratives et les contraintes d’organisation liées au COVID 19 représentent une charge supplémentaire pour les chefs d’entreprises
  • Des reports voire des annulations de travaux chez les particuliers : certains particuliers sont toujours réticents quant à la réalisation de travaux chez eux et préfèrent reporter voire annuler des travaux pourtant prévus en amont
  • Des reports de paiements dus à l’arrêt des marchés publics : l’arrêt des marchés publics à cause du confinement a entraîné l’arrêt des paiements pour les chantiers réalisés en amont du confinement
  • Des difficultés pour gérer les déchets : on constate ainsi un ralentissement de l’enlèvement des déchets du BTP pendant le confinement qui a entrainé l’accumulation des déchets au niveau des entreprises

 

 

MÂCON : Metso Outotec, partenaire des industries de demain dans les granulats, minéraux, métaux et du recyclage, démarre ses activités

METSO OUTOTEC MACON.jpg
Alors que la transformation durable des ressources naturelles mondiales devient la norme dans les industries, Metso Outotec est le moteur de cette transformation. Rea Björkqvist, directrice général de Metso France SAS, et Renaud Lapointe, vice-president Business and Product Management, Aggregates, ont déployé le nouveau drapeau Metso Outotec ce matin à Mâcon, siège français.

MACON : Deux jeunes créatrices mâconnaises s’installent dans la boutique éphémère

boutique éphémère juin.jpg
Célia Boudali, créatrice de bijoux, et Chloé De Barros, créatrice de prêt-à-porter, se sont rencontrées sur les réseaux sociaux et sont les premières de la période post-confinement à louer, pour une semaine, l'espace dédié de la rue Franche.

PIERRECLOS : Le village accueille le 1er Comptoir de campagne de Saône-et-Loire

COMPTOIR CAMPAGNE PIERRECLOS - 1.jpg
Une entreprise créée par Sylviane Barcet et Virginie Hils, originaires du Lyonnais et dont la devise est désormais « Favoriser le "made in chez moi" au profit du "made in chinois". » Petite histoire et explications.

Mesures en faveur de l’apprentissage : l’ESMP vous accompagne dans le recrutement de vos futurs talents

Les entreprises qui recruteront un apprenti entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021 bénéficieront d’une aide exceptionnelle de l’Etat de 8.000 € pour l’embauche d’un majeur !

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMERATION : Trois nouveaux dispositifs d'aide aux commerçants et artisans, et un appel à la consommation

COURTOIS ROBIN MBA - 2.jpg
Jean-Patrick Courtois, président de MBA, et Christine Robin, vice-présidente en charge de l'Economie, ont présenté ce matin en conférence de presse les trois nouveaux dispositifs d'aide financière en cours de création à destination des commerçants de centres villes et de centres bourgs.

Déconfinement : l’enquête CPME auprès de 3000 entreprises fait clairement apparaitre les difficultés de la reprise d’activité

Dans une entreprise sur deux (52%), l’ensemble des salariés a réintégré physiquement l’entreprise tandis que 41% maintiennent encore une partie, ou la totalité, de leurs effectifs en chômage partiel.

AUTOMOBILE - Marie-Guite Dufay : « Un plan de relance qui concilie compétitivité, transition écologique et souveraineté industrielle de la filière »

Le site de Sochaux est directement concerné, la Région Bourgogne - Franche-Comté y a investi plus de 7 millions d'€.

MÂCON-CHARNAY : L'Entretien surmonte la crise en investissant

LENTRETIEN CHARNAY 1905 - 7.jpg
Voilà une entreprise qui intervient dans un domaine incontournable : la propreté.

DÉCONFINEMENT : Le MEDEF, la CFDT et la CFTC main dans la main pour la reprise

Les trois organisations ont signé une déclaration commune

MÂCON - Marché de la place Gardon : Le charcutier se porte bien, c'est plus dur pour les autres

MARCHE PLACE GARDON 2304 - 3.jpg
Comme ailleurs dans le Mâconnais, excepté à Cluny, les marchés ont été ré-ouverts ces quinze derniers jours. Ce matin place Gardon, trois artisans-commerçants étaient présents.

ECONOMIE : "Réfléchir dès à présent aux possibilités de proroger les aides" souhaite la CPME71

L'organisation patronale régit à l'allocuation du président de la République hier soir.

SAÔNE-ET-LOIRE : + de 4 700 dossiers d’activité partielle déposés par des entreprises

71 ECO.png
Des demandes qui représentent 18 millions d'heures d'indemnisation, soit l'équivalent de 18 années d'indemnisation « habituelle » en Saône-et-Loire ! indique ce soir un communiqué de la préfecture.

ECONOMIE - Michel Suchaut : «Il va falloir aider au redémarrage, notamment des commerces»

SUCHAU CCI71 ITW COVID.jpg
Commerces, bâtiment, CGT, avenir du siège de la CCI de Mâcon, le président de la CCI 71 revient sur la crise du covid-19 dans une lognue interview.

MÂCON : Ubitransport maintient 50 postes à recruter en 2020

Capture d’écran 2019-11-10 à 15.11.56.png
L'entreprise Mâconnaise, spécialiste de la billettique numérique, ne connait pas la crise. Pas de chômage partiel ; elle vient de de créer un département Ressources humaines...

BOURGOGNE – FRANCHE-COMTÉ : 68 millions d'€ d'aide d'urgence de la Région pour l'économie

COVID ECONOMIE BFC.jpg
« Il faudra sans doute plus encore pour la relance, qu'il faut d'ores et déjà prévoir » indiquait Marie-Guite Dufay, présidente de Région, hier soir en visio-conférence de presse. Revue de détail des programmées.

ECONOMIE : « Fond de solidarité, le Gouvernement a entendu nos demandes ! »

L’accès au fond de solidarité est possible dès 50% de perte de chiffre d'affaires.

BÂTIMENT : Vers une reprise rapide de l'activité ?

CHANTIER BATIMENT COVID19.jpg
Rien n'est moins sûr. La Fédération nationale des salariés de la construction, du bois et de l'ameublement-CGT a émis des réserves quant au guide de reprise rédigé par l'organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP). A lire aussi, les points de vue d'un salarié d'OXXO, représentant syndical, et d'un chef d'entreprise à Mâcon.

ECONOMIE : La CPME Bourgogne-Franche-Comté enquête sur l'impact du Covid-19 sur les entreprises

L'organisation patronale vous propose de répondre à quelques questions.

SAÔNE-ET-LOIRE : Le président André Accary acte deux mesures en faveur des entrepreneurs du bâtiment

Alerté par la Fédération française du bâtiment et des travaux publics (FRTP) et le syndicat patronal de l’artisanat du bâtiment (CAPEB) quant à leurs inquiétudes relatives aux conditions de travail des salariés sur les chantiers et les impacts de l’épidémie de Coronavirus Covid-19, le président du Département prend deux mesures ce jour.