monnaie locale Mâcon (7).JPG

Réuni à l’initiative du militant mâconnais Mathieu le Saux, un groupe d’une vingtaine de personnes des deux côtés de la Saône est en train de se constituer en collectif pour préparer la création d’une première monnaie locale dans le Mâconnais.

Afin de nourrir la réflexion autour de ce projet, un appel à joindre le collectif a été lancé aux personnes intéressées. Les représentants de ce groupe envisagent la création d’une « monnaie locale complémentaire et citoyenne », avec la volonté de « développer les activités, les emplois, les liens humains, favoriser la production locale pour un territoire plus autonome et plus respectueux de l'environnement, favoriser des activités qui prolongent la vie des produits afin de réduire la consommation de biens manufacturés venus de loin et coûteux en énergie, favoriser les commerces de proximité et les circuits courts pour l'animation des villes et des villages. »

monnaie locale Mâcon (5).JPG

« Nous souhaitons que les collectivités (communes, communautés de communes, pays) deviennent des partenaires de notre démarche d’une façon ou d’une autre. Et qu’à un moment donné, elles puissent aussi accepter de la monnaie locale pour le paiement des services, voire en en donnant des subventions en monnaie locale » précise Mathieu le Saux.

Il aimerait qu’une liste de sympathisants puisse voir le jour, des sympathisants qui soient informés régulièrement sur l’évolution du projet : « Plus on saura partager le projet, plus la monnaie pourra circuler. Ensuite, nous souhaitons discuter avec le plus grand nombre de commerçants, de chefs d’entreprises qu’on croise au quotidien connaître leur opinion. Les premiers retours sont positifs, voire très positifs, j'ai pu en parler jusqu'à présent avec une diversité de chefs d'entreprises : boulangerie, chaussures, garagiste, architecte... ils comprennent bien l'intérêt d'une monnaie locale. »

« Il nous faut d’abord constituer un réseau puis une communauté. Pour la réussite du projet il faut que le plus de monde possible accepte d’utiliser la monnaie. Il faut qu’on puisse payer avec cette monnaie des produits et des services aux entreprises. Grâce à la monnaie locale, les entreprises locales seront encouragées à chercher des fournisseurs locaux, changer de fonctionnement » déclare l’initiateur du projet.

Pour l'heure, le collectif n'a pas encore défini de territoire ni de nom, « le territoire pourrait être le Val de Saône, le Mâconnais, le Tournugeois-Clunysois, mais tout va dépendre du réseau qu’on réussira à tisser. »

Emmanuel Jallageas, membre du collectif d’initiative, évoque la chose : « il s’agit d’une monnaie locale complémentaire et citoyenne pour que les gens se rendent compte que l’achat est un acte citoyen et pas simplement une mécanique financière. C’est montrer aussi aux citoyens qu’ils ont un rôle à jouer. »

« L’idée est de pouvoir garantir un circuit. Tu fais une fois un achat avec la monnaie locale et ça va servir à tout le réseau » explique Bernard Cois, lui aussi dans le collectif. « On a envie de faire ce projet et, à mon avis, c’est le bon moment. Il y a de plus en plus de gens qui veulent agir de manière concrète, changer les choses à son niveau. »

 

monnaie locale Mâcon (8).JPG

Une vision partagée aussi par Isabelle : « Il faudra que cette monnaie circule plusieurs fois. Le principe est d'échange de l’euro contre de la monnaie locale et la faire circuler, produire de la richesse localement. »

 

monnaie locale Mâcon (9).JPG

Vincent, de Cluny, est le dernier arrivé dans le groupe de réflexion : « J’ai participé à la création d’une monnaie locale à Boulogne-sur-Mer il y a sept ans et ce n’est pas évident. Il y a les acteurs du bout de la chaine d’échanges qui récupèrent la monnaie locale et la transforment en euro pour payer leurs employés, l’essence etc. Si le réseau est trop petit, on arrive vite en bout de chaine. Il faut donc un marché assez grand. Si on n’a pas au moins 5 000 personnes qui utilisent la monnaie, ce sera difficile. Ensuite, les artisans, les entreprises du réseau auront à gérer deux caisses : en euro et en monnaie locale. Donc il faut un intérêt pour ces acteurs. Il faut de la valeur ajoutée pour les récompenser, leur garantir un marché captif. »

Vincent souligne aussi l’importance des partenariats avec les collectivités, comme à Boulogne-sur-Mer, où le crédit municipal géré par la ville est partie prenante du projet en garantissant les billets de monnaie locale.

À Mâcon, l’association altermondialiste ATTAC rêvait d’une monnaie locale déjà en 2016. Philippe Fournier, qui était impliqué à l’époque dans ce projet, parle d’un manque de dynamique qui avait été la cause de son échec : « Ce n’est pas le cas avec le collectif dont je fais partie, autour de Mathieu Le Saux. Je trouve qu’il y a un vrai intérêt en ce moment pour une monnaie locale qui ne doit surtout pas être vue comme une initiative liée aux divers cercles militants et politiques locaux. »

Il existe aujourd'hui 82 monnaies locales en France, à différents stades de développement.

L’association « Que choisir » a publié récemment une analyse sur ces projets qui peut être lu ici.

En France, les monnaies locales complémentaires sont réglémentées par la loi du 31/07/2014. Ainsi, si elle voit le jour, la future monnaie locale mâconnaise sera complémentaire de l'euro. Elle ne sera qu'un moyen de paiement, elle ne pourra pas être placée sur un compte bancaire et servir à la spéculation. La monnaie locale complémentaire et citoyenne de Mâcon (MLCC) pourra se présenter sous une forme papier (billets-coupons) ou numérique. Elle sera émise par une association. Seuls les particuliers et professionnels ayant adhéré à l'association pourront l’utiliser. Pour l’obtenir il faudra l'échanger contre des euros : 1 unité de MLCC = 1 euro. Les euros échangés seront placés dans un fonds de garantie au sein d'un établissement financier solidaire.  Seuls les professionnels – s'ils ne peuvent pas la dépenser – seront autorisés à reconvertir la MLCC en euros.

Pour cette première phase de réflexion du projet, toute personne peut contacter le collectif par mail (mlccsaone@laposte.net) pour se renseigner et pour se joindre la réflexion.

Cristian Todea

 

 

monnaie locale 1.jpg