mercredi 24 février 2021
  • PCAET Donnez votre avis.jpg
  • MBA Aide au loyer bandeau.jpg
  • EPINOCHES MACON SENIORS - 1.jpg
  • HAUT BUGEY.jpg

GYMNCOACH ferme 1.jpg

Le secteur sportif est une des grandes victimes du couvre-feu instauré dans le département. Les salles de sport fitness ont appris la fermeture pour un mois de leurs établissements. macon-infos a rencontré Clément, gérant de Gym&Coach à Chaintré, qui ne cache pas son désarroi et sa colère…

 

Comment avez vous accueilli cette annonce ?

On se sent vraiment lésés. On nous dit de fermer et on ne comprend pas pourquoi on sanctionne le sport alors qu’on laisse des magasins ouverts, c’est aberrant ! Aller acheter une paire de chaussures aujourd’hui, ce n’est ni vital, ni prioritaire, alors que le sport ça l’est parfois pour certains.

Des adhérents viennent 5/6 fois par semaine et ça fait partie de leur vie qu’ils soient cadres, ouvriers, étudiants, retraités ou fonctionnaires. Ils aiment venir, se retrouver, discuter et créer un lien social. Ils créent ici un échange qu’ils n’auraient peut-être pas eu ailleurs. Une salle de fitness, ce n’est pas qu’un lieu de sport, c’est aussi un lieu social. C’est autant pour le bien-être physique que mental. En plus, personne ne nous a avertis en amont. Il y a douze salles de sport sur Mâcon, on aurait pu être prévenus plutôt que d’apprendre la mesure dans la presse.

On vous sent très en colère…

Ce qui me met en rogne, c’est de nous faire fermer alors que, comme les restaurants et les bars, on nous a imposé des règles sanitaires que l’on a respectées : le port du masque, le gel hydro alcoolique, le savon, j’ai changé aussi tous les produits de nettoyage ce qui me coûte cher au quotidien, je nettoie quotidiennement mes machines, on a mis en place un protocole avec mon équipe…

Les adhérents nettoient les machines après utilisation, comme ils le font depuis notre ouverture il y a trois ans et demi. On a limité les places dans la salle de cours collectifs et dans la salle de RPM. On a joué le jeu, on a tout respecté, mais on nous fait fermer alors qu’on laisse ouverts des magasins de prêt-à-porter ou d’électroménager.  D’accord on veut limiter la propagation du virus, alors dans ce cas, soit on ferme tout le monde, soit personne.

On a été traités comme des parias, comme si ce qui arrive était de notre faute. On a quand même moins de risque d’attraper la maladie dans une salle de sport qu’en allant se balader dans un grand magasin où on touche tous les articles. À ma connaissance, il n’y a aucun cluster qui a été créé dans les salles de Mâcon. Ce qu’on ressent, c’est de l’injustice par rapport à ça !

Comment expliquez-vous cela ?

En France, dans les esprits, le sport n’est pas quelque chose de primordial alors que ça aide à se sentir mieux, à garder la forme au quotidien. Aujourd’hui tout le monde ne l’a pas compris et ne veut pas le comprendre. Je dis ça pour la salle de sport, mais aussi pour tous les autres sports que les gamins ne pourront pas pratiquer pendant un mois.

Le sport permet de se sentir bien autant que je comprends une personne qui a besoin d’aller au théâtre ou à la bibliothèque. C’est vital pour des centaines de milliers de personnes en France. D’ailleurs, s’il y a autant de salles de fitness, c’est qu’il y a une réelle demande et de personnes de tout âge.

Notre plus vieil adhérent a 82 ans et vient quatre fois par semaine. Il n’a jamais été aussi en forme. Si demain il ne peut plus venir, c’est là qu’il y a le plus de risque. Il a besoin de s’entretenir, ça le fait sortir de chez lui, il voit des gens tous les jours dans une vie de retraité c’est bien, et il maintient sa forme physique. C’est autant bénéfique pour sa tête que pour son corps.

Comment s’était passée la reprise après le confinement ?

Les gens sont revenus timidement. Les restrictions font peur, ils ont du mal à se remotiver après deux à trois mois sans sport. Septembre qui est un gros mois pour le fitness a été moins important que les années précédentes. Ça commençait quand même à repartir. Je le voyais sur la fréquentation de mes cours collectifs. J’ai un système de réservation et quotidiennement je sais combien j’ai de personnes dans la salle. Bref, on commençait à sortir la tête du bouillon et là, du jour au lendemain, on nous dit de fermer. Sans solution de repli.

On va devoir une fois encore se débrouiller, on a des salariés à temps plein qui vont être au chômage partiel, des auto-entrepreneurs qui ne seront pas payés faute de cours, des apprentis qui vont perdre des mois de formation et tous les prestataires que je ne vais pas faire travailler.

Il va y avoir de la casse dans le secteur du fitness en France. Des clubs, indépendants ou groupes, vont fermer avec cette deuxième fermeture imposée en quelques mois. En plus on a aucune visibilité à long terme, on sait juste que c’est pour un mois, mais ça va durer. Je ne suis pas optimiste pour une réouverture avant janvier.

Qu’est-ce que vous prévoyez pour vos adhérents pendant la fermeture ?

À partir de la semaine prochaine, on va mettre en place des accès à notre plateforme numérique Mywellness avec des contenus de qualité, des cours vidéos, des séances et des coachings par le biais d’application ou de notre chaine Youtube. On ne va pas laisser les gens sans séance, il faut qu’ils gardent la forme et qu’on garde le lien. On aurait souhaité faire des cours en extérieur, mais c’est extrêmement compliqué à mettre en place.

Propos recueillis par Delphine Cresson

 

GYMNCOACH ferme 3.jpg

GYMNCOACH ferme.jpg

MÂCON : Une maison de santé va s'implanter au nord de la ville

OSANTE MACON FEV2021.png
Le projet est porté par la société lyonnaise O Santé, fondée par des professionnels de santé et basée à Lyon.

SAÔNE-ET-LOIRE : Ouverture de la téléprocédure calamités agricoles pour sécheresse

Capture d’écran 2019-12-08 à 02.15.42.png
Suite à la nouvelle sécheresse de 2020, la totalité de la Saône-et-Loire a fait l’objet d’une reconnaissance de calamités agricoles pour perte de récoltes sur fourrages le 18 février 2020 par le comité national de gestion des risques en agriculture (CNGRA).

CLIN D'OEIL : Une sacrée prise pour Maurice, 84 ans !

Actualisé : La photo a choqué, nous la retirons.

MÂCON - Violences conjugales : Elle défonce la porte de la chambre à coups de couteau et de coups de pied

TGI_MACON.jpg
Si les victimes de violence conjugales sont majoritairement des femmes, ce samedi en matinée, quartier La Chanaye, c'est une femme qui a perdu le contrôle, menaçant de mort son conjoint. Ce qui s'est passé...

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : L'INSEE confirme la tendance au repli du nombre de décès

DECES BFC FEV2021.jpg
La Saône-et-Loire voit néanmoins une hausse conséquente par rapport à 2019, tout comme le Jura.

COVID-19 - Vaccination en Saône-et-Loire : 25 772 personnes vaccinées au 17 février

Tous les chiffres de la vaccination en Saône-et-Loire. ACTUALISÉ

HÔPITAL DE MÂCON : La photographe Émilie Fontaine rend hommage au personnel soignant

Photographie Émilie Fontaine MACON 1902 (2).jpg
Peu d'images dans cet article, et c'est bien volontaire ! Artiste attachée à l'échange et au témoignage, la photographe Émilie Fontaine présente une exposition au sein de l'établissement ! Avant, espère-t-elle, d'aller à votre rencontre (« hors des murs »)...

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION - Budget : Le président compte sur les entreprises qui se développent et celles qui arriveront

AGGLO MBA FEV20215 - 1.jpg
À l'ordre du jour du conseil communataire ce jeudi soir, le ROB, rapport d'orientation budgétaire et débat. Le conseiller communautaire-député a défendu l’Etat, la leader de l'opposition a critiqué une politique qu'elle juge à « contre-courant ».

MÂCON : L'EHPAD de la Résidence Départementale d'Accueil et de Soins très durement touché par le covid-19

Et ce malgré la vaccination précise la directrice dans un communiqué adressé à macon-infos le 11 février. Elle évocait un contexte de « cluster ». ACTUALISÉ : La situation s'est aggravée en quelques jours...

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : 1ers pas vers les bus à hydrogène

HYDROGENE BUS MBA FEV2021 - 1.jpg
Un appel à projet est actuellement lancé par l’ADEME, visant à subventionner les dépenses d’investissements des collectivités qui se lancent dans la création d’un écosystème à hydrogène sur leur territoire. C’est pour y candidater que MBA formalise aujourd’hui son engagement dans le projet de station hydrogène.

COVID-19 - Vaccination en Saône-et-Loire : 70 % des créneaux de mars déjà réservés !

VACCINATION centre appel 3.JPG
Depuis janvier et l’ouverture de la vaccination, une plateforme téléphonique départementale coordonne et centralise les appels, en plus des prises de rendez-vous via Internet et Doctolib. Visite au cœur de ce centre d’appels…

SOLIDARITÉ : Les aides mâconnaises sont arrivées à Hammana

SOLIDARITE hammana arrivee colis 10.jpg
Après l’explosion qui a touché le Liban en août dernier, la solidarité s’était très vite organisée à Mâcon grâce à l’Association touristique et culturelle du Mâconnais (ATCM) et son président Olivier Burgaud. De nombreux dons matériels ont été récoltés et envoyés.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Pour son Festival des solutions écologiques 2021, Marie-Guite Dufay souhaite « participation et révélation » !

20758_1_full.jpg
Faisant appel aux bonnes volontés, la présidente du Conseil régional a dévoilé lors d'une visioconférence les grands axes de cette deuxième édition, prévue du 6 au 12 septembre et présentée comme une étape importante de son mandat.

MÂCONNAIS BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : Le Conseil de développement est installé

MBA Conseil de développement.jpg
Ils sont vingt-et-un. Des femmes et des hommes issus de milieux professionnels et d’horizons différents, des viticulteurs, avocats, chefs d’entreprise, présidents d’association, retraites de l’Éducation nationale, de l’immobilier, de la santé… Et tous forment le nouveau Conseil de développement de MBA.