vendredi 26 février 2021
  • PCAET Donnez votre avis.jpg
  • MBA Aide au loyer bandeau.jpg
  • EPINOCHES MACON SENIORS - 1.jpg
  • HAUT BUGEY.jpg

 Communiqué

En créant de nouveaux délits pour les manifestant.es et celles et ceux qui s’organisent et se mobilisent pour l’amélioration des conditions de vie et de travail le gouvernement cherche à museler la population. Les syndicalistes payent le prix fort de la répression et sont de plus en plus sanctionnés et entravés dans leur activité militante sur les lieux de travail.

Le projet de loi sécurité globale, le nouveau schéma national du maintien de l’ordre pour les manifestations, la loi de programmation pour la recherche et celle contre les « séparatismes » sont les nouvelles armes au service de ce gouvernement autoritaire et elles  représentent de graves atteintes aux libertés essentielles pour les conquêtes sociales.

Ce Vendredi 04 décembre, le Journal officiel a fait paraître plusieurs décrets accentuant les possibilités de fichage de la population. Le gouvernement vient d’esquisser, en toute discrétion, un nouveau pas vers une société de surveillance. Une dérive inquiétante qui écorne encore un peu plus les libertés publiques, au risque d’étouffer la vie démocratique.

Ces décrets vont au delà d’un fichage des personnes qui ont commis ou participent à des organisations enfreignant la loi. Il permet de ficher des personnes en fonction de leurs opinions, sous seul prétexte qu’elles pourraient constituer une menace. Avec la constitution de fichiers sur l’opinion, verra-t-on des citoyens d’emblée écartés des voies d’accès à certaines professions ?

On peut aussi facilement imaginer que ces informations seront à terme transmises aux employeurs et aux grandes entreprises, dont certaines pratiquent déjà la discrimination sur la base de l’activité syndicale et de la proximité avec des combats menés par des syndicalistes.

L’exécutif s’attaque à la liberté d’expression, à la liberté de la presse et à la liberté de penser. L’information est d’ailleurs primordiale pour se forger une opinion.

 

Tous les jours, un plan de suppression d’emplois est annoncé par des grands groupes pourtant peu impactés par la crise sanitaire et largement inondés d’aides publiques.

La colère extrême des victimes des politiques menées depuis des décennies, agrégée au refus de l’accaparement d’une très grande partie des richesses par les actionnaires, est grandissante et légitime. Avant l’annonce du nouveau confinement, l’Unedic prévoyait déjà 670 000 nouveaux inscrits à Pôle emploi fin 2020, pulvérisant la barre des 6 millions de travailleurs inscrits, sans compter le halo du chômage.

 

Licenciements, chômage, précarité, pauvreté ne sont pourtant pas une fatalité !

Le nombre de chômeurs explose alors que de grosses entreprises utilisent le coronavirus comme prétexte pour licencier et poursuivre leur course aux profits. Plutôt que de défendre les emplois existants, et de combattre le chômage en partageant le travail, le gouvernement continue d’abreuver le patronat de centaines de milliards d’aides publiques et d’exonérations de cotisations sociales, sans conditions de sauvegarde de l’emploi et sans aucune contrepartie

Au lieu d’assurer une protection sociale à toutes celles et tous ceux qui subissent le chômage et basculent de façon massive vers les minima sociaux et la pauvreté, le gouvernement s’apprête à appliquer sa réforme de l’assurance chômage au 1er avril 2021. Ce serait la double peine pour les plus jeunes, encore plus touchés par le chômage et la précarité.

 

Dans le seul secteur de la santé, dans les hôpitaux comme dans les EHPAD, 400 000 emplois manquent pour remplir les missions.

Après des années de dégradation du service public. La relocalisation des emplois en France est une nécessité contre le dumping social comme un impératif écologique. D’autres choix sont possibles.

 

Avec la CGT, mobilisons-nous pour

  • Le droit au travail : toute personne a droit à un emploi de son choix
  • des embauches immédiates dans le privé et le public pour répondre aux besoins
  • des aides conditionnées à l’arrêt des licenciements, aux embauches, et au développement du droit à la formation
  • Une réduction du temps de travail à 32 heures pour travailler toutes et tous
  • le retrait pur et simple de la réforme assurance chômage
  • L’ouverture de droits à toutes et tous, en commençant par une prolongation de tous les droits en cours et la suppression des seuils d’accès à la protection sociale
  • Le retrait de la loi ‘Sécurité globale’

 

La gravité de la situation et la violence des attaques gouvernementales appellent une riposte de haut niveau de l’ensemble des salariés de ce pays.

L’Union Locale des Syndicats CGT du Mâconnais organisera dès début janvier une rencontre avec  toutes les organisations SYNDICALES Mâconnaises sur la question des libertés et de l’emploi avec l’objectif d’organiser une action INTERSYNDICALE.

D’ici cette date nous appelons nos adhérents à se joindre aux manifestations « contre la loi de sécurité globale »

La CGT du Mâconnais

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ - Enjeux agricoles et industriels : Marie-Guite Dufay exhorte Emmanuel Macron à agir enfin !

La Présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay, a profité du déplacement du président de la République ce mardi 23 février à Étaules (21), pour interpeller Emmanuel Macron sur plusieurs dossiers d’une importance capitale pour le territoire.

COVID-19 - Vaccination : Ça bloque à Paris et dans les ARS, et ça met en colère André Accary

ANDRE ACCARY 2711 CHARNAY - 1.jpg
Le président du Département de Saône-et-Loire s'est fendu d'une lettre au président de la République pour rappeler que le Département est prêt depuis un moment, contrairement à l'ARS... A lire ici.

COVID-19 - Pr Luc Montagnier : « Il y a eu aussi, en partie, fabrication du virus »

DR MONTAGNER - 1.jpg
Mais « sans mauvaise intention », précise-t'il... VIH, covid-19, science, vaccin, prévention et thérapie, autisme, Fourtillan, Bill Gates... le professeur Luc Montagner, prix Nobel de médecine, a affirmé ses positions sur France Soir il y a trois jours. Étonnant, détonant et très éclairant !

FORMATION : À Mâcon, Roxana Maracineanu évoque la création d'un Bac Pro des métiers du sport

ROXANA MARACINEAU MACON 17DEC2020 BACPRO - 1.jpg
La ministre l'a présenté comme « une révolution pour la filière ».

EXPRESSION CITOYENNE - Auto-confinement des élèves : « Nouvelle préconisation, nouveau mépris pour le personnel » estime la CGT Educ'action

Le syndicat signale quatre classes fermées pour covid dans le département, plusieurs enseignants positifs et une vie scolaire impactée.