jeudi 23 janvier 2020
  • JPO2020 LYCEE LAMARTINE MACON.jpg
  • COLLECTE SAPINS 2020 MBA 225 - 1.jpg
  • MACON HABITAT LOCAUX COMMERCIAUX 20NOV2019.jpg
  • DECATHLON MACON TROCATHLON 2019223 - 1.jpg

Nicolas fut trouvé dans un couffin, bébé abandonné, en 1965. Nathalie, elle, a grandi « sans repères familiaux » et rêvait de fonder famille. Ils s’épousent en 1993 et ont 3 enfants...

 

Installés dans une maison à Saint-Bonnet-de-Joux, ils invitent, pour le réveillon de Noël 2011, un couple d’amis, et passent la soirée ensemble. Ils vont tous boire, à l’excès. Nathalie, supportant mal l’alcool va s’allonger sur un des canapés à la fin du repas. Les deux garçons, petits, sont couchés. La fille aînée, d’environ 16 ans, débarrasse la table sous les insultes de son père. L’ambiance s’est salement dégradée. Elle mettra sous le sapin les cadeaux de Noël, assurant le lendemain pour les petits frères, là où les adultes n’y sont déjà plus. Très imbibé, Nicolas entreprend de « tripoter » sa femme, devant témoins puisque les amis sont encore là. Ceux-ci partent vers 1h30 du matin, et Nicolas impose alors à sa femme des rapports sexuels. Les faits sont brutaux, et décrits crument. Leur fille déclare à la police « Maman disait Aïe ! Arrête !, elle disait Non ! ». Nathalie déclare à la police : « J’ai mis ma tête dans un coussin pour ne pas que les enfants m’entendent. Nicolas m’a simplement mis une baffe, contrairement à d’habitude ». Nicolas de son côté admet avoir l’alcool mauvais mais dit ne se souvenir de rien de précis.

 

« A l’habitude », a raconté Nathalie aux policiers, Nicolas est facilement violent, et fait des dégâts, psychologiques, matériels, parfois physiques, dont une épaule déboitée en 2008, fait pour lequel il y a prescription aujourd’hui.

Pour ces violences réitérées, elle n’a jamais fait établir de certificats médicaux, ni porté plainte. Sans nécessairement douter de sa parole, le tribunal n’a cependant pas d’éléments sur lesquels s’appuyer, il va donc relaxer Nicolas des chefs de violence.

En revanche, il le condamne pour « agression sexuelle » à 2 ans de prison dont 1 avec sursis, et inscription au FIJAIS (fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes), qui lui impose à vie de déclarer son domicile chaque année et d’en signaler tout changement.

 

Le couple a entamé une procédure de divorce, et l’envisage par consentement mutuel. Chacun d’eux a reformé un couple, les enfants voient leur père à l’amiable. La fille aînée, éprouvée lors de l’audience, semble proche de son père, le temps a passé.

Il y a entre Nicolas et Nathalie cette terrible violence et ses effets, il y a sur eux, sur leurs visages, sur leurs peaux, d’autres violences et leurs effets, celles des carences affectives, sociales, et de l’existence difficile, menée à coup de volonté, de volonté d’y arriver, sur des planches savonnées.

 

C’est peut-être en raison de ce partage de malheurs qu’on n’entend pas de haine s’exprimer, juste la douleur de l’injustice, celle de ne pas être considérée et respectée, pour Nathalie, celle de ne pas y parvenir (à la respecter), pour Nicolas. Et trois enfants dont chacun voudrait qu’ils grandissent avec des repères, et qui à cette fin sont suivis, tant la violence intrafamiliale tue les repères, injustement.

 

Florence St-Arroman

 

 

Le viol est un crime et à ce titre ne peut-être jugé que devant une Cour d’assises. Lorsqu’il passe en correctionnelle, il doit être qualifié d’« agression sexuelle », mais lorsqu’il est prouvé (ou reconnu par l’auteur) qu’une relation sexuelle a été imposée, on parle alors de « viol correctionnalisé ».

SAÔNE-ET-LOIRE : Un chasseur de 60 ans tué dans un accident de chasse

Le drame a eu lieu ce samedi à Saint-Léger-sous-Beuvray.

MÂCON : Deux policiers se jettent dans la Saône pour sauver une femme de la noyade

POLICIERS MACON SAUVETAGE SAONE - 1.jpg
Incroyable façon de terminer l'année pour ces deux policiers de Mâcon, Olivier et Virginie...

MÂCON : Des coups de rouleau à pâtisserie sur sa femme, jusqu'à le casser...

VIOLENCES CONJUGALES MACON OCT2019.gif
Accusé par son épouse de faits de violence, avec incapacité supérieure à huit jours, survenus à Mâcon le 13 octobre dernier, un Mâconnais de 33 ans était présenté mercredi après-midi au tribunal en comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Deux quartiers privés de chauffage en raison de fuites sur le réseau de chauffage urbain

Fuite_chauffage_urbain_221220190001.jpg
Actualisé à 20h40 : La réaction de Gérard Colon, 2ème adjoint au maire de Mâcon, en charge de la modernisation du chauffage urbain

MÂCON : Embardées dangereuses, insultes racistes, menaces de mort et exhibition sexuelle…

TGI_MACON.jpg
Avec ça, T.G. a fini en prison le 2 novembre dernier. Les faits ont été commis le 1er novembre à Mâcon, après minuit, sur le quai Lamartine, dans un bar et au commissariat.

PERONNE : Elle quitte Intermarché en courant, par la sortie sans achat, chargée de 3 400€ de marchandise

TGI_MACON.jpg
Interpellée le 24 novembre suite à avis de recherche, une Roumaine de 32 ans, mariée, deux enfants, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel de Mâcon pour vol en réunion commis le 19 septembre à Péronne.

MÂCON : Coups, crachats et injures à l'encontre d'agents SNCF

Mardi soir, vers 21 h, les policiers sont intervenus à la gare de Mâcon Ville. ACTUALISÉ avec le verdict du tribunal.

MÂCON : Au volant sans permis, shooté de la veille, dans une voiture qui ne lui appartenait pas

TGI_MACON.jpg
Un homme de 43 ans, qui se rendait mercredi matin à son stage chez un viticulteur, a été contrôlé par la police. L'affaire a été réglée au tribunal ce jeudi dans le cadre d'une comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Un train a percuté une personne, la ligne TER Paris-Marseille fermée dans les 2 sens

TRAIN SANCE 9OCT.jpg
Actualisé à 12:31 - La thèse de l'homicide a été envisagée.

MÂCON : Deux mineurs revendaient des iPhone XS achetés "une bouchée de pain" sur internet

Deux affaires de vente de produits contrefaits ont été mises à jour en deux jours par les policiers de la brigade anti-criminalité de Mâcon. La seconde a concerné un individu majeur revendant des contrefaçons de chaussures et de sacs de marque.