mardi 21 mai 2019
  • Route_71. BRANCIONjpg.jpg
  • ART NAIF MACON 2019 PORT.jpg

tb.jpg

C’est un couple séparé qui se présente. En instance de divorce. Une séparation difficile, tendue, violente donc. Le récit de l'audience.

Monsieur est accusé de violences sur sa future ex-femme, et le contexte initial du dossier ne pousse ni le juge ni le Parquet à l’indulgence : que l’on soit mariés, concubins, ou partenaires, les violences sont interdites et punies par la loi. Ces qualités (époux, partenaires) constituent même pénalement une circonstance aggravante.

Les faits

Mariés depuis 2001, et parents de deux enfants, Mr et Mme A., environ 40 ans tous les deux, vivent dans une maison à la Chapelle de Guinchay. Mais Mr trompe Mme, et lui fait part de son infidélité. Celle-ci est blessée, et prend très mal la chose. Disputes. Or Mr veut encore coucher avec sa régulière, et va fonder sa prétention ainsi : ils sont encore mariés, donc il en a « le droit ». Oups. L’épouse est née au XXe siècle et estime que son mari a planté le devoir conjugal en trahissant l’engagement à être fidèle, puisqu’aussi bien un contrat de mariage inclut tout de même une réciprocité des devoirs. Mr est lui aussi né au XXe siècle mais reste soumis à l’impériosité de son désir. Il aurait bloqué sa femme contre un meuble et lui aurait mis des coups de pieds. Un certificat médical constate les hématomes : il a tout faux, et le Tribunal le soumet à des questions serrées, d’autant que quelques jours après il l’a menacée de mort, si jamais il « perdait ses enfants », et cela, il le reconnait. « Tu quitteras cette terre avec moi. ». Le juge l’interroge donc en cherchant à lui faire avouer ses torts. Peine perdue.

Sa future ex-épouse va infléchir la lecture du dossier en apportant des éléments nouveaux. Eléments absents de ses premières déclarations.

« Je lui en ai beaucoup voulu. Je l’ai giflé, je lui ai craché dessus, j’ai cassé une bouteille au sol. Il a dit qu’il voulait un dernier rapport sexuel parce qu’on était encore mariés. Il n’acceptait pas la séparation, mais je ne supporte pas qu’il m’ait trompée. »

Le Parquet va l’interroger, pour s’assurer, dans la mesure du possible, que sa parole n’est pas contrainte, qu’elle ne parle pas sous la menace, par exemple. La Procureur reste dubitative en raison de la taille des hématomes, qui ne sauraient résulter d’une simple gifle…, mais Mme maintient qu’ils ont pété les plombs, et qu’ils furent alors tous les deux violents. Elle ne demande pas de dommages et intérêts. Le Parquet requiert une amende, mais il est devenu difficile d’aller contre les déclarations de la victime, alors même que l’auteur présumé nie farouchement avoir « touché » sa femme.

Mr du reste commence à perdre son calme, affirmant que si on lui colle une amende, eh bien, il ne la paiera pas, « jamais ». « Je l’ai trompée, elle m’a frappé ». Un partout, de son point de vue. La balle est désormais du côté du Juge aux Affaires familiales qui prononcera le divorce, Mr est relaxé au bénéfice du doute, et repart assez énervé. Sa femme a lâché l’élastique, elle veut « la paix ».

Florence Saint-Arroman

http://www.stop-violences-femmes.gouv.fr/

MÂCON : bizarre et surprenant... le fait du nettoyeur de la Saône

VELO SAONE MACON 222.jpg
ACTUALISÉ - Le fin mot de l'histoire, une histoire qui met au jour une chose que sans doute peu de gens savent : la Saône est considérée par quelques uns.es comme une poubelle !...

MÂCON : MacDonald's Nord (à Sancé) ravagé par les flammes cette nuit

MACDO MACON SANCE - 5.jpg
ACTUALISÉ : La police scientifique se rend sur place cet après-midi pour tenter de déterminer la cause de cet incendie dévastateur. Le gérant de l'établissement annonce d'ores et déjà la reconstruction du Mac Donald's d'ici 6 à 9 mois maximum.

THOISSEY : Collision frontale au niveau du port

COLLISION FRONTALE PORT THOISSEY - 1.jpg
Un des blessés, gravement touché, a été héliporté.

MÂCON : Un quadragénaire profère des menaces de mort de chez lui vers l'extérieur

1541352411_police-afp.jpg
Les faits se sont produits hier soir rue de Bourgogne à Mâcon. Il était à peu près 20h30 quand un homme de 45 ans, alcoolisé, a proféré des menaces de mort vers l'extérieur, envers les pompiers notamment. Il était chez lui dans son appartement.

MÂCON-LOCHÉ : Suicide sur les voies du TGV

L'accident est survenu ce début d'après-midi sur les voies de la ligne TGV, allant de Mâcon à Lyon.

TRIBUNAL DE MÂCON : Contrôlé deux fois en une semaine au volant alors qu’il n’avait pas le permis

TGI_MACON.jpg
A 64 ans, Patrick est bien connu des services de police : 24 mentions au casier judiciaire !

TRIBUNAL DE MÂCON : Fou de jalousie, il frappe, insulte et crache sur tout ce qui passe

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg
Kevin C., 31 ans, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel pour des faits de violences commis le 10 décembre à Mâcon.