lundi 14 octobre 2019

SPIRULINE3.jpg

 

Eric Dareville a prévenu : « je ne suis pas végétarien, et pas écologiste »...

Et pourtant... Après un an de recherche en Inde du Sud en 1997 et la naissance de sa fille - « Oui, elle a été décisive dans ma décision » a-t-il souligné ce jeudi matin devant les quelques entrepreneurs présents à la table du café -, il découvre les vertus de la spiruline, une algue verte hyper nutritionnelle et bien mal connue en France. « Cette algue est faite de 65 % de protéines, elle est au top 3 mondial des aliments aux qualités nutritionnelles. »

65% de protéine ! Donc suscpeptible de nourrir la planète aussi bien que la viande, et même mieux, plus écologiquement. Car 50 grammes de spiruline consommés en aliment de base, et non simplement en complément alimentaire (comme c'est le cas aujourd'hui en France), équivalent à une steack de boeuf de 100g. Là est bien l'ambition, quand bien même elle ne soit pas portée par des convitions écologistes au sens politique du terme : proposer une préparation à base de spiruline fraîche pour faire face au défit alimentaire et écologique de ces prochaines années. « La production n'a pas besoin de pesticide ni d'antibiotique, elle est peu consommatrice d'eau, bref, toutes les qualités pour en faire un aliment de base de demain dont la production préserve la planète. »

 

Reste à notre homme de monter sa société pour lancer une production à grande échelle, qui sera Française assure-t-il.

Le projet, qui va à coup sûr faire parler de lui, devrait aboutir entre novembre et le tout début de l'année 2016. il s'apellera Spirawline. Pour l'heure, il est basé à la Maison Régionale de l'Innovation à Dijon. Il bénéficie des services de l'incubateur régional Premice et de l'accompagnement de l'ECTI.

R.B.

 

SPIRULINE.jpg

 

SPIRULINE4.jpg