Deux jeunes gens mineurs ont été mis en examen.

Plusieurs mineurs ont en effet été interpellés ces derniers jours, pour deux séries de faits distincts.

Deux d’entre eux ont été déferrés devant le Juge des Enfants le 25 octobre dernier pour « dégradation par incendie » : du matériel sur des aires de jeux pour enfants. Ils ont été placés sous contrôle judiciaire strict, et leurs parents ont été priés de participer à leur surveillance, pour l’instant.

La seconde série de faits concerne des incendies de voiture commis entre le 25 et le 27 octobre, et l’on passe à la cour des grands puisque, bien que les suspects soient mineurs, le Parquet a saisi le Juge d’Instruction pour l’ouverture d’une information judiciaire, soit une enquête approfondie. Il se donne ainsi le temps, et les moyens, de savoir si d’autres faits peuvent être rattachés à ceux qui ont justifié leur mise en examen, savoir quelles autres personnes sont également impliquées. Le Juge pourra entendre autant de témoins que nécessaire, la police scientifique poursuit ses investigations et analyses.
Les grands ados concernés ont entre 16 ans et presque 18. Ils sont déscolarisés, et n’ont à ce jour aucune revendication particulière.

Provisoirement, les jeunes sont sous contrôles, avec des mesures éducatives aussi. Il y a un phénomène de bande, reste à savoir selon quelles modalités : effet d’imitation, d’entraînement, ou bien y a-t-il quelque chose d’un peu organisé ?

Une enquête, ce sont des questions : qui, quoi, où et comment ? Le Juge d’Instruction a tous les moyens de diligenter des investigations poussées, et le temps, donc, car si l’incendie urbain, de voiture, de poubelle, d’abribus, relève du vandalisme ordinaire, la répétition constante que connait la Ville en ce moment soulève des questions de différentes natures. La Justice, pour ce qui la concerne, leur apportera des réponses pénales, à l’issue de l’enquête : les jeunes gens, si leur culpabilité est établie, ont grillé le stade de la réponse purement éducative.

F.S.-A.