IMG_8052.jpg

 

Retour sur le 22ième concours de chant lyrique de Mâcon.

 

Valentine Martinez, la jeune soprano française qui a gagné le concours international d’aires d’opéra et mélodies françaises de Mâcon a dévoilé pour Mâcon Infos le secret de sa performance : trouver du plaisir sur scène.

« Il y avait bien sûr la pression, l’émotion, mais quand je suis sur scène, je m’amuse. Il y avait la difficulté de chanter un aire contemporain avec le compositeur (Nicolas Bacri) face à nous, qui juge ce qu’on est en train de faire, c’est particulier. En plus, c’était ma première fois avec un orchestre symphonique sur scène, à côté de moi. »
Pour cette chanteuse, cette victoire est un moment important dans son parcours professionnel : « C’est un joli chèque qui fait du bien, c’est un porte ouverte aussi, c’est un début de reconnaissance, ce sont des projets qui vont peut être pouvoir arriver, je vais avoir une existence dans le milieu. »
Quant au déroulement du concours, les organisateurs ont de nouveau impressionné les concurrents, avoue Valentine Martinez : « Ça a été un vrai plaisir. Les gens qui étaient tout le temps disponibles, l’organisation vraiment extraordinaire, un encadrement agréable. »

 

Eric Geneste, directeur du festival parle aussi d’une édition spéciale : « Les croisements de public sont grandissants grâce au partenariat avec le club de jazz Crescent, grâce aux chœurs amateurs qui ont fait la première semaine, grâce à Aurore Bucher qui a proposé un spectacle entre chanson et musique savante, baroque. J’ai observé aussi que le concours a suscité plus d’intérêt qu’auparavant au niveau international et national parce que là, on a ouvert non seulement comme d’habitude sur la Suisse et Lyon, mais plus sur le Nord, la région parisienne, la Belgique et l’Allemagne et, du coup, on a eu une finale très serrée. »

 

Une finale qui a couronné, au delà des performances techniques, l’émotion : « Les six qui étaient là étaient dans une projection de réussite, mais ce qui effectivement est privilégié, c’est l’interprétation, la communication, l’émotion. Même si il y avait des grandes performances techniques pour certaines, le premier prix était plus émouvant que les autres. C’est là que les choses se sont jouées. »

A la fin du concours, 8 prix ont été décernés : le premier prix et le prix de la Cité de la Voix à Valentine Martinez, le deuxième prix et le prix jeune espoir à Catherine Trottmann (23 ans, mezzo franco-autrichienne), le prix du public et celui de la mélodie à Marie-Pierre Roy (29 ans, soprano française), le prix jeune talent féminin et celui de l’orchestre et des techniciens à Alice Lestang (28 ans, soprano française). La soprano japonaise Mayako Ito Tournadre (31 ans) et la soprano arménienne Lussine Levoni (34 ans) ont impressionné mais sont parties sans prix.

Cristian Todéa

Photo d'accueil : Hervé Reynaud, adjoint à la Culture, a remis la récompense.

 

La_Marseillaise_chantee_par_les_organisateurs_et_le_public.jpg

La marseillaise pour commencer, en hommage aux victimes des attentats de Paris

 

Le_jury.jpg

Les membres du jury

 

Catherine_Trottmann.jpg

 

IMG_7928.jpg

 

IMG_7976.jpg

  

IMG_7983.jpg

 

IMG_7994.jpg

 

IMG_8001.jpg

 

IMG_8004.jpg

 Lussine_Levoni.jpg

 

Marie-Pierre_Roy.jpg

 

Mayako_Ito_Tournadre.jpg

 

IMG_8028.jpg

 

IMG_8033.jpg

 Frédéric Lodéon pour l'annonce des résultats

 IMG_8040.jpg

 

IMG_8067.jpg

 

IMG_8072.jpg

 

SYMPHONIESAUTOMNEDIM.jpg

 

Valentine_Martinez.jpg