vendredi 4 décembre 2020
  • ILLUMINTATIONS 8DEC2020 CHARNAY.jpg
  • BFC_Macon_Infos_280x410px-2.jpg
  • CONCIERGERIE MACON2111.jpg
  • MACON HABITAT LOCAUX COMMERCIAUX 20NOV2020.jpg

tb.jpg

« N’écrasez pas une mouche avec un marteau ! » lance l’avocat de la défense. Le Parquet vient de requérir 5 ans de prison dont 2 ans avec sursis, mise à l’épreuve et 10 000 € d’amende pour chacun. Chacun, parce qu’il n’y a pas « une mouche », mais deux.

Dans le box, deux jeunes hommes, deux enfants pour quelqu’un en âge d’être leur parent. Dim et Tony sont nés en 1995 et ont, ensemble, braqué une conductrice un soir sur une route de l’Ain pour obtenir sa voiture, puis quelques jours plus tard ont braqué la gérante d’un tabac de campagne, vers Chânes.
Le vol à main armé est passible des Assises, il a été « correctionnalisé » c’est-à-dire requalifié pour passer au Tribunal Correctionnel, en vols avec circonstances aggravantes : en réunion (ils sont deux), avec violences (ils sont armés), destruction d’un bien (l’un a fait brûler l’airbag de la voiture), et dissimulation du visage (l’autre portait une cagoule).

Qui sont-ils ?


Un parcours plutôt engageant pour Dim, qui réussit un CAP de couvreur-zingueur en 2013, et est embauché à la suite. Mais il consomme du cannabis, et une rupture sentimentale va le faire chuter : rupture des liens familiaux, grosse consommation de drogue, licenciement pour absences répétées et injustifiées. Il comparait « sans domicile, sans ressource, permis de conduire suspendu ». « Vous faites très fort, souligne le Président. Un suicide professionnel et social. Pourquoi ? »
Tony, lui, a suivi l’école jusqu’en 3eme, a raté un CAP vente, et fume aussi des joints depuis ses 17 ans. « Vous n’avez quasiment rien fait jusqu’ici. »

Mis en examen pour tentative d’assassinat


« Rien », d’un certain point de vue, parce que d’un autre point de vue, ça commence à faire beaucoup : le jeune homme identifié par les enquêtes de gendarmerie comme auteur et complice des braquages, est déjà incarcéré, mis en examen pour « tentative d’assassinat ». On l’a extrait de prison ce mardi pour le mettre en garde à vue, où il a reconnu tous les faits.
« Tentative d’assassinat », c’est impressionnant. Maître Many en détaille les circonstances : « Tony se fait rouer de coups par son dealer à qui il doit 100 €, il sort de sa poche un couteau et se défend avec des gestes désordonnés, il blesse son agresseur, il vomit en s’en apercevant, il pleure en garde à vue. »
Ce n’est pas le killer du siècle, c’est sûr.

Amateurs, mais armés


Avec son pote Dim, ce ne sont pas non plus les braqueurs du siècle. En mars dernier, les deux jeunes hommes veulent partir en Espagne, en vacances. Ce beau pays d’où ils rapportèrent, précédemment, deux armes « comme objets décoratifs ». Ils ont besoin d’argent. Un soir vers 22 h 30, à Replonges, Tony pointe un revolver sur la tempe d’une conductrice qui s’arrête au feu rouge. Elle sort de sa voiture. Il s’y installe, réalise qu’elle a gardé les clés de contact, va les lui demander, et lui passe son sac à main. Insolite braqueur qui a besoin de thunes et qui laisse son sac à sa victime.
Dim est au volant de sa propre voiture, et les jeunes hommes filent à Ozan. Et que fait Dim ? Eh bien il appelle la gendarmerie nationale pour lui raconter la scène et avertir du vol. Ok. Les gendarmes retrouveront, plus tard, le véhicule : Dim y a installé ses propres plaques d’immatriculation. Ses propres plaques d’immatriculation, vous avez bien lu. Les OPJ, émus par un geste « si peu cartésien », vont donc exploiter sa ligne téléphonique et remonteront à Tony par ce biais. On reste confondu devant des comportements aussi erratiques.
« Amateurisme », soit, mais enfin, quelques jours après ce vol, ils vont aller braquer la gérante d’un tabac isolé en campagne. Dim monte la garde avec un fusil de chasse, Tony, cagoulé à nouveau, braque la femme avec un pistolet 9 mm à grenaille. Ils veulent la caisse et des cigares. Ils veulent la caisse à l’ouverture, donc une caisse vide ou presque. Ok. Ils ont coupé le moteur du véhicule. Ok. Ils s’enfuient parce le berger allemand montre les crocs. Ok. « Des pieds nickelés », entend-on. Certes, mais les armes ne sortent pas de Pif Gadget.

On a retrouvé dans les poches de Dim des munitions à grenaille


Le Parquet évoque les victimes, leur sang-froid et les séquelles possibles des agressions subies. La conductrice n’est pas présente mais se porte partie civile pour être indemnisée pour sa voiture. On prend la mesure du vol « à main armée ». Au fait, pourquoi Dim a-t-il incendié l’airbag ? « Je l’ai démonté, je voulais voir comment ça fait quand ça prend feu, et je l’ai brûlé. » Ok. La Procureur a des doutes tout de même sur certains points : on a retrouvé dans les poches de Dim des munitions à grenaille. Il dit avoir jeté les armes d’un pont. Pourquoi avoir des munitions dans ses poches ? Il ne répond pas, il n’explique rien, il n’a pas voulu dire où il logeait ces derniers temps. On ne comprendra pas pourquoi subitement ces deux-là se sont armés pour voler.

Maître Veaux défend Dim et ne voit pas son client en prison. « Il n’a pas sa place en détention, il avait un bel avenir, il faut comprendre pourquoi il a dégringolé. Il a besoin de soins. » Maître Many creuse les écarts entre la gravité des gestes, et tous les détails venant l’infirmer : « Il s’excuse presque, il dit ‘s’il vous plaît’, quand il braque la conductrice. »
Dans le public, une des mamans a le visage ravagé par une douleur qu’elle contient tant bien que mal, c’est la maman de Dim, sans nouvelles de son fils depuis juin dernier. Que c’est dur, que ça fait mal.

« Messieurs, vous partez immédiatement pour faire 3 ans de prison. »


Coupables, les deux garçons sont condamnés à 4 ans de prison dont 1 an avec un sursis mise à l’épreuve pendant 3 ans, et à une amende de 5 000 € chacun.
« Messieurs, vous partez immédiatement pour faire 3 ans de prison. » Tony avait la tête baissée, il la relève lentement et porte les yeux au ciel. On croirait entendre sonner le glas, et ça fait mal.

Florence Saint-Arroman

MÂCON : Un enfant renversé par une voiture rue Pillet

ENFANT RENVERSE MACON - 1.jpg
Actualisé : Il a été blessé à la jambe mais ses jours n'étaient pas en danger.

SAÔNE-ET-LOIRE : Jusqu'à 70km/h au dessus de la vitesse limite autorisée !

5 automolistes ont perdu leur permis ce week end en Saône-et-Loire, dont deux dans le Mâconnais. Le plus gros excès de vitesse (délictuel) a été enregistré sur la RCEA, à hauteur de Milly-Lamartine.

MÂCON : Pompiers, policiers et CRS face aux troubles nocturnes !

VIOLENCES URBAINES 272811 MACON - 1.jpg
Actualisé : C'est vendredi soir que l'atmosphère était plus tendue

MÂCON : Une voleuse de téléphones portables arrêtée par les gendarmes

Elle avait sévi à St-Martin-Belle-Roche et dans l'Ain

MACON : L’école Jean Moulin victime des violences urbaines

incendie école Jean Moulin (5).JPG
Dans la nuit de samedi à dimanche, les violences urbaines ont touché aussi le bâtiment de l’école du quartier de Marbé. Fort heureusement, la rentrée ce matin a pu se faire dans de bonnes conditions.

MÂCON : Nouvelle nuit de violences urbaines au sud et au nord de la ville

VIOLENCES URBAINES MACON 211120202233 - 1.jpg
Actualisé : Toutes les images de la soirée. Aucun blessé n'est à déplorer parmi les forces de l'ordre et les pompiers. Une enquête de police a été ouverte.

MÂCON - Guet-apens de policiers et de pompiers : ce que l’on sait

TIRS MORTIER MACON 14112020 SAUGERAIES (1).jpg
Actualisé à 18h30 : le communiqué de l'USGP Police. Actualisé à 10h ce lundi : les communiqués du SDIS 71 et du syndicat Alliance police. Actualisé à 13h dimanche : la réaction du directeur du réseau Tréma bus.

MÂCON : Les pompiers et policiers pris pour cible par des tirs de mortier hier soir aux Saugeraies

TIRS MORTIER MACON SAUGERAIES 14112020 (1).jpg
Samedi 21h45. Les sapeurs-pompiers de Mâcon sont appelés pour un feu de détritus aux Saugeraies. A leur arrivée, un équipage de la BAC et un équipage de la police sont déjà sur place et font face à une vingtaine de jeunes prêts à en découdre... À VOIR AUSSI : les tirs de mortier en vidéos (vidéos amateur) et le témoignage de leur auteur.

SANCÉ : Une cheminée du crématorium du centre funéraire Rolet endommagée par un début d'incendie

Le centre funéraire reste ouvert. Les précisions du directeur du centre Franck Haution.

MÂCON : Il gifle sa femme et menace trois policiers avec un couteau, les policiers dégainent...

TGI_MACON.jpg
L'auteur, un homme de 65 ans habitant le centre-ville de Mâcon, a été présenté au tribunal ce vendredi. Récit de l'audience.

CRÊCHES SUR SAÔNE – CLUNY – MÂCON : Des Comoriens en situation irrégulière auteurs d’escroqueries, faux et usage de faux interpellés par les gendarmes

Plusieurs dizaines de documents attestant des manœuvres frauduleuses auprès de banques notamment ont pu être saisis.

MÂCON : Les policiers dans les quartiers hier soir pour une grosse opération de sécurisation

OPERATION POLICE MACON 03092020 - 26.jpg
Des produits stupéfiants ont été saisis, des PV dressés pour non respect du confinement, un adjoint de sécurité blessé... Bilan détaillé de l'opération.

VIOLENCES, OUTRAGES ET REBELLION À ST-ALBAIN : Quand l’amour et l’alcool rendent aveugle…

TGI_MACON.jpg
6 victimes dont 4 gendarmes, une compagne et le maire de la commune. Cette nuit du 22 septembre avait troublé bien des esprits. Récit et verdict du tribunal correctionnel de Mâcon ce 26 octobre.

SANCÉ : Un piéton décédé sur l'autoroute A40

SANCE accident mortel suicide.jpg
ACTUALISÉ : Les gendarmes confirment le suicide.

MÂCON : Il jette un vase sur sa femme et s'en prend à sa belle-sœur

ACTUALISÉ : Il était sorti de prison il y a trois semaines.

CROTTET : Feu à la menuiserie Chougny

FEU MENUISERIE CHOUGNY - 1.jpg
Actualisé : L'activité a repris dès aujourd'hui

MÂCON : Des coups de feu sur un immeuble du quartier des Saugeraies

TIRS SAUGERAIES MACON - 1.jpg
ACTUALISÉ : La police judicaire de Dijon est chargée de l'enquête pour tentative d'homicide et dégradations.