dimanche 26 mai 2019
  • MACON WINE NOTE 2019 MACONINFOS - 1.jpg
  • ECO RANDO DECATHLON MACON INFOS2 - 1.jpg

CARAVANE_SACCAGEE_MACON.jpg

Christophe dort dans le froid depuis l'agression

 

Il y a 10 jours, Christophe Legrain rentrait chez lui et découvrait son habitat volé, cassé, et trois tentatives d'incendies. « Chez lui », c'est la caravane dans laquelle il vit depuis décembre 2012, posée depuis un moment à l'écart de tout, dans la zone industrielle de Mâcon-sud.

10 jours : le temps de s'écrouler, d'avoir peur de sombrer, de pleurer pas mal, puis d'accueillir quelques gestes de solidarité, de voir ses voleurs-casseurs arrêtés, d'apprendre que ce sont des gosses et un ado, le temps alors de s'apaiser.

Restent des soucis matériels préoccupants. Urgents, même : sa caravane n'est plus étanche, toutes les vitres et le grand panneau ont été pétés. Et sa caravane n'est pas assurée : Christophe vit de peu. Bien trop peu pour assurer la caravane, et donc bien trop peu pour entreprendre la moindre réparation. Ses difficultés matérielles constantes sont devenues brusquement incommensurables.

10 jours ont passé, et l'homme est posé, « sans colère et sans haine ». Il a des soucis tout le tour de la ceinture, mais quelque chose en lui est costaud, et puis il a Blatten, sa chienne, son berger allemand.

 

« J'ai du temps pour penser, ce que la plupart des gens n'ont plus »

 

Christophe a 48 ans. Un CAP de serveur dans sa jeunesse. Il travaille dans la restauration, puis devient agent de sécurité, en 1995 : « L'année des attentats, des bombes à Paris, une bombe sur une ligne de TGV. Et d'ailleurs ce sont les attentats de 2015 qui m'ont redonné l'énergie de renouveler ma carte de travail. Je stagne depuis 2012, les attentats ont fait un déclic, je veux faire ma part dans la vie collective. »

 

Retrouver un travail, « dans la sécurité », oui, car entre 95 et 2015, la vie de Christophe a tant changé : d'agent de sécurité il est devenu maître-chien, formé, diplômé.
Mais en 2009, séparation du couple (pour lequel il avait acheté cette caravane, qui lui appartient), 2010-2011 il s'endette. En 2011, ses deux chiens décèdent, ce qui ajoute à l'addition les frais vétérinaires, le rachat d'un chien, toujours chez le même éleveur, car à l'époque son chien est aussi son outil de travail.
En Mars 2012, il est licencié. Il perçoit des allocations de retour à l'emploi, ne retrouve pas d'emploi, et un jour passe au RSA. Diminution drastique de ses revenus, son niveau de vie baisse en conséquence, mais Christophe tient le coup : « J'ai fait 3 ans de psychanalyse, et quelques années de psychothérapie ensuite. J'en ai appris long sur le fonctionnement psychique des êtres humains, et je me suis construit. J'ai construit des fondations comme pour une maison. Alors si on s'en prend à mes murs, eh bien je vais reconstruire, car il y a quelque chose de solide en moi, un équilibre. »

Les vols et dégradations du dimanche 17 l'ont « profondément atteint », mais « je tiens debout et je refléchis. Dans ma solitude, j'ai du temps pour penser, ce que la plupart des gens n'ont plus, et ça c'est pas bon pour l'être humain. Penser 'comme il faut' c'est-à-dire une pensée constructive. »

 

Retrouver un emploi comme agent de sécurité

 

Christophe a structuré sa vie quotidienne autour de sa caravane et son chien. Sans son chien ça n'irait pas comme ça. « Je ne prends aucun médicaments, je ne bois pas, je ne fume pas. Je suis plutôt solitaire, mais j'ai besoin de mon chien. J'en ai eu 4, et ils se ressemblent tous. C'est comme la projection de mon côté animal : je l'ai en moi, ce côté animal. Je prends soin de mes chiens, et ils prennent soin de moi en retour. Un chien est à l'image de son maître. »

Christophe recherche du travail comme agent de sécurité, pas comme maître-chien car Blatten est à la retraite, elle a 10 ans. Avant elle, il y a eu Tania, Herton, et First. Christophe sort des photos.

 

Pleurer, à cause des coups, et grâce aux gestes généreux

 

Etonnante rencontre que celle de cet homme en situation précaire, pauvre, et en butte à des soucis importants depuis 10 jours qui menacent sa précarité, qui aggravent sa pauvreté, et qui cependant est planté, pacifique, et réfléchi. Du coup il est ouvert, et se laisse toucher : frappé par l'agression, il pleure. Touché par les gestes de solidarité, humains, si humains, il pleure aussi, « mais ce ne sont pas les mêmes larmes. Vous savez, quand un être pleure, c'est qu'il ne peut plus parler. Les larmes veulent dire quelque chose. »

 

Le dur métier d'homme

 

Etonnant Christophe, initié au dur métier d'homme, qui pense, à 48 ans, pouvoir en transmettre quelque chose, « quand ma situation matérielle sera stabilisée. J'ai des projets, que je mûris depuis un moment, mais il est trop tôt pour en parler. ».

Impressionnant Christophe, qui ne se plaint pas. Il constate juste qu'il n'a pas les moyens de réparer les dégâts, qu'il dort dans le froid désormais, mais qu'il ne se séparera pas de Blatten pour l'hiver, car « sans mon chien, je ne suis pas entier ».

Il se connaît, il connaît ses besoins, et s'il sait la nécessité des apports matériels, serait-ce pour sa santé, il sait se nourrir aussi d'autre chose, de tout aussi vital.

 

 

Il est rare de croiser un tel témoignage d'une vie faites de lignes brisées et recomposées si solidement, mais dans un dénuement que le saccage de la caravane met à vif, et qui ne saurait durer sans entamer sa santé. Or comme nous l'écrivions ici, Christophe Legrain ne rentre pas dans les bonnes cases administratives pour bénéficier d'aides de premières nécessités en urgence, alors les gestes solidaires deviennent vitaux à double titre : celui des besoins matériels, celui de la réparation de l'âme blessée.

 

F. Saint-Arroman

 

(Si vous souhaitez venir en soutien à Christophe Legrain, vous pouvez nous adresser un mail : maconinfosrb@gmail.com , nous vous mettrons en relation)

 

DSC06909_2_Copier.JPG

Christophe Legrain, maître-chien et agent de sécurité

 

DSC06842_Copier.JPG

Le grand panneau n'a pas été épargné

 

DSC06843_Copier.JPG

Les 10 fenêtres en plexiglas, brisées

 

DSC06846_Copier.JPG

L'intérieur de la caravane a été vandalisé, vaisselle brisée...

 

DSC06857_Copier.JPG

 

DSC06903_Copier.JPG

Au calme, un mode de vie imposé au départ, et qui finalement lui convient, ainsi qu'à Blatten

 

DSC06851_Copier.JPG

Aucun déchet : Christophe entretient le cadre environnant continûment

 

DSC06849_Copier.JPG

...objets cassés, jetés, irrécupérables

 

DSC06865_Copier.JPG

 

DSC06891_Copier.JPG

Un homme debout, mais dans des conditions de vies devenues périlleuses 

 

FUISSÉ : Un viticulteur blessé dans un accident de tracteur

FUISSE TRACTEUR TONNEAUX - 3.jpg
ACTUALISÉ à 17h55 : C'est une vitesse qui s'est enclenchée et a provoqué l'accident sur un terrain à fort dévers. Le tracteur a fait un tonneau.

MÂCON : bizarre et surprenant... le fait du nettoyeur de la Saône

VELO SAONE MACON 222.jpg
ACTUALISÉ - Le fin mot de l'histoire, une histoire qui met au jour une chose que sans doute peu de gens savent : la Saône est considérée par quelques uns.es comme une poubelle !...

MÂCON : MacDonald's Nord (à Sancé) ravagé par les flammes cette nuit

MACDO MACON SANCE - 5.jpg
ACTUALISÉ : La police scientifique se rend sur place cet après-midi pour tenter de déterminer la cause de cet incendie dévastateur. Le gérant de l'établissement annonce d'ores et déjà la reconstruction du Mac Donald's d'ici 6 à 9 mois maximum.

THOISSEY : Collision frontale au niveau du port

COLLISION FRONTALE PORT THOISSEY - 1.jpg
Un des blessés, gravement touché, a été héliporté.

MÂCON : Un quadragénaire profère des menaces de mort de chez lui vers l'extérieur

1541352411_police-afp.jpg
Les faits se sont produits hier soir rue de Bourgogne à Mâcon. Il était à peu près 20h30 quand un homme de 45 ans, alcoolisé, a proféré des menaces de mort vers l'extérieur, envers les pompiers notamment. Il était chez lui dans son appartement.

MÂCON-LOCHÉ : Suicide sur les voies du TGV

L'accident est survenu ce début d'après-midi sur les voies de la ligne TGV, allant de Mâcon à Lyon.

TRIBUNAL DE MÂCON : Contrôlé deux fois en une semaine au volant alors qu’il n’avait pas le permis

TGI_MACON.jpg
A 64 ans, Patrick est bien connu des services de police : 24 mentions au casier judiciaire !

TRIBUNAL DE MÂCON : Fou de jalousie, il frappe, insulte et crache sur tout ce qui passe

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg
Kevin C., 31 ans, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel pour des faits de violences commis le 10 décembre à Mâcon.