vendredi 20 septembre 2019
  • TRANSDEV TREMA JTP2019.jpg
  • SALON ESSENTIEL CHARNAY 2019.jpg
  • EMAP_2019_270x410.jpg

Beaucoup d’interrogations en suspend ce mercredi après midi au tribunal de Mâcon.
Ou est le volontaire, ou est l’involontaire ?
A la justice de décider, au vu des éléments...

Rappelons les faits

L, enfant de 9 mois fille de MME A , et de MR C (qui l’a reconnu 1 mois après la naissance, alors qu’elle n’est pas génétiquement sa fille), est amené à l’hôpital a 1 heure 30 du matin, ou on lui diagnostique une fracture de bois vert, du bras gauche.
Un examen médical plus poussé montre une fracture plus ancienne au radius droit, ainsi que dix hématomes bleus nuit au niveau de la face, pariétaux, temporaux.

Le prévenu

Mr C 23 ans, défendu par maitre Astanaze du barreau de Mâcon et
déjà condamné a deux mois avec sursis pour conduite sans permis quelques années auparavant est accusé de violence sur mineurs de moins de 15 ans ayant entrainé une ITT de 32 jours, par personne ayant autorité sur la victime, commis courant janvier 2014 et jusqu’ au 11 avril 2014.
Son père alcoolique et violent est mort a 42 ans laissant MR C avec sa mère qu’ il voit toujours.

La mère de l’enfant s’est portée partie civile ainsi que ses parents chez qui elle avait dîné la veille de l’incident avec Mr C et sont représentés par Maitre Pozzola

Leur première accusation de blessures volontaires s’est transformée au bout de deux ans en blessures involontaires ;
Elle s’étonne à la barre du silence de deux mois de son ex compagnon, et avoue qu'elle n'en peux plus.
Les grands parents eux, expriment leur mécontentement de cette affaire qui dure depuis maintenant 2 ans.

Déroulement

Mr C après n’avoir rien dit pendant 2 mois à la justice, et après que L ait été placée en famille d’accueil, suite aux rapport des médecins légiste, affirme avoir juste joué à la balançoire avec sa fille a 1h du matin, avoir entendu un craquement, pensé qu’elle s’était tiré un muscle et a recouché sa fille qui pleurait.
Quelques minutes après, L continue à crier, réveille sa mère et l’enfant est conduit à l’hôpital.
Les beaux parents n’ont pas remarqué d’hématome durant le repas

MR C affirme lors de son audition en juin 2014, après avoir changé de version, j’ai caché les choses à tous le monde j’avais peur de la réaction de mes beaux parents et de ma concubine.
J ai pensé que ca allait passer, j avais peur de me faire engueuler.

Le frère de E a témoigné en sa faveur affirmant que venu jouer à la console quelques semaine auparavant avec MR C, L était tombé et s’était cognée la tête.

MR C a été agressif a l’hôpital, après l’annonce du placement de sa fille

Le procureur

Le procureur affirme que c’est un geste d’agacement et non un geste de jeu, que les rapports médicaux confirment que ce n’est pas une maladie, même si les parents affirment que l’enfant marque facilement.
Explication irrationnelle et impossible pour les 4 médecins de l’hôpital de Mâcon.
L’enfant depuis son placement n’a plus d’hématome.
Il poursuit en s’étonnant que l on réveille un enfant a 1 heure du matin pour rigoler avec, et qu’on le recouche alors que l on vient de lui faire mal, le tout sans rien dire.
Un enfant n’est pas un jouet.

"Vous avez entendu un craquement et vous n'avez pas pensé à une fracture" s'insurge le procureur

Mr C a eu une obligation de soins, il a été 4 fois chez le psychologue, qui affirment que Mr C est pleinement conscient de ses actes, et affirme avoir continuer son travail « psy » avec sa mère.

Ce que le président ne manquera pas de reprendre.

La défense

Choquée par les réquisitions du procureur à l’égard du prévenu, elle insiste sur ce père que l’on présente avec des propos infamant depuis deux ans
On le fait passer pour un monstre alors qu’il n’a rien fait et que c’était un accident .
Mr C souffre de ne pas voir sa fille.
Dix témoignages dont le frère de son ex compagne le dise non violent
Et il a eu un enfance difficile, ses parents ont divorcés lorsqu’ il avait 11 ans, et son père est décédé.

Le président dénoncera lui aussi le fait de jouer a la balançoire avec un enfant de 9 mois

Verdict

MÂCON : Deux mineurs revendaient des iPhone XS achetés "une bouchée de pain" sur internet

Deux affaires de vente de produits contrefaits ont été mises à jour en deux jours par les policiers de la brigade anti-criminalité de Mâcon. La seconde a concerné un individu majeur revendant des contrefaçons de chaussures et de sacs de marque.

LA CHAPELLE DE GUINCHAY : Un blessé dans un carambolage en chaîne route de Juliénas

ACCIDENT ROUTE DE JULIENAS1.jpg
L'accident s'est produit ce samedi matin avant 11 heures, entre les communes de La Chapelle et de Juliénas.

CRÊCHES-SUR-SAÔNE : Un blessé dans une collision entre un véhicule et un poids lourd

CRECHES faits divers 1er aout.jpg
Toutes les photos de l'accident. Actualisé : les circonstances de l'accident.

REPLONGES : Un chauffeur de poids-lourd en arrêt cardio-respiratoire sur l'autoroute

ACTUALISÉ à 17h45 : Le chauffeur, originaire de Saône-et-Loire, est décédé.

SAÔNE-ET-LOIRE : Un mort à Montceau et un blessé à Chalon, après la soirée de victoire de l'Algérie

60618_1_news.jpg
Le jeune cyclomotoriste n'a pas survécu à ses graves blessures. Le conducteur de la voiture est en garde à vue. A Chalon-sur-Saône, un homme a été blessé par un fumigène tiré dans un appartement.

MACON : Un bus en feu provoque l’évacuation d’une école

incendie bus trema.jpg
Un incendie provoqué par un problème technique a consumé la moitié d’un bus à l'arrêt et sans passagers ce vendredi matin près du magasin Auchan.

CHAINTRÉ : Homicide volontaire dans un hôtel des Bouchardes

MEURTRE CRECHES SUR SAONE - 1.jpg
Actualisé à 10h10 : Le meurtrier présumé s'est rendu au commissariat. Actualisé à 12h30 : Il aurait étouffé sa femme. L'hôtel est situé sur la commune de Chaintré et non pas Crêches-sur-Saône.

ROMANECHE-THORINS : Le petit train de Touroparc fermé suite à un accident qui a blessé sept personnes

le-petit-train-du-touroparc-photo-anthony-levrot-flickr-1559409173.jpg
En début d'après-midi ce samedi, le petit train s'est renversé, avec à son bord une trentaine de personnes. Sept personnes ont été blessées, dont trois enfants.