mardi 10 décembre 2019
  • FEU_VERT_MACON_PROMOS_NOEL_DEC2019_-_1.jpg
  • DECATHLON MACON TROCATHLON 2019223 - 1.jpg
  • FETE LUMIERES CLUNY 2019 - 1.jpg
  • VILLA_OSMOSE_MACON_FLACE_NOV2019.jpg

MANU_PAYET_A_MACON.jpg

 

L'équipe du film est passée par le cinéma de Mâcon mercredi soir pour l'avant-première de Tout pour être heureux. Entretiens avec Manu Payet et Audrey Lamy.

Synopsis - Antoine, bientôt quarantenaire, dilettante, égoïste et insatisfait ne s’est jamais réellement senti investi d’une mission pour s’occuper de ses filles, âgées de 5 et 9 ans.
Infantilisé par sa femme Alice, Antoine n’arrive pas à trouver sa place dans son foyer et décide subitement de la quitter pour une histoire sans lendemain.
Lorsqu’Alice lui confie leurs filles quelques jours par surprise, Antoine va se retrouver sur un continent inconnu. Et alors qu’il était incapable d’assumer son rôle de père à l’intérieur du noyau familial, il va finir par devenir une véritable « mère juive ».
Après avoir quitté sa femme par nostalgie de sa liberté d’antan, le nouvel Antoine va se retrouver confronté à une nouvelle nostalgie, celle de sa vie de famille.

 

Entretien avec Manu Payet

À QUEL MOMENT AVEZ-VOUS ÉTÉ PERSUADÉ QUE VOUS ÉTIEZ FAIT POUR LE RÔLE D’ANTOINE ET VICE- VERSA ?

Très franchement assez rapidement. Je sortais du film UN DÉBUT PROMETTEUR d’Emma Luchini et la proposition de Cyril m’a de suite intéressé et un peu questionné. Je pense que les gens ne m’imaginent pas forcément comme un papa et pourtant je suis très ancré dans la réalité de la vie. J’ai d’ailleurs de suite rassuré Cyril en lui disant que j’avais mon BAFA ! J’ai été moniteur de colo avec des tout
petits, bref j’adore les gamins... En fait, ce qui me faisait peur c’était de ne pas être crédible parce que je fais plus jeune que le personnage. Or, Antoine a eu des enfants très tôt et c’est d’ailleurs pour cela que son couple avec Alice traverse cette crise. Cette émotion-là était déjà présente dès la lecture du scénario, mais dans une version sans doute un peu plus comédie que ce que dégage le film aujourd’hui... Il a fallu laisser la place à l’émotion et tout le monde l’a très bien compris. Au final, TOUT POUR ÊTRE HEUREUX est ce qu’on pourrait appeler une comédie de la vie..

PRENONS CE FILM MAIS AUSSI UN DÉBUT PROMETTEUR DONT VOUS PARLIEZ ET VOTRE PREMIER FILM DE RÉALISATEUR SITUATION AMOUREUSE C’EST COMPLIQUÉ : CE SOUCI DE MANQUE DE CRÉDIBILITÉ POUR CE GENRE DE PERSONNAGES NE SEMBLE PAS SE POSER À CEUX QUI PENSENT À VOUS POUR LES INCARNER...

Non c’est vrai mais sur TOUT POUR ÊTRE HEUREUX, j’ai aussi eu l’exemple de Cyril qui est papa et dont la fille, Rafaèle, joue ma fille. J’ai pu faire des choses de manière assez instinctive, par exemple en me laissant inspirer ce rôle de père grâce aux odeurs... Quand un enfant sort du bain, il sent incroyablement bon donc vous avez envie de lui faire de bisous dans le cou ! En revanche, j’ai écouté Cyril pour la manière de raconter les histoires avant d’aller au lit : il faut en profiter pour calmer les enfants et ne pas se lancer dans un show qui les fait partir en vrille ! Bon, d’accord, Antoine ne choisit peut-être pas la meilleure histoire avec celle des massacres de Laurent Gbagbo dans « Jeune Afrique »... Alors pour répondre à votre question, c’est en travaillant sur le personnage que j’ai aussi compris que je pouvais le jouer et puis les deux fillettes m’ont beaucoup aidé durant les scènes. Elles sont désarmantes, elles s’amusent et en même temps, elles sont sérieuses. Cela donne au film une vérité particulièrement crédible et touchante... J’ai parlé de Rafaèle qui, à son âge et pour une première expérience, a déjà un truc incroyable mais Jaïa est tout aussi étonnante. En plus, c’étaient des retrouvailles entre elle et moi car dans NOUS YORK, elle jouait ma petite sœur !

RETROUVAILLES À TRAVERS UNE HISTOIRE QUI VOUS RENCONTRE EN TANT QUE COMÉDIEN. C’EST AMUSANT DE VOIR QUE DEPUIS VOS DÉBUTS, VOUS AVEZ ÉTÉ LE POTE, LE FIANCÉ ET VOUS VOILÀ MAINTENANT LE PÈRE DE FAMILLE !

Oui bien sûr mais je viens d’avoir 40 ans et il faut arrêter de se raconter des conneries, même si j’ai encore plein de figurines sur mes étagères dont celle toute récente d’Heisenberg dans « Breaking bad » ! Sérieusement, je suis persuadé que vous n’êtes pas forcément en phase avec qui vous êtes quand vous êtes censé l’être... Cyril a réussi quelque chose d’important : il s’est passé presque un an entre le tournage et la sortie du film et en regardant Antoine, je me retrouve, il n’y a pas d’imposture. Alors dans le jeu, (parce que j’ai vécu depuis), je ne ferai peut-être pas tout exactement de la même manière mais c’est cohérent et c’est la force de Cyril d’avoir été capable de saisir ça à ce moment-là... Antoine est un personnage qui conserve toujours son énergie, comme un élastique tendu en permanence. Il n’y a jamais de relâche, toujours de l’urgence et c’est formidable à jouer...

ON L’A DIT, ANTOINE EMPRUNTE BEAUCOUP À LA VIE DE CYRIL GLEBLAT. POUR VOUS, EN TANT QU’ACTEUR, EST-CE QU’IL Y A UNE RESPONSABILITÉ À INCARNER UN PERSONNAGE SI PROCHE DE VOTRE METTEUR EN SCÈNE ?

Oui bien sûr, d’autant que le gars en question est tout de même là au quotidien face à vous. Il est par exemple impossible de laisser transparaître des réserves sur les actes d’Antoine, sachant qu’il ressemble comme deux gouttes d’eau à Cyril ! À l’inverse, il faut en revanche que celui qui vous a confié le rôle vous le cède vraiment. Ce travail-là a été fait de part et d’autre dès de le début du tournage. Il m’est arrivé de comprendre instantanément que ce que je faisais n’était pas raccord avec sa vision du personnage, donc de moi-même je demandais à refaire la scène. Je sais néanmoins que Cyril a dû faire le deuil de certaines des choses mais ces concessions, enclenchées durant les lectures préparatoires, ont vraiment servi le film...

LE TON DE TOUT POUR ÊTRE HEUREUX EST VRAIMENT ORIGINAL : NI COMÉDIE, NI DRAME, NI ROMANCE... ON S’AMUSE ET ON A LA GORGE SERRÉE EN PERMANENCE.

Je crois que c’est aussi dû au personnage d’Audrey par exemple. Alice ramène quelque chose de profond, de vrai à l’histoire. C’était troublant quand nous avons dû jouer certaines scènes censées être drôles. Nous nous sommes tournés vers Cyril en lui disant : « on va essayer mais là c’est vraiment pas marrant »... Ce couple a beau essayer par moments d’alléger le climat à la maison, on sent bien qu’il y a un gros souci. On ressent aussi ce ton particulier dont vous parlez lorsque je rencontre le nouvel amoureux de ma femme, joué par Alexis Michalik. Je suis l’enfant, il est l’adulte ! Je suis fun, il est sérieux. Leur dialogue, leurs attitudes à ce moment du film sont à la fois irrésistibles et touchants.

ET SI ON PARLAIT DE LA BATTERIE ? LA MUSIQUE EST ÉVIDEMMENT TRÈS IMPORTANTE DANS LA VIE D’ANTOINE. VOUS SEMBLEZ TRÈS À L’AISE AVEC DES BAGUETTES DANS LES MAINS !

Parce que c’est une vraie passion. Je dirais que je joue pas trop mal, assez bien en tout cas pour pouvoir le faire dans le film. J’aurais rêvé d’être musicien, faire des tournées, n’apprendre que les morceaux que j’ai écrits, rentrer bourré sur scène sans que ça dérange, au contraire... Bref la rigueur du rocker ! Quand j’étais au lycée, je jouais dans plusieurs groupes : batteur dans l’un, bassiste dans l’autre, guitariste dans celui-là, chanteur dans celui-ci. C’était top et ça fait d’ailleurs une passerelle de plus avec Antoine dans le film.

UN MOT DE JOE BEL, QUI JOUE CETTE JEUNE CHANTEUSE QUE VOUS VOULEZ ABSOLUMENT PRODUIRE...

Elle est incroyable ! J’adore ses morceaux que j’écoute en boucle. Quand je devais diriger l’enregistrement de son disque en studio, j’étais vraiment sous le charme de sa voix. J’avais dit à Cyril qu’un film sur la musique ça pouvait vraiment être casse gueule... il y a des exemples ! Choisir une fille juste parce qu’elle est mignonne ça ne peut pas donner envie aux spectateurs d’imaginer aller à un de ses concerts. Et quand il m’a fait écouter les maquettes de Joe, j’ai trouvé ça génial. Elle a beaucoup travaillé car elle redoutait de devoir jouer la comédie en plus de devoir chanter et ma foi, le résultat fonctionne formidablement bien.

SI L’ON ÉVOQUE VOS PARTENAIRES, COMMENÇONS PAR AUDREY LAMY QUI JOUE VOTRE FEMME ALICE. CE SONT DES RETROUVAILLES À L’ÉCRAN POUR VOUS DEUX !

Oui nous nous étions croisés au moment de TOUT CE QUI BRILLE mais nous n’avions jamais vraiment joué ensemble. On se connaissait un peu et à chaque fois que nous nous voyions, on se marrait beaucoup. Je dirais qu’Audrey est plutôt une bonne camarade de rigolade ! Cela dit, sur le papier, il fallait que l’on croie à ce couple entre elle et moi. Je me trouvais très brun pour une si blonde ! Il n’y a que dans les films que je sors avec des filles comme Audrey... Mais elle a cette capacité, ce talent d’actrice à faire croire aux choses et aux situations : par exemple dans la scène où j’ai piqué sa brosse à dents, en quelques répliques, en un regard, elle parvient à rendre crédible sa lassitude et le fait que ce couple-là va mal...

Devant une caméra, il n’y a pas un moment où Audrey fait autre chose que d’incarner son personnage. À tel point que ça a été difficile pour nous deux au début du tournage. Je vous l’ai dit, on s’aime vraiment bien dans la vie et jouer constamment un couple qui va se séparer, arriver le matin au maquillage en sachant que l’on va passer notre temps à s’engueuler, c’est douloureux... Heureusement, je travaille depuis un moment déjà avec quelqu’un qui m’a appris à laisser le personnage sur le plateau quand je rentre chez moi le soir. Mais les premiers jours, après nous être copieusement dit des horreurs, nous avions besoin de nous prendre dans les bras en fin de tournage ou même d’aller boire un coup pour évacuer tout cela. Je suis heureux qu’Alice ait été jouée par Audrey car il faut vraiment beaucoup apprécier sa partenaire pour interpréter ces émotions-là...

J’ajoute que le soir, à la maison, il ne faut surtout pas se disputer et ce n’est pas facile parce que vous rentrez tendu, vous réagissez tendu et vous répondez tendu à une question aussi anodine que « ça va, tu as l’air tendu » ! Avec Audrey, pour nous consoler, nous rassurer, nous nous sommes dits que si nous étions dans cet état, c’est peut-être parce que nous faisions du bon boulot...

ON SE DIT D’AILLEURS QU’ANTOINE EST SACRÉMENT FORT POUR SUPPORTER LES REPROCHES SOUVENT CINGLANTS D’ALICE OU MÊME DE SA SŒUR JUDITH...

Fort ou inconscient ? Je ne sais pas et vous me faites me poser la question... Étant dans une urgence permanente, ne laisse-t-il pas volontairement glisser les choses sur lui, dans une perpétuelle fuite en avant ? Heureusement, sa vie finit par le rattraper, sinon je crois en effet qu’il pourrait se foutre en l’air. Antoine fait partie de ces mecs qui semblent être protégés par un truc indéfinissable mais bien là... Vous savez, ces types toujours en retard, toujours confrontés à un problème improbable mais qui s’en sortent. On en connait tous, souvent dès l’école. Celui qui n’a rien fait en Sciences Nat mais que le prof n’interroge pas !

NOUS L’ÉVOQUIONS À L’INSTANT : PARLEZ-MOI D’AURE ATIKA, VOTRE SŒUR DANS TOUT POUR ÊTRE HEUREUX, QUE VOUS AVIEZ AUSSI DÉJÀ CROISÉE SUR UN PLATEAU...

Oui, c’était dans COMME T’Y ES BELLE de Lisa Azuelos. Mais vraiment « croisée » puisque c’était ma première apparition au cinéma. Un rôle muet, crédité comme « homme synagogue 2 » au générique ! En fait, je suis dans la synagogue, je me retourne et je fais « chut » ! C’est un formidable souvenir : j’étais allé rejoindre Géraldine en Belgique pour le tournage et j’y avais retrouvé Lisa bien sûr mais aussi Michèle Laroque, Aure et Valérie Benguigui qui ensuite est devenue une amie très chère, jusqu’au bout...

Au sein de toute cette équipe, nous sommes restés très proches mais celle que l’on a le moins revue, c’était Aure. La vie veut ça parfois... J’étais donc très heureux de la revoir et aux essais costumes, elle m’a dit combien elle aussi était ravie. Venant d’elle, qui sait ô combien ce qu’elle veut, et qui elle apprécie, c’est un compliment qui m’a fait plaisir ! Très vite, nous sommes devenus frère et sœur devant la caméra car la complicité était déjà là. J’ajoute que j’ai toujours rêvé d’avoir une grande sœur, surtout quelqu’un comme Judith chez qui on peut aller dormir quand ça ne va pas et qui vous fait un chèque pour vous dépanner ! Aure Atika, c’est un jeu, une voix, une attitude qui jamais n’installent de tension. C’est une partenaire intéressante et apaisante...

LÀ OÙ CYRIL GELBLAT A RÉUSSI SON CASTING, C’EST QU’AU-DELÀ DES RÔLES PRINCIPAUX, CHAQUE PERSONNAGE À SA PARTITION, SON TON ET SOUVENT UNE GUEULE. JE PENSE À PASCAL DEMOLON, ALEXIS MICHALIK, BRUNO CLAIREFOND OU VANESSA GUIDE...

Cyril, c’est un réalisateur qui avait vraiment envie de faire son film en en maîtrisant le moindre détail. Comme moi, il a une liste des acteurs ou même des techniciens avec qui un jour il rêve de travailler. Parfois, il m’appelait en me disant : « là je suis super content, j’ai trouvé le mec dont j’avais besoin pour le rôle du type qui ne dit rien... ».
Et je comprends ça : on passe notre vie sur les plateaux à croiser des gens formidables, pourquoi se priver de bosser avec eux quand l’occasion se présente ?

AU FINAL, QUEL REGARD JETEZ-VOUS AUJOURD’HUI SUR CE FILM ?

Un regard plein de tendresse. La première phrase qui m’est venue après la projection pour l’équipe c’est : « qu’est- ce que c’est bien quand c’est bien » ! Ça peut paraître simplet mais souvent, vous êtes contents de ce que vous avez fait dans un film, satisfait de la collaboration avec vos partenaires et pourtant, il y a une ou deux choses qui vous rendent moins heureux. Là, rien... Je dis ça en toute humilité, ça n’a rien à voir avec le fait que je joue dedans et certains de mes amis aussi. J’ai juste vu un bon film !

 

 Entretien avec Audrey Lamy

 LE REGISTRE D’ALICE, VOTRE PERSONNAGE DANS TOUT POUR ÊTRE HEUREUX, EST PLUS GRAVE QUE CELUI DE LA PURE COMÉDIE DANS LEQUEL ON A GÉNÉRALEMENT L’HABITUDE DE VOUS RETROUVER. ÉTAIT-CE UNE VOLONTÉ DE VOTRE PART EN ACCEPTANT LE RÔLE ?

Accepter un scénario, ce n’est jamais simplement pour changer de registre. Je fonctionne uniquement au coup de cœur et un coup de cœur, c’est un tout ! J’ai besoin d’une bonne partition, d’avoir quelque chose à défendre quand je fais un film... Il faut aussi qu’il y ait une vraie rencontre avec un réalisateur. J’ai été très touchée que Cyril me propose autre chose que de la comédie, non pas parce que j’en ai marre mais parce que c’est vrai que j’ai envie d’aborder d’autres genres. Là, j’ai trouvé l’histoire très bien écrite : une comédie où l’on pleure aussi avec, en effet, un personnage féminin parfois sombre...

QUI EST ALICE JUSTEMENT ?

C’est une magistrate très investie dans son travail, mariée depuis assez longtemps avec Antoine, (le personnage de Manu Payet), et ils ont deux enfants. Voilà pour son état civil ! Je dirais qu’Alice est une battante, qui laisse peu de place à son mari : elle veut et elle aime tout contrôler..C’est une femme qui garde la tête haute à tout moment et ça en fait d’ailleurs son plus grand défaut : sa droiture lui a fait perdre sa place d’épouse quand elle est devenue mère. Peu à peu, son amour pour Antoine s’est terni, s’est dilué...

ON PEUT QUAND MÊME DIRE QUE LUI NE L’AIDE PAS BEAUCOUP À MAINTENIR CET AMOUR VIVACE !

Effectivement mais sur le fond c’est après tout une histoire sur le couple non ? Antoine et Alice ont deux caractères complètement différents. Lui se laisse porter par la vie alors qu’elle prend des décisions. Et tout en reprochant à son mari de ne jamais avoir d’initiative, elle continue tout de même à vouloir tout faire ! TOUT POUR ÊTRE HEUREUX est un film sur les différences entre les hommes et les femmes, sur la vie, sur les engagements. Ce qui m’a intéressée c’est qu’on n’y traite pas la séparation comme quelque chose de forcément négatif. Ces deux personnages ont fini par se perdre au fil des années et ils vont apprendre à se connaître l’un sans l’autre... Antoine va enfin jouer son rôle de père et Alice va découvrir sa féminité.

AVEC AUSSI L’IDÉE DU DROIT À LA SECONDE CHANCE EN AMOUR ET DE LA NÉCESSITÉ À CONTINUER À VIVRE...
Oui et c’est ce que j’ai aimé : cette idée-là apporte de la lumière à une trame qui aurait pu n’être que sombre... Je trouve d’ailleurs qu’il y a encore de l’amour entre eux, même après la séparation. La dureté d’Alice quand elle met Antoine au pied du mur (en lui confiant leurs filles pour deux semaines ou en l’obligeant à prendre un appartement), c’est aussi un geste plein de tendresse et de finesse... Alors oui, c’est un amour qui désormais sera différent mais il est toujours là.

SAVIEZ-VOUS EN ACCEPTANT CE PROJET QUE L’HISTOIRE RACONTÉE ÉTAIT UN PEU CELLE DE CYRIL GELBLAT, LE RÉALISATEUR ? ET EN AVEZ-VOUS DISCUTÉ AVEC LUI ?

Il a été très discret sur le sujet. Je savais que le film serait l’adaptation du roman de Xavier de Moulin et petit à petit, j’ai découvert que Cyril avait mis un peu de lui dans tout cela... Vous savez, nous avons tous puisé dans notre histoire personnelle pour ce film, avec beaucoup de pudeur évidemment : tout le monde a connu des séparations et c’est en cela que l’histoire peut toucher pas mal de gens..QUEL GENRE DE RÉALISATEUR EST-IL SUR UN PLATEAU ?
C’est quelqu’un de très agréable et de précis. Avec Manu, nous sommes plutôt des acteurs assez instinctifs, spontanés et nous avons besoin d’être canalisés. Cyril apporte le calme nécessaire en étant très concentré. Il faut dire que nous avions tous pas mal travaillé en amont, en faisant pas mal de lectures et en se mettant d’accord sur la manière de jouer les scènes. Une fois arrivé au moment du tournage, c’est extrêmement confortable... C’est aussi un metteur en scène très à l’écoute de ses comédiens. Cela nous a permis de tenter des improvisations tout en étant cadrés !

PARLONS JUSTEMENT DE MANU PAYET. IL SE SOUVIENT D’UN TOURNAGE UN PEU ÉPROUVANT : PAS FACILE APPAREMMENT DE JOUER LA SÉPARATION AVEC UNE ACTRICE QUE L’ON CONNAIT ET APPRÉCIE DANS LA « VRAIE VIE ». VOUS ÊTES D’ACCORD ?

Ah oui, complètement ! Je crois que je n’ai jamais autant eu envie d’aller boire des coups à la fin d’une journée de tournage... C’est vrai que nous avons pas mal de scènes dans le film où la situation est très tendue entre nous et c’est très particulier à digérer, parce que nous nous apprécions beaucoup. C’est la première fois où nous tournons vraiment ensemble, même si nous avons déjà partagé l’affiche de plusieurs films. Quand Cyril m’a dit que mon partenaire serait Manu, je lui ai tout de suite envoyé un message pour lui dire combien j’étais heureuse ! C’est en préparant le film que nous avons constaté qu’il y avait énormément de moments un peu rudes donc en effet, nous avons eu besoin de nous réconforter et de nous redire combien l’on s’aimait !

QU’EST-CE QUI VOUS TOUCHE EN LUI, À LA FOIS CHEZ L’HOMME ET CHEZ LE COMÉDIEN ?

Humainement, c’est un amour, toujours disponible. Artistiquement, c’est quelqu’un de très créatif. J’ai rarement vu ça... Il peut changer de ton à chaque prise et ne joue jamais de la même manière, tout en mettant ses partenaires en valeur. Comment peaufiner ? Comment perfectionner ? Comment innover ? Il se pose toujours ces questions et il en discute avec vous avant de tourner. Nous avons tous des doutes sur un plateau et Manu est très à l’écoute de cela... Il est aussi très généreux avec l’équipe dans son ensemble. À la fin du tournage du film, nous avons fait un pot et c’est lui qui a prononcé le discours, en ayant un mot pour chacun : c’était un one-man-show d’une heure et demie !

ÉVOQUONS MAINTENANT AUDREY LAMY...

Elle est formidable, c’est une très belle personne !

ET ELLE VIENT DE CONNAÎTRE UNE TRÈS BELLE ANNÉE, DU SUCCÈS JAMAIS DÉMENTI DE « SCÈNES DE MÉNAGE », EN PASSANT PAR LE CARTON DES NOUVELLES AVENTURES D’ALADIN ! QUEL REGARD JETEZ-VOUS SUR LES MOIS QUI VIENNENT DE PASSER ?

J’aime toucher un peu à tout et cette année, j’ai eu la chance de pouvoir faire des choses assez différentes. De QUI C’EST LES PLUS FORTS ? de Charlotte de Turckheim en passant par LE TALENT DE MES AMIS le film d’Alex Lutz, jusqu’à ALADIN et TOUT POUR ÊTRE HEUREUX, j’ai le sentiment d’avoir à chaque fois participé à des aventures extrêmement variées. Quant à « Scènes de ménage », ça reste un plaisir immense de tourner dans cette série, avec un partenaire génial, Loup-Denis Elion, et toute l’équipe. Pourvu que 2016 soit aussi belle artistiquement !

AVEC AUSSI DES MOMENTS OU DES RÉPLIQUES QUI NE SONT PAS TENDRES, NOTAMMENT POUR ANTOINE...

Un ami m’a dit que TOUT POUR ÊTRE HEUREUX était la première comédie romantique pour hommes ! Au festival de Sarlat où le film a été projeté en avant-première, il y avait plein de d’hommes en larmes à la fin : des adultes comme des ados... Mais personne ne se sent exclu de l’histoire et les femmes aussi sont très concernées. Je crois que ça renvoie pas mal d’entre nous à des choses qui sont devenus communes : une séparation, un divorce et c’est très émouvant, d’autant que Cyril n’adopte jamais un ton manichéen, renvoyant ses personnages masculins ou féminins à leurs choix de vie. Jusqu’au bout, le film ne sombre jamais dans la niaiserie et parvient à rester tendre, voire presque triste par moments mais il permet aux personnages de changer et, en ce qui concerne celui de Manu, de véritablement rencontrer ses enfants...

AVEC D’AILLEURS PAS MAL DE NUANCES DANS CHACUN DES PERSONNAGES ET C’EST LE CAS DE JUDITH : AVOCATE, MAMAN D’UN PETIT AFRICAIN ADOPTÉ QU’ELLE ÉLÈVE DANS LA RELIGION JUIVE. ET POURTANT, CE QUE VOUS EN FAITES N’EST JAMAIS « TROP ». COMMENT L’AVEZ-VOUS ABORDÉE, AU-DELÀ DE CE QUI EXISTAIT DANS LE SCÉNARIO ?

Je me suis inventé sa vie. C’est une femme qui a de l’ambition, vu où elle est arrivée professionnellement. Elle est très volontaire avec des idées très personnelles : Judith a voulu adopter un enfant africain et elle veut l’élever dans la religion, de son école à son club de sport. Alors oui il est Noir, mais ça ne l’empêchera pas d’apprendre le violon et de parler le Yiddish ! Ses origines comptent beaucoup, au point d’en faire une fixette, même si elle, à mon avis n’est pas si croyante que cela... Il y a chez Judith un vrai côté rigide et c’est ainsi que je l’ai construite, sans oublier
cette tendresse du cœur et du ventre, plus forte que tout pour son frère. Et puis bien sûr, on pense aussi toujours à des choses personnelles pour créer un personnage. Judith s’est faite toute seule, elle a ses valeurs, bien à elle. Son frère peut se moquer d’elle, elle s’en fiche... Le reste...

LES RÉPÉTITIONS EN AMONT DU TOURNAGE VOUS ONT ELLES AIDÉE À AFFINER LE PERSONNAGE ?

Oui mais elles ont surtout servi à nous rencontrer, notamment avec Manu. Nous en avons évidemment profité pour apporter certaines choses aux dialogues par exemple mais c’est véritablement au moment du tournage, en situation, que nous avons pu proposer des choses à Cyril et là ça a été vraiment fondateur pour ce que le film est devenu au final.

TOUT POUR ÊTRE HEUREUX N’EST QUE LE DEUXIÈME FILM DE CYRIL GELBLAT. QUEL RÉALISATEUR EST-IL ?
Je l’ai trouvé extrêmement agréable dans sa manière de travailler. Je parlais de délicatesse tout à l’heure et c’est exactement cela... Je me suis sentie en confiance sur son plateau. Il sait ce qu’il veut et pourtant on a une sensation de grande liberté avec lui. Cyril dirige en fait l’air de rien mais on ressent son regard et c’est très important pour moi. Résultat : il vous entraîne dans sa direction mais sans jamais imposer de tension, même quand il vous fait refaire une scène ou une phrase de dialogue...

PARLONS DE VOTRE FRÈRE DANS LE FILM, MANU PAYET...

J’adore Manu ! D’abord par rapport à ce qu’il dégage en tant qu’acteur : je le trouve très sincèrement fabuleux dans le film. Au-delà de son humour, il parvient à exprimer une profondeur et une douceur impressionnantes. Il a presque parfois dans le regard quelque chose d’un vieux sage ! Ce n’est pas juste un acteur comique... Ensuite il y a l’homme et là, j’ai rencontré un garçon d’une grande gentillesse, quelqu’un de généreux, un vrai vrai mec bien.

VOUS ÊTES ÉGALEMENT ENTOURÉE D’ENFANTS DANS LE FILM : VOTRE FILS MAIS AUSSI LES DEUX FILLES D’ANTOINE, DONT L’UNE EST AUSSI LA VRAIE FILLE DE CYRIL LE RÉALISATEUR !

Rafaèle une gamine étonnante et c’est toujours assez frappant de voir combien ces jeunes enfants peuvent être bons, très justes, devant une caméra. Ils sont capables d’improviser de manière incroyable...

SI L’ON REGARDE VOTRE CARRIÈRE DE COMÉDIENNE, ON S’APERÇOIT QUE VOUS AVEZ FAIT DES CHOSES TRÈS VARIÉES, DE LA VÉRITÉ SI JE MENS À OSS 117, EN PASSANT PAR KÉCHICHE, AUDIARD, BRIZÉ, ETC... QUEL REGARD JETEZ-VOUS SUR CE PARCOURS ?

Je dirais que je suis assez fière de parvenir à faire des films populaires mais aussi en effet des choses plus étiquetées « auteur ». J’aimerais vraiment que ça continue comme ça ! C’est Nathalie Baye je crois qui a dit : « une carrière, ça se définit par les non », autrement dit les refus... Faire un film pour moi, c’est avant tout répondre à une envie de travailler avec un réalisateur, des partenaires, une équipe et puis c’est aussi la rencontre avec un personnage. Judith n’est pas seulement la sœur d‘Antoine : elle a des idées, elle évolue, elle existe !

Textes : Stéphane Boudsocq

DOMINIQUE SEGALL COMMUNICATION

 

DSC_6793.jpg

Photos Thomas DIochon

DSC_6821.jpg

DSC_6827.jpg

DSC_6832.jpg

DSC_6835.jpg

DSC_6837.jpg

DSC_6839.jpg

DSC_6872.jpg

DSC_6840.jpg

DSC_6841.jpg

DSC_6842.jpg

DSC_6843.jpg

DSC_6844.jpg

DSC_6845.jpg

DSC_6851.jpgDSC_6852.jpg

DSC_6857.jpg

MÂCON - Le Crescent : Jeremy Pelt et le jazz inspiré par Rodin

Jeremy Pelt 2019 Macon (228).JPG
Le célèbre trompettiste new-yorkais Jeremy Pelt était en concert samedi à Mâcon devant un très nombreux et chaleureux public.

CINÉMA : Un semaine hommage à Patrick Dewaere avec l'EmbobinéC

Rémi Fontanel.jpg
L’Embobiné a proposé fin novembre un hommage à Patrick Dewaere avec la projection de deux films au Cinémariveaux : "Beau-père" de Bertrand Blier (1981) et "La Meilleure façon de marcher" de Claude Miller (1976).

SORTIR EN MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS-CLUNISOIS : Que faire ce week end ? L'embarras du choix...

SORTIR_MACONNAIS_BEAUJOLAIS.jpg
Spectacle d'ouverture de Contes et lumières à Mâcon, marché de Noël, patinoire et fête des lumières à Cluny, ciné-concert, marché aux puces, expos, explore game, défilé de mode, animations sportives et ludiques pour le Téléthon, visites, illumination, Festi’Noël à La Salle, cinéma, basket...

EXPO : Le pays des merveilles de Nathalie Novi à la galerie Mary-Ann

Novi.jpg
Dans le cadre du festival Contes et Lumières, Hervé Reynaud, adjoint à la culture a accueilli l'illustratrice Nathali Novi pour le vernissage de son exposition à la Galerie Mary-Ann.

MACON - Semaine humanitaire : Des rencontres et des ventes solidaires à la MJC de l'Héritan

Semaine solidaire 2019 Macon.jpg
Le Collectif des solidarités a inauguré lundi soir la Semaine Humanitaire.

THÉÂTRE DE MÂCON : Salle comble pour la première de "Midi nous le dira"

DETROYAT - Midi nous le dira (02).jpg
Ce jeudi soir, l'espace cabaret du Théâtre de Mâcon faisait découvrir, face à une salle comble, la pièce Midi nous le dira.

THÉÂTRE : Un Faust magnifié à la MJC Héritan !

Faust.jpg
La MJC Héritan a accueilli samedi, dans le cadre de la scène permanente, une production Moi Lui & Compagnie pour l'interprétation du Faust de Goethe traduit de Gérard de Nerval.

MÂCON : Révolutions, le concert magistral de retour le 30 novembre

Revolutions (2).JPG
Le Concert Révolutions présenté en clôture des commémorations du 150ème anniversaire de la mort de Lamartine en juin dernier sera joué une seconde fois samedi 30 novembre.

MÂCON : Les Trois cafés gourmands remplissent le Spot

3CAFES - 1.jpg
A voir aussi, plus de 5 minutes de pur bonheur avec le tube A nos souvenirs

EXPO : La 2e édition de Natur’Varennis est lancée !

NATUR'VARENNIS _ FESTIVAL PHOTO_17.JPG
Vernissage, ce vendredi soir, de la 2e édition du festival de photographie nature organisé par le club photo de Varennes-lès-Mâcon. A découvrir tout le week-end à la salle communale.

MÂCON : Le Musée des Ursulines à la conquête des sommets

vernissage alpin musée ursulines.jpg
Ce sont les sommets alpins vus par des artistes français, suisses et italiens qui composent la nouvelle exposition présentée au Musée des Ursulines.

THÉÂTRE : « Midi nous le dira », un projet artistique qui voit le jour à Mâcon

Superlune Midi nous le dira .jpg
La compagnie « Superlune » vient de s’installer à la Scène Nationale de Mâcon pour la fin de sa résidence et la première représentation de son spectacle « Midi nous le dira », programmé le 28 novembre.

MÂCON - Festival de magie : Tim Silver bluffe le public

ILLUSION SHOW MAGIE MACON 3NOV2019 - 9.jpg
Les meilleurs moments du spectacle de clôture.

LUGNY : La cave coopérative vous ouvre ses portes ce week end

CAVE LUGNY PO2019.jpg
Publi-information - Mise en route de la chaîne de dégorgement ; découverte du nouvelle crémant de Bourgogne Sainchargny Ice Flow

EXPO : Scènes de la vie à la galerie Mary-Ann à travers les photos de Paul Weusten

expo photo Paul Weusten.jpg
La galerie municipale Mary-Ann accueille une nouvelle exposition de photographie depuis mardi.

CHARNAY : Les contes à dévorer de Virginie Komaniecki, un spectacle touchant !

VK.jpg
L'ACTEM a proposé un spectacle de contes ce mercredi à la salle du Vieux Temple.

VACANCES : Planétarium, une conférence autour des étoiles ce mercredi à la MJC Héritan

CONFERENCE mjc heritan planetarium 2.jpg
Mercredi 23 octobre après-midi, découvrez les innombrables merveilles du ciel étoilé grâce à un planétarium gonflable et aux explications de Franck Boyat…

CLUNY : La patinoire est ouverte

inauguration Cluny patinoire.jpg
Samedi après-midi, Henri Boniau, maire de Cluny, et ses adjoints ont inauguré la patinoire, installée sur le parking du Prado jusqu’au 8 mars.

PHOTOS - Fête des lumières à Cluny : La poésie investit la place du marché

FETE LUMIERES CLUNY 08DEC2019 - 20.jpg
Vers 17h45, la compagnie des Quidams a pris possession de la place de l'Abbaye pour célébrer la lune et sa lumière.

CLUNY : Joli succès pour le Village des droits de l’enfant

VILLAGE ENFANTS _ CLUNY3.JPG
Cette 2e édition organisée par les Francas de Saône-et-Loire à la salle des Griottons a accueilli près de 450 enfants durant trois jours.

CLUNY : « Beau millésime » pour la Foire de la Saint-Martin

FOIRE SAINT-MARTIN _ CLUNY20.JPG
C’est au Champ de Foire qu’une cinquantaine d’exposants s'est rassemblée pour la traditionnelle foire agricole de la Saint-Martin ce samedi.

Cluny et les sites clunisiens en route vers l'UNESCO

CLUNY UNESCO 20191.jpg
Ce vendredi 18 octobre 2019, Rémy Rebeyrotte, le président de la Fédération Européenne des Sites Clunisiens, a réuni les représentants des collectivités publiques européennes associées au projet pour faire le point sur le dossier.

CLUNY : Une marche, une arche et des t-shirts pour Octobre rose

CLUNY marche rose 2019 24.jpg
Tout au long du mois d’octobre, la ville de Cluny participe à l’opération Octobre Rose. Samedi matin, une marche rose s’est ainsi déroulée.

CLUNY - Fête de la pomme et de la nature : Belle fréquentation pour cette nouvelle édition

FETE DE LA POMME _ CLUNY6.JPG
La traditionnelle Fête de la Pomme et de la Nature, organisée par l’association Forêt fruitière, s’est tenue ce week-end à l’espace des Griottons et à ses abords.

CLUNY - Alternatiba : Escargeeks, une école autrement

L'AUTRE ECOLE _ ALTERNATIBA1.jpg
L’Autre école, c’est l’initiative que présentait Gaëlle Montmaron et Jean-Baptiste Folléa dans le cadre du Village des alternatives.

CLUNY – Alternatiba : Pleins feux sur le Village des alternatives !

DSC04311.JPG
C’est une quarantaine d’associations, de collectifs et de producteurs des environs de Mâcon, Cluny et Chalon qui était rassemblée ce dimanche pour la 4e édition d’Alternatiba sur le site du Quai de la gare.

CLUNY - Sécurité : Un bilan et des projets pour le CLSPD

CLSPD CLUNY SEPT20194.jpg
Mercredi 25 septembre, les acteurs concernés par la sécurité et la prévention de la délinquance se sont réunis en mairie à Cluny, à l’invitation du maire Henri Boniau.

CLUNY : La saison culturelle est ouverte !

SAISON CULTURELLE 2019 CLUNY2.jpg
24 spectacles seront proposés cette saison dans la ville abbatiale. Le maire Henri Boniau a présenté le programme mardi soir au théâtre. A noter que le Cluny day est reconduit, avec la présence de François Valéry en 2020 !

CLUNY : Des toilettes publiques rénovées à la gare routière

TOILETTES PUBLIQUES _ CLUNY3.JPG
L’été aura été l’occasion de poursuivre les travaux entamés autour de la gare routière à Cluny.

CLUNY : Petits changements, grande continuité pour la rentrée 2019/2020

RENTREE PRO 2019 CLUNY - 2.jpg
A l’aube de cette nouvelle année scolaire, la grande réunion de rentrée a eu lieu vendredi au pôle scolaire de la ville.

CLUNY : Un public conquis pour la 1ère édition du festival Dialogus de Musica

montage Dialogus de musica.jpg
Bilan très positif pour ce nouveau festival dédié à la musique du monde, ancienne et à la lutherie, qui s'est déroulé du 14 au 17 août à l'Abbaye de Cluny et dans toute la ville.

CLUNY : Trois jeunes talents s'expriment au festival Dialogus de musica

DIALOGUS DE MUSICA CLUNY VIDEO.jpg
macon-infos vous fait partager ce petit moment savoureux, avec le son.

CLUNY : Ronde nocturne aux flambeaux, aux temps des guerres de religion

CLUNY _ VISITE NOCTURNE_02.jpg
La cité abbatiale de Cluny n’a pas échappé aux conflits liés aux guerres de religion. C’est une partie de cette histoire qui était contée hier soir par Gérard Thélier, alias Claude Ducret, guide en costume tout droit sorti du XVIe siècle.

CLUNY : Rare, initiez-vous à la polyphonie corse gratuitement

POLYPHONIE CORSE CLUNY.jpg
Un atelier est proposé dans le cadre du festival dialogus de musica qui se tient du 13 au 17 août.

CLUNY : Rénovation en cours des toilettes publiques rue Porte de Paris

RENOVATION TOILETTES PUBLIQUES _ CLUNY1.jpg
Après le parking du Prado et le PIC (Point Information Cluny), c’est au tour des toilettes publiques, situées à la gare routière, rue Porte de Paris, d’être complètement rénovées.

CLUNY : Pleins feux sur le premier marché de l'été

CLUNY premier marche ete 33.JPG
Les mercredis de l’été à Cluny, la place de l’abbaye se transforme en grand marché de producteurs et d’artisans. Le premier de ces rendez-vous estivaux a rencontré, sans surprise, un beau succès.