mercredi 24 juillet 2019
  • ROUTE71 CD71 2019 - 1.jpg
  • ETE FRAPPE MACON 2019 16JUILLE - 1.jpg
  • WINE TOUR MACON 2019 UNE.jpg
  • locaux commerciaux MACON HABITAT.jpg

STARTUPSMARS.jpg

 

Autour de la table ce jeudi matin, deux sociétés avec des problématiques sensiblement les mêmes : Enekio (efficacité énergétique, éclairage public), basée dans la Drôme, et Beewair, startup mâconnaise innovatrice dans le traitement de l'air.

Diagnostic de dépveloppement équivalent pour ces deux sociétés, « il est plus facile de vendre sa technologie à l'étranger qu'en France. » Décidément, pauvre France... « Il faut relativiser quand même » soulignait Didier Parzi (Beewair), « nous avons tous ou presque deux smartphones, la France est un pays riche où l'on peut faire des choses, mais il faut être patient, un peu plus qu'ailleurs. Pour démarrer, il faut de l'argent, beaucoup d'argent. Aux Etats Unis, il y a rapidement des gens pour acheter ce que vous faîte. En France, il y a de puissants lobbies freinateurs. »

 

Jean-Louis Armand (Enekio) confirmait : « En effet, pas facile de vendre en France. C'est aussi pour ça que nous sommes là ce matin, nous espérons que ce café sera facilitateur. »

Tekna, Beewair, Tetrane... autant d'entreprises de haute technologie basées à Mâcon, à la cité de l'entrerprise, et avec lesquelles travailler, créer des synergies. D'autant que certains pays s'ouvrent au monde et viennent le dire, la Russie notamment, la Biélorussie en particulier. De retour de Minsk où il représentait l'association des régions innovantes de la Russie sur un salon, Jean-Louis Armand a fait savoir qu'il allait peut-être bien décrocher le contrat municipal avec Minsk pour refaire l'éclairage public.

Pour Beewair et son patron Didier Parzi, la démonstration était faite en direct... « Sur le marché Français, il faut présenter des références exceptionnelles pour entrer partout. Ici, au café, en quelques minutes, on vient de voir que l'on pouvait faire des choses avec les Biélorusses. Les investisseurs étrangers sont nettement moins frileux que les Français. La France rattrape vite, mais elle arrive souvent après. »

Evgueny Stradzé, représentant de l'association des régions innovantes de Russie, a confirmé aussi, la Russie veut travailler avec la France et l'Europe.

Morale de l'histoire, le café a des vertus facilitatrices. Mais cela, on le savait déjà.

Rodolphe Bretin