mercredi 1 avril 2020
  • COVID 19 MBA vous informe MI_Plan de travail 1 (1).jpg

 DSC02707.JPG

La conférence avait lieu jeudi soir à la salle Joug Dieu. Résumé.

L'intitulée exact était "Réseaux Sociaux et cyber-harcèlement, en milieu scolaire et dans la vie quotidienne". Une conférence-débat animée par le docteur Alloy, pédopsychiatre à l'hopital de Mâcon, et Arthur Le Mesle membre de l’association e-Enfance, avec pour but d’informer les parents des dangers que représentent les réseaux sociaux et particulièrement le problème du cyber-harcèlement.

 

Les enfants passent en moyenne 5 heures par jour devant les écrans

 

Arthur Le Mesle et le docteur Alloy ont chacun débuté leur intervention par des statistiques pour montrer l'ampleur du phénomène. C'est ainsi que nous avons appris qu'en 2010 8 % des jeunes avaient été cyber-harcelés, ce taux est passé à 12 % en 2015. Les enfants passent 5 heures en moyenne par jour devant les écrans (2 heures en classe et 3 heures en dehors de l'école). 46 % des enfants de 5 ans aux Etats-Unis possèdent un smartphone. Ce qui est encore plus suprenant, comme l'a évoqué Arthur Le Mesle, dans le monde il y a plus de smartphones que de brosses à dents.

 

On ne maîtrise pas ce qu'on a publié sur le net

 

Dans son intervention, Arthur Le Mesle a tenu à rappeler qu'internet présente de nombreux avantages ( communiquer, apprendre, expérimenter, s'amuser, créer …). Mais il ne faut pas en abuser, et une mauvaise utilisation, voir malveillante, peut présenter de nombreux risques ( cyber-harcèlement, mauvaise rencontre, contenu inapproprié …). 

Il a également insisté sur le fait qu'une fois qu'une chose est publiée sur le net, on en perd totalement le contrôle et surtout qu'elle reste, sans pratiquement aucune possibilité de l'effacer.

 

Réfléchir, Sécuriser, Signaler

 

 

Selon Arthur Le Mesle, pour éviter de perdre le contrôle d'internet, les enfants doivent garder en tête trois mots : réfléchir, sécuriser, signaler.

- Réfléchir à ce que l'on fait, développer un esprit critique vis à vis de ce que l'on voit sur internet.

- Sécuriser, en utilisant de bons mots de passe pour éviter toute intrusion dans sa vie privée et que nul n'utilise à mauvais escient ses comptes sur les réseaux sociaux.

- Signaler immédiatement toutproblème, que ce soit une attaque dans sa vie personnelle ou simplement une situation qui nous déplaît, il ne faut surtout pas hésiter à en parler autour de soi.

 

Les victimes possibles ? Tout le monde

 

Puis, le docteur Alloy est intervenu en développant un aspect plus psychatrique de ce phénomène. Il a présenté des solutions afin d'endiguer ce problème et donner des clés pour mieux accompagner son enfant dans l’utilisation d’internet. Il a également rappelé qu'il n'existe pas de profil de victime, tout le monde peut être victime de ce genre de pratique. Mais, il faut apprendre à détecter les signes annonciateurs.

 

Autant de réponses au harcèlement que de cas

 

Face aux parents, le docteur Alloy a rappelé qu'il n'existe pas de solution miracle pour y remédier. Jean-Paul Blanchet principal du collège Condorcet de La Chapelle-de-Guinchay et le pédopsychiatre ont été d'accord pour dire qu'il existe autant de réponses au harcèlement que de cas. C'est ainsi que la réponse qui doit être apportée varie en fonction de la situation.

 

Autoriser l'utilisation du smartphone pour mieux encadrer son usage

 

Pour Jean-Paul Blanchet, la prohibition du téléphone portable dans l'établissement scolaire n'est pas une solution. Ainsi lors de son arrivée, au collège Condorcet, Monsieur le Principal a décidé de mettre fin à l'hypocrisie générale en modifiant le règlement intérieur, avec la participation des élèves, et autoriser l'utilisation du smartphone dans certaines parties de son établissement. En effet, selon lui, c'est la meilleure façon d'en contrôler l'usage et de le restreindre.

La parole a, enfin, été laissée aux parents qui souhaitaient s'exprimer et obtenir plus de précisions sur les sujets qui les concernaient plus particulièrement.

 

Pour Myriam, mère de trois enfants, il vaut mieux prévenir que guérir

 

A la fin, nous avons rencontré Myriam, de Romanèche-Thorins, maman de trois enfants, deux en primaire et un au collège. Cette conférence a été pour elle très instructive bien qu'elle ait déjà assisté à d'autres débats sur le sujet. Cette réunion lui aura permis de savoir comment réagir dans des situations de cyber-harcèlement, quels sont les dangers auxquels les enfants peuvent être exposés sur internet, comment les protéger et comment se sortir d'une telle situation. Elle compte utiliser au quotidien les conseils prodigués par le docteur Alloy et Arthur Le Mesle, bien que ses enfants ne soient pas eux-même exposés à ce genre de pratique. En effet, selon cette mère de famille, il vaut mieux prévenir que guérir.

 

Pour tout renseignement complémentaire n'hésitez pas à vous rendre sur le site de l'association http://www.e-enfance.org/ et à prendre contact avec les bénévoles.

 

Valentin C.

 

photo_illustr.JPG

 

DSC02701.JPG

 

DSC02703.JPG

 

DSC02704.JPG

CORONAVIRUS : 232 décès en Bourgogne-Franche-Comté, 229 personnes en réanimation

CORONAVIRUS ARS BFC2 - 1.jpg
12 morts de plus ces dernières 24h. 1,2 millions de masques ont été donnés aux hopitaux de la région.

CORONAVIRUS À L'HÔPITAL DE MÂCON – Alain Boisseau : « La fermeture des frontières est un frein à l'approvisionnement »

HOPITAL MACON MASQUES - 1.jpg
Le directeur par intérim de l'hôpital a fait le point sur la situation pour macon-infos. Les lits de réa vont augmenter dès jeudi. Les entrerpises continuent d'aider. Entretien.

TRIBUNAL DE MÂCON : La barbarie d'une mère sur sa fillette de moins de 2 ans...

TGI Mâcon.JPG
On aurait pu s'attendre à un procès aux Assises. Mais non, les juges en ont décidé autrement. Pourquoi ? « Car il y a eu un basculement... » explique maître Dominique Many, avocat du père, joint au téléphone. « La fillette était vue régulièrement par un médecin avant que sa mère ne s'acharne à la violenter à la suite d'un conflit conjugal. »

SAÔNE-ET-LOIRE - Covid-19 : La laboratoire d'analyse départemental Agrivalys capable de sortir des résultats en 4h !

Agrivalys 71 (30).JPG
André Accary, président du Conseil départemental, et Frédéric Brochot, vice-président en charge de l'Agriculture, président du laboratoire départemental, l'ont fait savoir ce jour par courrier à Olivier Veran, ministre de la Santé. Le laboratoire est capable d'effectuer 2000 analyses par jour.

TRIBUNAL DE MÂCON : De la violence conjugale au proxénétisme...

TGI Mâcon.JPG
L'affaire a été jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Mâcon. Elle mettait en cause deux prévenus, deux hommes de 34 et 60 ans. La victime avait d'abord porté plainte pour violences conjugales.

VIOLENCES INTRA-FAMILIALES : Les Femmes solidaires rappellent les gestes barrières

CPViolenceslesgestesbarrieres(1) (1).jpg
Face aux violences, mettons en place ce geste barrière...

SAÔNE-ET-LOIRE : L'UMIH 71 alerte élus et préfet pour « enrayer un désastre économique »

Le président Patrick Revoyre s'est adressé ce jour par mail aux parlementaires, conseillers départementaux, préfet et sous-préfets. En voici l'intégralité.

Coronavirus - Covid-19 : 43 décès en Saône-et-Loire ; 167 personnes sorties d'hospitalisation

7 personnes sont décédées en 24h dans les hôpitaux de Saône-et-Loire

HÔPITAL DE MÂCON - Covid-19 : Comment ça se passe pour les soignants.es ? Ce que rapporte Force Ouvrière

« Ce 27 mars 2020 se tenait une réunion d’étape entre la direction et les organisations syndicales représentatives au Centre Hospitalier de Mâcon », indique le syndicat FO, qui précise que « plus de 50 agents ont été contaminés, avec 2 hospitalisations ».

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ - Covid -19 : Des entreprises artisanales contribuent à la solidarité nationale

La Chambre des métiers et de l'artisnat recense les artisans en capacité de produire du matériel sanitaire

CORONAVIRUS À L'HÔPITAL DE MÂCON - Roland De Varax : « Nous assurons au mieux, avec de la débrouille »

ROLAND DEVARAX HOPITAL MACON - 1.jpg
Praticien hospitalier en réanimation médicale, chef du service de réanimation et président de la Commission Médicale d'Etablissement à l'hôpital de Mâcon, Roland De Varax a répondu à nos questions cet après-midi, au téléphone, sur la gestion de crise covid-19. Il exprime également sa colère vis-à-vis de l'Etat. Interview.

CORONAVIRUS : Une salve de remerciements de la part du comité A.M.i.71

AMI 71 collage.jpg
L'Association de défense des droits des Malades, Invalides et handicapés exprime, dans un communiqué, sa reconnaissance envers les professionnels.les qui travaillent en cette période historique d’épidémie.

MACON : Les Restos du cœur rouvrent leurs portes

restos du coeur Mâcon covid 19 (1).jpg
Rappelons qu'ils ont été cambriolés le 17 mars, au tout début du confinement.

CORONAVIRUS : La vague de l'épidémie progresse en Saône-et-Loire

28 personnes sont décédées en milieu hospitalier des suites du covid-19 ; 42 personnes sont sorties d'hospitalisation. L'hôpital de Mâcon est l'établissement qui accueille le plus de malade du coronavirus.

SAÔNE-ET-LOIRE : Les policiers municipaux peuvent aussi verbaliser

Des dérogations pour les marchés alimentaires sont accordées par le préfet. Azé, Igé, Leynes etc. sont concernés.

TRAVAUX PUBLICS EN BFC - Vincent Martin : « Je persiste à dire que les chantiers doivent rester strictement à l’arrêt »

TRAVAUX PUBLICS BFC.jpg
Le président de la FRTP Bourgogne Franche-Comté s'exprime sur les conditions de la reprise d'activité dans un communiqué.

EXPRESSION CITOYENNE - Sans-abris et coronavirus : « Pour ne pas les oublier, NON ! »

Plusieurs associations mâconnaises s'alarment des conditions de vie des personnes à la rue, Migrants et SDF. Elles lancent un cri d'alerte.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : La Région met en place la gratuité des TER pour les soignants...

et suspend les prélèvements pour tous les abonnés TER annuels.

CORONAVIRUS - Covid-19 : Les attestations de déplacements dérogatoires évoluent

NOUVELLES ATTESTATIONS.jpg
Elles entrent en vigueur dès aujourd'hui. Le document intègre la participation à une mission d'intérêt général et la convocation judiciaire ou administrative.