79785475_o.jpg

Monsieur X ne vit pas à Mâcon, mais il y travaille ou y a travaillé. Visiblement embrouillé, au moins à l'intérieur de lui, avec une personne travaillant ici, il lui adresse un courrier, dûment signé, et ajoute une poudre blanche qui tombe au fond de l'enveloppe, histoire de bien faire ressentir au destinataire qu'il peut craindre les conséquences de l'embrouille, quelle qu'elle soit.

 

Le destinataire, raisonnablement prudent, ne goûte pas cette poudre, et appelle la police...
Les pompiers sont venus en renfort pour écarter tout éventuel risque chimique.
L'enveloppe contenait de la maïzena.

 

Monsieur X n'a pas été difficile à identifier, puisqu'il avait signé son courrier. Il devra répondre de la menace sous-jacente à son geste devant les services compétents pour son domicile. Les arguments culinaires ne tiendront pas la route.

 

L'histoire a été l'occasion d'un exercice conjoint des services de police et des pompiers. Le Parquet a demandé tout de même une analyse plus poussée du fécule de maïs, par acquis de conscience, pour ne rien négliger.