FONDtr2

lundi 20 mai 2019
  • Route_71. BRANCIONjpg.jpg
  • ART NAIF MACON 2019 PORT.jpg

TGIMACON.jpg

Petit coup de théâtre cet après-midi en correctionnelle. C'était seulement le 2ème dossier de l'après-midi et l'instruction avait été longue, quand le Parquet eut enfin la parole pour ses réquisitions :

 

« Le Ministère public a un doute : j'abandonne les poursuites. »
Légère stupéfaction sur certains visages, car le fait est rare.

 

L'histoire

 

Une toute jeune fille tombe amoureuse d'un jeune homme, au printemps 2012. Ils sortent ensemble, puis ils rompent parce qu'ils s'étaient « pris la tête », puis ils y reviennent deux semaines plus tard, en août 2012. Ils se retrouvent le 10, et tout va bien. Mais le 11 août, Jérémy (prénom modifié) sort du boulot, passe prendre l'apéro chez un copain, puis retrouve sa chérie, déjà couchée. Endormie, dit-elle.
Ce soir là, ils ont des relations sexuelles, normales selon Jérémy, non consenties, dira la jeune fille. Elle dit que c'est la sensation de froid d'un lubrifiant qui l'a réveillée, et qu'elle a eu droit « à tout », il dit qu'elle ne l'a pas repoussé. Elle dit s'être douchée immédiatement après, que le lendemain "ça" brûlait. On apprend au passage que le jeune homme avait filé la gale à la jeune fille au cours d'un rapport vaginal, on apprend toujours des choses.

 

L'instruction sera longue et offensive :
imposer des relations sexuelles, c'est grave

 

Mais la victime est absente, et elle a aussi refusé une confrontation avec Jérémy avant le jugement. Sa parole fait défaut, car de preuves, il n'y en a pas. Il y a des indices, comme le sms par lequel Jérémy regrette de l'avoir forcée. Mais les indices vont dans tous les sens, car leur relation reprit un peu après cette scène, puis s'arrêta, puis... Ils se voyaient à Lyon, les après-midi. Elle sortait avec un autre le week-end, et elle envoie encore sporadiquement messages et selfies à Jérémy.

 

Une relation amoureuse nocive

 

« Ambivalences », disent les avocats, et chacun les exploitera pour le bénéfice de son client.
La Procureur semble soupeser une balance qui décidément ne penche d'aucun côté :
« Je n'ai pas de conviction dans ce dossier. J'attendais beaucoup de cette audience, et de la présence de la victime. Nous sommes dans le registre de la relation amoureuse nocive, qui, je le dis, doit cesser absolument, car cela peut mal se finir. »

 

Un stress post-traumatique nécessitant une prise en charge

 

Le Parquet avait des charges, qui ont motivé les poursuites : les confidences de la victime à ses parents, les différentes plaintes, pour harcèlement, puis pour viol, en 2014, puis pour agression sexuelle en 2016 (plaintes à charge mais également ambivalentes dans leur évolution), et l'expertise psychologique de la jeune fille qui affirme qu'elle souffre d'un stress post-traumatique nécessitant une prise en charge. Elle a souffert de troubles alimentaires et de troubles du comportement.

Un contexte empoisonné désormais puisque le père de la jeune fille a menacé gravement Jérémy. Maître Loisy pour sa défense en montrera un exemple.

 

Le malaise est des deux côtés

 

Sur ce qui s'est passé le 11 août 2012 les choses ne sont pas claires, et le Parquet renvoie les deux jeunes gens à leurs responsabilités : « Vous n'êtes clairs ni l'un ni l'autre. On n'est pas dans une relation équilibrée, on est dans quelque chose où c'est insupportable depuis le début. Monsieur, vous avez une forme d'impulsivité, d'excès. Le malaise est des deux côtés. Les deux sont immatures, et jouent avec leurs sentiments. Mais la scène du 11 août seuls les deux peuvent l'expliquer... »

 

Aimer, c'est respecter les choix de l'autre

 

Puis la Procureur s'adresse spécifiquement à Jérémy :
« Aimer, c'est respecter les choix de l'autre. Une relation sexuelle non consentie, c'est extrêmement grave. Vous avez intérêt à clarifier cette situation, il n'y a pas de mi-chemin possible. Cette relation est nocive pour chacun de vous, il faut passer à autre chose. »

 

Relaxe

 

Le Tribunal, considérant que les faits ne sont pas établis, prononce la relaxe, et déclare irrecevables les demandes de partie civile.

Les difficultés, réelles, de la jeune fille, soulevées par l'expertise psychologique, n'ont pas trouvé de résolution pénale, il faudra sans doute faire un autre chemin.

 

F. Saint-Arroman

MÂCON : bizarre et surprenant... le fait du nettoyeur de la Saône

VELO SAONE MACON 222.jpg
ACTUALISÉ - Le fin mot de l'histoire, une histoire qui met au jour une chose que sans doute peu de gens savent : la Saône est considérée par quelques uns.es comme une poubelle !...

MÂCON : MacDonald's Nord (à Sancé) ravagé par les flammes cette nuit

MACDO MACON SANCE - 5.jpg
ACTUALISÉ : La police scientifique se rend sur place cet après-midi pour tenter de déterminer la cause de cet incendie dévastateur. Le gérant de l'établissement annonce d'ores et déjà la reconstruction du Mac Donald's d'ici 6 à 9 mois maximum.

THOISSEY : Collision frontale au niveau du port

COLLISION FRONTALE PORT THOISSEY - 1.jpg
Un des blessés, gravement touché, a été héliporté.

MÂCON : Un quadragénaire profère des menaces de mort de chez lui vers l'extérieur

1541352411_police-afp.jpg
Les faits se sont produits hier soir rue de Bourgogne à Mâcon. Il était à peu près 20h30 quand un homme de 45 ans, alcoolisé, a proféré des menaces de mort vers l'extérieur, envers les pompiers notamment. Il était chez lui dans son appartement.

MÂCON-LOCHÉ : Suicide sur les voies du TGV

L'accident est survenu ce début d'après-midi sur les voies de la ligne TGV, allant de Mâcon à Lyon.

TRIBUNAL DE MÂCON : Contrôlé deux fois en une semaine au volant alors qu’il n’avait pas le permis

TGI_MACON.jpg
A 64 ans, Patrick est bien connu des services de police : 24 mentions au casier judiciaire !

TRIBUNAL DE MÂCON : Fou de jalousie, il frappe, insulte et crache sur tout ce qui passe

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg
Kevin C., 31 ans, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel pour des faits de violences commis le 10 décembre à Mâcon.