mercredi 24 avril 2019

ALSTOM.jpg

La commande de 21 TGV et de 20 locomotives, avec un plan d'investissement, sont une des conditions du sauvetage d'Alstom à Belfort. La réaction politique de Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, et de François Sauvadet, leader de l'opposition.

 

Le Gouvernement et Alstom pre?sentent le plan de maintien

des activite?s ferroviaires et industrielles sur le site de Belfort

Christophe SIRUGUE, secrétaire d’Etat charge? de l’Industrie et Henri POUPART-LAFARGE, Président-directeur général d’Alstom, ont présenté aujourd’hui à Belfort un plan pour le maintien des activités ferroviaires et industrielles sur le site de Belfort. Trois axes ont été identifiés, qui constituent un plan alternatif à celui envisagé initialement : des annonces de commandes, un de?veloppement des activite?s de services et des investissements significatifs pour une diversification du site.
Les annonces de commandes concernent 21 TGV Euroduplex et 20 locomotives de manœuvre qui viennent s’ajouter a? la confirmation de la commande de 30 Trains d’Equilibre du Territoire.
Diffe?rentes mesures permettront de de?velopper les activite?s de maintenance et de service sur le site de Belfort. Alstom s’engage a? moderniser l’outil industriel, avec un objectif d’employer 150 personnes d’ici a? 2019 pour ces activite?s.
Par ailleurs, Alstom investira avec des partenaires industriels ou financiers pour assurer la ne?cessaire diversification du site de Belfort a? travers la production d’autres types de ve?hicules ferroviaires et routiers.
Le Gouvernement et le Pre?sident-directeur ge?ne?ral d’Alstom se re?jouissent de l’issue favorable qui a e?te? trouve?e.
Henri POUPART-LAFARGE a de?clare? : "Je me re?jouis des annonces qui viennent d’e?tre faites et de la mobilisation de l’ensemble des parties prenantes pour trouver un avenir industriel au site de Belfort et consolider la charge des autres sites en France. Par ailleurs, la tenue prochaine d’un comite? strate?gique de filie?re est une bonne nouvelle pour tous les acteurs du secteur".
"C’est une belle re?ussite et le fruit d’un travail avec l’entreprise, les collectivite?s locales et les organisations syndicales. La de?marche collaborative et constructive qui nous a permis d’arriver a? ce re?sultat symbolise le ro?le de la politique industrielle de l’Etat : mobiliser les parties prenantes autour d’un projet collectif d’avenir, re?aliste et ambitieux pour Belfort", a de?clare? Christophe SIRUGUE.

Paris, le 4 octobre 2016 N° 105
"Ce plan, construit a? travers un dialogue entre toutes les parties concerne?es, apportera des solutions au proble?me du plan de charge et des perspectives a? plus long terme pour le site de Belfort. Il s’inscrit dans une de?marche visant a? de?fendre et a? promouvoir la filie?re ferroviaire en France", souligne Michel SAPIN, ministre de l'Economie et des Finances.

 

Déclaration conjointe de M. Christophe SIRUGUE, 

Secrétaire d’Etat chargé de l’Industrie,

et de M. Henri POUPART-LAFARGE, Président-Directeur général d’ALSTOM

Dans un contexte de baisse importante de charge apre?s 2018 et de manque de perspectives commerciales sur son site de Belfort, la direction d’Alstom avait annonce? le 7 septembre aux partenaires sociaux un projet de rede?ploiement d’une partie des effectifs de Belfort sur le site de Reichshoffen. L’objectif industriel e?tait de de?dier Belfort aux activite?s de services et de maintenance de locomotives.
Suite a? cette annonce, l’Etat a consulte? la SNCF pour faire le point sur les commandes en cours sur les marche?s existants. Un dialogue a e?te? engage? entre l’Etat et Alstom, auquel nous souhaitons de?sormais associer les collectivite?s territoriales et les organisations syndicales, pour approfondir et mettre en œuvre les pistes de maintien de l’activite? ferroviaire du site de Belfort. Ces perspectives offrent l’opportunite? de maintenir sur le site de Belfort une activite? ferroviaire et industrielle. Par ailleurs, elles s’inscrivent dans une re?flexion globale pour conforter les autres sites franc?ais d’Alstom.
 
Trois axes de maintien de l’activite? et de l’emploi sur le site de Belfort ont e?te? identifie?s et constituent un plan alternatif a? celui envisage? initialement :
1. Conforter le leadership technologique et maintenir la production a? Belfort
Les e?quipes d’inge?nierie de Belfort de?velopperont les motrices du TGV du futur. L’Etat, a? travers l’ADEME, et Alstom consacreront 30 millions d’euros dans les deux prochaines anne?es pour ce de?veloppement. Le de?veloppement du TGV du futur est assure? par SpeedInnov, coentreprise porte?e par Alstom et l’ADEME dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) pour de?velopper la future ge?ne?ration de trains a? grande vitesse. Les premiers exemplaires seront produits a? partir de 2021.
Alstom va investir 30 millions d’euros d’ici 2018 pour de?velopper et industrialiser une plate- forme de locomotive de manœuvre hybride ou diesel bien adapte?e au marche? et de?veloppe?e par l’inge?nierie de Belfort. L’Etat pourra, apre?s une instruction approfondie, apporter un soutien financier au de?veloppement de cette plate-forme.
La SNCF confirme sa commande via sa filiale SNCF Mobilite?s de 6 rames TGV pour la ligne Paris-Turin-Milan, et via sa filiale SNCF Re?seau de 20 locomotives destine?es au secours des trains en panne.
Par anticipation de l’arrive?e des lignes a? grande vitesse Bordeaux-Toulouse et Montpellier- Perpignan, l’Etat commandera 15 rames TGV Euroduplex pour e?quiper la ligne Intercite?s Bordeaux-Marseille.
L’ensemble de ces commandes permettront de maintenir l’expertise et la compe?tence industrielle du site de Belfort.
Par ailleurs, l’Etat confirmera avant novembre 2016 la commande de 30 rames Intercite?s. Ceci permettra de conforter le site Alstom de Reichshoffen.
 
2. Faire de Belfort le centre europe?en de re?fe?rence de la maintenance des locomotives du groupe Alstom
Alstom va poursuivre dans les trois prochaines anne?es un de?veloppement ambitieux de son activite? de services sur le site de Belfort. Dans cet objectif, Alstom investira 5 millions d’euros sur le site d’ici 2019 afin de moderniser l’outil industriel (re?paration, maintenance le?ge?re et lourde et les travaux de modernisation du mate?riel) avec un objectif d’employer a? terme 150 salarie?s sur cette activite?.
Les collectivite?s locales accompagneront ce projet pour adapter l’infrastructure a? ces nouvelles activite?s, notamment l’e?lectrification de la voie d’essais et divers ame?nagements.
Ces investissements permettront de disposer de nouveaux ateliers pour effectuer la maintenance des locomotives et leur modernisation (e?quipements de signalisation, changements d’organes, gestion d’obsolescence sur des rames TGV et des locomotives).
 
3. Construire l’avenir de Belfort par la diversification et l’investissement
Alstom travaillera, en s’associant e?ventuellement avec d’autres partenaires ou investisseurs, sur une diversification du site, s’appuyant sur ses compe?tences cle? (chaudronnerie, soudure, ca?blage, montage, peinture, essais e?lectriques,...) pour la production d’autres types de ve?hicules ferroviaires et routiers et en particulier le bus e?lectrique. Alstom investira au moins 5 millions d’euros pour accompagner la diversification du site d’ici 2020, avec une attention particulie?re au de?veloppement des compe?tences.
 
4. Suivi des engagements
La concre?tisation de ces diffe?rents axes de travail fera l’objet d’un suivi re?gulier entre Alstom, l’Etat et les collectivite?s et les organisations syndicales.
Alstom engagera un dialogue social avec les organisations syndicales pour accompagner l’adaptation du site a? ces nouvelles missions.
Alstom continuera a? renforcer le ro?le de ses sites en France au sein de son dispositif industriel et technologique par des investissements de plus de 30 millions d’euros par an et un effort de recherche et de?veloppement de plus de 100 millions d’euros. Cet effort a permis le de?veloppement de nombreuses gammes de produits comme les nouvelles ge?ne?rations de tramway, de me?tro, demain de TGV, ainsi que la digitalisation des modes transports. En outre, Alstom a lance? un projet d’e?largissement de sa gamme dans l’e?lectromobilite? (bus e?lectriques, trains a? pile a? combustible). L’Etat pourra accompagner ces projets dans le cadre de sa politique en faveur de la transition e?nerge?tique et du de?veloppement des transports propres.
L’Etat et l’ensemble des partenaires de la filie?re poursuivront leurs discussions de manie?re a? consolider le plan de charge de l’ensemble des sites en France. Un comite? strate?gique de filie?re se tiendra avant la fin de l’anne?e.

 

Les réactions

«La région aux côtés d’Alstom pour construire 

l’avenir du site de Belfort» assure Marie-Guite Dufay

Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, était ce matin aux côtés du secrétaire d’Etat à l’industrie, Christophe Sirugue, et du président directeur général du groupe Alstom, Henri Poupart-Lafarge, pour présenter aux représentants du personnel le plan d’action permettant de maintenir le site de Belfort.
Au-delà des réponses immédiates sur le carnet de commandes qui redonnent la visibilité nécessaire pour assurer la pérennité du site à court et moyen terme, c’est surtout grâce à la diversification des activités, qu’un nouvel avenir se dessine pour le site de Belfort. Avec près de 70 millions d’euros en investissements supplémentaires, le site Alstom de Belfort demeure bien évidemment le site de référence de construction et de maintenance des locomotives et des motrices de TGV, mais ses compétences et ses savoir-faire sont pleinement reconnus et vont pouvoir être mobilisés sur de nouvelles activités liées à la maintenance, aux locomotives hybrides de nouvelle génération et à de nouvelles solutions d’électromobilité. « Ces perspectives tracent un avenir porteur de sens en matière de transition écologique  quelques mois après la COP 21 et doivent ouvrir la voie à la relance du fret ferroviaire dans notre pays », a précisé Marie-Guite Dufay.

 

Ce plan précise également les conditions de participation de la région qui contribuera à accompagner avec les autres collectivités locales la diversification du site de production, en particulier pour permettre la montée en charge de l’activité de maintenance dont Belfort deviendra un centre européen de référence. C’est ainsi près d’un million d’euros qui pourrait être consacré à l’électrification de la voie d’essai et aux divers aménagements nécessaires. Cette démarche avait d'ailleurs été engagée dès 2015 par la région Franche-Comté. La région contribuera aussi au soutien à l’innovation pour conforter le leadership technologique de ce site historique qui fait partie de l’avenir de l’industrie régionale. « Avec les universités et les laboratoires de recherche, nous ferons tout pour conforter cet écosystème particulier qui fait de ce territoire un creuset pour l’emploi de demain », a déclaré Marie-Guite Dufay.
Enfin, Marie-Guite Dufay a manifesté à la fois son soulagement et sa vigilance pour suivre de près la mise en œuvre des engagements qui ont été pris ce jour. « Plus que jamais, nous restons mobilisés aux côtés de l'Etat et des autres collectivités locales et unis derrière les Alsthommes et tout un territoire qui les soutient », a conclu Marie-Guite Dufay.

 

«Le temps est compté» pour François Sauvadet

«Un plan à court terme, mais après…
Dévoilé ce jour par Christophe Sirugue, secrétaire d’Etat à l’Industrie, le plan du Gouvernement pour sauver Alstom Belfort apporte une solution de court terme à l’avenir du site et une bouffée d’oxygène à tous les salariés concernés par la fermeture annoncée de l’usine. Aujourd’hui, c’est d’abord à eux et leurs familles que je pense.
Le plan de l’exécutif prévoit l’achat par l’Etat de 15 rames TGV, qui viennent s’ajouter aux 6 TGV déjà commandés pour la liaison Paris-Milan-Turin. SNCF Réseau s’est par ailleurs engagé à acquérir 20 locomotives diesel pour le remorquage des trains en panne tandis que le gouvernement a promis de finaliser un achat de 30 trains Intercités -annoncé en février dernier- d’ici à la fin du mois d’octobre.
Au total, ce sont 500 à 700 millions d’euros qui seront dépensés par l’Etat et la SNCF et cela assure l’avenir pour quelques brèves années.
Ce n’est qu’un sursis car nul n’ignore que la SNCF a déjà trop de locomotives de fret et que, pour les TGV, le parc actuel est suffisant.
Le site de Belfort se voit donc aujourd’hui offrir un répit qui n’est pas sans rapport avec l’entrée en campagne présidentielle d’un François Hollande très généreux avec l’argent de l’Etat.
Mais chacun sait bien que pour garantir l’avenir du site et de la filière dans notre Région, il faut un vrai projet industriel intégrant le savoir-faire de Belfort et qui soit porté par le groupe Alstom.
Un projet qui mette davantage en réseau le site belfortain en cohérence avec l’ensemble des usines du groupe et la stratégie future.
Car il ne faut pas oublier que les inquiétudes pointent sur l’avenir des sites d’Ornans, dans le Doubs, ou de Valenciennes et ses 1 200 emplois. Il faut à Alstom une vision d’avenir et donc réfléchir à terme à des partenariats stratégiques.
Le temps est désormais compté».

François SAUVADET, Président du groupe de l’Union des Républicains, de la Droite et du Centre du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

VINS DE BOURGOGNE : Les Vins Mâcon s'affirment comme vins engagés

UPVM2019 - 2.jpg
L’Union des Producteurs de Vins Mâcon tenait jeudi 18 avril à la maison des vins de Bourgogne à Mâcon son assemblée générale.

ECONOMIE : Le cheval, un secteur d'activité qui se développe avec un cluster inter-régional RAA-BFC

CLUSTER EQUIN CAFE STARTUPS MACON4.jpg
Et la Saône-et-Loire (avec Mâcon-Chaintré et Cluny), comme 1er pilier de la région Bourgogne-Franche-Comté ! Explications.

VINS DE BOURGOGNE : Les Vignerons des Terres secrètes reviennent à la Bourgogne avec une nouvelle identité visuelle

VTS LOGO PRISSE VINS BOURGOGNE.jpg
Ils ne l’avaient jamais quittée, mais leurs vins étaient souvent perçus comme des vins du Sud. Le marketing a permis de retravailler leur identité visuelle pour réaffirmer cette nature bourguignonne.

MACON : 1er speed meeting du créateur d’entreprise chez « Locow » !

speed meeting Locow Mâcon.jpg
L'espace de coworking récemment ouvert rue Victor Hugo à Mâcon proposait ce lundi un premier rendez-vous dédié aux entrepreneurs en création. Le moins que l'on puisse dire, c'est que les créateurs.trices ont répondu présents.tes.

MACON : Un espace de jeux parents-enfants dans une des boutiques éphémères

animation ludique boutique éphémère.jpg
Une entreprise d’animations ludiques s’est installée pour deux semaines dans une des boutiques louées par la Ville de Mâcon à des prix symboliques en centre-ville, rue Franche.

MACON : La récup' a désormais sa boutique en centre-ville

inauguration boutique Le Pont Mâcon.jpg
L’association Le Pont vend désormais les meilleurs des produits issus des ateliers de sa « ressourcerie » dans un commerce style récup !

VINS DU MÂCONNAIS : Doublé historique pour les Vignerons des Terres Secrètes à la Saint-Vincent des Mâconnais-Beaujolais

Vignerons_Terres_Secretes_130219 (2) (Copier).JPG
Ces vignerons ont en effet remporté la Coupe Perraton et la Coupe Dailly. Du jamais vu depuis 1973 !

VINS DE BOURGOGNE : Des premiers crus à pouilly-fuissé en 2020 ?

Pouilly_Fuisse_Fuisse2.jpg
Douze ans après le lancement de l’idée, l'AOC pouilly-fuissé entrevoit le bout du chemin qui devrait lui permettre de valider sa demande de reconnaissance en premiers crus en 2020. Peut-être même avant.

TRIBUNAL DE COMMERCE DE MÂCON : Les procédures collectives en recul ; les immatriculations en nette augmentation

AUDIENCE SOLENNELLE 2019 TC MACON08.jpg
Ce sont les bonnes nouvelles qu’a annoncées le président Maurice Bost lors de l’audience solennelle de rentrée ce jeudi matin.

ECONOMIE : Un commerçant, un industriel, un logisticien et un congressiste à Mâcon témoignent de leur activité

VOEUX 2019 AUX ENTREPRISES MACON1.jpg
Les voeux du maire aux entreprises ont eu ceci d’original qu’ils ont accordés une place, dans un premier temps, à des témoignages éloquents sur la foi économique placée dans la ville.

MÂCON - Voeux aux entreprises : Les projets économiques ne manquent pas

Voeux maire Mâcon entreprises 2019.jpg
Le maire et les élus municipaux ont rencontré les acteurs économiques privés et publics de la ville lors de la cérémonie des voeux au parc des expositions ce jeudi.

L'ECHO DES ENTREPRENEURS-SES : Une nouvelle vie à Crêches pour le bar 1901

Reouverture_Bar1901_301218 (2) (Copier).JPG
Nous avions relaté les déboires de ses gérants, Valérie Wenger et Jean-Claude Hilarion, avec le groupe Carmilia (centre commercial des Bouchardes) en mai dernier. Nous les avons retrouvés avec le sourire hier dans leur nouveau commerce au centre de Crèches.

MÂCON - Coeur de Ville : La première boutique éphémère est louée

boutique éphémère (3).JPG
Une commerçante (vente de vêtements sur Internet) occupe maintenant provisoirement le premier espace loué, rue Franche, par la municipalité mâconnaise.

BOURGOGNE : Beaucoup de baisses de chiffres d'affaires chez les artisans suite au mouvement des gilets jaunes

GILETS JAUNES ECONOMIE BOURGOGNE - 1.jpg
Mais quasiment aucune dégradation. La Chambre de Métiers et de l’Artisanat a lancé une consultation auprès des artisans de Bourgogne pour connaître l’impact des mouvements sociaux dit des « gilets jaunes » sur l’activité de leur entreprise. A voir, tous les résultats.

ECONOMIE : Quand Dijon, Chalon, Le Creusot – Montceau et Mâcon vendent leurs atouts aux investisseurs

SIMI2018MBA.jpg
SIMI, le salon de l’immobilier d’entreprise, à Paris, est l’occasion pour quatre territoires de Côte-d’Or et de Saône-et-Loire de chasser ensemble les investisseurs.

SAÔNE-ET-LOIRE : La CAPEB 71 alerte le Préfet sur l’impact négatif des hausses de carburants sur l’activité du bâtiment...

capeb71-hausse-carburants-rencontre_Pe__fet.jpg
Une délégation d’artisans du bâtiment de la CAPEB 71, conduite par le Président Toni SPINAZZE, a été reçue ce matin en préfecture par M. Jérôme GUTTON, Préfet de Saône- et-Loire.

VITICULTURE : Un magasin flambant neuf au printemps à la Cave de Lugny

Travaux_Cave_de_Lugny.jpg
Signe d’une réelle montée en puissance et en gamme, la naissance au printemps prochain d’un tout nouveau magasin devrait permettre à la Cave de Lugny de passer à la vitesse supérieure et de s’affirmer, plus que jamais, comme l’un des acteurs majeurs de la viticulture en Bourgogne du Sud.

ECONOMIE : La CCI 71 tournée vers le numérique et la sécurité

Collage AG CCI 71.jpg
Ce lundi, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Saône-et-Loire a fait le bilan de l'année 2018 et a tracé les perpectives de la nouvelle année..

MÂCON : Thierry Valdor décroche le gros lot grâce à son nouvel espace Locow

Locow_Espace_Travail_251118 (10).JPG
Locow - coworking, au 82 de la rue Victor Hugo, s’est donné pour vocation de recevoir, dans des espaces dédiés, des entrepreneurs qui ont envie de créer, communiquer, rire, partager dans un espace de travail complètement réinventé.

SALON ESSENTIEL À MÂCON : "C’est qui le patron ?!", la marque équitable et durable présente sur le salon

SALON ESSENTIEL CESTQUILEPATRON MACON - 2.jpg
C’est qui le patron ?!... une entrée en matière qui interpelle pour cette marque collaborative représentant des produits de la ferme dont le prix a été fixé par... les consommateurs !

ENTREPRENEURIAT : A la recherche d'astuces pour réussir dans les affaires

Collage CCI 71 création entreprise.jpg
Une quarantaine de personnes ont participé à la série d’ateliers et conférences autour de la reprise et, surtout, de la création d’une entreprise, organisée ce jeudi par la Chambre de commerce et d’industrie de Saône-et-Loire, à Mâcon.

MÂCON : « Les Arts en Cuisine », une boutique relookée et connectée pour fêter ses 5 ans

Artable (2).JPG
Nadine Louret, responsable-gérante de la boutique « Les Arts en Cuisine- Cuisine plaisir » située au 98 rue Carnot, a inauguré, mardi soir, sa nouvelle boutique réagencée et connectée depuis début octobre.

ECONOMIE : Une journée avec la CCI pour tout savoir sur la création et la reprise d’une entreprise

Untitled reprise entreprise CCI.jpg
Des experts et des entrepreneurs se sont donnés rendez-vous ce jeudi à la CCI de Mâcon, place Genevès, où des ateliers et des conférences sont prévues tout au long de la journée dans le cadre de la semaine régionale de la création-reprise d’entreprise.

SAÔNE-ET-LOIRE : L’économie sociale et solidaire à l'honneur à Mâcon

Collage salon ESS.jpg
Le Parc des expositions accueille ce vendredi des acteurs économiques publics et privés autour du concept de l'ESS (l'économie sociale et solidaire). Une manifestation proposée par le Conseil départemental, en partenariat avec la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire.

ECONOMIE : La Ville de Mâcon lance l’opération "Boutiques éphémères"

Untitled collage boutiques éphémères.jpg
Jean-Patrick Courtois a lancé ce vendredi l’appel à candidatures aux commerçants, artistes et artisans qui souhaitent participer à la première « pépinière commerciale » mise en place à partir du mois de décembre.

ECONOMIE : Cervos pub (Mâcon) adopte la déco intérieure et s'industrialise

CERVOS PUB MACON NOV.jpg
L'histoire a commencé avec Décathlon. Guillaume Cervos, patron de la société, propose à l'époque au directeur du magasin Décathlon de Mâcon de faire le lino de son sol.