Articles

 CLUNY DELINQUANCE - 4.jpg

Le Maire de Cluny a tenu une conférence de presse ce lundi matin en mairie pour, selon ses termes, "mettre fin à l'agitation dans le landerneau clunisois" au sujet de la décision du Conseil Municipal d'installer sept caméras donc six fixes et une mobile dans les rues de Cluny.

Une pétition sur internet

Après plusieurs articles dans la presse écrite et télévisuelle, une pétition a été lancée sur internet et auprès des promeneurs sur le marché. Le Maire s'étonne de la méthode employée "au lieu de faire signer une pétition, n'aurait il pas été plus utile de poser la question "pour ou contre?"; un micro trottoir réalisé par lui-même a conduit à un résultat largement favorable à l'installation de caméras, alors que la pétition recueille 700 signatures, dont 475 sur internet. Parmi ces signataires, il dénonce que seuls 9 clunisois ont signé sur internet et à peine une centaine sur le formulaire papier. Ces chiffres permettent de mettre en avant la faible représentation de la population clunisoise dans la pétition. En effet, il s'agit principalement des signatures de touristes, étrangers pour la plupart, et également de visiteurs n'habitant pas Cluny.

 

« Cluny n'est pas une ville tranquille »

Le Maire a souhaité apporter des précisions sur la situation réelle de la délinquance à Cluny: "il faut arrêter l'angélisme, Cluny n'est pas une ville tranquille" on dénombre en effet, de fréquentes dégradations de mobiliers urbains, des véhicules en excès de vitesse en centre-ville ainsi que des accidents. De plus, le trafic de drogue y est très présent; et une tentative de viol a récemment eu lieu.
La Police Municipale dépose en moyenne une plainte par semaine. Le responsable de la police municipale, Olivier Soriano cite pour preuve les chiffres de l'évolution de la délinquance sur Cluny entre 2015 et 2016. Les atteintes à la personne ont augmenté de près de 40%, les cambriolages de plus de 23%, les accidents de plus de 57% et on déplore toujours trois décès par an.
Les arguments en faveur de l'installation de caméras de protection ne manquent pas selon le Maire qui respecte à la lettre une réglementation très stricte (loi LOPPSI 2 du 14 mars 2011: accès aux accès aux images réservé, révélation des vidéos uniquement en cas de problème), une prévention des actes de délinquance, un suivi direct pour une réaction immédiate; pour exemple il rappelle que des caméras sont déjà présentes dans les Distributeurs Automatiques de Billets (DAB) ou dans les supermarchés.
Pour ceux qui craignent une atteinte à leur vie privée il signale que de nombreuses communes sont déjà équipées de caméras et que l'anonymat du citoyen est bien davantage levé par l'utilisation des cartes bancaires, des réseaux sociaux, etc...

 

Une politisation du débat

Henri Boniau regrette la politisation du débat autour de cette initiative, voté en février par le conseil municipal, après l'avis du Comité local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD).
Il rappelle que ce comité est co-présidé par Monsieur le Préfet qui se félicite de la politique de la ville en matière de sécurité.

Ce comité, qui ne fonctionnait plus sous la précédente mandature, a été remis en place par le Maire de Cluny et élargi à plusieurs communes avoisinantes. L'une d'elles à la demande de ses élus, pourra même bénéficier de l'utilisation de la caméra mobile.

Il rappelle également que la première caméra a été installée à Cluny sous la précédente gestion. Il relève non sans humour que le Président de la Communauté de Communes a lui-même signé la pétition alors que le Conseil communautaire s'apprête à demander aux élus la modification de ses statuts, afin de prendre en charge la compétence "politique de la ville" - regroupant le CLSPD et l'utilisation des caméras - dans le but de conserver une bonification des dotations de l'État.

Le coût de cette installation serait environ 130 000€ dont plus de 60% subventionné par l'Etat.

Coralie Combrouze

 

Photo d'accueil : Henri BONIAU Maire de Cluny, Myriam LAVIGNE Directrice générale des services, Bernard ROULON 1er adjoint, Olivier SORIANO Responsable de la police municipale