FONDtr2

Articles

voeux-2018-maire-cluny - 1.jpg

Le maire Henri Boniau a présenté ses vœux à la population ce vendredi soir à l’espace des Griottons. C'était également l'occasion pour faire un point d’étape peu après la mi-mandat.


Henri Boniau a démarré son allocution par un rappel des événements électoraux du premier semestre 2017. Selon lui, « on pouvait s’attendre à du changement et on n’a pas été déçu. L’année a tenu ses promesses ! Aujourd’hui, les réformes vont bon train mais les élus du bloc communal sont encore méfiants sur l’avenir, notamment sur la fiscalité et la pérennité de leurs ressources. L’intervention du président au congrès des maires de novembre dernier n’a pas vraiment rassuré. »

 

2017 a également vu l’élargissement de l’intercommunalité, qui comporte désormais 42 communes, et la naissance du Pôle d’Équilibre Territorial et Rural (PETR) du Mâconnais Sud Bourgogne, composé désormais de quatre communautés dont celle du Clunisois.

 

« Cette naissance est le fruit de la fusion entre le Pays Sud Bourgogne et le SCOT, schéma de cohérence territoriale. Certains y verront une feuille supplémentaire du millefeuille administratif, mais quand on sait que la Région a choisi cet échelon pour définir et appuyer sa politique territoriale, suivi dans une moindre mesure par le Département, je suis persuadé que c’est un train qu’il ne faut pas manquer » a déclaré le premier magistrat clunisois.

  


2017, année de passage à mi-mandat

 

Selon Henri Boniau, « c’est l’occasion de faire un résumé rapide des actions réalisées et de celles à venir pour 2018. Quand une commune connait un changement d’équipe municipale, il faut forcément faire des choix, tout en restant fidèle à son programme, entre les dossiers à confirmer ou à adapter, des dossiers à abandonner voire des dossiers en souffrance ou au point mort qui méritent d’être réactivés. »

 

Pour la Ville de Cluny, 2017 a vu la signature de la nouvelle convention avec le Centre des Monuments Nationaux. « Il s’agit d’une convention à la fois financière et de gestion » explique Henri Boniau qui assure que « cette signature assure le financement d’un conservateur en complément de la rédaction d’un projet scientifique et culturel sur l’ensemble du site clunisois. Une fois adopté, ce sera un excellent outil de dialogue et de négociation entre les différents partenaires concernés. » Le maire a aussi annoncé la nomination de Benoît-Henri Papounaud comme nouvel administrateur de l’abbaye de Cluny qui assurera également la fonction de conservateur.

 

La signature du Groupement d’Intérêt Public (GIP) entre l’Institut Français du Cheval et de l’Équitation (IFCE), le Conseil Départemental et la Ville a également eu lieu en 2017.
La Ville a aussi confirmé l’achat de l’immobilier des Haras pour anticiper la sortie annoncée de ce partenaire. Le groupement s’est mis en place par anticipation.
« Le centre équestre et événementiel affichent une belle santé. La marge de progression s’appuie sur la dimension culturelle et touristique où les spectacles équestres ont pris une place prépondérante. » Selon Henri Boniau, « il reste maintenant à établir un projet durable pour la pérennité du cheval à Cluny et trouver une solution pour le manège. »

 

2017 fut l’année de la découverte du trésor. « Malgré les péripéties, ce fut une bonne chose pour la Ville du fait d’une forte couverture médiatique et l’intérêt renouvelé du site auprès des chercheurs. » 

 


2018, année riche en travaux et projets

 

La construction de l’école Danielle Gouze-Mitterrand avait libéré l’espace Duruy et l’école abbatiale avec son plancher dangereux. Ces deux bâtiments communaux seront deux premiers chantiers de travaux. Suite à la rénovation, Duruy a pu accueillir les pôles municipaux culturel et scolaire.
Côté patrimoine, la Ville a privilégié l’église St Marcel ainsi que le palais Jacques d’Amboise qui abrite la mairie.

 

« Notre souci commun d’un environnement de qualité s’est porté sur l’eau, l’assainissement et l’éclairage. Fin 2018, nous aurons remplacé près de sept kilomètres de canalisations. Le rendement du réseau a ainsi largement augmenté (Ndlr : de 77 à 85 %) » a déclaré Henri Boniau.

 

« Le recours à l’externalisation a été opéré chaque fois que nécessaire (chaufferies, station d’épuration,…). Le schéma directeur d’aménagement de la lumière va faire tomber à la fois la puissance installée et la consommation avec un programme qui s’étend sur huit années » a aussi expliqué le maire.

 

« L’OPAC reste un partenaire très présent. Il construira la nouvelle gendarmerie. Par ailleurs, le permis de construire de la résidence services vient d’être déposé et un programme d’accession à la propriété est prévu à Bel Air. »

 

« Pour dessiner la Ville pour les dix ans à venir, une révision du Plan Local d’Urbanisme (PLU) a été lancée. Le projet d’aménagement et de de développement durable (PADD) est un préalable où chacun pourra donner son avis. »

 

Côté éducation-jeunesse, les nouveaux rythmes scolaires seront abandonnés suite à la consultation des familles et des enseignants. « Nous n’abandonnerons pas pour autant nos propositions régulières aux écoles en matière de culture, de médiation patrimoniale et de sécurité » a précisé Henri Boniau.

 

L’école Marie Curie bénéficiera des premiers travaux nécessaires et la maîtrise d’œuvre du projet sera lancée en 2018.

 

Au niveau social, le foyer Bénétin connaîtra un rafraîchissement et une mise aux normes de sa cuisine. Les 66 chambres seront équipées de douches à l’italienne.

 

L’ancienne halte-garderie cèdera définitivement sa place à un centre social « clairement identifié, digne de ce nom et conventionné par la CAF. »

 

Côté santé, Cluny accueillera des étudiants en médecine. Logés au-dessus de la Perception, ils réaliseront leurs stages à Cluny et dans le Clunisois. 

 


Les vœux d’Henri Boniau

 

« Que le climat d’insécurité lié aux attentats finisse par s’estomper, tout en restant vigilant sur ce point.

 

« Que notre État soit moins jacobin et que les girondins soient entendus et écoutés.

 

« Que le dialogue soit renoué avec l’intercommunalité et que nous puissions ré-avancer conjointement.

 

« Sur le plan clunisois, que nos projets visant à développer l’attractivité et le rayonnement du territoire soient menés à bien, que notre tissu économique prospère et que nos associations réalisent leurs objectifs.

 

« Que le touriste ne soit pas considéré comme un perturbateur mais comme un booster économique qui contribue à maintenir notre offre de service (vœu également formulé par la communauté de communes).

 

« Enfin, un vœu très local : que les habitants du territoire finissent par s’approprier le parking du Prado. »

Éric Bernet

 

voeux-2018-maire-cluny - 5.jpg

voeux-2018-maire-cluny - 2.jpg

voeux-2018-maire-cluny - 4.jpg

voeux-2018-maire-cluny - 3.jpg