vendredi 23 août 2019

  MONDIAL QUAD 2019 PDV - 1.jpg      LOCAUX COMMERCIAUX MACON HABITAT 2019.jpg

  • ROUTE71 CD71 2019 - 1.jpg
  • ETE FRAPPE MACON 2019 16JUILLE - 1.jpg
  • WINE TOUR MACON 2019 UNE.jpg
  • locaux commerciaux MACON HABITAT.jpg

Articles

Pouilly_Fuisse_Fuisse2.jpg

Douze ans après le lancement de l’idée, l'AOC pouilly-fuissé entrevoit le bout du chemin qui devrait lui permettre de valider sa demande de reconnaissance en premiers crus en 2020. Peut-être même avant.

 

 

L’appellation pouilly-fuissé produit exclusivement des vins blancs issus du cépage chardonnay. Il existe quatre villages de production : Chaintré, Fuissé, Solutré-Pouilly et Vergisson. En 1929, les maires des quatre villages de production créent l’Union des producteurs de pouilly-fuissé, syndicat reconnu aujourd’hui comme Organisme de défense et de gestion (ODG) de l’appellation.

Travail titanesque

L’année 2007 marque cependant un tournant pour l’AOC. Président depuis 2003 du cru, Frédéric-Marc Burrier soumet aux membres de l’ODG son souhait de « réparer une erreur de l’histoire » en sollicitant la reconnaissance en premiers crus. « Car le sud de la Bourgogne mérite son appartenance à la grande famille des vins blancs de garde. » C’est alors le point de départ d’une démarche de très longue haleine. Avec plusieurs étapes à la clé. Cela débute en 2008 par l’étude très complète des sols et des sous-sols avec plus de 700 trous réalisés dans toute l’AOC pour faire naître une carte des sols. Suit une enquête parcellaire effectuée auprès des vignerons.

Puis, en 2008 et 2009, plusieurs séances de dégustation sont réalisées pour déterminer les meilleurs climats. Mars 2010 marque le dépôt officiel auprès de l’INAO de la demande de reconnaissance des premiers crus. Lequel projet est concomitant à ceux des AOC pouilly-loché, pouilly-vinzelles et saint-véran. L’INAO nomme alors une commission d’enquête qui, elle-même, désigne une commission d’experts dans différents domaines : géographie, géologie, histoire, vin…

Après le nécessaire toilettage de l’appellation, il y a la mise en place de critères (usages, sol, exposition, pente, altitude…) pour classer les parcelles de manière objective. C’est à ce moment qu’est réalisée par la commission d’enquête une première délimitation.

En 2017, le projet d’aire délimitée en premiers crus validé par l’INAO et l’Union des producteurs compte 183 hectares sur les 799 hectares de l’AOC, non loin des 200 hectares qui avaient été demandés.

Le bout du chemin

Ce projet d’aire délimitée des premiers crus a été mis à l’enquête publique de février à fin mars 2018. L’INAO termine actuellement sur le terrain l’expertise des réclamations individuelles déposées par les producteurs. Avec de nouvelles ouvertures de fosses.

L’aire définitive et le nouveau cahier des charges incluant les premier crus devraient être présentés au Comité national de l’INAO courant 2019. S’il y a un vote favorable, il y aura encore deux mois de procédure nationale d’opposition pour d’éventuelles réclamations. S’il n’y a pas de réclamation, cela pourrait aboutir à la première déclaration de récolte des pouilly-fuissé premiers crus dès 2019. Mais 2020 semble plus réaliste.

Enfin, concernant l’aspect économique, la commission d’enquête encourage un écart de prix minimum de  25 % entre les premiers crus et les pouilly-fuissé.

 

L’AOC en bref

Forte de 799 hectares, l’AOC Pouilly-Fuissé compte quelques 250 producteurs ainsi que 217 Climats, répartis sur les quatre communes, dont 24 qui sont concernés par la demande de reconnaissance en Premiers Crus. On dénombre aussi 15 types de sols. De toutes les appellations bourguignonnes, Pouilly-Fuissé est sans aucun doute la plus variée au niveau de sa géologie.

 

Régis Gaillard

Notre partenaire L'Exploitant agricole