dimanche 22 septembre 2019

Articles

 

Communiqué de la FI du Mâconnais

 

Petit rappel historique à nos édiles

Officialisée par les Nations Unies en 1977, la "Journée Internationale des droits des Femmes" trouve son origine dans les luttes des ouvrières et suffragettes du début du XXe siècle, pour de meilleures conditions de travail et le droit de vote.
Cette journée de manifestations reste, à travers le monde, l’occasion de faire le point sur la situation des femmes, de fêter les acquis, de faire entendre les revendications et de continuer à prôner l’égalité entre hommes et femmes.

Peut-être est-il bon de rappeler qu’en France :
- une femme meurt tous les 3 jours sous les coups de son compagnon ou ex compagnon,
- l’accès à l’interruption volontaire de grossesse n’est toujours pas garanti dans tous les territoires du fait des restructurations hospitalières qui ont conduit à la fermeture de nombreuses maternités et centres IVG,
- la différence salariale entre hommes et femmes est de 17% en équivalent temps plein, pour atteindre 26% au global.

A Mâcon, ces disparités salariales sont particulièrement marquées, en ce qui concerne notamment le personnel municipal comme le démontre un récent rapport sur les conditions de travail des agents municipaux. Tous secteurs confondus, 13.8%  de femmes qui ont un emploi sont en CDD contre 9.3% d’hommes et elles sont 29% à travailler à temps partiel pour 9% des hommes.

Mais dans notre ville, loin, très loin de ces considérations, la municipalité propose SA manifestation rebaptisée « Journée de la femme », avec au menu, des ateliers bien-être (fabrication de cosmétiques, soins du corps, détente), de photo-expression : "Être une femme aujourd'hui" ou encore d’art floral !

Il n’est pas question ici de juger de la pertinence d’organiser ce type d’ateliers, et ce tout au long de l’année. Mais la journée du 8 mars est hautement symbolique et mériterait mieux que cet « art » de ramener la femme au « fais-toi belle et… » à l’heure où elle réclame ce qui lui est dû.

Heureusement, des alternatives existent !
Le Collectif du 8 mars propose une soirée débat à la médiathèque sur le thème de l’invisibilité des femmes ; à Tournus, Vivre au féminin en Tournugeois et le cinéma La Palette organisent une conférence sur les Violences faites aux femmes ; au niveau départemental, le CIDFF participe le 9 mars à un marché des productrices locales (à Saint-Cyr).