dimanche 21 avril 2019

Articles

Signer (2).JPG

Le Cinémarivaux a accueilli, ce jeudi 7 mars, dans le cadre du mois des Drôles de Dames, la réalisatrice israélienne Nurith Aviv et la comédienne Emmanuelle Laborit.

 

Nurith Aviv, qui vit à Paris depuis 50 ans, est venue présenter son film documentaire Signer, sorti le 7 mars 2018 et consacré aux langues des signes, en lien avec le spectacle d'Emmanuelle Laborit : Dévaste-moi qui sera joué vendredi soir au Théâtre - Scène nationale de Mâcon.

Avec Signer, Nurith Aviv aborde en 60 minutes la question fondamentale de la communication humaine. Ce film d'une grande richesse montre qu'il existe plusieurs langues des signes, différentes selon les pays, les cultures, les régions et parfois même les villages. Chacune comportant une grammaire et une syntaxe propres.

 

La réalisatrice, à travers une galerie de portraits de trois générations de protagonistes et la rencontre avec deux chercheuses du laboratoire des langues des signes de l'Université d'Haïfa, nous apprend qu'il existe une langue des signes palestinienne et bédouine, en plus de la langue des signes israélienne officielle. Cette dernière est issue d'un mélange des langues de divers pays, différente de celle de Kafr Qasim, langue locale plus riche qui inclut les racines culturelles. Ces langues utilisent non seulement les mains, la gestuelle, le visage avec les mimiques, mais aussi le corps tout entier.

 

Au début du film, Emmanuelle Laborit nous montre 13 mots en 11 langues. Il existe aussi 11 signes différents pour désigner le mot bleu.

Nurith Aviv analyse non seulement le langage mais aussi sa traduction et sa transmission. Son documentaire est une invitation à élargir notre perception des langues humaines, à écouter et voir le monde autrement.

La très belle image de la mer à la fin du film évoque l'ouverture sur le monde et conclut à merveille le message de Nurith.

 

Photo d'accueil : Emmanuelle Laborit & Nurith Aviv

M.A.

 

Signer (1).JPG

Signer (4).JPG

Signer (5).JPG