dimanche 21 avril 2019

Articles

SAONE LOIR FETE DIFFERENCE PARALYMPIQUES MACON - 9.jpg

« La Saône et Loire, base arrière des JO 2024 », la formule est entrée dans le langage courant. 5 villes seront considérées comme telle pour ces JO : Mâcon, Chalon, Montceau-les-Mines, Le Creusot et Autun.

Ce jour du 21 mars 2019 marque une étape supplémentaire sur le chemin qui nous conduira jusqu'à cette année 2024 et, avant, à la labellisation « Terre de Jeux 2024 » à laquelle le Département est candidat, tout comme les cinq villes sus-citées.

 

Plusieurs collèges de Mâcon ont été sollicités pour participer à cette journée de sensibilisation à la différence qui a été ouverte à 8h30 par une conférence de presse en présence du président du Conseil départemental Accary et de la vice-présidente Claude Cannet. Présences également du maire de Mâcon et de son adjoint Jean-Pierre Mathieu, en charge des politiques d'intégration.

 

La Saone-et-Loire et Mâcon ont été choisies aussi pour la présence d'une championne paralympique de Judo : Sandrine Martinet. La judokate, mal-voyante, a évidemment participé à cette journée en proposant une initiation au handi-judo.

Richard Warmoes a salué la très grande qualité des installations du centre omnisport, qui aura permis d'accueillir jusqu'à 800 personnes pour tester deux sports. Le matin et l'après-midi, plusieurs centaines de collégiens.nes ont pu s'initier à 6 disciplines paralympiques avec les champions : le sprint non-voyant, le basket fauteuil, le cécifoot, le para-judo, le tennis de table fauteil et le tennis fauteuil.

 

Et c'est avec une grande fierté que le président Accary a évoqué cette grande première pour le Département. « Le message est important, essentiel même, c'est celui de la pratique du sport par tous. Je pense que nous avons de moins en moins de différences entre nous. Il nous a paru également évident que la manière façon d'appréhender cette pratique, de toucher du doigt le handi-sport, était justement de le pratiquer. C'est comme cela que l'on se peut vraiment se rendre compte de l'investissement de ces hommes et femmes pour réussir dans leur sport. »

Des sportifs.ves qui sont en effet de véritables sportifs.ves de haut niveau, qui s'entrainent plusieurs heures par semaine, voire par jour, et tous les jours. Mais de cela, personne ne doutait.

 

En revanche, si certains sont professionnels, d'autres doivent travailler pour gagner leur vie. « Les différences de traitement selon les sports sont approximativement les mêmes que pour les valides. La discipline reine étant l'athlétisme quand on parle des JO » complétait le directeur général de Handiamo ! Une belle occasion d'appeler aussi à plus de justice dans le handisport pro. 

Rodolphe Bretin

 

 

SAONE LOIR FETE DIFFERENCE PARALYMPIQUES MACON - 20.jpg

SAONE LOIR FETE DIFFERENCE PARALYMPIQUES MACON - 19.jpg

SAONE LOIR FETE DIFFERENCE PARALYMPIQUES MACON - 18.jpg

SAONE LOIR FETE DIFFERENCE PARALYMPIQUES MACON - 17.jpg

SAONE LOIR FETE DIFFERENCE PARALYMPIQUES MACON - 16.jpg

SAONE LOIR FETE DIFFERENCE PARALYMPIQUES MACON - 15.jpg

SAONE LOIR FETE DIFFERENCE PARALYMPIQUES MACON - 14.jpg

SAONE LOIR FETE DIFFERENCE PARALYMPIQUES MACON - 13.jpg

SAONE LOIR FETE DIFFERENCE PARALYMPIQUES MACON - 12.jpg

SAONE LOIR FETE DIFFERENCE PARALYMPIQUES MACON - 11.jpg

SAONE LOIR FETE DIFFERENCE PARALYMPIQUES MACON - 10.jpg

SAONE LOIR FETE DIFFERENCE PARALYMPIQUES MACON - 8.jpgSAONE LOIR FETE DIFFERENCE PARALYMPIQUES MACON - 7.jpg

SAONE LOIR FETE DIFFERENCE PARALYMPIQUES MACON - 6.jpgSAONE LOIR FETE DIFFERENCE PARALYMPIQUES MACON - 5.jpg

SAONE LOIR FETE DIFFERENCE PARALYMPIQUES MACON - 4.jpg

SAONE LOIR FETE DIFFERENCE PARALYMPIQUES MACON - 3.jpg

SAONE LOIR FETE DIFFERENCE PARALYMPIQUES MACON - 2.jpg

SAONE LOIR FETE DIFFERENCE PARALYMPIQUES MACON - 1.jpg