mardi 23 juillet 2019

ROUTE71 CD71 2019 - 1.jpg       ETE FRAPPE MACON 2019 16JUILLE - 1.jpg

  • ROUTE71 CD71 2019 - 1.jpg
  • ETE FRAPPE MACON 2019 16JUILLE - 1.jpg
  • WINE TOUR MACON 2019 UNE.jpg
  • locaux commerciaux MACON HABITAT.jpg

Articles

 

 

Communiqué de  la Confédération Paysanne de Saône-et-Loire et de la Confédération Paysanne de Bourgogne Franche Comté

 

Le lundi 13 mai 2019 a eu lieu un débat sur l’avenir de la Politique Agricole Commune (PAC) à Chalon-sur-Saône. Dans le cadre des élections européennes, la plateforme Pour une autre PAC,  rassemblement de plus de 36 organisations internationales et françaises, a animé une discussion avec la présence confirmée des trois candidats aux élections : Laurence Lyonnais de la France Insoumise, Catherine Hervieu d’Europe Ecologie les Verts et Jérémy Decerle de la République en Marche.

La date et lieu du débat ont été calés en fonction de l’agenda de M. Decerle, agriculteur en Saône et Loire.  La soirée fut un succès, avec plus que 70 personnes représentant agriculteurs et citoyens concernés par les questions du climat, du sort de nos agriculteurs, de l’alimentation, des solidarités internationales et d'une Europe qui devrait être au service de ses citoyens. Laurence Lyonnais et Catherine Hervieu sont venues à la rencontre de la salle avec leurs points de vue et leurs visions de l’avenir, contrairement à Jérémy Decerle qui n’a pas honoré son engagement de présence sans même daigner s’excuser.

Pour un candidat en quatrième position de la liste qui risque d'emporter une majorité de voix le 26 mai, il est honteux de refuser un échange sur l’avenir de 40 % du budget européen avec des citoyens qui s’inquiètent sérieusement de l’avenir de la France, l’Europe et de la planète.

Si Emmanuel Macron et sa liste rêvent d’une Europe forte et unie, le refus de débattre autour de questions existentielles est une grave erreur. Alors que cette PAC s'oriente sans vergogne vers une industrialisation de l'agriculture et la valorisation d'une artificialisation du vivant, l’absence de Jérémy Decerle montre encore une fois que le syndicat agricole majoritaire, à qui il "appartient", refuse le dialogue, les remises en cause et se coupe d’une bonne partie des agriculteurs et de la société civile.

Au lieu d’être à l'écoute des électeurs, Jérémy Decerle a choisi de rejoindre les lobbies de pesticides. Le 26 mai, avant et après, assurons-nous que nos députés futurs respectent leurs paroles et leurs co-citoyens.